La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Théâtre

"Les Fâcheux" La comédie-ballet, invention de Molière, reinventée aux Nocturnes de Grignan

Avec "Les Fâcheux", Molière invente. La pièce, commandée juste avant sa disgrâce par Nicolas Fouquet (surintendant des finances) pour une grande fête offerte au "Roi-Soleil" dans son château de Vaux-le-Vicomte, la pièce fait partie des magnificences dévoilées aux yeux du jeune monarque de 23 ans. Tous les métiers d'art et de plaisir de l'époque ont été employés par Fouquet : l'architecture de Louis Le Vau, les peintures de Le Brun, le jardin à la française de Le Nôtre, le plaisir des papilles de Vatel pour ne citer qu'eux. Tout est fait pour éblouir, charmer, impressionner la cour de 600 personnes qui y fit le déplacement ce 18 août 1661.



© Jean Delmarty.
© Jean Delmarty.
Dans cet étalage somptueux et moderne qui sera néfaste au surintendant puisqu'il provoquera la jalousie du Roi-Soleil, Molière n'est pas en reste. Accompagné de Lully pour la musique et de Beauchamp (à la chorégraphie et la composition d'une bonne partie des airs), il présente dans les jardins du château une comédie d'un nouveau genre, du jamais vu dans la Paris de cette époque, une création dont le but est de séduire l'âme et l'esprit autant que les yeux et les oreilles : la première comédie-ballet.

Trois actes, un orchestre et des danseurs pour les trois intermèdes chorégraphiés, et un feu d'artifice pour clore la représentation, voilà le cocktail qu'il présente comme divertissement à cette grande soirée. Molière sait la passion que le jeune Louis XIV ressent pour la danse. Ce dernier se mettra souvent en scène dans des ballets qu'il offre aux regards de la cour. Ce premier théâtre mêlant jeu, musique et danse a dû forcément lui plaire. La Fontaine, présent à la fête, parle de cette soirée comme un émerveillement.

© Jean Delmarty.
© Jean Delmarty.
La trame de la pièce est toute simple puisqu'elle se construit sur le comique de répétition classique du héros empêché par une série de rencontres inopportunes, un schéma rebattu dans la commedia dell'arte. Ici, le héros, Éraste est arrêté tout au long de la pièce par toutes sortes de rencontres d'impertinents alors qu'il cherche à rejoindre celle qu'il convoite, la belle Orphise.

Molière se sert de ce levier comique pour dresser une galerie de portraits drôles et cruels qui sont directement inspirés de ses contemporains à la cour et à la ville : pédants, plaintifs, intrigants, vantards, joueurs… tous ont en commun une suffisance, une conscience d'eux-mêmes boursouflée, un ego surdimensionné. Ainsi, malgré le ton résolument divertissant, Molière continue ce qu'il a entamé avec les "Princesses Ridicules" et poursuivi avec "L'École des maris". La pièce tend un miroir grossissant à tout ce monde qui rit des travers qu'elle reconnaît bizarrement uniquement chez les autres.

Metteure en scène du spectacle, Julia de Gasquet, est une émérite spécialiste de la littérature du XVIIe siècle. Spécialiste également de la déclamation baroque, elle a décidé de rendre moderne "Les Fâcheux" tout en insufflant dans sa mise en scène suffisamment d'éléments pour donner une idée du spectacle donné par la troupe du roi à sa création dans les jardins de Vaux-le-Vicomte. L'orchestre reprend les partitions originales adaptées au nombre d'instruments qui sont, eux aussi, de l'époque baroque, les danses sont calquées sur celles créées par Beauchamp en 1661, les costumes sont le fruit de recherches iconographiques, devant cette façade du château de Grignan derrière lequel le soleil décline pour que le ciel nocturne se déploie, on entend au loin l'écho de l'Histoire.

© Jean Delmarty.
© Jean Delmarty.
Pour ce qui est des comédiens, Julia de Gasquet (elle-même sur scène dans un petit rôle) les dirige de façon beaucoup plus moderne, assumé, mettant parfois en jeu le public, insérant des répliques clins d'œil qui font mouche, se moquant des protocoles des rencontres entre gens de la haute de l'époque. Dans cette mise en scène, la farce passe au second plan pour privilégier le plaisir visuel, la musique et l'intelligence des intentions critiques de Molière sur son époque.

