La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Théâtre

Le château de Grignan s'espagnolise avec le Victor Hugo politique… et son Ruy Blas

"Ruy Blas", Fêtes Nocturnes de Grignan, Drôme

Avec "Ruy Blas", Hugo s'ingénie à tresser le cercle vicieux du pouvoir. Il met en place un système qui fait ressembler tous les personnages à des poupées matriochka. Ôter une apparence, c'est un autre visage qui apparaît. Ainsi, chaque personnage important de ce réquisitoire contre la corruption n'est que l'instrument de quelqu'un d'autre ou de quelque chose, à l'intérieur de lui-même, manipulateur et manipulé. Mais à la fin de ce jeu de dupe, ce sont les humbles qui payent le prix fort



© Guy Delahaye.
© Guy Delahaye.
Tout est affaire de costume dans cette Espagne rêvée de la fin du XVIIe siècle, et Yves Beaunesne l'impose dès l'ouverture du spectacle avec l'envol d'une livrée de domestique du haut des fenêtres du château. Elle s'étale sur scène. Elle est ramassée par un jeune homme qui la trouve à sa taille : voilà Ruy Blas, domestique, de par l'habit, libre de par l'esprit, captif de par son amour pour la reine, raison pour laquelle il vêt cette condition.

Pour résumer l'état de ce royaume : le roi n'est qu'une abstraction puisqu'il passe sa vie à la chasse ; la reine, une icône enfermée pire que dans un sérail, impuissante ; Don Saluste, répudié apparemment mais gardant fortune et pouvoir sous le manteau, Ruy Blas, tour à tour, esprit libre, valet, tout-puissant, valet… Les titres sont vides de sens, l'apparence et les habits sont essentiels, le chantage et l'absence de vertu dirigent.

Toute la mise en scène d'Yves Beaunesne s'appuie sur ce constat de l'apparence, du costume, et de la marionnette qui porte ce costume. Les habits des comédiennes et des comédiens, créés par Jean-Daniel Vuillermoz, sont ornementés de broderies, d'ors et autres dentelles d'apparat. Ils sont autant statut social qu'engoncement. Mais cela brille comme une cour rêvée, brillante, régulièrement accompagnée par les musiques et les chants baroques de Camille Rocailleux directement interprétés en bord de scène. Cela brille comme brillent les saillies et l'esprit puissant et amusé de Victor Hugo. Ce jeu de dupe mis en avant éloigne le drame et met en valeur les scènes de "haut comique" - un véritable régal pour Jean-Christophe Quenon qui étincelle dans le rôle du vrai Don César.

© Guy Delahaye.
© Guy Delahaye.
Le reste de la distribution est également de grande qualité et chacun parvient à marquer la partition de sa personnalité. Partition est le mot juste pour ces comédiens et comédiennes qui offrent de très purs moments de chant et de musique. Seul le rôle de la reine, interprété par Noémie Gantier, détonne un peu dans cet ensemble harmonieux, avec une infantilité étrangement forcée. Il reste que le spectacle est riche de scènes enlevées et que cette cour d'Espagne se greffe parfaitement aux pierres du château de Grignan.

Mais pour Victor Hugo, cette cour n'est qu'un prétexte. En choisissant l'Espagne du siècle passé, il prend lui aussi une cape d'invisibilité qui lui permet sous le drame romantique, de charger une critique virulente contre Louis-Philippe au pouvoir à l'époque. Même si la trame est émouvante ; un aventurier devenu laquais pour approcher d'une reine qu'il aime et qui s'ennuie, un aventurier aimé en retour, élevé par cet amour presque en chef de gouvernement, sorte d'amoureux révolutionnaire par son intégrité qui parvient à purger la corruption d'un gouvernement indigne… la romance pèse moins lourd que l'analyse des manipulations et la critique cinglante de la politique.

