La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Théâtre

"Les Cahiers de Nijinski" Avant que le rideau ne tombe, dansons la vie contre la mort…

"Urgent crier"… Frappé d'accents incantatoires, le titre phare du poète et homme de théâtre André Benedetto résonne en nous avec l'ultime cri d'un autre funambule de la scène, le danseur Vaslav Nijinski, lui qui, après avoir donné une dernière représentation privée à l'hôtel Suvretta en Suisse où il était venu trouver le repos, rédigea fébrilement ses "Cahiers" avant de se retirer… dans la folie. Aussi, lorsqu'un acteur danseur poète musicien du nom de Denis Lavant, puissamment fragile, s'empare à bras le corps de ses "é-cris", on se dit que quelque chose de l'ordre d'une symbiose va immanquablement se produire…



© Lucie Weeger.
© Lucie Weeger.
Représenter sur un plateau une telle figure emblématique, celle du chorégraphe identifié au scandale de "L'Après-midi d'un faune" et du "Sacre du Printemps", ne peut supporter le moindre faux pas, à entendre comme la moindre concession à l'ordre commun. Seul un acteur d'exception, capable d'incorporer les déliés d'un texte trempé dans le vif d'un sujet oscillant entre génie et folie pouvait prétendre au rôle. Il est vrai que l'acteur fétiche de Léos Carax au cinéma, se glissant dans la peau d'un troll aux ongles crochus et à l'habit vert barbouillé de brun, ou encore au théâtre, prêtant vie (la sienne) aux personnages "en souffrance" de Beckett ou à un Céline glorieux autant qu'odieux, n'en est pas à son coup d'essai.

"Je pense souvent à Antonin Artaud avec son idée obsessionnelle de remettre le corps humain sur la table de dissection, de le malmener, de le bouleverser en quelque sorte. Il s'agit bien là de cette combustion de l'être", écrit Denis Lavant dans "Échappées belles", son livre autoportrait. Et c'est bien mû par cette exigence chevillée au corps, qu'il apparaît devant nous sur la scène de La Reine Blanche. Tel qu'en lui-même, une bête de scène prête à en découdre avec les démons de celui qu'il incarne.

© Lucie Weeger.
© Lucie Weeger.
Étayé par la présence envoûtante jusque dans leurs désaccords du violoncelle de Gaspar Claus et du saxophone de Matthieu Prual, Denis Lavant, sur un plateau sculpté par les ombres et lumières l'éclairant de manière fantomatique, compose un personnage en proie à des pulsions incoercibles… Une rage de vivre hurlée à la mort. Hurlé son amour pour les siens, pour l'humanité entière, et pour Dieu auquel il se confond volontiers. Le poitrail nu laissant saillir le plus infime de ses muscles, le visage creusé de rides expressives tordant les sentiments pour en exalter la profondeur abyssale, le corps de l'acteur travaillé par les assauts d'un texte chaotique se fait partition d'une musique intérieure dont la portée, épousant les heurs et malheurs du génial danseur, est maîtrisée dans ses moindres détails.

Dans quatre cahiers d'écolier, rédigés en moins de six semaines dans l'effervescence de la "maladie de l'âme" qui subvertit sa raison mise à mal, Vaslav Nijinski en proie à une excitation maniaque consigne minutieusement - hors des accès de violence dont ses proches ont à souffrir - ce qui a vocation à devenir le livre des livres, celui qui ouvrira à l'humanité le chemin de sa rédemption. Visions hallucinatoires se mêlant aux éclats de la réalité vécue pour créer le récit de son "mariage avec Dieu", cette fusion incandescente avec le grand tout qui l'entoure et dans lequel il aspire à se fondre. N'est-il pas Dieu lui-même, être de pur amour ? Associations libres renvoyant à la liberté de ses chorégraphies "organiques", ses écrits résonnent comme les pas de danse de la vie contre la mort.

