La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Théâtre

Le charme discret (et réjouissant) de l'effet marionnettique… à Charleville-Mézières

La ville de Charleville-Mézières, tous les deux ans, est un formidable théâtre où se rencontrent les multiples et agiles avatars de Polichinelles et autres marionnettes. Cela est réjouissant, nourrit l'imaginaire.



La Revue du Spectacle a vu un petit échantillonnage et peut témoigner qu'un haut degré de création artistique est en œuvre et que l'effet marionnettique n'a rien perdu de son charme ni de son éclat.
Voici donc ces quelques pépites sélectionnées... sachant que d'autres spectacles sont encore visibles jusqu'à ce dimanche 27 septembre.

"Guerre et Paix"

"Guerre et Paix" © Nicola Frank Vachon.
"Guerre et Paix" © Nicola Frank Vachon.
Théâtre du Sous-Marin Jaune & Théâtre de Quartier - Québec - Canada.
Première en France - 1 h 35.

Pédagogique et divertissante, l'adaptation pour marionnette de "Guerre et Paix" par la troupe canadienne Théâtre du Sous-Marin Jaune & Théâtre de Quartier respecte la forme classique du récit : il est vrai que le scénario est de qualité. Avec la mise en scène proposée le récit est une épopée haletante qui fait rire et réfléchir. Accessible à tout public ce qui donne envie de lire le roman.

Le fil conducteur est tenu par une marionnette à gueule contemporaine, un loup bleu au tee-shirt rouge imprimé "Pussy Riot". À la fois régisseur, commentateur, acteur, narrateur omniscient bienveillant et impertinent, il ose interpeller Tolstoï lui-même.

Ce petit personnage est aussi virtuose. Il peut résumer l'œuvre en deux minutes chrono… et distribuer les rôles. Aux héros historiques que sont Napoléon et Koutousov sont attribués à des têtes de pantins géants, aux hordes qui s'affrontent des marionnettes de tables, aux héros du roman des marionnettes à gueule en quart de taille humaine. Le spectateur peut ressentir des émotions et lire les destins individuels, les convulsions collectives et mesurer le rôle des icônes historiques. Du coup Pierre, Natacha, André, Lise et les autres ont une réelle intensité.

"Borgia, comédie contemporaine"

"Borgia" © Robin Montrau.
"Borgia" © Robin Montrau.
Compagnie Point Zéro - Belgique.
Première en France - 1 h 25.

Avec "Borgia", le spectateur peut ressentir l'intensité d'humanité que peut révéler une marionnette portée à taille humaine. Le réalisme est saisissant. Dans les rapports qui lient la grand-mère et sa petite fille se lit tout l'étonnement et le désarroi du monde. Lorsque l'enfant découvre les dessous du passé, quand l'enfant découvre le récit familial de l'aïeul qui est aussi le sien. Les rôles des ascendants, par contraste, sont tenus par des acteurs en chair et en os (et manipulateurs à vue selon les nécessités du jeu).

Les membres de cette famille ? Une flopée d'adulescents attardés, branques et triviaux, qui ont le goût du kitsch, de la sanguinolence et des sphincters. Un ramassis, des Borgia. Le spectateur comprend que dans cette violence sociale à pleurer de rire, la grand-mère aurait probablement été condamnée si (miracle du monde marionnettique) une vilaine excroissance née dans son épaule ne lui avait tenait lieu de conscience, n'avait débattu avec elle en tête à tête et du bien et du mal. Il faut savoir saluer cette apparition d'un nouvel avatar de polichinelle né de l'épaule comme Athéna du crâne de Zeus.

"Ciel !"

"Ciel !" © Luk Monsaert.
"Ciel !" © Luk Monsaert.
Taptoe's erf - Belgique - 50 minutes.
À l'opposé, le Taptoe's erf, reconstitué après cinq ans de disparition, reprend "Ciel !" (Hemel !), créé en 1991, qui fut un immense succès.

La troupe a gardé le sens d'une sensibilité douce par laquelle l'homme au chapeau melon du peintre surréaliste René Magritte entre et sort du tableau dans un état d'ébahissement qui le plonge dans une rêverie perpétuelle.

"Ciel !" donne accès et vie à une œuvre picturale en toute simplicité et partage. Les enfants, même turbulents, apprécient l'intimité de monsieur Magritte.

"La Ligne Â"

"La ligne Â" © Paul Bonmartel.
"La ligne Â" © Paul Bonmartel.
Théâtrenciel - France.
Dans une tout autre manière, Roland Shön tient conférence sur "The line", l'œuvre de Saul Steinberg* créée en 1954 en quatre leporellos.

Avec "La Ligne Â", "avec accent comme dans théâtre", le marionnettiste tient avec tout le sérieux qui convient le rôle d'un guide expert qui rend conte d'un choc esthétique qui se produit en lui…

Où quand la découverte d'une carte d'une mystérieuse ligne de transport  (à sens unique) d'une ile tout aussi mystérieuse ravive les sensations autour de l'œuvre de l'artiste célèbre.

