La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Cirque & Rue

"Les Flyings" Envolées circassiennes à la recherche de l'unique indicateur de point fixe qui vaille...

Le pendule géant de Mélissa von Vépy a-t-il vocation à rivaliser avec celui de Foucault, ce physicien ayant gagné une notoriété éternelle grâce à un bout de ficelle brûlé libérant la chute d'un objet sur un plan d'oscillation variant avec la rotation de la terre ? Rien n'est moins sûr… Mais ce qui l'est en revanche - et on s'en réjouira -, c'est que le ballant, cet instant d'apesanteur illusoire du trapèze en suspension, encore appelé "le point mort", inscrit ici en motifs aériens les arabesques de cinq circassiens vibrionnant autour de son point d'attraction.



© Christophe Raynaud de Lage.
© Christophe Raynaud de Lage.
Avoir choisi pour nom de Compagnie "Happés" en dit long sur l'inspiration de la metteuse en scène des acrobaties en tous genres - terrestre et aérien - des circassiens au plateau. En effet, de création en création (on se souvient personnellement du choc de "VieLLeicht", vu au Carré-Colonnes en 2013, et de "l'Aérien" vu à Avignon en 2021), elle s'ingénie à se laisser aspirer/inspirer par des réflexions philosophiques et inventions poétiques constituant le terreau de ses spectacles à nuls autres pareils. Et même si, pour la première fois, elle n'est pas l'interprète flamboyante de ses fantasmagories, sa qualité de deus ex machina reste intacte.

Battant le temps comme un immense balancier mû par une force impériale, le trapèze descendu des cintres balaie l'espace de l'immense plateau où, à chacune de ses extrémités, un ponton de fortune est dressé. Sur l'un d'eux, cinq rescapés - du monde d'après ? - le contemplent, serrés les uns contre les autres, figés dans leur peignoir, l'air autant interrogateur qu'inquiet devant la répétition obsédante du même mouvement jusqu'à son point d'équilibre. Vont-ils oser se saisir de cette "bouée de sauvetage" pour affronter le vide d'existences énucléées en tentant de rejoindre l'autre rive, pourtant si semblable à la première…

© Christophe Raynaud de Lage.
© Christophe Raynaud de Lage.
Mais la vie est beaucoup trop tragique ("Dieu est mort, Nietzsche est mort, et moi-même je ne me sens pas très bien", dixit Woody Allen) pour la prendre (trop) au sérieux. Aussi les comédiens circassiens vont-ils rivaliser de drôleries, harponnant au sens propre les deux pontons en les reliant entre eux par leurs allées et venues aériennes. Suspendus au trapèze, ils commentent le point mort du ballant comme une faille spatio-temporelle susceptible de rendre concrète l'idée même de contingence. Être ou ne pas être, la vie tout entière suspendue à un point mort… Magnifique allégorie que ce point d'équilibre précaire. Paradoxe "vivant" à jamais irrésolu.

Aussi peut-on comprendre que l'une des protagonistes soit prise de vertiges face à ce mouvement de l'âme, ce va-et-vient aérien propre à chambouler le cœur jusqu'à donner l'impression d'être au bord de vomir. Désertant pour un temps l'espace aérien, ils vont explorer l'autre dimension, celle du sol inondé d'eau. Reptations, glissements, élévations, tout est bon pour explorer les possibles d'une vie qui se conquiert au lieu de se subir. Et pourquoi ne pas avoir recours à la dive bouteille (à la mer) pour se sentir des ailes pousser et devenir autre chose qu'une carcasse ancrée dans le sol… Tenter, toujours et encore, sans force et sans armure comme le chevalier à la triste figure (cf. "La quête" de Jacques Brel), tenter de défier le destin d'existences soumises au diktat des lois de l'insupportable pesanteur. Devenir autre que ce que l'on "naît"…

Un filet gigantesque comme une voile descendue des cieux, une séduisante sirène arborant fièrement son buste nu en figure de proue, des poupées mécaniques glissant joyeusement sur le sol, des musiques explosives s'emballant à l'instar des corps gagnés par une euphorie palpable… À l'aune du fulgurant dernier tableau où, décomplexées, les envies libertaires ont de "haute lutte" trouvé droit de cité pour se donner à voir dans une nudité adamique, s'éclaire la trame des trajectoires ayant traversé en tous sens le plateau. Épiphanie d'un monde échappant à sa servitude volontaire, l'art circassien a outrepassé les pesanteurs de notre monde pour nous "élever" vers les vertus dionysiaques d'un Olympe jugé trop raisonnablement inaccessible.

