La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Trib'Une

Le journal d’Anne Frank

La chronique d'Isa-belle L

Je me demande si je ne vais pas m’y remettre. À écrire un journal. Mon journal intime. Je lui donnerai un prénom moi aussi. Il s’appellerait… Je me laisse le temps de la réflexion. Un petit temps d’attente. Ah ! C’est drôle que je parle d’attente parce que justement, hier soir, au théâtre Rive Gauche, se jouait le "Journal d’Anne Frank". Rien à voir vous me direz. Mais si. J’ai cru un moment qu’un pauvre homme, placé non loin de moi, venait assister à une représentation de Knock...



Charlotte Kady (Augusta Van Pels), Katia Miran (Margot Frank), Odile Cohen (Edith Frank), Yann Babilee Keogh (Hermann Van Pels), Yann Goven (Fritz Pfeffer) et Francis Huster (Otto Frank) © Laura Cortès.
Charlotte Kady (Augusta Van Pels), Katia Miran (Margot Frank), Odile Cohen (Edith Frank), Yann Babilee Keogh (Hermann Van Pels), Yann Goven (Fritz Pfeffer) et Francis Huster (Otto Frank) © Laura Cortès.
Qu’il était là, imaginant s’être assis dans une salle d’attente, payante au demeurant, et qu’il attendait son diagnostic. Posé là, entre tous les (im)patients du théâtre, lui, patientait, pour une ordonnance. Ordonnance pleine à craquer - comme la salle ce soir-là - de médicaments bien puissants pour remédier à cette toux qui lui prenait la gorge, et nous, spectateurs, la tête !

Il crachait une étrange substance. Une "semence gluante" comme l’exprime, à un moment, la comédienne qui interprète Anne Frank. Écœurant non ? J’ai attrapé froid avec tout ça. Il m’a glacé le sang ce patient. Et le souci, c’est qu’on lui aurait bien dit. Mais par le plus grand des hasards, dans le noir il ne toussait plus. Comédie ?

Lumière : Francis Huster : Toux d’enfer ! Super ! Pour les comédiens, surtout.

Qui sait ? Intimidé par l’acteur, ce patient anonyme du théâtre a lâché dans l’arène son immense bonheur. Voir Francis Huster haut en couleurs. Acteur qu’il ne reverra peut-être jamais si sa toux persiste à durer… Pauvre homme ! Je lui souhaite de trouver un remède à la hauteur du journal d’Anne Frank.

Un remède à la hauteur de la jeune comédienne qui interprète Anne Frank avec délice, malice, espièglerie et justesse. Très bien choisie.

Un remède qui guérira ce spectateur d’un soir, comme l’a fait un peu pour son père, cette fille de treize ans à travers son journal. Panser la plaie d’un père en lisant, découvrant sa fille, et oublier, un moment, qu’il a perdu son autre fille, sa femme. Sa famille. Dans les camps.

Un remède à la hauteur du journal qu’a écrit Anne Frank pour soulager son cœur et son esprit. Du haut de ses treize ans.

Le journal d’Anne Frank n’est pas la pièce la plus drôle de la saison mais il y a Charlotte Kady. Et elle nous donne une sacrée leçon de comédie. Casting réussi.

Si j’avais un journal, je l’appellerais : Charlotte. Ça y est ! La fièvre est tombée. C’est qu’il m’a énervée, ce spectateur enragé !

J’ai choisi le nom de mon journal. Qui n’en serait pas vraiment un. Plutôt une page éphémère dédiée à Charlotte Kady, à son talent et son savoir-faire.

"Le journal d'Anne Franck" © Lot.
"Le journal d'Anne Franck" © Lot.
Dans mon journal, j’ai envie d’écrire que dans la pièce "Le Journal d’Anne Frank" si je devais choisir mon actrice préférée - à la manière d’une écolière qui rêverait d’avoir une meilleure amie - je choisirais Charlotte Kady.

L’écolière n’a rien contre les autres élèves de la classe. Eux aussi ils sont gentils, très bons élèves, doués dans les matières, mais rien à faire. Celle qu’elle veut comme nouvelle amie, c’est Charlotte. En plus elle lui ressemble un peu. Elles ont les mêmes cheveux.

Il y a pléthores d’adjectifs pour Charlotte Kady. Juste, émouvante, drôle, touchante, belle et attachante. Bouleversante. Jusqu’au dernier tableau du spectacle. Une claque.

Dans mon journal je veux dire aussi que Charlotte Kady est une actrice trop rare et que la redécouvrir dans cette pièce fait plaisir à voir.

J’ajoute, et je finis pour ce soir, qu’à chaque fois où le personnage qu’elle interprète - Augusta Van Pels - se retrouve autour de la table pour les maigres repas, elle ajoute aux plats bien fades en ces temps de guerre, un ingrédient de taille : une note sucrée.

Une gourmandise Charlotte Kady. Normal qu’on veuille devenir sa meilleure amie.

C’est l’automne, la grippe nous guette, le rhume nous plombe, l’humeur est grise, la toux est grasse.

Un patient anonyme est passé rue de la Gaité. Il ne voulait pas rire mais simplement se soigner. Il est entré théâtre Rive Gauche, près du quartier Montparnasse. Devant Francis Huster, Charlotte Kady et les autres comédiens, parfaits, eux aussi. Il n’a pas pu retenir sa toux. Tant pis !

C’était désagréable pour les spectateurs et probablement plus pour les acteurs. Il était malade, il aurait eu besoin d’un bon docteur mais il n’est pas sorti.

Qui sait ? Peut-être qu’à la fin de la pièce, il était guéri. Moi, j’ai souri. J’avais l’idée d’écrire un journal pour Charlotte Kady, pleine de grâce.

