La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Festivals

Les Accroche-cœurs : Un immense théâtre à ciel ouvert au cœur de la cité angevine

07/09 au 09/09/2012, Les Accroche-cœurs, Angers, Maine-et-Loire

Après avoir accueilli des spectacles venant des contrées ensoleillées du Sud (en 2010) puis, l'année suivante, ceux issus des terres du Levant, le festival Les Accroche-cœurs embarque cette fois, pour sa quatorzième édition, vers le Nord pour un voyage installant les arts de la rue, le théâtre, la danse, la musique, les plasticiens, le cinéma au cœur de la belle cité angevine. Soit près de cinquante propositions artistiques pour quelques deux cents représentations, en présence de Calixte de Nigremont, maître de cérémonie et artiste associé du festival.



Installation "Slow Slugs", le long de la Montee Saint-Maurice © N. Courtade.
Installation "Slow Slugs", le long de la Montee Saint-Maurice © N. Courtade.
Les Accroche-cœurs, c'est tout d'abord un immense succès populaire avec près de 240 000 festivaliers chaque année. C'est aussi une particularité toute angevine, la participation (et l'implication) très forte des associations, des structures culturelles locales et des habitants dans ce festival qui, en proposant leurs propres créations et en intégrant les équipes artistiques dans les spectacles ou la réalisation des œuvres plastiques, contribuent chaque année à la réussite de l'événement.

Cette collaboration active - et artistique - des angevins se concrétisera notamment par la participation à la création d’un géant entouré de son champ de tulipes (en matériaux recyclés) avec la Cie locale Tout L’Toutim. Ce géant participera à la scénographie du Village des Saveurs situé Place de la Rochefoucauld en plein cœur du festival. Cet espace sera entièrement fabriqué à partir d’objets de récupération. Ils réaliseront également avec l’artiste néerlandais Florentijn Hofman les deux limaces géantes qui ramperont le long de la Montée Saint-Maurice, une création plastique monumentale constituée de 40 000 sacs plastiques. Sans oublier le Village des Saveurs qui invite cette année les associations à offrir les meilleurs plats du Nord (thème de cette édition) aux festivaliers !

"Envolée Chromatique" © Vincent Nury.
"Envolée Chromatique" © Vincent Nury.
Parmi les spectacles invités, trois seront des moments particulièrement forts, "dépaysants", féériques, voire aériens. Tout d'abord "Envolée Chromatique", création commune de Nano, de la compagnie des Quidams et d'Aérosculpture. Il s'agit d'un spectacle urbain monumental, une fabrique à rêves, à poésie qui vous emmène dans un autre monde, une autre dimension, blanche, lumineuse et paisible. C’est une invitation à voler et s’envoler, à vivre de ses propres ailes, porté par une musique puissante, envoûtante et d’ailleurs. Sur une idée de Jean-Pierre David, l’artiste Nano, la compagnie Aérosculpture et la compagnie des Quidams s'étaient retrouvés en 2008 en Atlantide Nord, un soir d’été austral. Tombés dans le rêve d’Icare, ils avaient imaginé un procédé pour que s’envole tout un public, procédé baptisé : "Envolée Chromatique". Le public angevin est donc invité à assister à une (re)création de ce grand rêve blanc...

"Hydromania" © Simon Warner.
"Hydromania" © Simon Warner.
La deuxième production remarquable de cette 14e édition est "la" création Accroche-cœurs 2012. Deux compagnies de théâtre de rue de notoriété internationale, Les Grooms (France) et Avanti Display (Grande-Bretagne), ont été sollicitées pour collaborer cette année au spectacle aquatique et musical "Ça s’arrose" offert par la société SWAN (Scottish Water Alliance National), qui prendra le nom de "Hydromania" Ces deux compagnies avaient déjà participé à un projet commun pour le National Theatre de Londres en 2001. La partie musicale sera confiée à la fanfare théâtrale Les Grooms et les effets pyrotechniques et aquatiques seront assurés par la compagnie Avanti Display. La mise en scène de ce spectacle inclassable est confiée à Gilles Rhode, directeur artistique de la compagnie Transe Express.