On peut saluer la jolie performance de Thomas Cousseau qui se glisse dans les peaux des sept principaux Fâcheux rencontrés par Éraste avec une énergie et un sens comique développé ainsi que les ballets gracieux et rafraîchissants de Jehanne Baraston, Pierre-François Dollé sur les mélodies joyeuses de l'orchestre.

Avec cette première comédie-ballet, Molière rêvait peut-être de créer le mythique spectacle total, "Les Fâcheux" des Nocturnes de Grignan donnent une belle idée de cette quête, d'autant plus justifiée que les murs de ce château où mourut madame de Sévigné avaient leur faste aux mêmes heures que celui du château de Vaux-le-Vicomte, à quelques encablures près.

"Les Fâcheux"

© Jean Delmarty.
© Jean Delmarty.
Mise en scène : Julia de Gasquet.
Chorégraphie : Pierre-François Dollé.
Dramaturgie : Marie Bouhaïk-Gironès, chercheuse et spécialiste des théâtres anciens.
Comédiens : Thomas Cousseau, Julia de Gasquet, Adrien Michaux, Alexandre Michaud, Mélanie Traversier et la voix de François Marthouret.
Danseurs : Jehanne Baraston, Pierre-François Dollé, en alternance avec Akiko Veaux (du 11 au 26 juillet et le 6 août).
Musiciens : Lena Torre (basse de violon, violoncelle piccolo), en alternance avec Sumiko Hara (du 15 au 20 août) ; Julián Rincón (flûte à bec et basson baroque), en alternance avec Felipe Jones (du 20 au 22 juillet, 5 et 6 août, du 15 au 20 août) ; Danican Papasergio (violon baroque).
Direction Musicale : Anne Piéjus, chercheuse et musicologue, éditrice de la pièce dans la bibliothèque de la Pléiade.
Scénographie : Adeline Caron.
Création Lumières : Nathalie Perrier.
Costumes : Julia Brochie.
Maquillage : Mathilde Benmoussa.
Son : Antoine Bouhaïk.
Production La Compagnie de la Chamade.
Durée : 1 h 40.
À partir de 8 ans.

Fêtes Nocturnes de Grignan 2022
Du 27 juin au 20 août 2022.
Du lundi au samedi à 21 h. Sauf du 3 au 9 juillet, le 12 juillet, les 29 et 30 juillet, le 8 août.
Château de Grignan, Grignan, Drôme.
Réservations : 04 75 91 83 65.
>> chateaux-ladrome.fr

Bruno Fougniès
Jeudi 30 Juin 2022

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives | Avignon 2021 | Avignon 2022


Brèves & Com



Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.






À découvrir

"Salle des Fêtes" Des territoires aux terroirs, Baptiste Amann arpente la nature humaine

Après le choc de sa trilogie "Des Territoires", dont les trois volets furent présentés en un seul bloc de sept heures à Avignon lors du Festival In de 2021, le metteur en scène se tourne vers un autre habitat. Abandonnant le pavillon de banlieue où vivait la fratrie de ses créations précédentes, il dirige sa recherche d'humanités dans une salle des fêtes, lieu protéiforme où se retrouvent les habitants d'un village. Toujours convaincu que seul ce qui fait communauté peut servir de viatique à la traversée de l'existence.

© Pierre Planchenault.
Si, dans "La vie mode d'emploi", Georges Perec avait imaginé l'existence des habitants d'un bâtiment haussmannien dont il aurait retiré la façade à un instant T, Baptiste Amann nous immerge dans la réalité auto-fictionnelle d'une communauté villageoise réunie à l'occasion de quatre événements rythmant les quatre saisons d'une année. Au fil de ces rendez-vous, ce sont les aspirations de chacun qui se confrontent à la réalité - la leur et celle des autres - révélant, au sens argentique d'une pellicule que l'on développe, des aspérités insoupçonnées.

Tout commence à l'automne avec l'exaltation d'un couple de jeunes femmes s'établissant à la campagne. Avec le montant de la vente de l'appartement parisien de l'une d'elles, écrivaine - appartement acquis grâce au roman relatant la maladie psychiatrique du frère qui les accompagne dans leur transhumance rurale -, elles viennent de s'installer dans une usine désaffectée flanquée de ses anciennes écluses toujours en service. Organisée par le jeune maire survient la réunion du conseil consultatif concernant la loi engagement et proximité, l'occasion de faire connaissance avec leur nouvelle communauté.