Le fil du récit est tenu avec fermeté et bienveillance. Le spectateur, absorbé par le discours qui lui est tenu, est embarqué. Il traverse une géographie imaginaire au rythme apaisé des vidéos. Porté par une forme parfaite, au cycle continu, sans heurts, comme un travail d'artisan horloger. Il entre en rêverie.

Ainsi transporté sur cette ligne  se réveille tout l'imaginaire qui sommeille.

La marionnette, subreptice sous forme de masque, de tige, de gaine, apparait lors des points de cristallisation du récit. Et le spectateur ne sait plus si Saul Steinberg est un personnage réel ou bien imaginaire.

Dans une grande économie d'effets, l'opus de Roland Shön sonne comme un transport d'Âmour résolument optimiste et humoreux.

"Du rêve que fut ma vie"

"Du rêve que fut ma vie" © Vincent Muteau.
"Du rêve que fut ma vie" © Vincent Muteau.
Cie Les Anges au Plafond - France - 55 minutes.
Les Anges au Plafond racontent comment Camille Claudel, compagne d'Auguste Rodin et sœur ainée de Paul Claudel, fut amoureuse et artiste, fut désespérée, fut enfermée. Ils s'appuient sur de rares lettres conservées et pour certaines non acheminées.

Camille Trouvé plie et déplie et froisse et déchire de simples folios de papier blanc pendant que Fanny Lasfargues, à la contrebasse, micro et chambre d'écho, accompagne et amplifie la danse. Entre la comédienne et la musicienne se trouve un subtil équilibre. Entre le matériau brut du papier, sa surface et sa texture, sa résistance et sa fragilité, entre l'objet contrebasse et son matériau sonore, dans le jeu de l'ombre et de la lumière, par le corps de la comédienne, s'élabore pour Camille Claudel, dans la tension vers la folie, comme l'impossible prise d'empreinte de son désir et de sa liberté.

Les Anges au Plafond rendent tangible l'histoire en toute cohérence d'une femme à qui les hommes ont fait écran et lui rendent sa puissance. Leur manière témoigne d'une recherche de grâce plus que la recherche de l'effet marionnette lui-même.

"Les Somnambules"

"Les Somnambules" © DR.
"Les Somnambules" © DR.
Cie Les Ombres Portées - France.
Création 2015 - 1 h.

Dans "Les Somnambules", la compagnie Les Ombres Portées animent, dans une forme de quasi perfection, la maquette en carton blanc d'une ville idéale compacte et harmonieuse. Une maquette à faire rêver un architecte qui se métamorphose de tombée de la nuit à tomber de la nuit. Et ses lumières dévoilent les intimités et les récurrences de vie.

Le théâtre d'ombre et d'objets a rarement été porté à un tel point virtuose.

Accompagné par une partition musicale jouée en live, à base de saxophone, accordéon, violoncelle et bruitage, la pièce propose une rêverie, une utopie urbaine totale avec ses échappées libres vers la lune et la mer. Vers l'infini. "Les Somnambules" développent une vraie poétique.

*Saul Steinberg qui fut l'illustrateur du journal le New Yorker et qui aimait bien détourner des documents officiels.

Festival Mondial des Théâtres de Marionnettes
Du 18 au 27 septembre 2015.
Espace Festival, 25, rue du Petit-Bois,
Accès par la place de l'Église Saint-Rémi, Charleville-Mézières (08).
Tél. : +33 (0)3 24 59 94 94 • festival@marionnette.com
>> festival-marionnette.com

Jean Grapin
Vendredi 25 Septembre 2015

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives | Avignon 2021




    Aucun événement à cette date.
Vidéos les plus récentes



À découvrir

"Les femmes de la maison" L'épopée des luttes féminines sous le prisme d'une maison très spéciale

Voici la dernière pièce de Pauline Sales (écriture et mise en scène) qui a été présentée au Théâtre Paul Scarron du Mans devant un public professionnel restreint. Un privilège que d'assister à cette histoire que l'on sent chevillée au corps de sa créatrice. Il y est question de femmes artistes. Question également des femmes non artistes. Question de la liberté que les femmes ont peu à peu conquis depuis bientôt un siècle. Arrachant bribe après bribe le droit d'agir, de s'exprimer, le droit sur leur corps, leur sexualité, leurs choix. Et trouver enfin la puissance pour se détacher du diktat masculin si bien bétonné.

