La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Danse

Le corps sur scène au XXIe siècle

La scène est à l'origine le reflet de la société. Les corps handicapés, difformes, différents, les corps en marge des standards esthétiques de leur époque étaient sous-représentés ou alors relégués aux rôles mineurs. Il faut attendre les années 2000 pour voir accepter les physiques atypiques. C'est en montrant ces corps hors normes que l'artiste place le spectateur face à la réalité de la société et face à lui-même, lui qui est membre de celle-ci. Le XXIe siècle semble avoir pour champ de prédilection la critique de la société de consommation et la mondialisation ; et quoi de mieux que le corps pour l'illustrer ?



"Tragédie" d'Olivier Dubois © Christophe Raynaud de Lage.
"Tragédie" d'Olivier Dubois © Christophe Raynaud de Lage.
Les notions d'identité et d'identitaire sont mises à mal, synonymes d'engagement radical contre les tabous sociaux et culturels. La performance de l'artiste oscille entre minimalisme et excès. Peut-on y voir le reflet d'une société manichéenne ? Elle se calque également sur la télévision avec l'apparition du numérique sur scène. De nombreux metteurs en scène ont recours à l'écran dans leur spectacle.

Le metteur en scène, le chorégraphe, le régisseur, etc., ne sont plus les seuls à monter le spectacle. Aujourd'hui, les artistes participent pleinement à la création de l'œuvre, c'est une œuvre collective. Ils ne sont plus des pantins qui s'adaptent aux exigences du metteur en scène ; ils sont devenus des artistes-artisans. Actuellement, ce n'est plus l'artiste qui s'adapte à l'œuvre mais l'œuvre à l'artiste ; beaucoup de spectacles sont créés en fonction de l'artiste qui est choisi à l'avance. C'est le personnage qui est créé pour l'homme et non l'homme qui incarne le personnage.

Actuellement, on peut parler d'un théâtre de l'instantané, de la spontanéité avec une primauté du présent. On observe un rejet de la société, de l'éducation, de la culture telle qu'elle nous est imposée car elle ne correspond pas à la réalité. Le public est à la recherche d'autre chose. On repousse la bourgeoisie, le corps éduqué pour se tourner vers quelque chose de plus authentique.

"Tragédie" d'Olivier Dubois © François Stemmer.
"Tragédie" d'Olivier Dubois © François Stemmer.
Le théâtre ne raconte plus l'histoire d'un corps dépourvu de tout passé mais celle d'un corps psychologique que les événements antérieurs ont pu marquer, un corps soumis à des lois scientifiques, un corps appréhendé sociologiquement, un corps dont nous avons une connaissance de plus en plus précise et avancée. Un corps que l'on peut situer dans un contexte précis en incluant les variables qui peuvent le toucher.

Ce nouveau corps cherche à se débarrasser des filtres apposés par les médias, il se démarque des clichés, il n'est plus un produit de consommation. Il invente une nouvelle forme de communication, il ne répond plus aux codes enseignés dans les écoles ou les conservatoires, il s'émancipe et démontre qu'il n'existe pas qu'une seule voie d'expression. L'art ne doit plus être élitiste mais une représentation de la vie pour être accessible, percutant et remplir son rôle. Les spectateurs doivent être en capacité de s'identifier aux interprètes. Les conventions ne sont plus de rigueur. Sur scène, plus d'espace, plus de temps, plus d'histoires, juste le corps, le corps qui dit tout, le corps par quoi tout passe.

"Il Minautoro" par Teatro La Ribalta, 2012 © Gil Chauveau.
"Il Minautoro" par Teatro La Ribalta, 2012 © Gil Chauveau.
Le théâtre n'est plus désormais un theatron, un lieu où l'on voit mais un théâtre où l'on ressent. Le théâtre n'a jamais été plus un lieu d'échanges et de partage que maintenant. Le spectateur reçoit et même plus, subit ce que le comédien ressent et offre à la fois. Le théâtre n'est plus seulement de l'ordre du visuel, il est perceptif, sensitif, kinesthésique. C'est un théâtre qui se matérialise par le corps, que ce soit celui du personnage, du comédien ou du spectateur. Parce qu'on a plus les mots, parce qu'ils ne suffisent plus pour rendre compte de la pensée alors le corps prend le relais pour matérialiser toutes ces émotions et ces sensations. On a épuisé le langage, il faut trouver un autre matériau pour s'exprimer. Après avoir "voulu dire", il faut trouver "comment dire".

