Quantcast
La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Concerts

Les Dissonances… musiciens aux affinités électives

Le 6 octobre, dans la grande salle de la Philharmonie de Paris, l'orchestre Les Dissonances, accompagné de son fondateur le violoniste David Grimal, fêtait ses dix années d'existence et l'amitié franco-allemande avec un programme idoine consacré à Debussy et Beethoven. Prélude à une grande tournée en France et à l'étranger.



© Bernard Martinez.
© Bernard Martinez.
Curieux orchestre que ce collectif de musiciens solistes et chambristes à géométrie variable (soixante-dix musiciens ce 6 octobre) sans chef d'orchestre mais avec une âme et un fondateur-compagnon de route le violoniste David Grimal. Plutôt jeune et réunissant des musiciens issus de diverses formations françaises et étrangères, l'orchestre fonctionne sur le principe des affinités électives et de la liberté. Les membres des Dissonances (1) se choisissent par cooptation et décident ensemble du choix des œuvres et du programme. Dix ans que dure cette utopie collaborative et participative où chacun doit trouver sa place sans chef d'orchestre à la baguette et ce, au service d'œuvres qu'il s'agit de faire redécouvrir et qui sont de fait réinterprétées.

Surprenante vision donc ce jour-là pour l'habitué(e) des concerts : un orchestre sur la belle scène de la Philharmonie, sans estrade ni chef, avec un espace central libéré en attendant d'accueillir David Grimal, soliste pour le Concerto pour violon de Beethoven. Mais n'allons pas si vite. Le poème symphonique "La Mer" de Claude Debussy a été choisi pour ouvrir la soirée et c'est la première fois depuis sa création en 1905 par l'Orchestre Lamoureux qu'il sera joué sans chef. Un défi qui laisse un peu perplexe tant la chose est inédite.

Ce chef-d'œuvre à l'orchestration opulente peut-il être joué ainsi ? Oui. L'interprétation ne décevra pas. Les riches coloris de ce manifeste musical impressionniste sont bien rendus, tous les pupitres excellent à enluminer détails et lignes jusqu'à la tempête finale - vrai prestige subtil de cette écriture qui opère en touches éphémères par fusion ou juxtaposition des motifs. On sait que la fameuse estampe d'Hokusaï "La Vague" reproduite sur la partition d'origine en est l'allégorie.

David Grimal © Bernard Martinez.
David Grimal © Bernard Martinez.
Avec des percussions, des vents et cordes au sommet, la cohésion de l'orchestre fait plaisir à voir. Heureux d'être là et de jouer ensemble, très attentifs les uns aux autres, les musiciens tout en complicité, sourires et précision constituent un tout organique qui rend possible cette gageure sous le regard bienveillant et attentif du premier violon Hans-Peter Hofmann, un des membres de la première heure (2).

Le bonheur cette idée neuve dans un orchestre ? L'impression sera confirmée par ces beaux moments que constitue l'écoute de ces hits absolus de la musique que sont le Concerto pour violon et la cinquième symphonie de Beethoven. Seul l'orchestre les Dissonances pouvait sans doute nous donner l'impression de les entendre pour la première fois. Romantique en diable, le concerto pour violon et orchestre en ré majeur opus 61 retrouve avec David Grimal ses sonorités pures, sa déraison maîtrisée, son lyrisme très intériorisé. L'amitié - vertu toute aristotélicienne - entre un orchestre resserré et le soliste porte haut la jubilation et l'émotion.

Très à l'aise aussi dans les formes très architecturales de la Symphonie n°5 opus 67 (célèbre pour son thème initial du destin frappant à la porte du compositeur avec ses quatre notes dramatiques), les cors, les hautbois, les cordes et les vents des Dissonances (et un David Grimal premier violon veillant tendrement sur ses partenaires) n'ont pas besoin d'une baguette pour exalter passion, tendresse et fureur façon Sturm und Drang jusqu'à l'apothéose finale. Enthousiaste le public a réservé un triomphe mérité à une telle joie de faire de la musique hors des chemins balisés.

