La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Théâtre

"Le plus beau lendemain ne nous rend pas la veille"

"De beaux lendemains", récit poignant de l’auteur américain Russell Banks porté à la scène si particulière des Bouffes du Nord. L’œuvre avait déjà été adaptée au cinéma par Atom Egoyan. On se souvient peut-être de son énorme succès à Cannes en 1997. Emmanuel Meirieu reprend (pour la deuxième saison consécutive) cette adaptation, mais la distribution est en grande partie changée. On s’accroche aux lèvres des comédiens qui distillent leurs larmes dans l’âme des spectateurs… touchés !



Catherine Hiegel dans "De beaux lendemains" © Pascal
Catherine Hiegel dans "De beaux lendemains" © Pascal
Peut-on véritablement mesurer la difficulté de jouer un texte, comme ça, devant un micro, face spectateur, dans un espace totalement nu ? Plus le jeu et la scénographie misent sur la simplicité plus la difficulté est monstre et plus encore les comédiens doivent être monstrueux… de talent. L’espace qu’offre Les Bouffes du Nord est certainement pour beaucoup dans la réussite de ce spectacle, comme si ses murs hauts et désolés habillaient et remplissaient déjà la solitude des personnages. Ce lieu est une de nos belles cathédrales du théâtre dont on respire aujourd’hui toute la nostalgie de son passé flamboyant. Il fallait d’abord lui rendre hommage…

La scénographie et la mise en lumière de Seymour Laval épousent de manière troublante la charge émotionnelle de chaque témoignage. Le large et profond plateau donne une impression de silence, d’exil et de cloître. Peut-être est-ce dû à ce sol neigeux sur lequel s’inscrit en filigrane quelques traces irrégulières d’un lac gelé ? Le brouillard – il semble froid et humide – plane au dessus de nos têtes et nous enserre très fort. L’effet est troublant. À tel point que les spectateurs en oublient la température estivale et se mettent à enfiler leur veste pendant le spectacle...

Un hors lieu où le temps s’est arrêté au milieu d’un désert de glace et où les larmes se sont pétrifiées dans leur course folle. Quatre personnages viennent, seuls, chacun leur tour, témoigner de l’accident d’un car scolaire qui s’est versé dans un lac gelé. Aucun rescapé, sauf la conductrice, Dolores Driscoll (Catherine Hiegel) et une élève, Nicole Brunell (Judith Chemla), qui s’en est tirée de justesse ; elle est à présent en fauteuil roulant. Les deux autres témoins ne se trouvaient pas dans l’autocar. L’un a vu, ce qui est peut-être pire, ses enfants mourir sous ses yeux : comme tous les matins, Billy Ansel (Carlo Brandt), suivait le bus qui devait conduire ses deux petits à l’école. L’autre, Mitchell Stephens (Rejep Mitrovitsa), est un avocat dont la spécialité est de voler au secours de gens meurtris par le deuil. Peut-être une façon de se racheter de ce qu’il n’a pas su faire avec sa fille toxico et condamnée à mourir.

Carlo Brandt dans "De beaux lendemains" © Pascal
Carlo Brandt dans "De beaux lendemains" © Pascal
Autrement dit, (il faut s’y attendre) aller voir ce spectacle, c’est se prendre une bonne gifle d’émotion. Mais on ne tombe pas pour autant dans le mélo larmoyant et redondant. Ni "poids des mots", ni "choc des photos", ni récit spectaculaire… aucun pathos affiché de manière facile et ostentatoire ne vient entacher la mise en scène. Juste des mots simples et la voix grave d’un pianiste (Stéphane Balmino) qui égrène discrètement ses notes dans le fond d’une scène, dissimulé par un rideau de brouillard. L’effet est poignant, il s’inscrit en profondeur dans la mémoire du spectateur. Et si les larmes montent et si la poitrine se gonfle, la "faute" en est résolument à ce quintet époustouflant.

