La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Théâtre

"Les Consolantes" Quand le théâtre convoque avec justesse et émotions la mémoire collective

C'est une fiction qui permet de raconter une multitude de parcours individuels, inspirés par des dizaines de personnes réelles, et ce, autour des attentats du 13 novembre 2015 à Paris et Saint-Denis. Collectées par l'IHTP (Institut d'Histoire du Temps Présent du CNRS) qui lançait une enquête sur l'événement et sa mémoire, ces confessions intimes, récoltées six ans après les attentats, sont centrées sur des expériences traumatiques intimes toutes particulières ancrées dans la conscience collective. Ce sont aussi des inspirations à partir du procès qui s'est déroulé en 2021 et 2022.



© Christophe Raynaud de Lage.
© Christophe Raynaud de Lage.
À bien y regarder, ce nouveau spectacle de Pauline Susini interroge en grande partie la place de l'artiste dans la mémoire du monde et la manière dont il est possible de "fictionner" le réel.
Quoi de plus légitime à ce que l'Art, et le Théâtre en particulier, convoque l'humain et la violence que ce dernier génère ?

Pléthore d'œuvres pourrait en être les témoins et illustrer la chose. Ce n'est pas chose simple que de s'y coller et certains arts y parviennent probablement mieux que d'autres, comme la peinture, par exemple.

Mais, au théâtre, c'est souvent scabreux et bien des choses ont déjà été dites. Nous pensons notamment à des metteurs en scène comme Jan Fabre ou Rodrigo Garcia et à leurs spectacles qui ont pu choquer et effrayer à certains moments le célèbre Festival d'Avignon.

C'est très indirectement et finement que "Les Consolantes" évoque la violence des attentats de Paris, car le choix de Pauline Susini s'est axé bien davantage sur les suites post-traumatiques que cette dernière a pu engendrer dans les corps et les âmes des victimes, directes ou indirectes.

© Christophe Raynaud de Lage.
© Christophe Raynaud de Lage.
Projet ambitieux, s'il en est, qui aurait pu tomber dans certains travers, mais il n'en est rien ! De toute évidence, parce que le processus de création élaboré par la metteuse en scène, à la tête de sa compagnie "Les Vingtièmes Rugissants" depuis 2008, relève d'un travail hautement sensible et inédit autour de la mémoire collective.

"Le corpus documentaire à partir duquel j'ai travaillé se compose d'entretiens intimes. Ce ne sont pas des sources comme les autres : elles relatent une expérience traumatique individuelle ancrée dans la mémoire collective (…). En tant qu'artiste, je ne peux pas m'en emparer sans en prendre soin, sans réfléchir précisément à la manière dont je vais construire une fiction. La forme théâtrale peut contribuer au travail de digestion collective".

Le pari est largement gagné. Au Théâtre 13- Bibliothèque, en ce jour de reprise, après la représentation de création à "La Garance" de Cavaillon, le 11 janvier dernier, et à l'Étoile du Nord du 24 au 26 janvier, une interrogation nous a subitement submergée : comment l'horreur collective pourra-t-elle être évoquée sur un plateau finalement pas si grand que cela ? Comment toutes les "dimensions" du Bataclan, du Stade de France pourront-elles être représentées ? Ou encore, toutes les victimes comptabilisées seront-elles honorées à leur juste souvenir ? Le tout, en ce lieu si clos…

© Christophe Raynaud de Lage.
© Christophe Raynaud de Lage.
Mais elle est parvenue à condenser l'essentiel de la chose, Pauline Susini, grâce au théâtre et à tout ce qui le constitue, en peignant une mosaïque concise et lumineuse d'anecdotes concrètes, profondément humaines.

"Dans un monde utopique, il n'y aurait pas de limites, mais, là, il faut s'en fixer une, mais même cette limite, je ne la connais pas !", dit un des comédiens. A contrario, le spectacle de Pauline Susini apparaît quelque part comme "sans limites", tant l'ensemble, magistralement interprété par les quatre comédiens et comédiennes qui endossent tour à tour trente rôles distincts, est d'une extrême justesse et d'une grande transparence.

Des allusions à des figures mythologiques viennent à certains moments se glisser intelligemment sur la scène transformée en chantier et couverte de bâches blanches, telles Orphée, Charon ou encore Perséphone, comme pour suggérer, peut-être, que rien n'est encore rebâti, que tout reste à faire, que la fatalité restera éternellement la fatalité ou, encore, que ce chantier, précisément en chantier, transpire le vivant avant tout !

