La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Cirque & Rue

"Les Flyings" Envolées circassiennes à la recherche de l'unique indicateur de point fixe qui vaille...

Le pendule géant de Mélissa von Vépy a-t-il vocation à rivaliser avec celui de Foucault, ce physicien ayant gagné une notoriété éternelle grâce à un bout de ficelle brûlé libérant la chute d'un objet sur un plan d'oscillation variant avec la rotation de la terre ? Rien n'est moins sûr… Mais ce qui l'est en revanche - et on s'en réjouira -, c'est que le ballant, cet instant d'apesanteur illusoire du trapèze en suspension, encore appelé "le point mort", inscrit ici en motifs aériens les arabesques de cinq circassiens vibrionnant autour de son point d'attraction.



© Christophe Raynaud de Lage.
© Christophe Raynaud de Lage.
Avoir choisi pour nom de Compagnie "Happés" en dit long sur l'inspiration de la metteuse en scène des acrobaties en tous genres - terrestre et aérien - des circassiens au plateau. En effet, de création en création (on se souvient personnellement du choc de "VieLLeicht", vu au Carré-Colonnes en 2013, et de "l'Aérien" vu à Avignon en 2021), elle s'ingénie à se laisser aspirer/inspirer par des réflexions philosophiques et inventions poétiques constituant le terreau de ses spectacles à nuls autres pareils. Et même si, pour la première fois, elle n'est pas l'interprète flamboyante de ses fantasmagories, sa qualité de deus ex machina reste intacte.

Battant le temps comme un immense balancier mû par une force impériale, le trapèze descendu des cintres balaie l'espace de l'immense plateau où, à chacune de ses extrémités, un ponton de fortune est dressé. Sur l'un d'eux, cinq rescapés - du monde d'après ? - le contemplent, serrés les uns contre les autres, figés dans leur peignoir, l'air autant interrogateur qu'inquiet devant la répétition obsédante du même mouvement jusqu'à son point d'équilibre. Vont-ils oser se saisir de cette "bouée de sauvetage" pour affronter le vide d'existences énucléées en tentant de rejoindre l'autre rive, pourtant si semblable à la première…

© Christophe Raynaud de Lage.
© Christophe Raynaud de Lage.
Mais la vie est beaucoup trop tragique ("Dieu est mort, Nietzsche est mort, et moi-même je ne me sens pas très bien", dixit Woody Allen) pour la prendre (trop) au sérieux. Aussi les comédiens circassiens vont-ils rivaliser de drôleries, harponnant au sens propre les deux pontons en les reliant entre eux par leurs allées et venues aériennes. Suspendus au trapèze, ils commentent le point mort du ballant comme une faille spatio-temporelle susceptible de rendre concrète l'idée même de contingence. Être ou ne pas être, la vie tout entière suspendue à un point mort… Magnifique allégorie que ce point d'équilibre précaire. Paradoxe "vivant" à jamais irrésolu.

Aussi peut-on comprendre que l'une des protagonistes soit prise de vertiges face à ce mouvement de l'âme, ce va-et-vient aérien propre à chambouler le cœur jusqu'à donner l'impression d'être au bord de vomir. Désertant pour un temps l'espace aérien, ils vont explorer l'autre dimension, celle du sol inondé d'eau. Reptations, glissements, élévations, tout est bon pour explorer les possibles d'une vie qui se conquiert au lieu de se subir. Et pourquoi ne pas avoir recours à la dive bouteille (à la mer) pour se sentir des ailes pousser et devenir autre chose qu'une carcasse ancrée dans le sol… Tenter, toujours et encore, sans force et sans armure comme le chevalier à la triste figure (cf. "La quête" de Jacques Brel), tenter de défier le destin d'existences soumises au diktat des lois de l'insupportable pesanteur. Devenir autre que ce que l'on "naît"…

Un filet gigantesque comme une voile descendue des cieux, une séduisante sirène arborant fièrement son buste nu en figure de proue, des poupées mécaniques glissant joyeusement sur le sol, des musiques explosives s'emballant à l'instar des corps gagnés par une euphorie palpable… À l'aune du fulgurant dernier tableau où, décomplexées, les envies libertaires ont de "haute lutte" trouvé droit de cité pour se donner à voir dans une nudité adamique, s'éclaire la trame des trajectoires ayant traversé en tous sens le plateau. Épiphanie d'un monde échappant à sa servitude volontaire, l'art circassien a outrepassé les pesanteurs de notre monde pour nous "élever" vers les vertus dionysiaques d'un Olympe jugé trop raisonnablement inaccessible.