"Barricade" © Chris Martin.
"Barricade" © Chris Martin.
Le troisième grand rendez-vous sera incontestablement "Barricade" proposé par Nofit State Circus de Cardiff (Pays de Galles). Maëlstrom forain, il débute par l'arrivée de deux camions se garant sur la place publique et se vidant de leur contenu, déchargeant ainsi leurs cargaisons de câbles et de pneus qui, bout à bout, détournent les trajectoires habituelles et les routines du quotidien. Acrobates, voltigeurs et funambules construisent alors un mur, une barricade, spectaculaire aire de jeu devenant prétexte à un tourbillon d’images de cirque époustouflantes. Ils dévoilent ainsi une histoire, leur histoire, où se mêlent courage, solidarité et partage, pour affronter l’avenir. Nofit State Circus est reconnue comme une compagnie majeure de cirque contemporain au Royaume-Uni et connaît un fort succès international. Puisant ses racines dans la tradition galloise où l’art implique le public, où la voix créatrice est l’expression de l’identité collective et s’exprime à travers elle, la compagnie a développé une forme de spectacle unique... Le tourbillon gallois va rugir sur la place Leclerc pour le plus grand plaisir des festivaliers.

"Slips Expérience" © DR.
"Slips Expérience" © DR.
Bien sûr, de nombreuses autres propositions artistiques sont au menu des Accroche-cœurs 2012. Clowns et prouesses physiques avec "Peach" du Crapaud Theatre (Angleterre), "Slips Expérience" par la Cie Okidok (Belgique), "Celui qui criait Hullu !" par l’École des arts du cirque La Carrière (artistes angevins et nordiques) et "Le Cabaret Harry Stork" d'Alain Fairbairn du Théâtre Décalé (Angleterre). Côté théâtre de rue, on retrouvera (en complément de leurs participations à "Ça s’arrose") Les Grooms avec "Le bonheur est dans le chant" et Avanti Display avec "Mr Lucky's Party", la Cie Adhok et leurs "Échappées belles : Issue de secours", la Cie Tony Clifton Circus (Italie) et son "Christmas Forever", Pickled Image et ses marionnettes du "Bernard’s Puppet Bonanza", la Famille Baltringues présentant leur feuilleton-théâtre "Amour, mort et J5", le classique et internationalement célèbre "Il était une fois" de l'Utopium Théâtre, etc.

"Mr Lucky's Party" © DR.
"Mr Lucky's Party" © DR.
Cette liste est bien évidemment non-exhaustive tant la programmation est riche et variée. Vous trouverez les infos complètes sur le site du festival (voir ci-dessous) et le programme complet dans le PDF téléchargeable.

Du 7 au 9 septembre 2012.
Les Accroche-cœurs, 14e édition.
Direction de l'Action Culturelle, Angers, 02 41 05 41 29.

>> angers.fr/accrochecoeurs

Gil Chauveau
Jeudi 30 Août 2012

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives | Avignon 2021 | Avignon 2022




Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.






À découvrir

Les modèles des artistes sont-elles vraiment des modèles de vie ? À en croire ces "Muses", non, et tant mieux !

La racine étymologique de musée est "temple des Muses", du nom de ces neuf déesses qui président aux arts. Ici, elles ne sont que quatre (mais neuf en alternance, tiens ? Hasard…) et l'histoire qu'elles incarnent se déroule effectivement dans un musée après la fermeture, dans la torpeur de la nuit. Dans ce spectacle très vivant, incarner est le verbe idéal pour définir ces créations de personnages, puisque ceux-ci ne sont faits, au tout début, que des figures faites de pigments, de colle, de toiles et de cire.

© Xavier Cantat.
Des figures suspendues dans leurs cadres et posées sur un socle qui sont des chefs-d'œuvre : la "Joconde" de Léonard de Vinci, la "Naissance de Vénus" de Botticelli, la "Petite danseuse" de Degas et le "Diptyque Marilyn" d'Andy Warhol… Magie du théâtre, lorsque le dernier visiteur sort, suivi par le dernier gardien, ces muses renaissent, reprennent vie, voix et chair. Alors commence une longue nuit qui va révéler les caractères surprenants, parfois volcaniques et débordants de ces personnages si sages le jour.

Besoin de se dérouiller un peu les jambes, de se plaindre de la cohue qu'elles subissent tous les jours, de se rappeler des souvenirs "d'enfance" ou de se réchauffer les nerfs aux rivalités les plus classiques, rivalités de notoriété, de séduction ou d'âge, car ces quatre figures font bien partie des représentations de l'idéal féminin en compétition, telle sera la course qu'elles mènent avec fougue et sensualité.