Catherine Hiégel, d’abord, qui ouvre et ferme cette série de témoignages. Nous n’avions pas eu l’occasion de voir Nicole Garcia dans ce même rôle l’année dernière. Nous pourrions presque dire : peu importe ! Tant le tour réaliste qu’elle a su donner au personnage (humanité et simplicité de mise) est troublant. Sa voix large et profonde de comédienne du Français s’estompe pour laisser place à la conductrice Dolores Driscoll : elle qui a passé des décennies à conduire son bus nommé "godasse" n’aurait changé de métier pour rien au monde. Quelques notes, quelques mots suffisent à nous entraîner dans son sillage… Le reste n’est que l’admiration d’un critique qui salue bien bas cette grande comédienne.

Judith Chemla dans "De beaux lendemains" © Pascal
Judith Chemla dans "De beaux lendemains" © Pascal
Évidemment, Carlo Brandt n’est pas en reste pour jouer ce père, à la parole saoule de douleur et de désespoir. Le rythme nerveux et décousu qu’il donne à son récit plonge un peu plus le spectateur dans l’effroi. L’enfer est bien pour ceux qui restent et qui sont obligés de survivre à cette tragédie. À l’inverse, on s’attend à ce que l’avocat (une entrée en scène à contre jour), soit (précisément !) à contre courant des autres récits : le sien moins douloureux parce que moins concerné. Au contraire, son témoignage est peut-être encore plus chargé que les autres. Il se transforme en confidence et nous empoigne à revers. Le personnage qu’incarne Rejep Mitrovitsa porte sa douleur comme un fardeau et trouve un peu de consolation à faire payer la société.

Une frayeur, cependant, à l’arrivée de Judith Chemla en chaise roulante. Elle seule est restée dans la distribution d’origine. On se demande pourquoi cette recherche constante de réalisme. Et puis voilà, voilà qu’elle se met à parler. Elle raconte du bout des lèvres… Avec son air de fille un peu maigre et fragile (un peu façon Charlotte Gainsbourg jeune), elle est arrivée à concentrer tout son jeu dans sa seule voix, un chant de douleur a capella, un bel opéra, superbe et déchirant.

Le théâtre est devenu une cathédrale, une sorte de confessionnal même, un chorus bouleversant et pudique où chaque personnage vient se mesurer au regard du public… comme certains se mesurent au regard de Dieu. Mais le grand paradoxe, ici, c’est que Dieu n’existe pas. Peut-on alors encore parler de tragédie ? Oui. Celle de l’homme moderne en tout cas, dont la parole s'évide et résonne dans une cathédrale vide, vide de sens. Meirieu, quant à lui, en restitue l'essence... dramatique.

"De beaux lendemains"

Texte : Rusell Banks.
Traduction : Christine Lebœuf.
Mise en scène, production et adaptation du roman : Emmanuel Meirieu.
Assistant à la mise en scène : Loïc Varraut.
Avec : Carlo Brandt, Judith Chemla, Catherine Hiegel, Redjep Mitrovitsa.
Au piano : Stéphane Balmino.
Musique : Raphael Chambouvet.
Décor et lumière : Seymour Laval.
Son : François Vatin.
Conseiller artistique : Géraldine Mercier.
Avec la participation de : Thibaut Bonnot-Roux.

Du 7 au 26 juin 2011.
Théâtre des Bouffes du Nord.
Réservations : 01 46 07 34 50.
www.bouffesdunord.com

Mardi 21 Juin 2011

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives


Brèves & Com


Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.






    Aucun événement à cette date.



À découvrir

Bernard Adamus "C'qui nous reste du Texas"… Blues et beau

Pour son quatrième album, Bernard Adamus, avec son style blues très marqué, fricote avec le rock pour nous mener vers le grand nord sur des chansons qui se nourrissent de différents tempos aux paroles truculentes.