© Bernard Martinez.
© Bernard Martinez.
Une raison supplémentaire de les aimer ? Les Dissonances et leurs invités organisent une "Autre Saison" parallèle gratuite pour les sans-abris et dont les bénéfices (ces concerts sont ouverts à tous) financent des programmes d'aide aux démunis. La classe !

Notes :
(1) Le nom de l'orchestre est un hommage au quatuor de Mozart du même nom.
(2) Membre fondateur du quatuor Les Dissonances avec David Gaillard, Xavier Phillips et David Grimal.


Programme complet 2015-2016 :
>> les-dissonances.eu

Petite sélection des prochains concerts :
23 janvier 2016 : Opéra de Dijon (Les Dissonances y sont en résidence depuis 2008), Dijon (21).
26 janvier 2016 : Le Volcan, Scène nationale du Havre, Le Havre (76).
17 avril 2016 : Théâtre des Champs-Elysées (Paris 8e).

"L'Autre Saison des Dissonances"
Église Saint-Leu-Saint-Gilles.
92 rue Saint-Denis Paris 1er.
11 décembre 2015 : avec le chœur Aedes, Mathieu Romano (direction).
8 janvier 2016 : Quatuor Les Dissonances.

● "The 5 Violin Concertos - W.A. Mozart".
Les Dissonances - David Grimal.
CD-DVD sorti en février 2015.
Label : Les Dissonances.
Distribution : Harmonia Mundi.

Christine Ducq
Vendredi 16 Octobre 2015

Nouveau commentaire :

Concerts | Lyrique


Brèves & Com


Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.






    Aucun événement à cette date.



À découvrir

Fred Pallem et Le Sacre du Tympan racontent les Fables de La Fontaine

Excellente idée que celle de Fred Pallem, musicien compositeur aux multiples talents et goûts musicaux, de revisiter avec quelques belles notes revigorantes "Les Fables de La Fontaine", quatorze plus précisément, qui sont racontées par une belle "brochette" d'artistes, des fidèles parmi les fidèles ou des - nouvellement ! - copains et copines.

Concert
En ces temps si particuliers, où nous sommes coincés - petits et grands - dans nos lieux de vie, notre disponibilité pour lire, écouter, songer, affabuler, s'évader sur des histoires anciennes ou nouvelles, est grande. C'est l'occasion aussi de redécouvrir nos classiques, mais en mode inédit, portés par des phrasés mélodiques et des conteurs aux personnalités affirmées et talentueuses.

S'il y a bien un compositeur à qui l'on ne peut pas reprocher de raconter des fables, c'est bien Fred Pallem. En plus de vingt ans de compositions et de concerts, jamais il ne se répète. Depuis son premier album avec sa formation "Le Sacre du Tympan" (en 2002) jusqu'à sa dernière "Odyssée" en 2018, en passant par ses passions cinématographiques - "Soundtrax" (2010), "Soul Cinéma" (2017) -, voire celles aux dessins animés de son enfance - Cartoons (2017) - et à des compositeurs comme François de Roubaix, jamais il n'a cessé d'innover, de créer.

Mais ce que l'on sait moins, c'est que Fred Pallem est également un amoureux des mots. On peut le constater avec les multiples collaborations qu'il a eues avec des chanteurs et chanteuses comme Lavilliers, Barbara Carlotti, MC Solaar, Clarika, etc. Mais aujourd'hui, avec ce nouvel album, les mots prennent le devant. "Tout d'abord, j'avais envie de composer de la musique autour d'une voix parlée ; m'imprégner du rythme des mots et de leurs sons, ressentir le tempo de la diction, puis écrire de la musique à partir de cela. Nous avons donc enregistré les voix en premier et les musiques ensuite."