À notre époque, pour faire réagir la foule il faut choquer. Et quoi de plus provocant que de s'attaquer à l'intégrité physique, de mutiler les corps, ces corps qui se doivent d'être lisses et beaux en tant que représentants de la société. On malmène les corps en guise d'accusation, on expose les incompréhensions, les réclamations, les récriminations par les blessures des chairs. Mises en dangers, difformités, refus des canons de beauté sont les nouveaux révoltés des planches.

Se délester du superficiel, échapper aux normes, par la nudité, par le refus des conventions, revenir à un corps simple, primitif, naturel. L'exposition du corps devient un acte politique, le performeur n'est plus un comédien, un danseur, un artiste, il est un corps engagé. Le corps est désormais le seul élément de la représentation. On peut présenter une pièce sans parole, comme l'a fait Beckett avec "Acte sans parole" ; on peut aussi la présenter sans intrigue, comme l'a fait Sarraute dans "Pour un oui ou pour un non", où deux personnages dialoguent mais où il n'y a pas vraiment de faits ou d'événements. Le corps reste la seule donnée immuable du spectacle.

On peut envisager cette quête du corps comme le besoin de se réapproprier ce qui nous a été arraché, volé, souillé, ce corps dépossédé, médiatisé. La société a effacé la multiplicité pour n'accepter que les critères qu'elle a choisis : grand, svelte, beau, épilé, gracieux... En s'exposant sur scène, chaque acteur assume et revendique sa différence, son individualité, sa personnalité mais également sa cohérence avec l'ensemble des corps qui l'entourent, sa troupe, son public.

"Il Minautoro" par Teatro La Ribalta, 2012 © Gil Chauveau.
"Il Minautoro" par Teatro La Ribalta, 2012 © Gil Chauveau.
Le comédien prend conscience de lui-même par la prise de conscience de son corps, celui-ci étant envisagé comme un territoire vierge, inconnu dont il se doit d'explorer tous les recoins. Il doit connaître et posséder son corps pour prétendre atteindre son au-delà, son essence. La sensation amène à la réflexion.

La voix elle-même se fait corporelle. Elle ne se fait plus la traduction d'un langage bien défini et conformiste, mais elle prend la forme des inflexions du corps : elle peut être cri, murmure, bruit... Elle ne veut plus rien dire mais se fait ressentir. Chacun la perçoit comme bon lui semble. Le spectateur est intégré à la représentation car celle-ci ne lui est plus toute donnée, elle ne lui indique plus un chemin tout tracé, c'est à lui de l'interpréter.

C'est en quelque sorte à lui de la jouer. L'absence de raisonnement clair lui permet de solliciter son imaginaire et la représentation est ainsi perpétuellement réinventée et reconsidérée. Ici tout le monde s'investit : l'auteur, le metteur en scène, le technicien, le comédien, le spectateur, c'est une œuvre collective. Chacun accomplit sa part sans en avoir totalement conscience. Ils n'attendent que vous pour y contribuer.

Ludivine Picot
Vendredi 26 Mai 2017

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives





Publicité



À découvrir

Si Louise Michel m'était contée… Cabaret peu orthodoxe sur l'art de la rébellion !

"Cabaret Louise", Théâtre Le Funambule Montmartre, Paris

Reprise Grandes ignorées de nos scolarités boutonneuses, la Commune et sa compagne Louise Michel sont tirées du passé et ici convoquées à une célébration festive et effrontée, bâtie sur un cinquantenaire soixante-huitard bienfaisant, où se réunissent de manière intempestive, ou pas, Rimbaud, Hugo, Léo et Théophile Ferré, Louise Attaque, Johnny Hallyday, Jules Ferry et Adolphe Thiers, etc., prenant vie grâce aux joyeux jeux virtuoses de Charlotte Zotto et Régis Vlachos.

Si Louise Michel m'était contée… Cabaret peu orthodoxe sur l'art de la rébellion !
En une forme de cabaret drolatique, foutraque, jouissif et impertinent, est rendu hommage à la révolte, à l'espérance d'une toujours future révolution, au souvenir de celles qui ont eu lieu - sans malheureusement toujours beaucoup d'efficience -, à celles et ceux - communards ou soixante-huitards - qui les imaginèrent sur le terreau de folles utopies. Régis Vlachos nous offre à nouveau un insolent et hilarant éloge d'une nouvelle rébellion à inventer, nous incitant, dans le respect de nos libertés individuelles, à nous indigner encore et toujours.