Bernard Adamus
Bernard Adamus, d'origine polonaise, a débarqué à ses trois ans au Québec. Depuis maintenant plus de dix ans, il trace une ligne artistique saluée par la critique avec ses albums "Brun" (2009), "No2" (2012) et "Sorel soviet so what" (2015). Du premier jusqu'au dernier LP, "C'qui nous reste du Texas", la qualité est toujours chevillée aux accords.

Avec ses dix titres, cet opus a une allure toujours foncièrement blues aux relents parfois rock. L'artiste a laissé très majoritairement son harmonica dans son étui. Sa voix, caractéristique, traînante, presque criarde, est utilisée comme effet multiplicateur de ses émotions.

Les chœurs sont discrets bien que parfois appuyés comme pour "Chipotle". Certaines compositions telle que "L'erreur" excelle dans un blues avec la contrebasse de Simon Pagé très présente, accompagnée de quelques notes de piano pour rendre un son plus clair quand celui-ci est, à dessein, légèrement étouffé par des percussions. La voix monte haut perchée au refrain où claironne un saxophone donnant un tournis musical, tel le reflet d'un état d'âme où la tristesse se berce d'incompréhension. C'est dans ces cassures de rythme que se mêlent d'autres éléments musicaux et vocaux donnant une tessiture aboutie. Le début d'une chanson peut ainsi être décharné à dessein comme celui d'un désert, d'un seul à seul avec l'artiste.

Safidin Alouache
05/05/2020
Spectacle à la Une

"I Fratelli Lehman" par la Cie Tom Corradini Teatro de Turin

Captation intégrale Ce spectacle sans paroles (ou très peu) - mais pas sans bruitages ! - devait être présenté au Théâtre Ambigu durant le festival Off d'Avignon cet été. Du fait de l'annulation, la compagnie italienne Tom Corradini Teatro de Turin vous invite à visionner cette pièce burlesque sur l'argent, la cupidité et l'amour raconté avec le langage du clown, sans interaction verbale, adapté à un public de tous âges et de toutes nationalités.

Comédie visuelle et physique interprété par deux talentueux clowns turinois (Tom Corradini et Michele Di Dedda), "I Fratelli Lehman" (The Lehman Brothers) raconte l'histoire d'un couple de banquiers et de financiers dont les capacités et les compétences les ont rendus célèbres et respectés dans tout le monde.

Apparemment, ils ont tout, des voitures rapides, de beaux secrétaires, des bureaux luxueux, un style de vie somptueux. Cependant, un jour leur fortune est anéantie en quelques minutes après un plongeon désastreux du marché boursier. Des richesses à la misère, ils doivent maintenant transformer leur échec en opportunité et gravir de nouveau la montagne du succès.

Gil Chauveau
21/04/2020
Sortie à la Une

Soigne le monde "Heal The World" de Michael Jackson par les Franglaises

Les Franglaises vous souhaitent encore et toujours un joyeux confinement en vous offrant une reprise franglisée de "Heal The World" de Michael Jackson ou "Soigne Le Monde" de Michel Fils de Jacques. Bonne écoute !

Soigne le monde
"Même confinés, les Franglaises récidivent en traduisant littéralement le très à-propos "Heal the World" de Michael Jackson : "Soigne le Monde". Enregistré et réalisé 100 % en confinement, les trente-cinq membres de la troupe donnent de la voix pour "faire de ce monde une meilleure place". "Enjoy… Euh, appréciez !"

Les Franglaises… le spectacle
Comédie musicale à la façon d'un "opéra pop" à l'américaine, le spectacle propose de traduire les plus grands succès du répertoire anglophone… histoire de vérifier, à travers un "test-aveugle", la pertinence de ces grands tubes mondiaux, des Scarabées à Reine, en passant par Michel Fils-de-Jacques et les Filles Épices… et bien plus encore…
Se prenant les pieds dans les incohérences des traductions littérales au premier degré à la manière de "google-trad", et emportés par la fiction de ces pièces musicales, les interprètes offrent une tournure explosive au spectacle qui vire au cabaret fou version Monty Python !
Durée : 1 h 45

Gil Chauveau
31/03/2020