© Christophe Raynaud de Lage.
© Christophe Raynaud de Lage.
Et l'on se met soudain à rêver… Et si le ballant, apparemment innocent du trapèze, indiquait ce "point fixe" à valeur hypnotique susceptible de nous faire reconsidérer de fond en comble le monde qui nous entoure… Le pendule de Mélissa von Vépy nous ouvre alors la voie vers des horizons d'attente ô combien plus désirables que ceux de la présente folie terre à terre, une boussole enivrante pour échapper à "cette pluie de fer, de feu, d'acier, de sang" s'abattant sur nos têtes désorientées.

Vu le mardi 15 mars à la Scène Nationale Carré-Colonnes, Carré des Jalles, Saint-Médard-en-Jalles (33).

"Les Flyings"

© Christophe Raynaud de Lage.
© Christophe Raynaud de Lage.
Mise en scène : Mélissa Von Vépy.
Avec, : Breno Caetano, Célia Casagrande-Pouchet, Sarah Devaux, Axel Minaret, Marcel Vidal-Castells.
Collaboration à la mise en scène : Pascale Henry (écriture, dramaturgie) et Gaël Santisteva (dramaturgie).
Son : Jean-Damien Ratel, Olivier Pot.
Lumière et régie générale : Sabine Charreire.
Scénographie : Neil Price, Mélissa Von Vépy.
Costumes : Catherine Sardi.
Régie son : Olivier Pot/Julien Chérault.
Durée : 1 h 10.
Production : Cie Happés.
À partir de 8 ans.

Créé le 5 février 2021 au Théâtre d'Arles - Scène conventionnée d'intérêt national Art et Création pour les nouvelles écritures, dans le cadre de la BIAC (Biennale Internationale des Arts du Cirque), Marseille.

>> melissavonvepy.com

Yves Kafka
Lundi 21 Mars 2022

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives | Avignon 2021 | Avignon 2022




Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.






À découvrir

Les modèles des artistes sont-elles vraiment des modèles de vie ? À en croire ces "Muses", non, et tant mieux !

La racine étymologique de musée est "temple des Muses", du nom de ces neuf déesses qui président aux arts. Ici, elles ne sont que quatre (mais neuf en alternance, tiens ? Hasard…) et l'histoire qu'elles incarnent se déroule effectivement dans un musée après la fermeture, dans la torpeur de la nuit. Dans ce spectacle très vivant, incarner est le verbe idéal pour définir ces créations de personnages, puisque ceux-ci ne sont faits, au tout début, que des figures faites de pigments, de colle, de toiles et de cire.

© Xavier Cantat.
Des figures suspendues dans leurs cadres et posées sur un socle qui sont des chefs-d'œuvre : la "Joconde" de Léonard de Vinci, la "Naissance de Vénus" de Botticelli, la "Petite danseuse" de Degas et le "Diptyque Marilyn" d'Andy Warhol… Magie du théâtre, lorsque le dernier visiteur sort, suivi par le dernier gardien, ces muses renaissent, reprennent vie, voix et chair. Alors commence une longue nuit qui va révéler les caractères surprenants, parfois volcaniques et débordants de ces personnages si sages le jour.

Besoin de se dérouiller un peu les jambes, de se plaindre de la cohue qu'elles subissent tous les jours, de se rappeler des souvenirs "d'enfance" ou de se réchauffer les nerfs aux rivalités les plus classiques, rivalités de notoriété, de séduction ou d'âge, car ces quatre figures font bien partie des représentations de l'idéal féminin en compétition, telle sera la course qu'elles mènent avec fougue et sensualité.

