La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Théâtre

Le tableau d'un exécution… bataille autour d'une bataille !

"Tableau d'une exécution", Théâtre du Rond-Point, Paris

Dans une très belle mise en scène de Claudia Stavisky, le dessous des cartes d'une composition picturale est montré avec réalisme et crudité dans un jeu d'acteur où la parole et le corps sont les deux étendards de combat.



© Simon Gosselin.
© Simon Gosselin.
C'est un face à face entre le pouvoir et l'Art. Vieille complicité que ce couple infernal qui a donné lieu à des mariages heureux, avec entre autres David (1748-1825), et des divorces féconds sans nombre.

Dans le milieu artistique, ce sont des corps sur scène, presque décharnés, à la parole toujours haute, lancée, proférée quand l'autorité et la religion, sont bien droits, bien habillés avec une diction bien découpée. Celle-ci est d'un côté bousculée quand de l'autre, elle n'est que rangée, polie, ordonnée. Ici, on crie, on se touche, on se tâte, on se branle. Là, on cause, on jauge, on ordonne. Il y a des pulsions de vie chez l'un, et chez l'autre presque des pulsions de mort dans la maîtrise des sentiments où seule gouverne la raison.

Le pouvoir, au sens symbolique, est ainsi dans les mots. À chaque dit, c'est une menace ou une action qui en découle. Une voix off présente les scènes ou plutôt leur scénographie. Ainsi, le théâtre se fait aussi récit, comme dans un roman. Le verbe, du dit devient dire, de la narration devient action.

© Simon Gosselin.
© Simon Gosselin.
Le théâtre n'est que conflit… ou presque. Ici, c'est un conflit sous robe. Il est bancal, pas égalitaire avec des donneurs d'ordre et des "exécuteurs". Quand nous nous retrouvons dans l'atelier de Galactia (Christiane Cohendy) entre gens de même condition, artistes en proie à des difficultés sociales et politiques, la tension devient désarmante, choquante. Elle est à couteaux tirés. Franche, directe. On retire les masques pour se dire les choses, ou plutôt se les montrer. Nous sommes dans un théâtre du regard où la scénographie a un rôle crucial.

Le verbe d'Howard Barker, grinçant toujours, comique parfois, poétique souvent, met en éclairage des situations où les personnages, campés dans leurs positions sociales, ont des attitudes, des postures toujours en déséquilibre, dans un rapport dominé dominant. Nous sommes dans des échelles de domination où le sentiment doux et modéré est inexistant. Ce sont révoltes, colères ou sentiments tus.

Cette mise en perspective permet ainsi de dévoiler les dessous d'une histoire, au travers de ses tensions sourdes. Celle d'une autorité qui pose comme modèle et qui "conseille" en donnant son avis lors de la composition d'une peinture, celle de la victoire de Lépante (1571) qui marque la victoire de la Sainte Ligue sur l'Empire Ottoman.

© Simon Gosselin.
© Simon Gosselin.
Quel est le rôle du peintre ? Faut-il montrer la victoire du commanditaire ou la barbarie des hommes ? Les tableaux sont dans la grandeur ou la déliquescence suivant si nobles ou hommes du peuple posent. Ils font office de lien entre les pouvoirs, politique et religieux, et l'artiste. Un lien qui lie par obligation ce dernier à son commanditaire sauf s'il décide de servir son art coûte que coûte à ses risques et périls.

La scénographie est très belle où majesté et réalisme cru alternent. Ce sont deux mondes que tout peut rapprocher et que tout sépare avec, d'un côté, des considérations politiques, de l'autre, le peintre et, au milieu, l'Art et ses obligations.

"Tableau d'une exécution"

© Simon Gosselin.
© Simon Gosselin.
Texte : Howard Barker.
Texte français de Jean-Michel Déprats.
Mise en scène : Claudia Stavisky.
Avec : David Ayala, Éric Caruso, Christiane Cohendy, Anne Comte, Luc-Antoine Diquéro, Sava Lolov, Philippe Magnan, Julie Recoing, Richard Sammut.
Avec la voix de Didier Sandre de la Comédie-Française.
Scénographie : Graciela Galán.
Costumes : Lili Kendaka.
Lumière : Franck Thévenon.
Son : Jean-Louis Imbert.
Maquillage et coiffure : Cécile Kretschmar.
Dessins et création graphique : Stephan Zimmerli
Vidéo : Laurent Langlois.
Collaboration artistique : Alexandre de Dardel.
Durée : 2 h 15.

© Simon Gosselin.
© Simon Gosselin.
Du 10 janvier au 28 janvier 2018.
Du mardi au samedi à 21 h, dimanche à 15 h.
Théâtre du Rond-Point, Salle Renaud-Barrault, Paris 8e, 01 44 95 98 21.
>> theatredurondpoint.fr

Autres dates
6 au 8 février 2018 : TnBA - Théâtre du Port de la Lune, Bordeaux (33).
13 février 2018 : Comédie - CDN de Normandie, Caen (14).

Safidin Alouache
Jeudi 18 Janvier 2018

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives





    Aucun événement à cette date.