© Lucie Weeger.
© Lucie Weeger.
L'amour jeté comme un cri déchirant sa nuit, celle d'un monde ressenti comme déserté par les sentiments et desséché par la raison. L'amour de Dieu imploré à cor et à cri contre la logique desséchante. Le sentiment exalté de Dieu, seul susceptible d'insuffler l'air nécessaire à l'existence. Tout n'est qu'appel mystique d'un être sentant le sol - le parquet de danse - se dérober sous ses pieds. De plus en plus exalté, les cahiers serrés contre son corps servant de pare-feu à la brûlure du chorégraphe qu'il incarne à s'y tromper, l'acteur traverse les assauts d'un esprit défaillant. Au paroxysme de ses illuminations, se saisissant d'un "haut-parleur", il interprète en russe - la langue du danseur - une chanson surréaliste où il est question d'un homme-dieu, lui.

L'image distordue du visage de l'acteur, projetée sur grand écran en fond de scène, ajoute à l'inquiétante étrangeté ressentie. En effet, si on est averti en se déplaçant dans un théâtre qu'il s'agit là d'une "représentation" et non d'une "présentation" d'un cas de folie à l'œuvre, on sent notre raison vaciller… jusqu'à se demander, tant tout "résonne" juste, tant "organiquement" tout se tient, si, face à nous, ce n'est pas Vaslav Nijinski réincarné en Denis Lavant…

"Les Cahiers de Nijinski"

© Lucie Weeger.
© Lucie Weeger.
Texte : Vaslav Nijinski.
Adaptation : Christian Dumais Lvowski.
Porteur du projet : Matthieu Prual.
Direction artistique : Matthieu Prual, en relation étroite avec toute l'équipe.
Voix et corps : Denis Lavant.
Violoncelle et électronique : Gaspar Claus.
Saxophone, clarinette basse et électronique : Matthieu Prual.
Création vidéo : Thomas Rabillon.
Création lumière : Loïc Seveur.
Regard chorégraphique : Jérémie Bélingard, danseur étoile de l’Opéra de Paris.
Ingénieur du son : Matthieu Fisson
Coach en langue russe : Kassian Berendt.
Durée : 1 h 15.

L'avant-première de ce spectacle a au lieu le 17 décembre 2020 au Mac Orlan, dans le cadre de la saison des Plages Magnétiques à Brest.
Vu le samedi 29 janvier à 21 h, à Théâtre La Reine Blanche, Paris 18e, où le spectacle a été
représenté les 29 et 30 janvier 2022.

Yves Kafka
Mercredi 16 Février 2022

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives | Avignon 2021 | Avignon 2022







À découvrir

"Tropique de la violence" Une forme d'opéra rock comme un cri de détresse des oubliés de Mayotte

Cent-unième département de France, Mayotte, petite île au nord-ouest de Madagascar, souffre. Loin des clichés de lagons tropicaux et de végétation luxuriante, elle est devenue l'endroit de France le plus peuplé en immigrés, officiels mais surtout clandestins, qui débarquent régulièrement des Comores à bord de kwassa-kwassa (bateaux de pêche à fond plat) quand ils ne finissent pas noyés. C'est dans ce plus grand bidonville de France, situé à Mamoudzou (préfecture du département), que se situe l'action de la pièce. Bienvenue à Kaweni, surnommé bien à propos Gaza, décharge humaine où survivent comme ils peuvent une partie des échoués de notre monde.

© Victor Tonelli.
Et parmi eux de nombreux jeunes isolés, comme le héros de cette histoire, Moïse, 15 ans, abandonné par sa mère lorsqu'elle débarqua sur une plage de sable noir, bien des années auparavant. Un enfant recueilli par une infirmière venue du continent, morte depuis. Dans ce contexte pire qu'une jungle, zone de non-droit où l'ordre est aux mains de gangs, Moïse va devoir se débrouiller, survivre et subir la pression de Bruce Wayne, jeune voyou autoproclamé roi de Gaza.

De cet univers décomposé jusqu'aux dans les veines des habitants coule la violence, mieux que le sang. Violence née du manque de tout. D'une pauvreté sans mesure. D'un abandon total. D'un avenir interdit. Aucun repère. Sur le plateau, les projections gigantesques de visages interpellent le minuscule Moïse enfermé dans une cellule de prison. Fantômes imaginaires de la taille de dieux ou de démons. La mise en scène extrêmement élaborée d'Alexandre Zeff fait se caramboler sur scène les mondes intérieurs et les événements de l'histoire.

