La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Théâtre

Le soir, lorsque la nuit tombe et que les souvenirs se réveillent…

"Le journal d'une femme de chambre", Théâtre Montmartre Galabru, Paris

Dans sa pièce "Les bonnes", Jean Genet met en scène deux sœurs qui sont, toutes deux, bonnes au service de Madame. L'action dégénère et les deux femmes se retrouvent rapidement à orchestrer le meurtre de Madame. Le roman "Le journal d'une femme de chambre" d'Octave Mirbeau serait comme un avant-propos qui aurait été édifié une cinquantaine d'années plus tôt. Une sorte d'introduction pointant du doigt les conditions de vie des domestiques et leurs ressentis, les expliquant et peut-être même les comprenant…



© David Krüger.
© David Krüger.
Célestine est femme de chambre. Ce n'est pas un simple travail, une fonction ; c'est un statut, sa condition. Être femme de chambre la définit. La journée se termine. Célestine et sa petite sœur se recueillent dans leur chambre. L'une prie, l'autre danse. Ce que l'une évacuera par la parole, l'autre le fera passer par le corps. L'expression corporelle se fait l'extension du langage. Vient alors l'heure de se coucher.

Dans l'intimité de sa chambre, une femme de chambre raconte. Elle conte les histoires de sa vie, parmi des familles, parmi des maisons différentes. À ces récits enchevêtrés, se mêlent des voix, se dressent des visages, s'élèvent des monuments passés. Tout un décor se construit, mettant en scène les diverses figures croisées par Célestine. Celle-ci évolue dans sa chambre comme les souvenirs traversent sa mémoire.

L'espace aménagé se fait le théâtre des histoires de Célestine. Elle endosse une vieille cape et un masque et prend ainsi les traits de la mercière, cette bonne femme qui ne cesse de dispenser ses potins à toutes les oreilles qui voudront bien s'y intéresser. Elle ôte cet accoutrement pour s'affaisser sur une canne, singeant la démarche d'un de ses anciens maîtres.

© David Krüger.
© David Krüger.
D'une voix crissante, elle insulte, elle moque, elle humilie l'invisible destinataire de toute cette méchanceté. Elle représente l'ensemble de ceux qu'elle a dû servir, ceux devant qui elle s'est asservie. Elle crache sa haine, revendique sa colère, exprime tout son être.

Parler pour partager. Parler pour ne pas oublier. Parler pour dénoncer. Parler pour juger. Parler pour réconforter. Parler pour exister.

Patricia Piazza-Georget interprète tour à tour les différents noms évoqués avec une très grande sensibilité. Elle travestit sa voix et son attitude et donne vie à une multitude de nouveaux caractères. La jeune comédienne qui l'accompagne sur scène et qui endosse le rôle de sa petite sœur apporte une touche de naïveté et de légèreté. Elle est à la fois celle pour qui et par qui le personnage principal s'exprime. Elle est le témoin de récits qui ne veulent pas être oubliés. Délicatement présente sans être effacée, la jeune fille s'accorde parfaitement au tableau donné.

Le spectacle mêle théâtre, danse, chant. La voix qui s'élève est juste et belle. La tradition et les chants bretons sont omniprésents dans cette mise en scène. Une sorte de façon de montrer que l'on n'oublie pas d'où l'on vient. La scénographie est travaillée et précise. Les textes sont très beaux, tout en étant très simples et très violents. Ce spectacle met en scène différents moyens de création, qui rendent tous compte d'une même volonté d'expression. Un spectacle où l'émotion est le maître mot.

"Le journal d'une femme de chambre"

© David Krüger.
© David Krüger.
D'après l'œuvre d'Octave Mirbeau.
Libre adaptation, mise en scène, scénographie : Patricia Piazza-Georget.
Avec : Patricia Piazza-Georget et, en alternance, Emma Brest ou Cécile Carton.
Chorégraphies : Emmanuelle Klein et Cécile Carton.
Lumière : Dominik Doulain.
Costumes : Anne Poitral.
Durée : 1 h 20.

Du 23 septembre au 27 janvier 2018.
Samedi à 17 h 30.
Théâtre Montmartre Galabru, Paris 18e, 01 42 23 15 85.
>> theatregalabru.com

Ludivine Picot
Mardi 21 Novembre 2017

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives


Brèves & Com


Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.







À découvrir

L'îlot de la Chapelle Saint-Michel, lieu emblématique du Lac de Serre-Ponçon et des Hautes-Alpes, une scène culturelle !

Ce projet, mené par l'association He le'ale'a qui initie des actions culturelles d'envergure tout au long de l'année dans les Hautes-Alpes, se déroulera le 13 et le 20 août. La première date sera dédiée à la danse et au blues. Un événement à vivre sur l'eau sous le regard protecteur du Grand Morgon et de son pic trônant à 2324 m.

