La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Cirque & Rue

"Les Flyings" Envolées circassiennes à la recherche de l'unique indicateur de point fixe qui vaille...

Le pendule géant de Mélissa von Vépy a-t-il vocation à rivaliser avec celui de Foucault, ce physicien ayant gagné une notoriété éternelle grâce à un bout de ficelle brûlé libérant la chute d'un objet sur un plan d'oscillation variant avec la rotation de la terre ? Rien n'est moins sûr… Mais ce qui l'est en revanche - et on s'en réjouira -, c'est que le ballant, cet instant d'apesanteur illusoire du trapèze en suspension, encore appelé "le point mort", inscrit ici en motifs aériens les arabesques de cinq circassiens vibrionnant autour de son point d'attraction.



© Christophe Raynaud de Lage.
© Christophe Raynaud de Lage.
Avoir choisi pour nom de Compagnie "Happés" en dit long sur l'inspiration de la metteuse en scène des acrobaties en tous genres - terrestre et aérien - des circassiens au plateau. En effet, de création en création (on se souvient personnellement du choc de "VieLLeicht", vu au Carré-Colonnes en 2013, et de "l'Aérien" vu à Avignon en 2021), elle s'ingénie à se laisser aspirer/inspirer par des réflexions philosophiques et inventions poétiques constituant le terreau de ses spectacles à nuls autres pareils. Et même si, pour la première fois, elle n'est pas l'interprète flamboyante de ses fantasmagories, sa qualité de deus ex machina reste intacte.

Battant le temps comme un immense balancier mû par une force impériale, le trapèze descendu des cintres balaie l'espace de l'immense plateau où, à chacune de ses extrémités, un ponton de fortune est dressé. Sur l'un d'eux, cinq rescapés - du monde d'après ? - le contemplent, serrés les uns contre les autres, figés dans leur peignoir, l'air autant interrogateur qu'inquiet devant la répétition obsédante du même mouvement jusqu'à son point d'équilibre. Vont-ils oser se saisir de cette "bouée de sauvetage" pour affronter le vide d'existences énucléées en tentant de rejoindre l'autre rive, pourtant si semblable à la première…

© Christophe Raynaud de Lage.
© Christophe Raynaud de Lage.
Mais la vie est beaucoup trop tragique ("Dieu est mort, Nietzsche est mort, et moi-même je ne me sens pas très bien", dixit Woody Allen) pour la prendre (trop) au sérieux. Aussi les comédiens circassiens vont-ils rivaliser de drôleries, harponnant au sens propre les deux pontons en les reliant entre eux par leurs allées et venues aériennes. Suspendus au trapèze, ils commentent le point mort du ballant comme une faille spatio-temporelle susceptible de rendre concrète l'idée même de contingence. Être ou ne pas être, la vie tout entière suspendue à un point mort… Magnifique allégorie que ce point d'équilibre précaire. Paradoxe "vivant" à jamais irrésolu.

Aussi peut-on comprendre que l'une des protagonistes soit prise de vertiges face à ce mouvement de l'âme, ce va-et-vient aérien propre à chambouler le cœur jusqu'à donner l'impression d'être au bord de vomir. Désertant pour un temps l'espace aérien, ils vont explorer l'autre dimension, celle du sol inondé d'eau. Reptations, glissements, élévations, tout est bon pour explorer les possibles d'une vie qui se conquiert au lieu de se subir. Et pourquoi ne pas avoir recours à la dive bouteille (à la mer) pour se sentir des ailes pousser et devenir autre chose qu'une carcasse ancrée dans le sol… Tenter, toujours et encore, sans force et sans armure comme le chevalier à la triste figure (cf. "La quête" de Jacques Brel), tenter de défier le destin d'existences soumises au diktat des lois de l'insupportable pesanteur. Devenir autre que ce que l'on "naît"…

Un filet gigantesque comme une voile descendue des cieux, une séduisante sirène arborant fièrement son buste nu en figure de proue, des poupées mécaniques glissant joyeusement sur le sol, des musiques explosives s'emballant à l'instar des corps gagnés par une euphorie palpable… À l'aune du fulgurant dernier tableau où, décomplexées, les envies libertaires ont de "haute lutte" trouvé droit de cité pour se donner à voir dans une nudité adamique, s'éclaire la trame des trajectoires ayant traversé en tous sens le plateau. Épiphanie d'un monde échappant à sa servitude volontaire, l'art circassien a outrepassé les pesanteurs de notre monde pour nous "élever" vers les vertus dionysiaques d'un Olympe jugé trop raisonnablement inaccessible.

