La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Concerts

Les Dissonances… musiciens aux affinités électives

Le 6 octobre, dans la grande salle de la Philharmonie de Paris, l'orchestre Les Dissonances, accompagné de son fondateur le violoniste David Grimal, fêtait ses dix années d'existence et l'amitié franco-allemande avec un programme idoine consacré à Debussy et Beethoven. Prélude à une grande tournée en France et à l'étranger.



© Bernard Martinez.
© Bernard Martinez.
Curieux orchestre que ce collectif de musiciens solistes et chambristes à géométrie variable (soixante-dix musiciens ce 6 octobre) sans chef d'orchestre mais avec une âme et un fondateur-compagnon de route le violoniste David Grimal. Plutôt jeune et réunissant des musiciens issus de diverses formations françaises et étrangères, l'orchestre fonctionne sur le principe des affinités électives et de la liberté. Les membres des Dissonances (1) se choisissent par cooptation et décident ensemble du choix des œuvres et du programme. Dix ans que dure cette utopie collaborative et participative où chacun doit trouver sa place sans chef d'orchestre à la baguette et ce, au service d'œuvres qu'il s'agit de faire redécouvrir et qui sont de fait réinterprétées.

Surprenante vision donc ce jour-là pour l'habitué(e) des concerts : un orchestre sur la belle scène de la Philharmonie, sans estrade ni chef, avec un espace central libéré en attendant d'accueillir David Grimal, soliste pour le Concerto pour violon de Beethoven. Mais n'allons pas si vite. Le poème symphonique "La Mer" de Claude Debussy a été choisi pour ouvrir la soirée et c'est la première fois depuis sa création en 1905 par l'Orchestre Lamoureux qu'il sera joué sans chef. Un défi qui laisse un peu perplexe tant la chose est inédite.

Ce chef-d'œuvre à l'orchestration opulente peut-il être joué ainsi ? Oui. L'interprétation ne décevra pas. Les riches coloris de ce manifeste musical impressionniste sont bien rendus, tous les pupitres excellent à enluminer détails et lignes jusqu'à la tempête finale - vrai prestige subtil de cette écriture qui opère en touches éphémères par fusion ou juxtaposition des motifs. On sait que la fameuse estampe d'Hokusaï "La Vague" reproduite sur la partition d'origine en est l'allégorie.

David Grimal © Bernard Martinez.
David Grimal © Bernard Martinez.
Avec des percussions, des vents et cordes au sommet, la cohésion de l'orchestre fait plaisir à voir. Heureux d'être là et de jouer ensemble, très attentifs les uns aux autres, les musiciens tout en complicité, sourires et précision constituent un tout organique qui rend possible cette gageure sous le regard bienveillant et attentif du premier violon Hans-Peter Hofmann, un des membres de la première heure (2).

Le bonheur cette idée neuve dans un orchestre ? L'impression sera confirmée par ces beaux moments que constitue l'écoute de ces hits absolus de la musique que sont le Concerto pour violon et la cinquième symphonie de Beethoven. Seul l'orchestre les Dissonances pouvait sans doute nous donner l'impression de les entendre pour la première fois. Romantique en diable, le concerto pour violon et orchestre en ré majeur opus 61 retrouve avec David Grimal ses sonorités pures, sa déraison maîtrisée, son lyrisme très intériorisé. L'amitié - vertu toute aristotélicienne - entre un orchestre resserré et le soliste porte haut la jubilation et l'émotion.

Très à l'aise aussi dans les formes très architecturales de la Symphonie n°5 opus 67 (célèbre pour son thème initial du destin frappant à la porte du compositeur avec ses quatre notes dramatiques), les cors, les hautbois, les cordes et les vents des Dissonances (et un David Grimal premier violon veillant tendrement sur ses partenaires) n'ont pas besoin d'une baguette pour exalter passion, tendresse et fureur façon Sturm und Drang jusqu'à l'apothéose finale. Enthousiaste le public a réservé un triomphe mérité à une telle joie de faire de la musique hors des chemins balisés.

© Bernard Martinez.
© Bernard Martinez.
Une raison supplémentaire de les aimer ? Les Dissonances et leurs invités organisent une "Autre Saison" parallèle gratuite pour les sans-abris et dont les bénéfices (ces concerts sont ouverts à tous) financent des programmes d'aide aux démunis. La classe !

Notes :
(1) Le nom de l'orchestre est un hommage au quatuor de Mozart du même nom.
(2) Membre fondateur du quatuor Les Dissonances avec David Gaillard, Xavier Phillips et David Grimal.


Programme complet 2015-2016 :
>> les-dissonances.eu

Petite sélection des prochains concerts :
23 janvier 2016 : Opéra de Dijon (Les Dissonances y sont en résidence depuis 2008), Dijon (21).
26 janvier 2016 : Le Volcan, Scène nationale du Havre, Le Havre (76).
17 avril 2016 : Théâtre des Champs-Elysées (Paris 8e).