L'îlot de la Chapelle Saint-Michel, lieu emblématique du Lac de Serre-Ponçon et des Hautes-Alpes, une scène culturelle !
He le'ale'a n'en est pas à sa première expérience pour ce qui est d'inviter les pratiques artistiques et les artistes de renom dans des lieux insolites. Il y a eu récemment la deuxième édition de "Musique au Sommet" des concerts de musiques actuelles (swing, jazz, rock, soul, folk, etc.) dans un village de 300 habitants, Prunières, en dehors des lieux touristiques… une scène comme suspendue entre les crêtes du domaine skiable de la station de Réallon et le Lac de Serre-Ponçon pour 3 concerts à des altitudes différentes…

Et, aujourd'hui, l'îlot Saint-Michel qui s'inscrit dans ces propositions alliant cadre exceptionnel, valorisation du patrimoine - qu'il soit bâti ou environnemental - et excellence artistique. L'îlot deviendra ainsi une scène naturelle qui se prêtera à partir de 19 h à un Drive-in Boat accueillant des artistes de la musique et de la danse.

Une distanciation de fait, à l'heure du COVID, pour un coucher de soleil inoubliable. Le 13 août, c'est l'artiste international de blues, Cisco Herzhaftet qui sera sur scène et jouera les morceaux de son nouvel albu. En première partie, la Compagnie Isabelle Mazuel, de Briançon, présentera un spectacle de danse contemporaine intitulée "Fauteuil d'extérieur". Le 20 août, la couleur musicale sera Pop-Jazz.

Gil Chauveau
06/08/2020
Spectacle à la Une

La Semaine Acadienne fête son quinzième anniversaire

C'est du 8 au 15 août 2020 que se déroulera cette nouvelle édition avec la présence sur scène de Natasha St-Pier, du groupe de rock Mes souliers sont rouges, du Trio Sortilège, du Morand Cajun Band, de Pascal Periz (ex-chanteur du groupe Pow Wow), entre autres.

La Semaine Acadienne fête son quinzième anniversaire
Créée en 2006 pour rendre hommage aux soldats Acadiens ayant débarqué en 1944 sur la Côte de Nacre, la Semaine Acadienne est aujourd'hui un festival qui perpétue ces commémorations mais surtout s'est révélé être l'une des manifestations phares consacrées à la musique traditionnelle et d'aujourd'hui de l'Acadie, avec des artistes venant des deux rives de l'Atlantique.

Malgré un contexte difficile dû à la crise du Covid-19, a Semaine Acadienne revient pour souffler ses quinze bougies avec de grands artistes mais également avec ateliers, animations, conférences, projections de documentaires, cérémonies commémoratives en hommage aux soldats Acadiens, bal country, randonnée pédestre sur les traces des soldats canadiens, défilé de voitures anciennes. Tous les incontournables du festival seront bien au rendez-vous.

Gil Chauveau
04/08/2020
Sortie à la Une

Les Échappées Cirque remplacent, durant cet été de déconfinement, le festival "Parade(s)" à Nanterre

Le festival "Parade(s)", qui devait avoir lieu la première semaine de juin, a dû être annulé suite à la crise sanitaire… Mais la ville, l'équipe du festival "Parade(s)" et Les Noctambules - école de cirque et lieu de fabrique des Arènes de Nanterre - ont décidé de programmer en juillet et en août des propositions circassiennes dans les quartiers.

Les Échappées Cirque remplacent, durant cet été de déconfinement, le festival
Ainsi, durant tout l’été, 10 échappées seront accueillies dans le cadre des Terrasses d'été imaginées par la ville de Nanterre dans chaque quartier. Une programmation des arts du cirque et de la rue qui mêle spectacles de danse, numéros de cirque (tissu, trapèze, mât chinois, etc.), impromptus spectaculaires et poétiques, ateliers de jonglage et de sérigraphie… mais aussi espace détente avec transats, jeux d'eau et animations.

Les artistes invités, (en alternance) :
Léonardo Montresor, Christopher Lopresti et Lou Carnicelli, Thomas Trichet, Hervé Dez Martinez et Boris Lafitte (Cie FFF), Iorhanne Da Cunha et Anahi de las Cuevas (Cie l'un Passe), Rocco Le Flem (Cie Iziago), Déborah Mantione (Cie Trat), Laura Terrancle (Cie Femme Canon), Yumi Rigout (Cie Furinkaï), Antoine Helou, Ilaria De Novellis, Atelier de la Banane…
Coordination artistique : Satchie Noro.

Gratuit et ouvert à tous.
De 15 h à 19 h, en continu.

Gil Chauveau
06/07/2020