© Christophe Raynaud de Lage.
© Christophe Raynaud de Lage.
Et l'on se met soudain à rêver… Et si le ballant, apparemment innocent du trapèze, indiquait ce "point fixe" à valeur hypnotique susceptible de nous faire reconsidérer de fond en comble le monde qui nous entoure… Le pendule de Mélissa von Vépy nous ouvre alors la voie vers des horizons d'attente ô combien plus désirables que ceux de la présente folie terre à terre, une boussole enivrante pour échapper à "cette pluie de fer, de feu, d'acier, de sang" s'abattant sur nos têtes désorientées.

Vu le mardi 15 mars à la Scène Nationale Carré-Colonnes, Carré des Jalles, Saint-Médard-en-Jalles (33).

"Les Flyings"

© Christophe Raynaud de Lage.
© Christophe Raynaud de Lage.
Mise en scène : Mélissa Von Vépy.
Avec, : Breno Caetano, Célia Casagrande-Pouchet, Sarah Devaux, Axel Minaret, Marcel Vidal-Castells.
Collaboration à la mise en scène : Pascale Henry (écriture, dramaturgie) et Gaël Santisteva (dramaturgie).
Son : Jean-Damien Ratel, Olivier Pot.
Lumière et régie générale : Sabine Charreire.
Scénographie : Neil Price, Mélissa Von Vépy.
Costumes : Catherine Sardi.
Régie son : Olivier Pot/Julien Chérault.
Durée : 1 h 10.
Production : Cie Happés.
À partir de 8 ans.

Créé le 5 février 2021 au Théâtre d'Arles - Scène conventionnée d'intérêt national Art et Création pour les nouvelles écritures, dans le cadre de la BIAC (Biennale Internationale des Arts du Cirque), Marseille.

>> melissavonvepy.com

Yves Kafka
Lundi 21 Mars 2022

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives | Avignon 2021 | Avignon 2022







À découvrir

Au 41e Festival de la Vézère souffle l’esprit de la musique

Le festival de référence en Corrèze poursuit son aventure malgré la disparition de sa regrettée fondatrice. Il offrira cette saison encore de très beaux rendez-vous musicaux.

Festival de la Vézère 2020, concert de la famille Pidoux © 28mmphoto.
Pour sa 41e édition, le Festival de la Vézère fera vivre l'esprit des lieux puisque Diane du Saillant poursuit la belle mission que s'étaient fixés ses parents, Isabelle et Guy : donner la plus grande audience à la musique et à l'opéra en Corrèze en région Nouvelle-Aquitaine. Elle est donc à la tête depuis cette année du festival fondé en 1981 et entend même le développer. Dix-neuf événements forts rassemblant 150 artistes dans treize lieux remarquables sont offerts dès le début de juillet et ce, pour plus d'un mois.

Fidèle à son esprit alliant exigence et éloge de la beauté, invitant nouveaux venus et artistes fidèles, la manifestation entend rassembler un public très divers : jeunes, familles, mélomanes avertis et amateurs estivaux de sensations nouvelles. De nombreux lieux patrimoniaux se sont ajoutés au cours des quatre décennies mettant le public aux premières loges de l'excellence musicale. En cette année 2022 s'y ajoutent deux nouveaux : les Ardoisières de Travassac et les Jardins de Colette à Varetz. Ce dernier accueillera le 20 juillet Alex Vizorek et le Duo Jatekok, les talentueuses sœurs pianistes, pour un "Carnaval des animaux" de Saint-Saëns attendu.

Outre le désormais traditionnel week-end lyrique des 5, 6 et 7 août au Château du Saillant, rendu possible grâce à la formidable compagnie du pianiste Bryan Evans, Diva Opéra (avec "Tosca" et "Cosi fan tutte" cet été), voici une petite sélection d'évènements inratables chinés au cœur d'un riche programme.

