La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Théâtre

"Les Fâcheux" La comédie-ballet, invention de Molière, reinventée aux Nocturnes de Grignan

Avec "Les Fâcheux", Molière invente. La pièce, commandée juste avant sa disgrâce par Nicolas Fouquet (surintendant des finances) pour une grande fête offerte au "Roi-Soleil" dans son château de Vaux-le-Vicomte, la pièce fait partie des magnificences dévoilées aux yeux du jeune monarque de 23 ans. Tous les métiers d'art et de plaisir de l'époque ont été employés par Fouquet : l'architecture de Louis Le Vau, les peintures de Le Brun, le jardin à la française de Le Nôtre, le plaisir des papilles de Vatel pour ne citer qu'eux. Tout est fait pour éblouir, charmer, impressionner la cour de 600 personnes qui y fit le déplacement ce 18 août 1661.



© Jean Delmarty.
© Jean Delmarty.
Dans cet étalage somptueux et moderne qui sera néfaste au surintendant puisqu'il provoquera la jalousie du Roi-Soleil, Molière n'est pas en reste. Accompagné de Lully pour la musique et de Beauchamp (à la chorégraphie et la composition d'une bonne partie des airs), il présente dans les jardins du château une comédie d'un nouveau genre, du jamais vu dans la Paris de cette époque, une création dont le but est de séduire l'âme et l'esprit autant que les yeux et les oreilles : la première comédie-ballet.

Trois actes, un orchestre et des danseurs pour les trois intermèdes chorégraphiés, et un feu d'artifice pour clore la représentation, voilà le cocktail qu'il présente comme divertissement à cette grande soirée. Molière sait la passion que le jeune Louis XIV ressent pour la danse. Ce dernier se mettra souvent en scène dans des ballets qu'il offre aux regards de la cour. Ce premier théâtre mêlant jeu, musique et danse a dû forcément lui plaire. La Fontaine, présent à la fête, parle de cette soirée comme un émerveillement.

© Jean Delmarty.
© Jean Delmarty.
La trame de la pièce est toute simple puisqu'elle se construit sur le comique de répétition classique du héros empêché par une série de rencontres inopportunes, un schéma rebattu dans la commedia dell'arte. Ici, le héros, Éraste est arrêté tout au long de la pièce par toutes sortes de rencontres d'impertinents alors qu'il cherche à rejoindre celle qu'il convoite, la belle Orphise.

Molière se sert de ce levier comique pour dresser une galerie de portraits drôles et cruels qui sont directement inspirés de ses contemporains à la cour et à la ville : pédants, plaintifs, intrigants, vantards, joueurs… tous ont en commun une suffisance, une conscience d'eux-mêmes boursouflée, un ego surdimensionné. Ainsi, malgré le ton résolument divertissant, Molière continue ce qu'il a entamé avec les "Princesses Ridicules" et poursuivi avec "L'École des maris". La pièce tend un miroir grossissant à tout ce monde qui rit des travers qu'elle reconnaît bizarrement uniquement chez les autres.

Metteure en scène du spectacle, Julia de Gasquet, est une émérite spécialiste de la littérature du XVIIe siècle. Spécialiste également de la déclamation baroque, elle a décidé de rendre moderne "Les Fâcheux" tout en insufflant dans sa mise en scène suffisamment d'éléments pour donner une idée du spectacle donné par la troupe du roi à sa création dans les jardins de Vaux-le-Vicomte. L'orchestre reprend les partitions originales adaptées au nombre d'instruments qui sont, eux aussi, de l'époque baroque, les danses sont calquées sur celles créées par Beauchamp en 1661, les costumes sont le fruit de recherches iconographiques, devant cette façade du château de Grignan derrière lequel le soleil décline pour que le ciel nocturne se déploie, on entend au loin l'écho de l'Histoire.

© Jean Delmarty.
© Jean Delmarty.
Pour ce qui est des comédiens, Julia de Gasquet (elle-même sur scène dans un petit rôle) les dirige de façon beaucoup plus moderne, assumé, mettant parfois en jeu le public, insérant des répliques clins d'œil qui font mouche, se moquant des protocoles des rencontres entre gens de la haute de l'époque. Dans cette mise en scène, la farce passe au second plan pour privilégier le plaisir visuel, la musique et l'intelligence des intentions critiques de Molière sur son époque.