Gil Chauveau
15/11/2020
Spectacle à la Une

"Rabudôru, poupée d'amour" Une expérience intime de théâtre filmé, diffusée en direct via le web

L'incidence de la mise en sommeil de tous les spectacles, en ce mol novembre 2020, n'est pas la seule raison de cette représentation destinée aux internautes à laquelle nous à conviée la Compagnie La Cité Théâtre. Dès la conception du spectacle, Olivier Lopez, auteur et metteur, envisageait une double vision du spectacle : une en contact direct avec le public de la salle, l'autre en streaming par captation en temps réel.

© Julien Hélie.
"Le "ciné live stream" est un autre regard sur l'histoire de "Rabudôru". Accessible en ligne, cette "dématérialisation" interroge l'expérience théâtrale, la place du(de la) comédien(ne), entre l'image et le plateau. (Olivier Lopez/Dossier de presse).

Le plateau de théâtre devient également plateau de cinéma, avec cadreurs, techniciens et cabine de réalisation intégrée. Le but est de rechercher d'autres rapports à la scène que cet éphémère "ici et maintenant" dont le spectacle vivant a toujours été fier et dépendant. C'est un ici au ailleurs que propose Olivier Lopez mais pas seulement.

Le filmage en direct apporte, dans certaines scènes, une proximité, une intimité avec les personnages sans le filtre de la déclamation théâtrale. Les expressions en plans rapprochés semblent plus fortes. Les cadrages permettent d'oublier un temps le reste du décor plateau et s'immerger plus profondément dans la scène, passer d'un lieu à un autre avec souplesse et précision.

Bruno Fougniès
16/11/2020
Sortie à la Une

"Zaï Zaï Zaï Zaï" Road movie déjanté… Tout ça pour un poireau !

Ne devoir son salut qu'à un légume à bulbe blanc et à longues feuilles vertes, brandi sous le nez d'un vigile expert en roulade arrière dissuasive, marque le point de bascule de ce jeune homme - peu recommandable, il est auteur de BD - venant de commettre l'impensable : ne pas avoir été en mesure de présenter sa carte de fidélité à la caissière ! Telle est l'origine de la folle cavale du "héros" échappé de l'album éponyme de Fabcaro pour être porté sur la scène par Angélique Orvain, réalisant là une prouesse propre à rendre lumineuse toute grisaille.

© Romain Dumazer.
Dans un dispositif immergeant le spectateur au cœur de l'action effrénée - pas moins de quatre podiums disposés en cercle, éclairés tour à tour, incluent le public dans des tableaux vivants -, l'épopée du fuyard décrété ennemi numéro 1 par la vox populi reprenant en chœur les voix des médias et des représentants de l'ordre va être vécue de manière haletante. L'occasion pour l'auteur et la metteure en scène, fins observateurs des travers contemporains, de croquer à pleines dents les errements hilarants des conduites dites "ordinaires".

En effet ces "arrêts sur images", joués superbement par huit acteurs tirant parti avec intelligence des ressorts du théâtre de tréteaux et des ralentis cinématographiques, passent au scanner les dérives de la pensée commune érigée en système de pensée. Aucun milieu n'y échappe. Pas moins les complotistes avachis devant leur téloche, les bobos contents d'eux-mêmes lisant Les Inrocks ou Le Monde Diplomatique, les artistes charitables réalisant un album de soutien à l'auteur de BD à la dérive, les forces de l'ordre au képi bas, et encore moins les journalistes des chaînes d'infos en continu commentant en boucle l'absence d'infos.

Éberlué par tant de perspicacité bienveillante mais non moins mordante, on jubile… Rien ne nous est épargné du grotesque qui sous-tend les comportements de la meute de ces (braves) gens commentant avidement la cavale du dangereux mécréant ayant bravé l'interdit suprême des fidèles du "Temple de la consumation". Et si le trait est grossi à l'envi, il déforme à peine la réalité des travers.

Yves Kafka
29/10/2020