Les quatre comédiens et comédiennes, Sébastien Desjours, Noémie Develay-Ressiguier, Sol Espèche, Nicolas Giret-Famin incarnent tour à tour la trentaine de victimes de ces attentats avec justesse, sans pathos ni lyrisme ostentatoire. L'écueil était pourtant à portée de mains…
Le spectacle est magnifié par la création sonore de Loïc Leroux et les lumières de César Godefroy qui, toutes deux conjuguées, ne se contentent pas de structurer l'espace, mais apportent au spectacle une dimension émotionnelle très sensible.

Dans la seconde partie du spectacle, il est fait mention aux nombreux tracas administratifs par lesquels, inévitablement, les victimes de l'horreur doivent passer. Une bulle de parenthèses particulière par rapport au reste du spectacle et qui aurait pu revêtir des aspects dissonants. Mais il n'en est rien : ces évocations renforcent la dimension horrifique de la tragédie vécue par les victimes. L'écueil était pourtant à portée de mains.

La pièce "Les Consolantes" de Pauline Susini était un projet ambitieux, mais la magie de son savoir-faire, rodé auprès de Joël Pommerat sur "La Réunification des deux Corées" ou encore de Justine Heynemann sur "La Discrète amoureuse", entre autres, a su opérer bien joliment, grâce aussi à la scénographie pensée brillamment par Camille Duchemin.

Se consoler par le théâtre ! N'est-ce pas une bonne résolution en ce début d'année 2024 où grogne encore et encore, malheureusement, la violence et la haine !
Consolons-nous ! Vivons !

"Les Consolantes"

© Christophe Raynaud de Lage.
© Christophe Raynaud de Lage.
Texte et mise en scène : Pauline Susini/Compagnie Les Vingtièmes Rugissants.
Collaboratrice artistique : Florence Albaret.
Avec : Noémie Develay-Ressiguier, Sébastien Desjours, Sol Espèche, Nicolas Giret-Famin.
Scénographie : Camille Duchemin.
Chorégraphie : Jeanne Alechinsky.
Lumières : César Godefroy.
Son : Loïc Leroux.
Costumes : Clara Hubert.
À partir de 15 ans.
Durée : 1 h 45.

Du 30 janvier au 9 février 2024.
Du lundi au vendredi à 20 h, samedi à 18 h.
Théâtre 13/Bibliothèque, Paris 13e, 01 45 88 62 22.
>> theatre13.com

Ce spectacle contient des séquences de flash lumineux et des effets stroboscopiques qui peuvent affecter certains spectateurs ou spectatrices.

Tournée
Du 29 février au 2 mars 2024 : Anis Gras, Arcueil (94).
16 mars 2024 : L'Ecam, Kremlin-Bicêtre (94).

Brigitte Corrigou
Mardi 6 Février 2024

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives | Avignon 2021 | Avignon 2022 | Avignon 2023 | À l'affiche ter







À découvrir

"Notre vie dans l'art", 1923-2023, "le siècle, il a passé"… et rien de nouveau à l'est… Un flamboyant Tchekhov contemporain

"La vie, elle a passé, on a comme pas vécu…", ainsi parlait Firs, le vieux valet de chambre de "La Cerisaie" d'Anton Tchekhov, pièce écrite dans le domaine de son ami comédien et metteur en scène Constantin Stanislavski… C'est ce même Constantin Stanislavski, auteur en son temps d'une "Notre vie dans l'art", qui se retrouve au cœur de la pièce éponyme écrite et mise en scène par Richard Nelson, auteur, metteur en scène américain et tchékhovien dans l'âme. Et si l'argument – "Conversations entre acteurs du Théâtre d'Art de Moscou pendant leur tournée à Chicago, 1923" – n'a pas changé d'un iota, ses échos contemporains sont eux particulièrement troublants.

© Vahid Amampour.
Quand, dans le cadre du Festival d'Automne, le Théâtre du Soleil ouvre grand ses portes monumentales de la Cartoucherie à cette nouvelle version de "Notre vie dans l'art", on se dit que ce choix ne peut rien devoir à un quelconque hasard… Et quand on découvre que c'est à Ariane Mnouchkine que l'on doit la traduction de la pièce, et que ce sont ses propres comédiens formés selon les canons artistiques animant son travail que dirige ici Richard Nelson, on n'est nullement surpris de reconnaître là le mantra commun à leurs deux univers : faire du théâtre une caisse de résonances de l'histoire en cours.

Dominant le plateau, comme dans un amphithéâtre antique, des rangées de gradins se font face. Entre une troupe de comédiens en costume de ville. Ils s'affairent à remettre en place les chaises renversées sur la longue table rectangulaire occupant l'espace central, ainsi qu'on peut le faire lorsque l'on revient dans une maison après absence. Il y a là Kostia (Constantin Stanislavski, directeur et acteur du Théâtre de Moscou), Vania, Richard (ancien acteur du même théâtre, exilé lui aux États-Unis), Olga (veuve d'Anton Tchekhov), Vassia et Nina (couple en proie aux tourments de la jalousie amoureuse), Lev et Varia, Masha et Lida, et Petia (jeune acteur soupçonné d'accointances avec les dirigeants de l'Union Soviétique).