On peut saluer la jolie performance de Thomas Cousseau qui se glisse dans les peaux des sept principaux Fâcheux rencontrés par Éraste avec une énergie et un sens comique développé ainsi que les ballets gracieux et rafraîchissants de Jehanne Baraston, Pierre-François Dollé sur les mélodies joyeuses de l'orchestre.

Avec cette première comédie-ballet, Molière rêvait peut-être de créer le mythique spectacle total, "Les Fâcheux" des Nocturnes de Grignan donnent une belle idée de cette quête, d'autant plus justifiée que les murs de ce château où mourut madame de Sévigné avaient leur faste aux mêmes heures que celui du château de Vaux-le-Vicomte, à quelques encablures près.

"Les Fâcheux"

© Jean Delmarty.
© Jean Delmarty.
Mise en scène : Julia de Gasquet.
Chorégraphie : Pierre-François Dollé.
Dramaturgie : Marie Bouhaïk-Gironès, chercheuse et spécialiste des théâtres anciens.
Comédiens : Thomas Cousseau, Julia de Gasquet, Adrien Michaux, Alexandre Michaud, Mélanie Traversier et la voix de François Marthouret.
Danseurs : Jehanne Baraston, Pierre-François Dollé, en alternance avec Akiko Veaux (du 11 au 26 juillet et le 6 août).
Musiciens : Lena Torre (basse de violon, violoncelle piccolo), en alternance avec Sumiko Hara (du 15 au 20 août) ; Julián Rincón (flûte à bec et basson baroque), en alternance avec Felipe Jones (du 20 au 22 juillet, 5 et 6 août, du 15 au 20 août) ; Danican Papasergio (violon baroque).
Direction Musicale : Anne Piéjus, chercheuse et musicologue, éditrice de la pièce dans la bibliothèque de la Pléiade.
Scénographie : Adeline Caron.
Création Lumières : Nathalie Perrier.
Costumes : Julia Brochie.
Maquillage : Mathilde Benmoussa.
Son : Antoine Bouhaïk.
Production La Compagnie de la Chamade.
Durée : 1 h 40.
À partir de 8 ans.

Fêtes Nocturnes de Grignan 2022
Du 27 juin au 20 août 2022.
Du lundi au samedi à 21 h. Sauf du 3 au 9 juillet, le 12 juillet, les 29 et 30 juillet, le 8 août.
Château de Grignan, Grignan, Drôme.
Réservations : 04 75 91 83 65.
>> chateaux-ladrome.fr

Bruno Fougniès
Jeudi 30 Juin 2022

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives | Avignon 2021 | Avignon 2022




    Aucun événement à cette date.



À découvrir

Au 41e Festival de la Vézère souffle l’esprit de la musique

Le festival de référence en Corrèze poursuit son aventure malgré la disparition de sa regrettée fondatrice. Il offrira cette saison encore de très beaux rendez-vous musicaux.

Festival de la Vézère 2020, concert de la famille Pidoux © 28mmphoto.
Pour sa 41e édition, le Festival de la Vézère fera vivre l'esprit des lieux puisque Diane du Saillant poursuit la belle mission que s'étaient fixés ses parents, Isabelle et Guy : donner la plus grande audience à la musique et à l'opéra en Corrèze en région Nouvelle-Aquitaine. Elle est donc à la tête depuis cette année du festival fondé en 1981 et entend même le développer. Dix-neuf événements forts rassemblant 150 artistes dans treize lieux remarquables sont offerts dès le début de juillet et ce, pour plus d'un mois.

Fidèle à son esprit alliant exigence et éloge de la beauté, invitant nouveaux venus et artistes fidèles, la manifestation entend rassembler un public très divers : jeunes, familles, mélomanes avertis et amateurs estivaux de sensations nouvelles. De nombreux lieux patrimoniaux se sont ajoutés au cours des quatre décennies mettant le public aux premières loges de l'excellence musicale. En cette année 2022 s'y ajoutent deux nouveaux : les Ardoisières de Travassac et les Jardins de Colette à Varetz. Ce dernier accueillera le 20 juillet Alex Vizorek et le Duo Jatekok, les talentueuses sœurs pianistes, pour un "Carnaval des animaux" de Saint-Saëns attendu.

