La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Théâtre

Le tableau d'un exécution… bataille autour d'une bataille !

"Tableau d'une exécution", Théâtre du Rond-Point, Paris

Dans une très belle mise en scène de Claudia Stavisky, le dessous des cartes d'une composition picturale est montré avec réalisme et crudité dans un jeu d'acteur où la parole et le corps sont les deux étendards de combat.



© Simon Gosselin.
© Simon Gosselin.
C'est un face à face entre le pouvoir et l'Art. Vieille complicité que ce couple infernal qui a donné lieu à des mariages heureux, avec entre autres David (1748-1825), et des divorces féconds sans nombre.

Dans le milieu artistique, ce sont des corps sur scène, presque décharnés, à la parole toujours haute, lancée, proférée quand l'autorité et la religion, sont bien droits, bien habillés avec une diction bien découpée. Celle-ci est d'un côté bousculée quand de l'autre, elle n'est que rangée, polie, ordonnée. Ici, on crie, on se touche, on se tâte, on se branle. Là, on cause, on jauge, on ordonne. Il y a des pulsions de vie chez l'un, et chez l'autre presque des pulsions de mort dans la maîtrise des sentiments où seule gouverne la raison.

Le pouvoir, au sens symbolique, est ainsi dans les mots. À chaque dit, c'est une menace ou une action qui en découle. Une voix off présente les scènes ou plutôt leur scénographie. Ainsi, le théâtre se fait aussi récit, comme dans un roman. Le verbe, du dit devient dire, de la narration devient action.

© Simon Gosselin.
© Simon Gosselin.
Le théâtre n'est que conflit… ou presque. Ici, c'est un conflit sous robe. Il est bancal, pas égalitaire avec des donneurs d'ordre et des "exécuteurs". Quand nous nous retrouvons dans l'atelier de Galactia (Christiane Cohendy) entre gens de même condition, artistes en proie à des difficultés sociales et politiques, la tension devient désarmante, choquante. Elle est à couteaux tirés. Franche, directe. On retire les masques pour se dire les choses, ou plutôt se les montrer. Nous sommes dans un théâtre du regard où la scénographie a un rôle crucial.

Le verbe d'Howard Barker, grinçant toujours, comique parfois, poétique souvent, met en éclairage des situations où les personnages, campés dans leurs positions sociales, ont des attitudes, des postures toujours en déséquilibre, dans un rapport dominé dominant. Nous sommes dans des échelles de domination où le sentiment doux et modéré est inexistant. Ce sont révoltes, colères ou sentiments tus.

Cette mise en perspective permet ainsi de dévoiler les dessous d'une histoire, au travers de ses tensions sourdes. Celle d'une autorité qui pose comme modèle et qui "conseille" en donnant son avis lors de la composition d'une peinture, celle de la victoire de Lépante (1571) qui marque la victoire de la Sainte Ligue sur l'Empire Ottoman.

© Simon Gosselin.
© Simon Gosselin.
Quel est le rôle du peintre ? Faut-il montrer la victoire du commanditaire ou la barbarie des hommes ? Les tableaux sont dans la grandeur ou la déliquescence suivant si nobles ou hommes du peuple posent. Ils font office de lien entre les pouvoirs, politique et religieux, et l'artiste. Un lien qui lie par obligation ce dernier à son commanditaire sauf s'il décide de servir son art coûte que coûte à ses risques et périls.

La scénographie est très belle où majesté et réalisme cru alternent. Ce sont deux mondes que tout peut rapprocher et que tout sépare avec, d'un côté, des considérations politiques, de l'autre, le peintre et, au milieu, l'Art et ses obligations.

"Tableau d'une exécution"

© Simon Gosselin.
© Simon Gosselin.
Texte : Howard Barker.
Texte français de Jean-Michel Déprats.
Mise en scène : Claudia Stavisky.
Avec : David Ayala, Éric Caruso, Christiane Cohendy, Anne Comte, Luc-Antoine Diquéro, Sava Lolov, Philippe Magnan, Julie Recoing, Richard Sammut.
Avec la voix de Didier Sandre de la Comédie-Française.
Scénographie : Graciela Galán.
Costumes : Lili Kendaka.
Lumière : Franck Thévenon.
Son : Jean-Louis Imbert.
Maquillage et coiffure : Cécile Kretschmar.
Dessins et création graphique : Stephan Zimmerli
Vidéo : Laurent Langlois.
Collaboration artistique : Alexandre de Dardel.
Durée : 2 h 15.

© Simon Gosselin.
© Simon Gosselin.
Du 10 janvier au 28 janvier 2018.
Du mardi au samedi à 21 h, dimanche à 15 h.
Théâtre du Rond-Point, Salle Renaud-Barrault, Paris 8e, 01 44 95 98 21.
>> theatredurondpoint.fr

Autres dates
6 au 8 février 2018 : TnBA - Théâtre du Port de la Lune, Bordeaux (33).
13 février 2018 : Comédie - CDN de Normandie, Caen (14).