À découvrir

Le festival Nice Classic Live poursuit sa mue

Un nouveau festival à Nice ? Depuis 2018, le Nice Classic Live a repris l'héritage des Concerts du Cloître et le fait fructifier. Pour l'édition 2019, le festival s'étoffe en offrant une belle programmation estivale dans divers lieux patrimoniaux de la ville et en créant une Session d'Automne pour les cent ans des Studios de la Victorine.

Le festival Nice Classic Live poursuit sa mue
Depuis 1958, les Concerts du Cloître embellissaient les étés des adeptes de la perle de la Méditerranée (habitants et touristes). Désormais sous la direction artistique et la présidence de l'enfant du pays, la pianiste Marie-Josèphe Jude, le festival devient un rendez-vous classique majeur des Niçois et plus largement de la Région Provence-Côte d'Azur. Le festival investit ainsi de nouveaux lieux tels que le Musée Matisse ou le Palais Lascaris, un chef-d'œuvre baroque en plus du superbe Cloître du XVIe siècle - jouxtant avec son jardin et sa roseraie le Monastère de Cimiez fondé au IXe siècle par des Bénédictins.

Pour cette deuxième édition sous le nouvel intitulé de Nice Classic Live, Marie-Josèphe Jude a imaginé une programmation placée sous le signe de la filiation entre les compositeurs, les artistes invités (la crème des interprètes français) ; réunissant également une famille d'artistes dans le cadre de l'Académie internationale d'Été qui donne sa chance aux jeunes talents depuis soixante ans. Petite sélection des concerts à ne pas rater si vous avez la chance de passer quelques jours le long de la Baie des Anges.

Christine Ducq
28/06/2019
Spectacle à la Une

39e édition du Festival de la Vézère

Du 9 juillet au 22 août 2019, la 39e édition du Festival de la Vézère propose une vingtaine de concerts très variés et deux beaux opéras de chambre avec la compagnie Diva Opera dans quatorze lieux du riche patrimoine de Corrèze.

39e édition du Festival de la Vézère
Créé en 1981, le Festival de la Vézère a toujours eu à cœur de proposer une série de rendez-vous musicaux d'une très grande qualité en Corrèze. Deux orchestres, une compagnie d'opéra, des chanteurs et des instrumentistes d'envergure internationale mais aussi de jeunes talents (que le festival a toujours su repérer avant l'envol de leur carrière) se succèderont jusqu'à la fin de l‘été. À suivre, quelques rendez-vous choisis dans une programmation qui cultive l'éclectisme.

Des deux orchestres invités, l'Orchestre d'Auvergne toujours fidèle au festival vient d'obtenir le label "Orchestre national" cette année. Il sera dirigé par son chef depuis 2012, Roberto Forès Veses. Dans le Domaine de Sédières, on l'entendra dans un beau programme d'airs de Mozart à Broschi accompagner la soprano russe qui monte, Julia Lezhneva (14 août). Le second est l'Orchestre de Chambre Nouvelle-Aquitaine dirigé par Jean-François Heisser qui donnera à entendre une de ses commandes (entre autres pépites telle la 41e symphonie "Jupiter" de Mozart) pour sa première venue en Corrèze, "Le Rêve de Maya" de Samuel Strouk - un double concerto pour accordéon et violoncelle, que joueront ses créateurs Vincent Peirani et François Salque (16 juillet).


Christine Ducq
26/06/2019
Sortie à la Une

•Off 2019• Le marathon "hors pair" de William Mesguich… Entretien à paroles déliées

William Mesguich, monstre de travail scénique et maître ès arts dramatiques, doté d'une soif inextinguible pour tout ce qui le fait vibrer, s'apprête à affronter un Festival d'Avignon tout particulièrement chaud cet été… Et ce n'est pas là que question de canicule ! Qu'on en juge par le programme pantagruélique qu'il a dévoilé en "avant-première" à La Revue du Spectacle.

•Off 2019• Le marathon
Yves Kafka - William Mesguich, votre appétit pour le théâtre n'est plus à prouver, mais pour cette édition d'Avignon 2019, on pourrait parler de boulimie… On vous verra quatre fois en tant que comédien et pas moins de cinq en tant que metteur en scène. Alors, comme le personnage de "Liberté !" que vous mettez en jeu, êtes-vous atteint "d'une curieuse maladie, celle de ne pas arriver à faire des choix" ? Brûler les planches serait-ce votre manière à vous de soigner cette addiction dont vous avez hérité ?

William Mesguich - Les chiens ne font pas des chats… L'exemple donné par mon père m'a "imprégné" durablement. Sa faconde, son enthousiasme, sa générosité… J'aime infiniment le théâtre. Il ne s'agit pas de courir après l'exploit, d'établir des records, mais de faire vivre cet amour du théâtre. Je suis profondément heureux sur les planches…

J'aime la vie, ma famille, mes amis… mais il est vrai que je suis tout particulièrement heureux sur la scène, quand je dis des textes et ai le bonheur de les partager. C'est là ma raison de vivre. Depuis 23 ans, c'est le désir de la quête qui me porte. Après quoi je cours ? Une recherche de reconnaissance ? Ou peut-être, simplement, ma manière à moi d'exister…

Yves Kafka
25/06/2019