© Christophe Raynaud de Lage.
© Christophe Raynaud de Lage.
Et l'on se met soudain à rêver… Et si le ballant, apparemment innocent du trapèze, indiquait ce "point fixe" à valeur hypnotique susceptible de nous faire reconsidérer de fond en comble le monde qui nous entoure… Le pendule de Mélissa von Vépy nous ouvre alors la voie vers des horizons d'attente ô combien plus désirables que ceux de la présente folie terre à terre, une boussole enivrante pour échapper à "cette pluie de fer, de feu, d'acier, de sang" s'abattant sur nos têtes désorientées.

Vu le mardi 15 mars à la Scène Nationale Carré-Colonnes, Carré des Jalles, Saint-Médard-en-Jalles (33).

"Les Flyings"

© Christophe Raynaud de Lage.
© Christophe Raynaud de Lage.
Mise en scène : Mélissa Von Vépy.
Avec, : Breno Caetano, Célia Casagrande-Pouchet, Sarah Devaux, Axel Minaret, Marcel Vidal-Castells.
Collaboration à la mise en scène : Pascale Henry (écriture, dramaturgie) et Gaël Santisteva (dramaturgie).
Son : Jean-Damien Ratel, Olivier Pot.
Lumière et régie générale : Sabine Charreire.
Scénographie : Neil Price, Mélissa Von Vépy.
Costumes : Catherine Sardi.
Régie son : Olivier Pot/Julien Chérault.
Durée : 1 h 10.
Production : Cie Happés.
À partir de 8 ans.

Créé le 5 février 2021 au Théâtre d'Arles - Scène conventionnée d'intérêt national Art et Création pour les nouvelles écritures, dans le cadre de la BIAC (Biennale Internationale des Arts du Cirque), Marseille.

>> melissavonvepy.com

Yves Kafka
Lundi 21 Mars 2022

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives | Avignon 2021 | Avignon 2022 | Avignon 2023 | Avignon 2024 | À l'affiche ter


Brèves & Com



















À Découvrir

•Off 2024• "Momentos" Créativité à l'honneur avec des chorégraphies où s'exprime parfois une poésie intime et universelle

Le Flamenco est une force brute et pure qui nous touche en plein cœur, car il est l'art dans lequel le chant, la musique et la danse se questionnent, se répondent et se mêlent dans une totale intimité. Pour l'essentiel, le répertoire du flamenco a été codifié au cours du dernier tiers du XIXe siècle et du premier tiers du XXe. De cette époque, la guitare est son instrument emblématique, à la fois pour l'accompagnement du chant, de la danse et pour le concert soliste. Depuis, son évolution a été marquée par quelques grandes tendances esthétiques.

© Sandrine Cellard.
La musique et la danse flamencas sont basées sur des "palos" (formes) prescrivant pour chacune un mode et un cycle métrique avec accents ou "compas" (accents obligés) spécifiques. Une mécanique de précision qui convoque malgré tout une dimension artistique forte et étourdissante.

Sur scène, une danseuse, deux danseurs, trois musiciens et un chanteur-musicien envoûtant le public dès les premiers instants du spectacle. Que vous soyez novice ou aficionado du flamenco, vous vous laisserez embarquer dès les premiers instants du spectacle et impossible de ressortir déçu de cette éblouissante prestation flamenca de Valérie Ortiz.

Certes, le flamenco est sensiblement ancré dans la culture espagnole et d'aucuns diront que ce dernier ne les interpelle pas, qu'ils n'en perçoivent pas les codes, n'en mesurent aucunement les mouvements dansés à leur juste valeur. Ça peut être exigeant, en effet, de suivre "à la lettre" une prestation flamenca, comme le jazz aussi, par exemple, et ça demande une certaine phase d'initiation. Ceci n'est pas faux. Difficile d'entendre cette possible réticence, néanmoins… le flamenco revêt une portée universelle réunissant à lui seul un large éventail de situations allant de la tristesse à la joie, en passant par l'amour ou la souffrance. Alors, comment y rester indifférent ?

