La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Théâtre

Le tableau d'un exécution… bataille autour d'une bataille !

"Tableau d'une exécution", Théâtre du Rond-Point, Paris

Dans une très belle mise en scène de Claudia Stavisky, le dessous des cartes d'une composition picturale est montré avec réalisme et crudité dans un jeu d'acteur où la parole et le corps sont les deux étendards de combat.



© Simon Gosselin.
© Simon Gosselin.
C'est un face à face entre le pouvoir et l'Art. Vieille complicité que ce couple infernal qui a donné lieu à des mariages heureux, avec entre autres David (1748-1825), et des divorces féconds sans nombre.

Dans le milieu artistique, ce sont des corps sur scène, presque décharnés, à la parole toujours haute, lancée, proférée quand l'autorité et la religion, sont bien droits, bien habillés avec une diction bien découpée. Celle-ci est d'un côté bousculée quand de l'autre, elle n'est que rangée, polie, ordonnée. Ici, on crie, on se touche, on se tâte, on se branle. Là, on cause, on jauge, on ordonne. Il y a des pulsions de vie chez l'un, et chez l'autre presque des pulsions de mort dans la maîtrise des sentiments où seule gouverne la raison.

Le pouvoir, au sens symbolique, est ainsi dans les mots. À chaque dit, c'est une menace ou une action qui en découle. Une voix off présente les scènes ou plutôt leur scénographie. Ainsi, le théâtre se fait aussi récit, comme dans un roman. Le verbe, du dit devient dire, de la narration devient action.

© Simon Gosselin.
© Simon Gosselin.
Le théâtre n'est que conflit… ou presque. Ici, c'est un conflit sous robe. Il est bancal, pas égalitaire avec des donneurs d'ordre et des "exécuteurs". Quand nous nous retrouvons dans l'atelier de Galactia (Christiane Cohendy) entre gens de même condition, artistes en proie à des difficultés sociales et politiques, la tension devient désarmante, choquante. Elle est à couteaux tirés. Franche, directe. On retire les masques pour se dire les choses, ou plutôt se les montrer. Nous sommes dans un théâtre du regard où la scénographie a un rôle crucial.

Le verbe d'Howard Barker, grinçant toujours, comique parfois, poétique souvent, met en éclairage des situations où les personnages, campés dans leurs positions sociales, ont des attitudes, des postures toujours en déséquilibre, dans un rapport dominé dominant. Nous sommes dans des échelles de domination où le sentiment doux et modéré est inexistant. Ce sont révoltes, colères ou sentiments tus.

Cette mise en perspective permet ainsi de dévoiler les dessous d'une histoire, au travers de ses tensions sourdes. Celle d'une autorité qui pose comme modèle et qui "conseille" en donnant son avis lors de la composition d'une peinture, celle de la victoire de Lépante (1571) qui marque la victoire de la Sainte Ligue sur l'Empire Ottoman.

© Simon Gosselin.
© Simon Gosselin.
Quel est le rôle du peintre ? Faut-il montrer la victoire du commanditaire ou la barbarie des hommes ? Les tableaux sont dans la grandeur ou la déliquescence suivant si nobles ou hommes du peuple posent. Ils font office de lien entre les pouvoirs, politique et religieux, et l'artiste. Un lien qui lie par obligation ce dernier à son commanditaire sauf s'il décide de servir son art coûte que coûte à ses risques et périls.

La scénographie est très belle où majesté et réalisme cru alternent. Ce sont deux mondes que tout peut rapprocher et que tout sépare avec, d'un côté, des considérations politiques, de l'autre, le peintre et, au milieu, l'Art et ses obligations.

"Tableau d'une exécution"

© Simon Gosselin.
© Simon Gosselin.
Texte : Howard Barker.
Texte français de Jean-Michel Déprats.
Mise en scène : Claudia Stavisky.
Avec : David Ayala, Éric Caruso, Christiane Cohendy, Anne Comte, Luc-Antoine Diquéro, Sava Lolov, Philippe Magnan, Julie Recoing, Richard Sammut.
Avec la voix de Didier Sandre de la Comédie-Française.
Scénographie : Graciela Galán.
Costumes : Lili Kendaka.
Lumière : Franck Thévenon.
Son : Jean-Louis Imbert.
Maquillage et coiffure : Cécile Kretschmar.
Dessins et création graphique : Stephan Zimmerli
Vidéo : Laurent Langlois.
Collaboration artistique : Alexandre de Dardel.
Durée : 2 h 15.

© Simon Gosselin.
© Simon Gosselin.
Du 10 janvier au 28 janvier 2018.
Du mardi au samedi à 21 h, dimanche à 15 h.
Théâtre du Rond-Point, Salle Renaud-Barrault, Paris 8e, 01 44 95 98 21.
>> theatredurondpoint.fr

Autres dates
6 au 8 février 2018 : TnBA - Théâtre du Port de la Lune, Bordeaux (33).
13 février 2018 : Comédie - CDN de Normandie, Caen (14).