L'idée de départ aurait pu devenir banale et vaine sans l'inventivité que les autrices, les interprètes et le metteur en scène ont déployé. Le texte de Claire Couture et Mathilde Le Quellec ancre résolument son ton dans la fantaisie, le jeu de répliques et l'humour. Les deux autrices ont laissé libre cours à leur imaginaire en gardant un point de vue moderne. Elles dessinent des tempéraments rugueux, explosifs et inattendus, qui tranchent avec les idées convenues que l'on forme face à ces représentations idéalisées de la femme : ce que cache le visage, l'apparence, l'esthétique.

Bruno Fougniès
18/10/2022
Spectacle à la Une

"Huis clos" Sommes-nous acteurs de notre destin ou de simples marionnettes ?

Garcin, Inès et Estelle, un homme et deux femmes, se retrouvent enfermé(es) dans un salon où la lumière ne s'éteint pas et duquel il est impossible de sortir. Ils comprennent qu'ils se trouvent en Enfer et se racontent leurs histoires. Ainsi se noueront entre eux des relations complexes qui ne se révèleront pas toujours réciproques.

© Anthony Dausseur.
Est-ce bien raisonnable de retourner assister à une énième représentation de "Huis clos", ce texte incontournable du théâtre français écrit, fin 1943 - début 1944, par le célèbre philosophe Jean-Paul Sartre ? Une de ses plus belles œuvres et aussi une des plus jouées.
Quand on aime, on ne compte pas, semble-t-il.

Au Laurette Théâtre, une petite salle intimiste de quartier, se joue une nouvelle version de cette célèbre pièce, interprétée par deux comédiennes et un comédien attachant(es) et investi(es) : Sebastian Barrio, Karine Battaglia et Laurence Meini.

La proximité du public avec la scène et, de ce fait, le contact très proche avec les personnages renforcent très largement la thématique de la pièce. Rares ont été les fois où cette sensation d'enfermement a pu nous envahir autant, indépendamment des relations tendues qui se tissent progressivement entre les personnages et qui de ce fait sont décuplées.

Brigitte Corrigou
24/10/2022
Spectacle à la Une

"Deux mains, la liberté" Un huis clos intense qui nous plonge aux sources du mal

Le mal s'appelle Heinrich Himmler, chef des SS et de la Gestapo, organisateur des camps de concentration du Troisième Reich, très proche d'Hitler depuis le tout début de l'ascension de ce dernier, près de vingt ans avant la Deuxième Guerre mondiale. Himmler ressemble par son physique et sa pensée à un petit, banal, médiocre fonctionnaire.

© Christel Billault.
Ordonné, pratique, méthodique, il organise l'extermination des marginaux et des Juifs comme un gestionnaire. Point. Il aurait été, comme son sous-fifre Adolf Eichmann, le type même décrit par Hannah Arendt comme étant la "banalité du mal". Mais Himmler échappa à son procès en se donnant la mort. Parfois, rien n'est plus monstrueux que la banalité, l'ordre, la médiocrité.

Malgré la pâleur de leur personnalité, les noms de ces âmes de fonctionnaires sont gravés dans notre mémoire collective comme l'incarnation du Mal et de l'inimaginable, quand d'autres noms - dont les actes furent éblouissants d'humanité - restent dans l'ombre. Parmi eux, Oskar Schindler et sa liste ont été sauvés de l'oubli grâce au film de Steven Spielberg, mais également par la distinction qui lui a été faite d'être reconnu "Juste parmi les nations". D'autres n'ont eu aucune de ces deux chances. Ainsi, le héros de cette pièce, Félix Kersten, oublié.

Joseph Kessel lui consacra pourtant un livre, "Les Mains du miracle", et, aujourd'hui, Antoine Nouel, l'auteur de la pièce, l'incarne dans la pièce qu'il a également mise en scène. C'est un investissement total que ce comédien a mis dans ce projet pour sortir des nimbes le visage étonnant de ce personnage de l'Histoire qui, par son action, a fait libérer près de 100 000 victimes du régime nazi. Des chiffres qui font tourner la tête, mais il est le résultat d'une volonté patiente qui, durant des années, négocia la vie contre le don.

Bruno Fougniès
20/09/2022