Yves Kafka
17/10/2022
Spectacle à la Une

"Play/replay" The Rat Pack Compagnie fait son cirque… et son cinéma... Action !

Après le succès mondial de "Speakeasy", la compagnie circassienne The Rat Pack est de retour avec une création intitulée "Play/Replay". Explorant précédemment le genre "films de gangsters" au cœur d'un bar clandestin - que l'on appelait, au temps de la prohibition, un "speakeasy" -, nous les découvrons pour ce nouveau spectacle sur un plateau en plein tournage d'une scène caractéristique des "films d'action", le cambriolage d'un objet précieux. On retrouve donc avec plaisir ce qui fait aujourd'hui leur marque de fabrique… un cocktail explosif mêlant acrobatie, musique et cinéma… plus, cette fois-ci, l'humour décalé de Jos Houben !

© Zenzel.
Imaginez un joyau convoité, un œuf précieux - façon œuf de Fabergé - protégé par des faisceaux verts que l'on perçoit bien dans une nuit noire et volontairement enfumée. Quoi de mieux pour exercer ses talents d'acrobate que le franchissement subtilement chorégraphié de ceux-ci. Ainsi débute "Play/Replay" avec cette scène ô combien classique digne d'un "Mission Impossible", d'un Ocean's Twelve (référence directe à l'œuf) ou d'un James Bond... Et la magie opère. Les six artistes de The Rat Pack - usant souvent du jeu d'ombres chinoises et de ses effets de mystères en "noir et blanc" - déploient humour et créativité pour se jouer des codes de ce genre cinématographique et les détourner avec espièglerie et autodérision.

Au fil des séquences - certaines reproduisant des cascades ou des défis réputés impossibles, improbables ou nécessitants de judicieux trucages -, ils réalisent des numéros s'enchaînant avec fluidité, sans temps mort, où il est fait appel à la roue Cyr, aux nombreuses déclinaisons du main à main, aux multiples variations du corps à corps, aux périlleux exercices de voltige, etc. Ainsi, culbutes, chutes, bagarres, explosions, ralentis, flashbacks, courses-poursuites - tout autant haletantes que burlesques -, attitudes figées clownesques alimentent l'histoire qui nous est contée et les coulisses qui nous sont dévoilées.

Gil Chauveau
20/12/2022
Spectacle à la Une

Dans "Nos jardins Histoire(s) de France #2", la parole elle aussi pousse, bourgeonne et donne des fruits

"Nos Jardins", ce sont les jardins ouvriers, ces petits lopins de terre que certaines communes ont commencé à mettre à disposition des administrés à la fin du XIXe siècle. Le but était de fournir ainsi aux concitoyens les plus pauvres un petit bout de terre où cultiver légumes, tubercules et fruits de manière à soulager les finances de ces ménages, mais aussi de profiter des joies de la nature. "Nos Jardins", ce sont également les jardins d'agrément que les nobles, les rois puis les bourgeois firent construire autour de leurs châteaux par des jardiniers dont certains, comme André Le Nôtre, devinrent extrêmement réputés. Ce spectacle englobe ces deux visions de la terre pour développer un débat militant, social et historique.

Photo de répétition © Cie du Double.
L'argument de la pièce raconte la prochaine destruction d'un jardin ouvrier pour implanter à sa place un centre commercial. On est ici en prise directe avec l'actualité. Il y a un an, la destruction d'une partie des jardins ouvriers d'Aubervilliers pour construire des infrastructures accueillant les JO 2024 avait soulevé la colère d'une partie des habitants et l'action de défenseurs des jardins. Le jugement de relaxe de ces derniers ne date que de quelques semaines. Un sujet brûlant donc, à l'heure où chaque mètre carré de béton à la surface du globe le prive d'une goutte de vie.

Trois personnages sont impliqués dans cette tragédie sociale : deux lycéennes et un lycéen. Les deux premières forment le noyau dur de cette résistance à la destruction, le dernier est tout dévoué au modernisme, féru de mode et sans doute de fast-food, il se moque bien des légumes qui poussent sans aucune beauté à ses yeux. L'auteur Amine Adjina met ainsi en place les germes d'un débat qui va opposer les deux camps.

Bruno Fougniès
23/12/2022