Safidin Alouache
Jeudi 18 Janvier 2018

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives


Brèves & Com


Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.







À découvrir

Bernard Adamus "C'qui nous reste du Texas"… Blues et beau

Pour son quatrième album, Bernard Adamus, avec son style blues très marqué, fricote avec le rock pour nous mener vers le grand nord sur des chansons qui se nourrissent de différents tempos aux paroles truculentes.

Bernard Adamus
Bernard Adamus, d'origine polonaise, a débarqué à ses trois ans au Québec. Depuis maintenant plus de dix ans, il trace une ligne artistique saluée par la critique avec ses albums "Brun" (2009), "No2" (2012) et "Sorel soviet so what" (2015). Du premier jusqu'au dernier LP, "C'qui nous reste du Texas", la qualité est toujours chevillée aux accords.

Avec ses dix titres, cet opus a une allure toujours foncièrement blues aux relents parfois rock. L'artiste a laissé très majoritairement son harmonica dans son étui. Sa voix, caractéristique, traînante, presque criarde, est utilisée comme effet multiplicateur de ses émotions.

Les chœurs sont discrets bien que parfois appuyés comme pour "Chipotle". Certaines compositions telle que "L'erreur" excelle dans un blues avec la contrebasse de Simon Pagé très présente, accompagnée de quelques notes de piano pour rendre un son plus clair quand celui-ci est, à dessein, légèrement étouffé par des percussions. La voix monte haut perchée au refrain où claironne un saxophone donnant un tournis musical, tel le reflet d'un état d'âme où la tristesse se berce d'incompréhension. C'est dans ces cassures de rythme que se mêlent d'autres éléments musicaux et vocaux donnant une tessiture aboutie. Le début d'une chanson peut ainsi être décharné à dessein comme celui d'un désert, d'un seul à seul avec l'artiste.

Safidin Alouache
05/05/2020
Spectacle à la Une

"I Fratelli Lehman" par la Cie Tom Corradini Teatro de Turin

Captation intégrale Ce spectacle sans paroles (ou très peu) - mais pas sans bruitages ! - devait être présenté au Théâtre Ambigu durant le festival Off d'Avignon cet été. Du fait de l'annulation, la compagnie italienne Tom Corradini Teatro de Turin vous invite à visionner cette pièce burlesque sur l'argent, la cupidité et l'amour raconté avec le langage du clown, sans interaction verbale, adapté à un public de tous âges et de toutes nationalités.

Comédie visuelle et physique interprété par deux talentueux clowns turinois (Tom Corradini et Michele Di Dedda), "I Fratelli Lehman" (The Lehman Brothers) raconte l'histoire d'un couple de banquiers et de financiers dont les capacités et les compétences les ont rendus célèbres et respectés dans tout le monde.

Apparemment, ils ont tout, des voitures rapides, de beaux secrétaires, des bureaux luxueux, un style de vie somptueux. Cependant, un jour leur fortune est anéantie en quelques minutes après un plongeon désastreux du marché boursier. Des richesses à la misère, ils doivent maintenant transformer leur échec en opportunité et gravir de nouveau la montagne du succès.

Gil Chauveau
21/04/2020
Sortie à la Une

Soigne le monde "Heal The World" de Michael Jackson par les Franglaises

Les Franglaises vous souhaitent encore et toujours un joyeux confinement en vous offrant une reprise franglisée de "Heal The World" de Michael Jackson ou "Soigne Le Monde" de Michel Fils de Jacques. Bonne écoute !

Soigne le monde
"Même confinés, les Franglaises récidivent en traduisant littéralement le très à-propos "Heal the World" de Michael Jackson : "Soigne le Monde". Enregistré et réalisé 100 % en confinement, les trente-cinq membres de la troupe donnent de la voix pour "faire de ce monde une meilleure place". "Enjoy… Euh, appréciez !"

Les Franglaises… le spectacle
Comédie musicale à la façon d'un "opéra pop" à l'américaine, le spectacle propose de traduire les plus grands succès du répertoire anglophone… histoire de vérifier, à travers un "test-aveugle", la pertinence de ces grands tubes mondiaux, des Scarabées à Reine, en passant par Michel Fils-de-Jacques et les Filles Épices… et bien plus encore…
Se prenant les pieds dans les incohérences des traductions littérales au premier degré à la manière de "google-trad", et emportés par la fiction de ces pièces musicales, les interprètes offrent une tournure explosive au spectacle qui vire au cabaret fou version Monty Python !
Durée : 1 h 45

Gil Chauveau
31/03/2020