Brigitte Corrigou
27/05/2024
Spectacle à la Une

•Off 2024• Lou Casa "Barbara & Brel" À nouveau un souffle singulier et virtuose passe sur l'œuvre de Barbara et de Brel

Ils sont peu nombreux ceux qui ont une réelle vision d'interprétation d'œuvres d'artistes "monuments" tels Brel, Barbara, Brassens, Piaf et bien d'autres. Lou Casa fait partie de ces rares virtuoses qui arrivent à imprimer leur signature sans effacer le filigrane du monstre sacré interprété. Après une relecture lumineuse en 2016 de quelques chansons de Barbara, voici le profond et solaire "Barbara & Brel".

© Betül Balkan.
Comme dans son précédent opus "À ce jour" (consacré à Barbara), Marc Casa est habité par ses choix, donnant un souffle original et unique à chaque titre choisi. Évitant musicalement l'écueil des orchestrations "datées" en optant systématiquement pour des sonorités contemporaines, chaque chanson est synonyme d'une grande richesse et variété instrumentales. Le timbre de la voix est prenant et fait montre à chaque fois d'une émouvante et artistique sincérité.

On retrouve dans cet album une réelle intensité pour chaque interprétation, une profondeur dans la tessiture, dans les tonalités exprimées dont on sent qu'elles puisent tant dans l'âme créatrice des illustres auteurs que dans les recoins intimes, les chemins de vie personnelle de Marc Casa, pour y mettre, dans une manière discrète et maîtrisée, emplie de sincérité, un peu de sa propre histoire.

"Nous mettons en écho des chansons de Barbara et Brel qui ont abordé les mêmes thèmes mais de manières différentes. L'idée est juste d'utiliser leur matière, leur art, tout en gardant une distance, en s'affranchissant de ce qu'ils sont, de ce qu'ils représentent aujourd'hui dans la culture populaire, dans la culture en général… qui est énorme !"

Gil Chauveau
19/06/2024
Spectacle à la Une

•Off 2024• "Un Chapeau de paille d'Italie" Une version singulière et explosive interrogeant nos libertés individuelles…

… face aux normalisations sociétales et idéologiques

Si l'art de générer des productions enthousiastes et inventives est incontestablement dans l'ADN de la compagnie L'Éternel Été, l'engagement citoyen fait aussi partie de la démarche créative de ses membres. La présente proposition ne déroge pas à la règle. Ainsi, Emmanuel Besnault et Benoît Gruel nous offrent une version décoiffante, vive, presque juvénile, mais diablement ancrée dans les problématiques actuelles, du "Chapeau de paille d'Italie"… pièce d'Eugène Labiche, véritable référence du vaudeville.

© Philippe Hanula.
L'argument, simple, n'en reste pas moins source de quiproquos, de riantes ficelles propres à la comédie et d'une bonne dose de situations grotesques, burlesques, voire absurdes. À l'aube d'un mariage des plus prometteurs avec la très florale Hélène – née sans doute dans les roses… ornant les pépinières parentales –, le fringant Fadinard se lance dans une quête effrénée pour récupérer un chapeau de paille d'Italie… Pour remplacer celui croqué – en guise de petit-déj ! – par un membre de la gent équestre, moteur exclusif de son hippomobile, ci-devant fiacre. À noter que le chapeau alimentaire appartenait à une belle – porteuse d'une alliance – en rendez-vous coupable avec un soldat, sans doute Apollon à ses heures perdues.

N'ayant pas vocation à pérenniser toute forme d'adaptation académique, nos deux metteurs en scène vont imaginer que cette histoire absurde est un songe, le songe d'une nuit… niché au creux du voyage ensommeillé de l'aimable Fadinard. Accrochez-vous à votre oreiller ! La pièce la plus célèbre de Labiche se transforme en une nouvelle comédie explosive, électro-onirique ! Comme un rêve habité de nounours dans un sommeil moelleux peuplé d'êtres extravagants en doudounes orange.

Gil Chauveau
26/03/2024