Cet hommage audacieux et - forcément - libertaire est associé subtilement, dans un intelligent second plan et en un judicieux contrepoint, à nos désespérantes actualités. Et, tour de force réussi, est généré, en complément inattendu et croustillant, une approche de mise en abyme conjugale du couple tentant de représenter le spectacle tout en l'interrompant de tempétueuses disputes, de tentatives de réconciliation… ou de négociation de définitive séparation... Instillant ainsi dans tous les tiroirs narratifs, une revendication féminine et féministe émanant historiquement de Louise Michel et, dans une contemporanéité militante, celle de la femme d'aujourd'hui que sont les comédiennes Charlotte Zotto et Johanna Garnier.

Gil Chauveau
22/01/2019
Spectacle à la Une

"Cassandra", cruauté et infinie tendresse pour conter le métier de comédienne

La chronique d'Isa-belle L

"Cassandra", C majuscule s'il vous plaît. Pas uniquement parce que c'est un prénom qui, aussi, introduit une phrase ou parce que c'est le titre du spectacle, mais parce que Cassandra, qu'elle soit moderne ici, mythique là-bas, mérite en capitale (C) cette jolie troisième lettre de l'alphabet à chaque recoin de mon papier. La lettre "C" comme Cassandra et comme le nom de famille de l'auteur. Rodolphe Corrion.

Deux C valent pour un troisième : Coïncidence. L'auteur, masculin, très habile répondant au nom de "Corrion" a écrit pour une comédienne à multiples facettes ce seul(e) en scène. Nous voilà à 3 C et trois bonnes raisons d'aller découvrir et applaudir ce spectacle mené de main de maîtresse par la comédienne Dorothée Girot. Jolie blonde explosive, sincère et talentueuse.

Inspiré du mythe de Cassandre, Rodolphe Corrion nous propose aujourd'hui, dans son texte à l'humour finement brodé, un personnage - Théodora -, comédienne enchaînant les castings avec peine, se retrouvant d'ailleurs en intro de spectacle, face à une conseillère Pôle Emploi. Excellent moment et monologue réjouissant. Théodora sent que quelque chose va se produire dans la vie de cette conseillère, quelque chose de… bah ! Oui. Il va se passer quelque chose… elle l'avait sentie, on ne l'a pas écoutée puis… la conseillère, elle ne l'a plus jamais revue.

Isabelle Lauriou
27/03/2019
Sortie à la Une

À écouter : Anémone mange ses frites, mais ce qu’elle "préfère le plus au monde, c’est rien foutre"

Difficile d’interviewer Anémone. Elle sortait de son spectacle "Grossesses nerveuses" qu’elle joue en ce moment au Théâtre Daunou (voir article) et nous l’avons rejoint à la brasserie du coin. Elle y mangeait ses frites et manifestement l’interview ne l’intéressait pas. Malgré les efforts de l’interviewer (moi !) dont les gouttes de sueur perlaient sur le visage en décomposition au fur et à mesure de l’entretien, Anémone nous a répondu de façon claire, nette et expéditive.


À écouter : Anémone mange ses frites, mais ce qu’elle
Au passage, voici la définition de "contre-emploi" au théâtre ou au cinéma : assumer des rôles différents de celui joué habituellement et non par rapport à ce qu’on est dans la "vraie" vie. Ce qu’on a, entre autres, essayé (je dis bien "essayer" !) de demander à Anémone était de savoir pour quelle raison elle ne s'est pas plus mise en danger pour jouer autre chose que le personnage qu'elle a toute sa vie incarnée, c’est-à-dire celui d'une bourgeoise ou une vieille fille un peu coincée. Un "contre-emploi" véritable qu’elle a tenu (et justement pour lequel elle a été récompensée par le César de la meilleure actrice) est celui du Grand chemin.

Possible que l'on s'y soit très mal pris. Peut-être aurait-il fallu parler d'autres choses que de "spectacle" ?

Cet entretien reste tout de même un moment (court mais...) mémorable. À écouter absolument !

Musique : Pierre-Yves Plat

À lire >> Une Anémone en fleur au Théâtre Daunou

À venir : Interview exclusive de Pierre Santini suite à son annonce de départ du Théâtre Mouffetard.
interview_d_anemone.mp3 Interview d'Anémone.mp3  (3.33 Mo)


Sheila Louinet
23/05/2011