La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Cirque & Rue

"Les Flyings" Envolées circassiennes à la recherche de l'unique indicateur de point fixe qui vaille...

Le pendule géant de Mélissa von Vépy a-t-il vocation à rivaliser avec celui de Foucault, ce physicien ayant gagné une notoriété éternelle grâce à un bout de ficelle brûlé libérant la chute d'un objet sur un plan d'oscillation variant avec la rotation de la terre ? Rien n'est moins sûr… Mais ce qui l'est en revanche - et on s'en réjouira -, c'est que le ballant, cet instant d'apesanteur illusoire du trapèze en suspension, encore appelé "le point mort", inscrit ici en motifs aériens les arabesques de cinq circassiens vibrionnant autour de son point d'attraction.



© Christophe Raynaud de Lage.
© Christophe Raynaud de Lage.
Avoir choisi pour nom de Compagnie "Happés" en dit long sur l'inspiration de la metteuse en scène des acrobaties en tous genres - terrestre et aérien - des circassiens au plateau. En effet, de création en création (on se souvient personnellement du choc de "VieLLeicht", vu au Carré-Colonnes en 2013, et de "l'Aérien" vu à Avignon en 2021), elle s'ingénie à se laisser aspirer/inspirer par des réflexions philosophiques et inventions poétiques constituant le terreau de ses spectacles à nuls autres pareils. Et même si, pour la première fois, elle n'est pas l'interprète flamboyante de ses fantasmagories, sa qualité de deus ex machina reste intacte.

Battant le temps comme un immense balancier mû par une force impériale, le trapèze descendu des cintres balaie l'espace de l'immense plateau où, à chacune de ses extrémités, un ponton de fortune est dressé. Sur l'un d'eux, cinq rescapés - du monde d'après ? - le contemplent, serrés les uns contre les autres, figés dans leur peignoir, l'air autant interrogateur qu'inquiet devant la répétition obsédante du même mouvement jusqu'à son point d'équilibre. Vont-ils oser se saisir de cette "bouée de sauvetage" pour affronter le vide d'existences énucléées en tentant de rejoindre l'autre rive, pourtant si semblable à la première…

© Christophe Raynaud de Lage.
© Christophe Raynaud de Lage.
Mais la vie est beaucoup trop tragique ("Dieu est mort, Nietzsche est mort, et moi-même je ne me sens pas très bien", dixit Woody Allen) pour la prendre (trop) au sérieux. Aussi les comédiens circassiens vont-ils rivaliser de drôleries, harponnant au sens propre les deux pontons en les reliant entre eux par leurs allées et venues aériennes. Suspendus au trapèze, ils commentent le point mort du ballant comme une faille spatio-temporelle susceptible de rendre concrète l'idée même de contingence. Être ou ne pas être, la vie tout entière suspendue à un point mort… Magnifique allégorie que ce point d'équilibre précaire. Paradoxe "vivant" à jamais irrésolu.

Aussi peut-on comprendre que l'une des protagonistes soit prise de vertiges face à ce mouvement de l'âme, ce va-et-vient aérien propre à chambouler le cœur jusqu'à donner l'impression d'être au bord de vomir. Désertant pour un temps l'espace aérien, ils vont explorer l'autre dimension, celle du sol inondé d'eau. Reptations, glissements, élévations, tout est bon pour explorer les possibles d'une vie qui se conquiert au lieu de se subir. Et pourquoi ne pas avoir recours à la dive bouteille (à la mer) pour se sentir des ailes pousser et devenir autre chose qu'une carcasse ancrée dans le sol… Tenter, toujours et encore, sans force et sans armure comme le chevalier à la triste figure (cf. "La quête" de Jacques Brel), tenter de défier le destin d'existences soumises au diktat des lois de l'insupportable pesanteur. Devenir autre que ce que l'on "naît"…

Un filet gigantesque comme une voile descendue des cieux, une séduisante sirène arborant fièrement son buste nu en figure de proue, des poupées mécaniques glissant joyeusement sur le sol, des musiques explosives s'emballant à l'instar des corps gagnés par une euphorie palpable… À l'aune du fulgurant dernier tableau où, décomplexées, les envies libertaires ont de "haute lutte" trouvé droit de cité pour se donner à voir dans une nudité adamique, s'éclaire la trame des trajectoires ayant traversé en tous sens le plateau. Épiphanie d'un monde échappant à sa servitude volontaire, l'art circassien a outrepassé les pesanteurs de notre monde pour nous "élever" vers les vertus dionysiaques d'un Olympe jugé trop raisonnablement inaccessible.