Je lui offre une demi-page et j’ai tout dit.

"Le journal d’Anne Frank"

Texte : Éric-Emmanuel Schmitt.
D’après "Le journal d’Anne Frank", avec la permission du Fonds Anne Frank (Bâle).
Mise en scène : Steve Suissa.
Avec : Francis Huster, Gaïa Weiss, Roxane Durán, Odile Cohen, Katia Miran, Charlotte Kady, Yann Babilee Keogh, Bertrand Usclat, Yann Goven.
Collaboration artistique : Céline Billès-Izac.
Décors : Stéfanie Jarre.
Lumières : Jérôme Almeras.
Son : Alexandre Lessertisseur.
Costumes: Sylvie Pensa.

Du 5 septembre au 20 décembre 2012.
Du mardi au samedi à 21 h, en matinées samedi et dimanche à 15 h 30.
Théâtre Rive Gauche, Paris 14e, Réservations : 01 43 35 32 31.
>> theatre-rive-gauche.com

Isabelle Lauriou
Mardi 23 Octobre 2012

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives


Brèves & Com


Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.






    Aucun événement à cette date.



À découvrir

Bernard Adamus "C'qui nous reste du Texas"… Blues et beau

Pour son quatrième album, Bernard Adamus, avec son style blues très marqué, fricote avec le rock pour nous mener vers le grand nord sur des chansons qui se nourrissent de différents tempos aux paroles truculentes.

Bernard Adamus
Bernard Adamus, d'origine polonaise, a débarqué à ses trois ans au Québec. Depuis maintenant plus de dix ans, il trace une ligne artistique saluée par la critique avec ses albums "Brun" (2009), "No2" (2012) et "Sorel soviet so what" (2015). Du premier jusqu'au dernier LP, "C'qui nous reste du Texas", la qualité est toujours chevillée aux accords.

Avec ses dix titres, cet opus a une allure toujours foncièrement blues aux relents parfois rock. L'artiste a laissé très majoritairement son harmonica dans son étui. Sa voix, caractéristique, traînante, presque criarde, est utilisée comme effet multiplicateur de ses émotions.

Les chœurs sont discrets bien que parfois appuyés comme pour "Chipotle". Certaines compositions telle que "L'erreur" excelle dans un blues avec la contrebasse de Simon Pagé très présente, accompagnée de quelques notes de piano pour rendre un son plus clair quand celui-ci est, à dessein, légèrement étouffé par des percussions. La voix monte haut perchée au refrain où claironne un saxophone donnant un tournis musical, tel le reflet d'un état d'âme où la tristesse se berce d'incompréhension. C'est dans ces cassures de rythme que se mêlent d'autres éléments musicaux et vocaux donnant une tessiture aboutie. Le début d'une chanson peut ainsi être décharné à dessein comme celui d'un désert, d'un seul à seul avec l'artiste.

Safidin Alouache
05/05/2020
Spectacle à la Une

"I Fratelli Lehman" par la Cie Tom Corradini Teatro de Turin

Captation intégrale Ce spectacle sans paroles (ou très peu) - mais pas sans bruitages ! - devait être présenté au Théâtre Ambigu durant le festival Off d'Avignon cet été. Du fait de l'annulation, la compagnie italienne Tom Corradini Teatro de Turin vous invite à visionner cette pièce burlesque sur l'argent, la cupidité et l'amour raconté avec le langage du clown, sans interaction verbale, adapté à un public de tous âges et de toutes nationalités.

Comédie visuelle et physique interprété par deux talentueux clowns turinois (Tom Corradini et Michele Di Dedda), "I Fratelli Lehman" (The Lehman Brothers) raconte l'histoire d'un couple de banquiers et de financiers dont les capacités et les compétences les ont rendus célèbres et respectés dans tout le monde.

Apparemment, ils ont tout, des voitures rapides, de beaux secrétaires, des bureaux luxueux, un style de vie somptueux. Cependant, un jour leur fortune est anéantie en quelques minutes après un plongeon désastreux du marché boursier. Des richesses à la misère, ils doivent maintenant transformer leur échec en opportunité et gravir de nouveau la montagne du succès.

Gil Chauveau
21/04/2020
Sortie à la Une

Soigne le monde "Heal The World" de Michael Jackson par les Franglaises

Les Franglaises vous souhaitent encore et toujours un joyeux confinement en vous offrant une reprise franglisée de "Heal The World" de Michael Jackson ou "Soigne Le Monde" de Michel Fils de Jacques. Bonne écoute !

Soigne le monde
"Même confinés, les Franglaises récidivent en traduisant littéralement le très à-propos "Heal the World" de Michael Jackson : "Soigne le Monde". Enregistré et réalisé 100 % en confinement, les trente-cinq membres de la troupe donnent de la voix pour "faire de ce monde une meilleure place". "Enjoy… Euh, appréciez !"

Les Franglaises… le spectacle
Comédie musicale à la façon d'un "opéra pop" à l'américaine, le spectacle propose de traduire les plus grands succès du répertoire anglophone… histoire de vérifier, à travers un "test-aveugle", la pertinence de ces grands tubes mondiaux, des Scarabées à Reine, en passant par Michel Fils-de-Jacques et les Filles Épices… et bien plus encore…
Se prenant les pieds dans les incohérences des traductions littérales au premier degré à la manière de "google-trad", et emportés par la fiction de ces pièces musicales, les interprètes offrent une tournure explosive au spectacle qui vire au cabaret fou version Monty Python !
Durée : 1 h 45

Gil Chauveau
31/03/2020