Yves Kafka
29/12/2023
Spectacle à la Une

"L'Effet Papillon" Se laisser emporter au fil d'un simple vol de papillon pour une fascinante expérience

Vous pensez que vos choix sont libres ? Que vos pensées sont bien gardées dans votre esprit ? Que vous êtes éventuellement imprévisibles ? Et si ce n'était pas le cas ? Et si tout partait de vous… Ouvrez bien grands les yeux et vivez pleinement l'expérience de l'Effet Papillon !

© Pics.
Vous avez certainement entendu parler de "l'effet papillon", expression inventée par le mathématicien-météorologue Edward Lorenz, inventeur de la théorie du chaos, à partir d'un phénomène découvert en 1961. Ce phénomène insinue qu'il suffit de modifier de façon infime un paramètre dans un modèle météo pour que celui-ci s'amplifie progressivement et provoque, à long terme, des changements colossaux.

Par extension, l'expression sous-entend que les moindres petits événements peuvent déterminer des phénomènes qui paraissent imprévisibles et incontrôlables ou qu'une infime modification des conditions initiales peut engendrer rapidement des effets importants. Ainsi, les battements d'ailes d'un papillon au Brésil peuvent engendrer une tornade au Mexique ou au Texas !

C'est à partir de cette théorie que le mentaliste Taha Mansour nous invite à nouveau, en cette rentrée, à effectuer un voyage hors du commun. Son spectacle a reçu un succès notoire au Sham's Théâtre lors du Festival d'Avignon cet été dernier.

Impossible que quiconque sorte "indemne" de cette phénoménale prestation, ni que nos certitudes sur "le monde comme il va", et surtout sur nous-mêmes, ne soient bousculées, chamboulées, contrariées.

"Le mystérieux est le plus beau sentiment que l'on peut ressentir", Albert Einstein. Et si le plus beau spectacle de mentalisme du moment, en cette rentrée parisienne, c'était celui-là ? Car Tahar Mansour y est fascinant à plusieurs niveaux, lui qui voulait devenir ingénieur, pour qui "Centrale" n'a aucun secret, mais qui, pourtant, a toujours eu une âme d'artiste bien ancrée au fond de lui. Le secret de ce spectacle exceptionnel et époustouflant serait-il là, niché au cœur du rationnel et de la poésie ?

Brigitte Corrigou
08/09/2023
Spectacle à la Une

"Deux mains, la liberté" Un huis clos intense qui nous plonge aux sources du mal

Le mal s'appelle Heinrich Himmler, chef des SS et de la Gestapo, organisateur des camps de concentration du Troisième Reich, très proche d'Hitler depuis le tout début de l'ascension de ce dernier, près de vingt ans avant la Deuxième Guerre mondiale. Himmler ressemble par son physique et sa pensée à un petit, banal, médiocre fonctionnaire.

© Christel Billault.
Ordonné, pratique, méthodique, il organise l'extermination des marginaux et des Juifs comme un gestionnaire. Point. Il aurait été, comme son sous-fifre Adolf Eichmann, le type même décrit par Hannah Arendt comme étant la "banalité du mal". Mais Himmler échappa à son procès en se donnant la mort. Parfois, rien n'est plus monstrueux que la banalité, l'ordre, la médiocrité.

Malgré la pâleur de leur personnalité, les noms de ces âmes de fonctionnaires sont gravés dans notre mémoire collective comme l'incarnation du Mal et de l'inimaginable, quand d'autres noms - dont les actes furent éblouissants d'humanité - restent dans l'ombre. Parmi eux, Oskar Schindler et sa liste ont été sauvés de l'oubli grâce au film de Steven Spielberg, mais également par la distinction qui lui a été faite d'être reconnu "Juste parmi les nations". D'autres n'ont eu aucune de ces deux chances. Ainsi, le héros de cette pièce, Félix Kersten, oublié.

Joseph Kessel lui consacra pourtant un livre, "Les Mains du miracle", et, aujourd'hui, Antoine Nouel, l'auteur de la pièce, l'incarne dans la pièce qu'il a également mise en scène. C'est un investissement total que ce comédien a mis dans ce projet pour sortir des nimbes le visage étonnant de ce personnage de l'Histoire qui, par son action, a fait libérer près de 100 000 victimes du régime nazi. Des chiffres qui font tourner la tête, mais il est le résultat d'une volonté patiente qui, durant des années, négocia la vie contre le don.

Bruno Fougniès
15/10/2023