"L'Autre Saison des Dissonances"
Église Saint-Leu-Saint-Gilles.
92 rue Saint-Denis Paris 1er.
11 décembre 2015 : avec le chœur Aedes, Mathieu Romano (direction).
8 janvier 2016 : Quatuor Les Dissonances.

● "The 5 Violin Concertos - W.A. Mozart".
Les Dissonances - David Grimal.
CD-DVD sorti en février 2015.
Label : Les Dissonances.
Distribution : Harmonia Mundi.

Christine Ducq
Vendredi 16 Octobre 2015

Nouveau commentaire :

Concerts | Lyrique


Brèves & Com


Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.






    Aucun événement à cette date.



À découvrir

Bernard Adamus "C'qui nous reste du Texas"… Blues et beau

Pour son quatrième album, Bernard Adamus, avec son style blues très marqué, fricote avec le rock pour nous mener vers le grand nord sur des chansons qui se nourrissent de différents tempos aux paroles truculentes.

Bernard Adamus
Bernard Adamus, d'origine polonaise, a débarqué à ses trois ans au Québec. Depuis maintenant plus de dix ans, il trace une ligne artistique saluée par la critique avec ses albums "Brun" (2009), "No2" (2012) et "Sorel soviet so what" (2015). Du premier jusqu'au dernier LP, "C'qui nous reste du Texas", la qualité est toujours chevillée aux accords.

Avec ses dix titres, cet opus a une allure toujours foncièrement blues aux relents parfois rock. L'artiste a laissé très majoritairement son harmonica dans son étui. Sa voix, caractéristique, traînante, presque criarde, est utilisée comme effet multiplicateur de ses émotions.

Les chœurs sont discrets bien que parfois appuyés comme pour "Chipotle". Certaines compositions telle que "L'erreur" excelle dans un blues avec la contrebasse de Simon Pagé très présente, accompagnée de quelques notes de piano pour rendre un son plus clair quand celui-ci est, à dessein, légèrement étouffé par des percussions. La voix monte haut perchée au refrain où claironne un saxophone donnant un tournis musical, tel le reflet d'un état d'âme où la tristesse se berce d'incompréhension. C'est dans ces cassures de rythme que se mêlent d'autres éléments musicaux et vocaux donnant une tessiture aboutie. Le début d'une chanson peut ainsi être décharné à dessein comme celui d'un désert, d'un seul à seul avec l'artiste.

Safidin Alouache
05/05/2020
Spectacle à la Une

"I Fratelli Lehman" par la Cie Tom Corradini Teatro de Turin

Captation intégrale Ce spectacle sans paroles (ou très peu) - mais pas sans bruitages ! - devait être présenté au Théâtre Ambigu durant le festival Off d'Avignon cet été. Du fait de l'annulation, la compagnie italienne Tom Corradini Teatro de Turin vous invite à visionner cette pièce burlesque sur l'argent, la cupidité et l'amour raconté avec le langage du clown, sans interaction verbale, adapté à un public de tous âges et de toutes nationalités.

Comédie visuelle et physique interprété par deux talentueux clowns turinois (Tom Corradini et Michele Di Dedda), "I Fratelli Lehman" (The Lehman Brothers) raconte l'histoire d'un couple de banquiers et de financiers dont les capacités et les compétences les ont rendus célèbres et respectés dans tout le monde.

Apparemment, ils ont tout, des voitures rapides, de beaux secrétaires, des bureaux luxueux, un style de vie somptueux. Cependant, un jour leur fortune est anéantie en quelques minutes après un plongeon désastreux du marché boursier. Des richesses à la misère, ils doivent maintenant transformer leur échec en opportunité et gravir de nouveau la montagne du succès.

Gil Chauveau
21/04/2020
Sortie à la Une

Soigne le monde "Heal The World" de Michael Jackson par les Franglaises

Les Franglaises vous souhaitent encore et toujours un joyeux confinement en vous offrant une reprise franglisée de "Heal The World" de Michael Jackson ou "Soigne Le Monde" de Michel Fils de Jacques. Bonne écoute !

Soigne le monde
"Même confinés, les Franglaises récidivent en traduisant littéralement le très à-propos "Heal the World" de Michael Jackson : "Soigne le Monde". Enregistré et réalisé 100 % en confinement, les trente-cinq membres de la troupe donnent de la voix pour "faire de ce monde une meilleure place". "Enjoy… Euh, appréciez !"

Les Franglaises… le spectacle
Comédie musicale à la façon d'un "opéra pop" à l'américaine, le spectacle propose de traduire les plus grands succès du répertoire anglophone… histoire de vérifier, à travers un "test-aveugle", la pertinence de ces grands tubes mondiaux, des Scarabées à Reine, en passant par Michel Fils-de-Jacques et les Filles Épices… et bien plus encore…
Se prenant les pieds dans les incohérences des traductions littérales au premier degré à la manière de "google-trad", et emportés par la fiction de ces pièces musicales, les interprètes offrent une tournure explosive au spectacle qui vire au cabaret fou version Monty Python !
Durée : 1 h 45

Gil Chauveau
31/03/2020