Christine Ducq
25/06/2022
Spectacle à la Une

•Off 2022• "Fantasio" L'expression contemporaine d'un mal-être générationnel

"Buvons l'ami et songeons à ce mariage point désiré." Éternel sujet maintes fois traité par nos grands auteurs classiques, l'union "forcée" reste encore d'actualité et l'acte de résistance qu'opposent les femmes, quel que soit le pays, peut induire une forme de rébellion et une revendication d'indépendance, d'autonomie, de liberté qui traversent facilement le prisme de la modernité.

© Andreas Eggler.
Il y a des compagnies et des metteurs en scène que l'on a particulièrement plaisir à suivre, à retrouver. Qui nous offre des moments où l'on aime sans crainte laisser se glisser nos oreilles, nos yeux, notre attention dans le confort d'une nouvelle création dont on sait quasiment par avance qu'elle nous régalera, ravira tous nos sens. Un spectacle de la Cie de L'Éternel fait assurément partie de ces petits bonheurs qui sont résolument inscrits dans une pratique novatrice, fougueuse, audacieuse et talentueuse de l'art des saltimbanques… celui qui réjouissait les foules au temps des tréteaux, des "sauteurs de bancs"*.

Au cœur de la pièce de Musset se joue le mariage politique de la princesse Elsbeth, enjeu d'un pays/royaume, décevant, sans vigueur et sans perspective pour les jeunes générations, à la gouvernance désabusée. En contrepoint, Fantasio, jeune homme désespéré - fuyant la routine, l'ennui qui naît du quotidien, la lassitude du "rien faire" -, désargenté et à l'avenir incertain, se joue des conventions, peu respectueux de la gente bien-pensante. Endossant de manière inattendue la posture et le costume de bouffon, habité d'une folle énergie soudaine et d'excès de lucidité bénéfique, il bouleverse la donne, sème un joyeux et revigorant bordel, boosté par un esprit vif et pertinent, et fait imploser sans violence le mariage.

Gil Chauveau
23/06/2022
Spectacle à la Une

•Off 2022• "Eurydice aux Enfers" Vivre comme mourir engage l'être tant dans son âme que dans son corps

Ayant perdu son épouse Eurydice, Orphée pleure sa mort durant la cérémonie funèbre. Zeus, voyant le chagrin du jeune homme, l'autorise à descendre aux Enfers pour qu'il aille chercher sa bien-aimée. Une seule condition lui est imposée : qu'il ne croise le regard d'Eurydice à aucun moment.

© Julie Mitchell.
Accueilli d'abord avec hostilité par les Esprits infernaux, Orphée est ensuite guidé par les Ombres heureuses dans le paysage des Champs-Élysées et elles lui rendent Eurydice. Tous deux chantent le bonheur retrouvé et Orphée veille à ne pas regarder son épouse. Mais celle-ci commence à douter de l'amour d'Orphée qui lui refuse tout contact. Tenu au silence, Orphée finit pourtant par briser le serment et témoigne son amour à Eurydice : la jeune femme s'effondre aussitôt, laissant à nouveau Orphée seule. Toutefois, grâce à l'intervention de l'Amour, ils seront bientôt unis pour l'éternité.

Tel est le résumé du célèbre mythe d'Orphée et Eurydice. Mais c'est avec une grande modernité et une grande audace que la Compagnie de l'Eau qui Dort, sous la houlette de Gwendoline Destremau, a revisité ce dernier. Ici, c'est Eurydice qui traverse la croûte terrestre pour retrouver son amant Orphée décédé. Elle rencontre de multiples cadavres et créatures qui font de sa route vers l'amour un véritable chemin initiatique. La mise en scène, d'une modernité heureuse et lumineuse, met l'accent sur une incontestable dimension féminine sans toutefois afficher de grandes revendications féministes auxquelles on est souvent confronté ! Car dans cette pièce, tout est soigneusement sobre à ce sujet, juste et subtile.

Brigitte Corrigou
25/06/2022