"Ruy Blas"

© Guy Delahaye.
© Guy Delahaye.
Texte : Victor Hugo.
Mise en scène : Yves Beaunesne.
Assistants(es) à la mise en scène : Pauline Buffet, Jean-Christophe Blondel et Laure Roldàn.
Dramaturgie : Marion Bernède.
Avec : Théo Askolovitch, Thierry Bosc, François Deblock, Zacharie Feron, Noémie Gantier, Fabienne Lucchetti, Maximin Marchand, Guy Pion, Jean-Christophe Quenon, Marine Sylf.
Musiciennes : Anne-Lise Binard et Elsa Guiet.
Scénographie : Damien Caille-Perret.
Création costumes : Jean-Daniel Vuillermoz.
Lumières : Nathalie Perrier.
Création musicale : Camille Rocailleux.
Maquillages, coiffures et masques : Cécile Kretschmar.
Maître de chant : Haïm Isaacs.
Durée : 2 h 20.

© Guy Delahaye.
© Guy Delahaye.
Les Fêtes Nocturnes
Du 8 juillet au 24 août à 21 h.
Château de Grigran, Grignan (26).
Tél. : 04 75 91 83 65.
https://www.chateaux-ladrome.fr

Tournée
8 au 10 octobre 2019 : Théâtre d'Angoulême, Scène nationale, Angoulême (16).
16 au 19 octobre 2019 : Odyssud, Blagnac (31).
5 et 6 novembre 2019 : Théâtre Firmin Gémier/La Piscine, Scène nationale, Châtenay-Malabry (92).
5 et 6 novembre 2019 : 12 au 15 Théâtre de Liège (Belgique).
19 au 23 novembre 2019 : Théâtre du Jeu de Paume, Aix-en-Provence (13).
26 novembre 2019 : Théâtre de L'Olivier, Istres (13).
5 et 6 décembre 2019 : Théâtres de la Ville de Luxembourg.
16 au 20 décembre 2019 : La Manufacture, Centre dramatique national, Nancy (54).
8 au 18 janvier 2020 : Théâtre de la Croix Rousse, Lyon (69).

Bruno Fougniès
Vendredi 5 Juillet 2019


1.Posté par Y le 13/08/2019 07:35
J’aurai aime partagé l’enthousiasme de cet article.
Hélas, je n’ai vu hier que deux heures et plus de comédiens qui ne fonctionnent que sur le mode de l’exaltation bruyante, vocifèrent dans un jeu fait de tournoiements en bord de scène.
Trouvez-moi un spectateur qui ait ressenti la détresse de la reine, un autre qui ait partagé les affres de Ruy Blas…

On ne ressent rien car rien n’est incarné… en absence d’une direction d’acteur audacieuse, l’intention est remplacée par l’énergie… et c’est insuffisant.
C’est au mieux joue comme une farce amputee de toute ambition politique, sociale et même de faire rire, autrement que par des cabotinages grossiers.

Un des pires spectacles de ces dernières années…

Signature ?

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives | Avignon 2021


Brèves & Com


Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.








Vidéos les plus récentes



À découvrir

•Off 2021• Le Souffleur Dans l'ombre de la création du Cyrano d'Edmond Rostand

Le 28 décembre 1897, au Théâtre de la Porte Saint-Martin, a lieu la première représentation du "Cyrano de Bergerac" d'Edmond Rostand avec, dans le rôle-titre, le grand comédien de l'époque : Benoît Constant Coquelin. Depuis, cette pièce est l'une des plus célèbres du répertoire du théâtre français. Cyrano, Roxane sont devenus des personnages de légende, des héros, des joyeux fantômes de l'inconscient collectif. C'est l'apport qu'a eu ce texte dans la symbolique de la bravoure, de la passion, de l'abnégation. Un amour impossible de plus.

© Compagnia dell'Edulis.
Pourtant, il manque un héros à cette liste issue de cette première représentation. Il y manque un fantôme, un tout petit fantôme, mais un fantôme protecteur qui était, lui aussi, au plateau ce 28 décembre 1897. Oublié. C'est un peu normal puisque Edmond Rostand n'a pas écrit un vers pour lui. Et pourtant, lui seul dans toute la distribution avait lu, mis en bouche, voire appris, les répliques de tous les personnages de la pièce et, en particulier, celle de l'Auguste Coquelin. Il s'appelait Ildebrando Biribo'. Il était ce soir-là dans le trou en avant-scène, invisible des spectateurs, le manuscrit devant lui, le trou du souffleur.