© Christophe Raynaud de Lage.
© Christophe Raynaud de Lage.
Et l'on se met soudain à rêver… Et si le ballant, apparemment innocent du trapèze, indiquait ce "point fixe" à valeur hypnotique susceptible de nous faire reconsidérer de fond en comble le monde qui nous entoure… Le pendule de Mélissa von Vépy nous ouvre alors la voie vers des horizons d'attente ô combien plus désirables que ceux de la présente folie terre à terre, une boussole enivrante pour échapper à "cette pluie de fer, de feu, d'acier, de sang" s'abattant sur nos têtes désorientées.

Vu le mardi 15 mars à la Scène Nationale Carré-Colonnes, Carré des Jalles, Saint-Médard-en-Jalles (33).

"Les Flyings"

© Christophe Raynaud de Lage.
© Christophe Raynaud de Lage.
Mise en scène : Mélissa Von Vépy.
Avec, : Breno Caetano, Célia Casagrande-Pouchet, Sarah Devaux, Axel Minaret, Marcel Vidal-Castells.
Collaboration à la mise en scène : Pascale Henry (écriture, dramaturgie) et Gaël Santisteva (dramaturgie).
Son : Jean-Damien Ratel, Olivier Pot.
Lumière et régie générale : Sabine Charreire.
Scénographie : Neil Price, Mélissa Von Vépy.
Costumes : Catherine Sardi.
Régie son : Olivier Pot/Julien Chérault.
Durée : 1 h 10.
Production : Cie Happés.
À partir de 8 ans.

Créé le 5 février 2021 au Théâtre d'Arles - Scène conventionnée d'intérêt national Art et Création pour les nouvelles écritures, dans le cadre de la BIAC (Biennale Internationale des Arts du Cirque), Marseille.

>> melissavonvepy.com

Yves Kafka
Lundi 21 Mars 2022

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives | Avignon 2021 | Avignon 2022 | Avignon 2023 | À l'affiche ter







À découvrir

"Notre vie dans l'art", 1923-2023, "le siècle, il a passé"… et rien de nouveau à l'est… Un flamboyant Tchekhov contemporain

"La vie, elle a passé, on a comme pas vécu…", ainsi parlait Firs, le vieux valet de chambre de "La Cerisaie" d'Anton Tchekhov, pièce écrite dans le domaine de son ami comédien et metteur en scène Constantin Stanislavski… C'est ce même Constantin Stanislavski, auteur en son temps d'une "Notre vie dans l'art", qui se retrouve au cœur de la pièce éponyme écrite et mise en scène par Richard Nelson, auteur, metteur en scène américain et tchékhovien dans l'âme. Et si l'argument – "Conversations entre acteurs du Théâtre d'Art de Moscou pendant leur tournée à Chicago, 1923" – n'a pas changé d'un iota, ses échos contemporains sont eux particulièrement troublants.

© Vahid Amampour.
Quand, dans le cadre du Festival d'Automne, le Théâtre du Soleil ouvre grand ses portes monumentales de la Cartoucherie à cette nouvelle version de "Notre vie dans l'art", on se dit que ce choix ne peut rien devoir à un quelconque hasard… Et quand on découvre que c'est à Ariane Mnouchkine que l'on doit la traduction de la pièce, et que ce sont ses propres comédiens formés selon les canons artistiques animant son travail que dirige ici Richard Nelson, on n'est nullement surpris de reconnaître là le mantra commun à leurs deux univers : faire du théâtre une caisse de résonances de l'histoire en cours.

Dominant le plateau, comme dans un amphithéâtre antique, des rangées de gradins se font face. Entre une troupe de comédiens en costume de ville. Ils s'affairent à remettre en place les chaises renversées sur la longue table rectangulaire occupant l'espace central, ainsi qu'on peut le faire lorsque l'on revient dans une maison après absence. Il y a là Kostia (Constantin Stanislavski, directeur et acteur du Théâtre de Moscou), Vania, Richard (ancien acteur du même théâtre, exilé lui aux États-Unis), Olga (veuve d'Anton Tchekhov), Vassia et Nina (couple en proie aux tourments de la jalousie amoureuse), Lev et Varia, Masha et Lida, et Petia (jeune acteur soupçonné d'accointances avec les dirigeants de l'Union Soviétique).