Bruno Fougniès
05/09/2022
Spectacle à la Une

•Off 2022• "Fantasio" L'expression contemporaine d'un mal-être générationnel

"Buvons l'ami et songeons à ce mariage point désiré." Éternel sujet maintes fois traité par nos grands auteurs classiques, l'union "forcée" reste encore d'actualité et l'acte de résistance qu'opposent les femmes, quel que soit le pays, peut induire une forme de rébellion et une revendication d'indépendance, d'autonomie, de liberté qui traversent facilement le prisme de la modernité.

© Andreas Eggler.
Il y a des compagnies et des metteurs en scène que l'on a particulièrement plaisir à suivre, à retrouver. Qui nous offre des moments où l'on aime sans crainte laisser se glisser nos oreilles, nos yeux, notre attention dans le confort d'une nouvelle création dont on sait quasiment par avance qu'elle nous régalera, ravira tous nos sens. Un spectacle de la Cie de L'Éternel fait assurément partie de ces petits bonheurs qui sont résolument inscrits dans une pratique novatrice, fougueuse, audacieuse et talentueuse de l'art des saltimbanques… celui qui réjouissait les foules au temps des tréteaux, des "sauteurs de bancs"*.

Au cœur de la pièce de Musset se joue le mariage politique de la princesse Elsbeth, enjeu d'un pays/royaume, décevant, sans vigueur et sans perspective pour les jeunes générations, à la gouvernance désabusée. En contrepoint, Fantasio, jeune homme désespéré - fuyant la routine, l'ennui qui naît du quotidien, la lassitude du "rien faire" -, désargenté et à l'avenir incertain, se joue des conventions, peu respectueux de la gente bien-pensante. Endossant de manière inattendue la posture et le costume de bouffon, habité d'une folle énergie soudaine et d'excès de lucidité bénéfique, il bouleverse la donne, sème un joyeux et revigorant bordel, boosté par un esprit vif et pertinent, et fait imploser sans violence le mariage.

Gil Chauveau
23/06/2022
Spectacle à la Une

Les 67e Nuits de la Citadelle à Sisteron

À partir du 22 juillet, les Nuits de la Citadelle de Sisteron accueilleront de beaux spectacles consacrés à la musique, à la danse et au théâtre sous l’égide du nouveau directeur artistique du festival, Pierre-François Heuclin.

Carmina Latina © Cappella Mediterranea.
Après la disparition tragique d'Édith Robert, c'est donc à Pierre-François Heuclin de reprendre le flambeau des Nuits de la Citadelle de Sisteron, dans les Alpes-de-Haute-Provence. Le plus ancien festival (avec les Chorégies d'Orange) propose, pour sa 67e édition, un programme varié assuré par certains des meilleurs artistes français et européens.

Dès le 22 juillet, le chef Leonardo Garcia Alarcon à la tête de son orchestre, la Cappella Meditterranea, et du Chœur de chambre de Namur, offrira un concert consacré à des œuvres espagnoles et sud-américaines des XVIe et XVIIe siècles. Ce sera une soirée "Carmina Latina" emmené par la soprano Mariana Flores.

Au cloître Saint-Dominique, une superbe voix retentira encore le 27 juillet avec la venue du ténor britannique Freddie de Tommaso. Le premier prix du concours Plàcido Domingo donnera des airs de Verdi, de Puccini mais aussi des mélodies de Liszt, accompagné du pianiste Jonathan Papp.

Le Duo Jatekok pour "Un Carnaval de Animaux pas comme les autres" (le 7 août) et les sœurs Camille et Julie Berthollet (le 13 août) se produiront ensuite sur la scène du très beau théâtre de verdure pour les premières et celle du cloître Saint-Dominique pour les autres. Des rendez-vous musicaux qui ne manqueront donc pas de charme.

Christine Ducq
18/07/2022