Et c'était sa dernière performance. Coquelin, avant le début de la représentation, lui annonce qu'il n'aurait plus besoin de lui pour les suivantes. La représentation se déroule. Ildebrando Biribo' fait son office. La pièce se termine. Les acteurs quittent la scène sous les ovations. C'est un triomphe. Ils sortent de scène. Le public quitte la salle. Et l'on retrouve le souffleur mort dans son trou.

Bruno Fougniès
20/07/2021
Spectacle à la Une

•Off 2021• Sales Gosses Une approche vertigineuse et bouleversante de la maltraitance à l'école

Harcèlement, maltraitance ponctuelle ou récurrente… à l'école, à la maison, au travail, comment le traiter sur scène, comment prendre ou pas position ? Ici d'ailleurs, pas de prise de position, mais une exposition des faits, du déroulé des événements, en une manière de monologue où la comédienne Claire Cahen habite tous les personnages principaux, offrant l'accès au public à différentes appréciations du drame - victime, tyran, prof, mère - menant à une mise en perspective vertigineuse !

© Théâtre du Centaure.
Pour l'écriture de "Sales gosses", Mihaela Michailov s’est inspirée de faits réels. Une enseignante ligota une élève dans sa salle de classe, les mains derrière le dos, suite à son manque d'attention pour la leçon sur la démocratie qu'elle était en train de donner. Elle exposera ainsi l'enfant saucissonnée en exemple. Les "camarades" de cette petite-fille de onze ans, pendant la récréation, la torturons à leur tour. Elle sera retrouvée sauvagement mutilée… attachée dans les toilettes…

Dans une mise en scène que l'on perçoit nerveuse et précise, millimétrée, visant à l'efficacité, les choix de Fábio Godinho font être immédiatement lisible, mettant en quasi-training sportif la comédienne Claire Cahen et son partenaire musicien chanteur Jorge De Moura qui assure avec énergie (et talent) les multiples interventions instrumentales et/ou vocales. Metteur en scène, mais également performeur, Fábio Godinho joue clairement la carte de l'école "théâtre de la violence", de l'arène/stade où la victime est huée, vilipendée par la foule, cherchant à exprimer la performance telle que demandée sur un ring de boxe. Claire Cahen et Jorge De Moura sont à la hauteur jouant en contre ou en soutien avec le troisième acteur qu'est le décor !

Gil Chauveau
19/07/2021
Spectacle à la Une

● Avignon Off 2021 ● Acquittez-la ! par Pierrette Dupoyet

Alexandra L., femme battue depuis des années par son mari, finit par l'assassiner. Elle est passible de 20 ans de prison… Toutefois, le réquisitoire de l'Avocat Général va surprendre tout le monde…

Pierrette Dupoyet dans un précédent spectacle
Ce récit nous plonge dans la spirale que vivent des milliers de femmes violentées qui, bâillonnées par la peur, se murent dans le silence… Quand le drame éclate au grand jour, les questions pleuvent : "pourquoi n'as-tu pas quitté ton bourreau avant ? Pourquoi n'en as-tu parlé à personne ?". Questions faciles à poser, mais les réponses sont difficiles à trouver…
Et si tout commençait à la première gifle ?

Depuis 37 ans, Pierrette Dupoyet crée tous ses spectacles au Festival d'Avignon, avant d'aller les interpréter dans le monde entier (70 pays à son actif).
"Hallucinante" Nouvel Obs.
"Saisissante !" Télérama.
"Une présence" Le Monde.
"Exceptionnelle !" France-Soir.
"Une défricheuse qui ne sait vivre que dans le risque"

Création de Pierrette Dupoyet.
Auteur, interprète, metteur en scène : Pierrette Dupoyet.
Durée : 1 h 15.

● Avignon Off 2021 ●
Du 7 au 31 Juillet 2021.
Tous les jours à 11 h 50 .
Théâtre Buffon, 18, rue Buffon, Avignon.
Réservations: 04 90 27 36 89.

>> pierrette-dupoyet.com
>> theatre-buffon.fr

Annonce
31/05/2021