© Jean-Louis Fernandez.
L'histoire des "femmes de la maison" commence dans les années cinquante et se termine de nos jours. Elle va mettre en jeu une dizaine de personnages féminins sur trois périodes symboliques : les années cinquante, les années soixante-dix et 2022. Pour cela, Pauline Sales invente une maison qui sera le moyen de traverser le temps et l'espace. Cette maison est celle de Joris, un amoureux, par ailleurs cinéaste militant contre les méfaits des guerres. Il achète cette maison par amour pour une photographe, l'amour s'en va, il ne sait qu'en faire, alors il la prête à des artistes. Le hasard veut au départ que ce ne soit que des femmes - peintres, poètes, sculptrices… et cela se transforme en règle : seules des femmes artistes pourront venir un temps pour créer ici.

Première période, maison fermée entourée de bois. C'est l'après-guerre et l'artiste que Joris installe dans la maison dessine. Dessine en mode combat contre elle-même. Contre la pensée que chez elle, son mari, sa fille sont là comme une destinée de femme au foyer qu'elle refuse. Combat contre le mal que cela peut faire.

Bruno Fougniès
25/08/2021
Spectacle à la Une

•Off 2021• Sales Gosses Une approche vertigineuse et bouleversante de la maltraitance à l'école

Harcèlement, maltraitance ponctuelle ou récurrente… à l'école, à la maison, au travail, comment le traiter sur scène, comment prendre ou pas position ? Ici d'ailleurs, pas de prise de position, mais une exposition des faits, du déroulé des événements, en une manière de monologue où la comédienne Claire Cahen habite tous les personnages principaux, offrant l'accès au public à différentes appréciations du drame - victime, tyran, prof, mère - menant à une mise en perspective vertigineuse !

© Théâtre du Centaure.
Pour l'écriture de "Sales gosses", Mihaela Michailov s’est inspirée de faits réels. Une enseignante ligota une élève dans sa salle de classe, les mains derrière le dos, suite à son manque d'attention pour la leçon sur la démocratie qu'elle était en train de donner. Elle exposera ainsi l'enfant saucissonnée en exemple. Les "camarades" de cette petite-fille de onze ans, pendant la récréation, la torturons à leur tour. Elle sera retrouvée sauvagement mutilée… attachée dans les toilettes…

Dans une mise en scène que l'on perçoit nerveuse et précise, millimétrée, visant à l'efficacité, les choix de Fábio Godinho font être immédiatement lisible, mettant en quasi-training sportif la comédienne Claire Cahen et son partenaire musicien chanteur Jorge De Moura qui assure avec énergie (et talent) les multiples interventions instrumentales et/ou vocales. Metteur en scène, mais également performeur, Fábio Godinho joue clairement la carte de l'école "théâtre de la violence", de l'arène/stade où la victime est huée, vilipendée par la foule, cherchant à exprimer la performance telle que demandée sur un ring de boxe. Claire Cahen et Jorge De Moura sont à la hauteur jouant en contre ou en soutien avec le troisième acteur qu'est le décor !

Gil Chauveau
19/07/2021
Spectacle à la Une

•Off 2021• L'Aérien Le fabuleux défi de l'insoupçonnable légèreté de l'être…

Solliciter ressources du corps et de l'esprit unis dans la même entité afin d'affranchir l'humaine condition aux semelles de plomb de la pesanteur la clouant au sol, c'est le prodige réalisé par Mélissa Von Vépy "à l'apogée" de son art. À partir d'une vraie-fausse conférence sur les rapports entre l'Homme et les airs depuis que la Terre est Terre - écrite avec légèreté par Pascale Henry, complice inspirée -, la circassienne rivalise de grâces ascensionnelles. De quoi damer le pion, du haut de son Olympe, à Hermès au casque et chaussures ailées…

© Christophe Raynaud de Lage.
La conférencière au look décontracté étudié, chaussée de lunettes à monture d'écailles et d'escarpins mettant en valeur ses longues jambes, mallette à la main renfermant les planches évocatrices des tentatives humaines pour vaincre la résistance des airs (l'utilisation d'un Powerpoint n'aurait pas été assez daté…), s'emploie avec naturel et humour à survoler cette histoire à tire-d'aile… S'arrêtant cependant sur une reproduction d'Icare, celui par qui la faute advint. Pour avoir voulu voler toujours plus haut, l'intrépide, aux plumes assemblées de cire, s'est brûlé les ailes… et depuis, cette question récurrente : voler est-ce humain ?

Joignant gestes et paroles, elle ôte son blouson libérant des plumes virevoltantes autour d'elle et s'adonne à quelques envolées autour de sa chaise devenant vite le second personnage en scène. D'ailleurs, lorsque, dans le déroulé de sa conférence, elle évoquera les fabuleuses machines volantes nées de l'imaginaire de Léonard de Vinci, on se dit que cette prouesse d'horlogerie fine - que l'on doit à Neil Price - permettant de projeter en douceur ladite chaise jusque dans les cintres, mériterait de les rejoindre au panthéon des créations volantes…

Yves Kafka
26/07/2021