L'idée de départ aurait pu devenir banale et vaine sans l'inventivité que les autrices, les interprètes et le metteur en scène ont déployé. Le texte de Claire Couture et Mathilde Le Quellec ancre résolument son ton dans la fantaisie, le jeu de répliques et l'humour. Les deux autrices ont laissé libre cours à leur imaginaire en gardant un point de vue moderne. Elles dessinent des tempéraments rugueux, explosifs et inattendus, qui tranchent avec les idées convenues que l'on forme face à ces représentations idéalisées de la femme : ce que cache le visage, l'apparence, l'esthétique.

Bruno Fougniès
18/10/2022
Spectacle à la Une

"Huis clos" Sommes-nous acteurs de notre destin ou de simples marionnettes ?

Garcin, Inès et Estelle, un homme et deux femmes, se retrouvent enfermé(es) dans un salon où la lumière ne s'éteint pas et duquel il est impossible de sortir. Ils comprennent qu'ils se trouvent en Enfer et se racontent leurs histoires. Ainsi se noueront entre eux des relations complexes qui ne se révèleront pas toujours réciproques.

© Anthony Dausseur.
Est-ce bien raisonnable de retourner assister à une énième représentation de "Huis clos", ce texte incontournable du théâtre français écrit, fin 1943 - début 1944, par le célèbre philosophe Jean-Paul Sartre ? Une de ses plus belles œuvres et aussi une des plus jouées.
Quand on aime, on ne compte pas, semble-t-il.

Au Laurette Théâtre, une petite salle intimiste de quartier, se joue une nouvelle version de cette célèbre pièce, interprétée par deux comédiennes et un comédien attachant(es) et investi(es) : Sebastian Barrio, Karine Battaglia et Laurence Meini.

La proximité du public avec la scène et, de ce fait, le contact très proche avec les personnages renforcent très largement la thématique de la pièce. Rares ont été les fois où cette sensation d'enfermement a pu nous envahir autant, indépendamment des relations tendues qui se tissent progressivement entre les personnages et qui de ce fait sont décuplées.

Brigitte Corrigou
24/10/2022
Spectacle à la Une

"Deux mains, la liberté" Un huis clos intense qui nous plonge aux sources du mal

Le mal s'appelle Heinrich Himmler, chef des SS et de la Gestapo, organisateur des camps de concentration du Troisième Reich, très proche d'Hitler depuis le tout début de l'ascension de ce dernier, près de vingt ans avant la Deuxième Guerre mondiale. Himmler ressemble par son physique et sa pensée à un petit, banal, médiocre fonctionnaire.

© Christel Billault.
Ordonné, pratique, méthodique, il organise l'extermination des marginaux et des Juifs comme un gestionnaire. Point. Il aurait été, comme son sous-fifre Adolf Eichmann, le type même décrit par Hannah Arendt comme étant la "banalité du mal". Mais Himmler échappa à son procès en se donnant la mort. Parfois, rien n'est plus monstrueux que la banalité, l'ordre, la médiocrité.

Malgré la pâleur de leur personnalité, les noms de ces âmes de fonctionnaires sont gravés dans notre mémoire collective comme l'incarnation du Mal et de l'inimaginable, quand d'autres noms - dont les actes furent éblouissants d'humanité - restent dans l'ombre. Parmi eux, Oskar Schindler et sa liste ont été sauvés de l'oubli grâce au film de Steven Spielberg, mais également par la distinction qui lui a été faite d'être reconnu "Juste parmi les nations". D'autres n'ont eu aucune de ces deux chances. Ainsi, le héros de cette pièce, Félix Kersten, oublié.

Joseph Kessel lui consacra pourtant un livre, "Les Mains du miracle", et, aujourd'hui, Antoine Nouel, l'auteur de la pièce, l'incarne dans la pièce qu'il a également mise en scène. C'est un investissement total que ce comédien a mis dans ce projet pour sortir des nimbes le visage étonnant de ce personnage de l'Histoire qui, par son action, a fait libérer près de 100 000 victimes du régime nazi. Des chiffres qui font tourner la tête, mais il est le résultat d'une volonté patiente qui, durant des années, négocia la vie contre le don.

Bruno Fougniès
20/09/2022