Safidin Alouache
Jeudi 18 Janvier 2018

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives





    Aucun événement à cette date.



À découvrir

"Sabordage" Comme une synthèse de la modernité… une implosion écologique à venir, avenir sombre de notre monde…

Elle fut riche et belle, plaisante et paradisiaque, pays de cocagne… puis devint consommatrice et opulente, industrieuse, minière et calamité écologique, pour finir mendiante et désespérée, à l'avenir destructif d'une future terre qui coule à pic… C'est la "belle" histoire de l'île de Nauru*, miroir de notre prochain anéantissement - au délicat (!) mais définitif intitulé "6e extinction de masse" -, qui nous est contée par le talentueux Collectif Mensuel.

Narration aux allures de débats, de commentaires, d'échanges réalistes… Scénographie en une forme d'actions documentaires, visible au lointain par report vidéo "en direct", en rappel de notre monde de l'image, expression ironique de nos chaînes d'infos en continu pour une structure créative d'un théâtre pédagogique, d'un reportage théâtralisé… Car ici tout est vrai, le drame, les horreurs économiques, le dézingage des ressources et de l'environnement… le sabordage de l'île a vraiment eu lieu, sans parler des perspectives radieuses d'une fin en version sous-marine !

Le récit - dans un préambule exposant un éden de rêve aux allures de paradis touristique, sis à quelques encablures de la Papouasie-Nouvelle-Guinée (près de 2 700 km quand même !) - se construit sur un montage cinématographique et télévisuel où le collectif puise dans les séries et films des années soixantes-dix quatre-vingt, tous célèbres et ancrées dans nos imaginaires collectifs…

Gil Chauveau
11/10/2019
Spectacle à la Une

FAB 2019 "Concours européen de la chanson philosophique" La philosophie mise en musique dans un dispositif à faire kiffer "l'euro-vision"

Massimo Furlan, performer suisse mâtiné d'Italien, était dans ses jeunes années fan de l'Eurovision, de ses paillettes éblouissantes et de ses bluettes sentimentales réunissant joyeusement sa famille autour du petit écran. Près d'un demi-siècle plus tard, c'est la grande avant-scène du Carré qui le projette sous les sunlights en splendide ordonnateur - flanqué d'une superbe créature en robe lamé - de deux soirées "enchantées" dédiées à une vision de notre Monde. Comme quoi divertissement populaire et réflexion de pointe peuvent rimer ensemble…

FAB 2019
Reconstituant somptueusement le décorum kitsch du concours de l'Eurovision ayant à jamais impressionné ses premières émotions artistiques, le performer semble jubiler en détournant "sérieusement" le répertoire d'origine pour proposer un récital de onze chansons dont l'écriture a été confiée par ses soins à des philosophes, sociologues et autres chercheurs sachant penser le monde. L'interprétation de ces textes métaphoriques revient à des artistes costumés de manière délirante, projetés en direct par un vidéaste décuplant leur truculente présence scénique sur les notes d'un orchestre en live.

Quant au Jury réuni sur une singulière estrade roulante dénotant avec sa "notabilité", il est composé d'éminents professeurs d'université et sommités intellectuelles se prêtant avec grâce et bonheur au jeu de leur interprétation avant d'attribuer leur note. Le public - le genre l'impose - est sollicité en permanence afin de faire entendre également "sa voix" captée par un "votaton" chargé d'enregistrer le volume d'applaudissements attribué à chaque candidat.

Yves Kafka
15/10/2019
Sortie à la Une

"Si Hoffmann était conté" à la Salle Gaveau

La Croisade Lyrique, créée en 2018 par Thierry Dran, propose un nouveau spectacle, "Si Hoffmann était conté", à la Salle Gaveau le 10 décembre 2019. Un spectacle en forme d'enquête musicale à voir à partir de dix ans.

La Croisade Lyrique entend emmener en tournée et populariser des opéras et opérettes revisités pour raconter le monde d'aujourd'hui de façon comique et poétique et, ce, à destination d'un large auditoire. En décembre, c'est Jacques Offenbach qui sera à l'honneur à Paris à l'occasion du bicentenaire de sa naissance. Désacraliser le genre lyrique étant un des objectifs de la Croisade Lyrique, ce nouveau spectacle entend mettre le poète et nouvelliste E. T. A. Hoffmann - protagoniste romantique du seul opéra d'Offenbach - au cœur d'une enquête écrite et mise en scène par Thierry Dran, un talentueux chanteur lyrique des années quatre-vingt que les amateurs du grand art n'ont pas oublié.

Avec quatre ténors, deux sopranos, un chœur d'enfants et une marionnette accompagnés du pianiste Emmanuel Massarotti, la proposition de Thierry Dran entend percer le mystère (grâce à un inspecteur très spécial) du poète allemand tel qu'on le connaît comme artiste et tel qu'il est dessiné dans l'opéra d'Offenbach - un compositeur qui dut prendre plus de vingt ans pour l'écrire sans jamais pouvoir en livrer une version définitive.

Christine Ducq
15/09/2019