Outre le désormais traditionnel week-end lyrique des 5, 6 et 7 août au Château du Saillant, rendu possible grâce à la formidable compagnie du pianiste Bryan Evans, Diva Opéra (avec "Tosca" et "Cosi fan tutte" cet été), voici une petite sélection d'évènements inratables chinés au cœur d'un riche programme.

Christine Ducq
25/06/2022
Spectacle à la Une

•Off 2022• "Fantasio" L'expression contemporaine d'un mal-être générationnel

"Buvons l'ami et songeons à ce mariage point désiré." Éternel sujet maintes fois traité par nos grands auteurs classiques, l'union "forcée" reste encore d'actualité et l'acte de résistance qu'opposent les femmes, quel que soit le pays, peut induire une forme de rébellion et une revendication d'indépendance, d'autonomie, de liberté qui traversent facilement le prisme de la modernité.

© Andreas Eggler.
Il y a des compagnies et des metteurs en scène que l'on a particulièrement plaisir à suivre, à retrouver. Qui nous offre des moments où l'on aime sans crainte laisser se glisser nos oreilles, nos yeux, notre attention dans le confort d'une nouvelle création dont on sait quasiment par avance qu'elle nous régalera, ravira tous nos sens. Un spectacle de la Cie de L'Éternel fait assurément partie de ces petits bonheurs qui sont résolument inscrits dans une pratique novatrice, fougueuse, audacieuse et talentueuse de l'art des saltimbanques… celui qui réjouissait les foules au temps des tréteaux, des "sauteurs de bancs"*.

Au cœur de la pièce de Musset se joue le mariage politique de la princesse Elsbeth, enjeu d'un pays/royaume, décevant, sans vigueur et sans perspective pour les jeunes générations, à la gouvernance désabusée. En contrepoint, Fantasio, jeune homme désespéré - fuyant la routine, l'ennui qui naît du quotidien, la lassitude du "rien faire" -, désargenté et à l'avenir incertain, se joue des conventions, peu respectueux de la gente bien-pensante. Endossant de manière inattendue la posture et le costume de bouffon, habité d'une folle énergie soudaine et d'excès de lucidité bénéfique, il bouleverse la donne, sème un joyeux et revigorant bordel, boosté par un esprit vif et pertinent, et fait imploser sans violence le mariage.

Gil Chauveau
23/06/2022
Spectacle à la Une

Les 67e Nuits de la Citadelle à Sisteron

À partir du 22 juillet, les Nuits de la Citadelle de Sisteron accueilleront de beaux spectacles consacrés à la musique, à la danse et au théâtre sous l’égide du nouveau directeur artistique du festival, Pierre-François Heuclin.

Carmina Latina © Cappella Mediterranea.
Après la disparition tragique d'Édith Robert, c'est donc à Pierre-François Heuclin de reprendre le flambeau des Nuits de la Citadelle de Sisteron, dans les Alpes-de-Haute-Provence. Le plus ancien festival (avec les Chorégies d'Orange) propose, pour sa 67e édition, un programme varié assuré par certains des meilleurs artistes français et européens.

Dès le 22 juillet, le chef Leonardo Garcia Alarcon à la tête de son orchestre, la Cappella Meditterranea, et du Chœur de chambre de Namur, offrira un concert consacré à des œuvres espagnoles et sud-américaines des XVIe et XVIIe siècles. Ce sera une soirée "Carmina Latina" emmené par la soprano Mariana Flores.

Au cloître Saint-Dominique, une superbe voix retentira encore le 27 juillet avec la venue du ténor britannique Freddie de Tommaso. Le premier prix du concours Plàcido Domingo donnera des airs de Verdi, de Puccini mais aussi des mélodies de Liszt, accompagné du pianiste Jonathan Papp.

Le Duo Jatekok pour "Un Carnaval de Animaux pas comme les autres" (le 7 août) et les sœurs Camille et Julie Berthollet (le 13 août) se produiront ensuite sur la scène du très beau théâtre de verdure pour les premières et celle du cloître Saint-Dominique pour les autres. Des rendez-vous musicaux qui ne manqueront donc pas de charme.

Christine Ducq
18/07/2022