Yves Kafka
29/12/2023
Spectacle à la Une

"L'Effet Papillon" Se laisser emporter au fil d'un simple vol de papillon pour une fascinante expérience

Vous pensez que vos choix sont libres ? Que vos pensées sont bien gardées dans votre esprit ? Que vous êtes éventuellement imprévisibles ? Et si ce n'était pas le cas ? Et si tout partait de vous… Ouvrez bien grands les yeux et vivez pleinement l'expérience de l'Effet Papillon !

© Pics.
Vous avez certainement entendu parler de "l'effet papillon", expression inventée par le mathématicien-météorologue Edward Lorenz, inventeur de la théorie du chaos, à partir d'un phénomène découvert en 1961. Ce phénomène insinue qu'il suffit de modifier de façon infime un paramètre dans un modèle météo pour que celui-ci s'amplifie progressivement et provoque, à long terme, des changements colossaux.

Par extension, l'expression sous-entend que les moindres petits événements peuvent déterminer des phénomènes qui paraissent imprévisibles et incontrôlables ou qu'une infime modification des conditions initiales peut engendrer rapidement des effets importants. Ainsi, les battements d'ailes d'un papillon au Brésil peuvent engendrer une tornade au Mexique ou au Texas !

C'est à partir de cette théorie que le mentaliste Taha Mansour nous invite à nouveau, en cette rentrée, à effectuer un voyage hors du commun. Son spectacle a reçu un succès notoire au Sham's Théâtre lors du Festival d'Avignon cet été dernier.

Impossible que quiconque sorte "indemne" de cette phénoménale prestation, ni que nos certitudes sur "le monde comme il va", et surtout sur nous-mêmes, ne soient bousculées, chamboulées, contrariées.

"Le mystérieux est le plus beau sentiment que l'on peut ressentir", Albert Einstein. Et si le plus beau spectacle de mentalisme du moment, en cette rentrée parisienne, c'était celui-là ? Car Tahar Mansour y est fascinant à plusieurs niveaux, lui qui voulait devenir ingénieur, pour qui "Centrale" n'a aucun secret, mais qui, pourtant, a toujours eu une âme d'artiste bien ancrée au fond de lui. Le secret de ce spectacle exceptionnel et époustouflant serait-il là, niché au cœur du rationnel et de la poésie ?

Brigitte Corrigou
08/09/2023
Spectacle à la Une

"Deux mains, la liberté" Un huis clos intense qui nous plonge aux sources du mal

Le mal s'appelle Heinrich Himmler, chef des SS et de la Gestapo, organisateur des camps de concentration du Troisième Reich, très proche d'Hitler depuis le tout début de l'ascension de ce dernier, près de vingt ans avant la Deuxième Guerre mondiale. Himmler ressemble par son physique et sa pensée à un petit, banal, médiocre fonctionnaire.

© Christel Billault.
Ordonné, pratique, méthodique, il organise l'extermination des marginaux et des Juifs comme un gestionnaire. Point. Il aurait été, comme son sous-fifre Adolf Eichmann, le type même décrit par Hannah Arendt comme étant la "banalité du mal". Mais Himmler échappa à son procès en se donnant la mort. Parfois, rien n'est plus monstrueux que la banalité, l'ordre, la médiocrité.

Malgré la pâleur de leur personnalité, les noms de ces âmes de fonctionnaires sont gravés dans notre mémoire collective comme l'incarnation du Mal et de l'inimaginable, quand d'autres noms - dont les actes furent éblouissants d'humanité - restent dans l'ombre. Parmi eux, Oskar Schindler et sa liste ont été sauvés de l'oubli grâce au film de Steven Spielberg, mais également par la distinction qui lui a été faite d'être reconnu "Juste parmi les nations". D'autres n'ont eu aucune de ces deux chances. Ainsi, le héros de cette pièce, Félix Kersten, oublié.

Joseph Kessel lui consacra pourtant un livre, "Les Mains du miracle", et, aujourd'hui, Antoine Nouel, l'auteur de la pièce, l'incarne dans la pièce qu'il a également mise en scène. C'est un investissement total que ce comédien a mis dans ce projet pour sortir des nimbes le visage étonnant de ce personnage de l'Histoire qui, par son action, a fait libérer près de 100 000 victimes du régime nazi. Des chiffres qui font tourner la tête, mais il est le résultat d'une volonté patiente qui, durant des années, négocia la vie contre le don.

Bruno Fougniès
15/10/2023