La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Théâtre

Le charme discret (et réjouissant) de l'effet marionnettique… à Charleville-Mézières

La ville de Charleville-Mézières, tous les deux ans, est un formidable théâtre où se rencontrent les multiples et agiles avatars de Polichinelles et autres marionnettes. Cela est réjouissant, nourrit l'imaginaire.



La Revue du Spectacle a vu un petit échantillonnage et peut témoigner qu'un haut degré de création artistique est en œuvre et que l'effet marionnettique n'a rien perdu de son charme ni de son éclat.
Voici donc ces quelques pépites sélectionnées... sachant que d'autres spectacles sont encore visibles jusqu'à ce dimanche 27 septembre.

"Guerre et Paix"

"Guerre et Paix" © Nicola Frank Vachon.
"Guerre et Paix" © Nicola Frank Vachon.
Théâtre du Sous-Marin Jaune & Théâtre de Quartier - Québec - Canada.
Première en France - 1 h 35.

Pédagogique et divertissante, l'adaptation pour marionnette de "Guerre et Paix" par la troupe canadienne Théâtre du Sous-Marin Jaune & Théâtre de Quartier respecte la forme classique du récit : il est vrai que le scénario est de qualité. Avec la mise en scène proposée le récit est une épopée haletante qui fait rire et réfléchir. Accessible à tout public ce qui donne envie de lire le roman.

Le fil conducteur est tenu par une marionnette à gueule contemporaine, un loup bleu au tee-shirt rouge imprimé "Pussy Riot". À la fois régisseur, commentateur, acteur, narrateur omniscient bienveillant et impertinent, il ose interpeller Tolstoï lui-même.

Ce petit personnage est aussi virtuose. Il peut résumer l'œuvre en deux minutes chrono… et distribuer les rôles. Aux héros historiques que sont Napoléon et Koutousov sont attribués à des têtes de pantins géants, aux hordes qui s'affrontent des marionnettes de tables, aux héros du roman des marionnettes à gueule en quart de taille humaine. Le spectateur peut ressentir des émotions et lire les destins individuels, les convulsions collectives et mesurer le rôle des icônes historiques. Du coup Pierre, Natacha, André, Lise et les autres ont une réelle intensité.

"Borgia, comédie contemporaine"

"Borgia" © Robin Montrau.
"Borgia" © Robin Montrau.
Compagnie Point Zéro - Belgique.
Première en France - 1 h 25.

Avec "Borgia", le spectateur peut ressentir l'intensité d'humanité que peut révéler une marionnette portée à taille humaine. Le réalisme est saisissant. Dans les rapports qui lient la grand-mère et sa petite fille se lit tout l'étonnement et le désarroi du monde. Lorsque l'enfant découvre les dessous du passé, quand l'enfant découvre le récit familial de l'aïeul qui est aussi le sien. Les rôles des ascendants, par contraste, sont tenus par des acteurs en chair et en os (et manipulateurs à vue selon les nécessités du jeu).

Les membres de cette famille ? Une flopée d'adulescents attardés, branques et triviaux, qui ont le goût du kitsch, de la sanguinolence et des sphincters. Un ramassis, des Borgia. Le spectateur comprend que dans cette violence sociale à pleurer de rire, la grand-mère aurait probablement été condamnée si (miracle du monde marionnettique) une vilaine excroissance née dans son épaule ne lui avait tenait lieu de conscience, n'avait débattu avec elle en tête à tête et du bien et du mal. Il faut savoir saluer cette apparition d'un nouvel avatar de polichinelle né de l'épaule comme Athéna du crâne de Zeus.

"Ciel !"

"Ciel !" © Luk Monsaert.
"Ciel !" © Luk Monsaert.
Taptoe's erf - Belgique - 50 minutes.
À l'opposé, le Taptoe's erf, reconstitué après cinq ans de disparition, reprend "Ciel !" (Hemel !), créé en 1991, qui fut un immense succès.

La troupe a gardé le sens d'une sensibilité douce par laquelle l'homme au chapeau melon du peintre surréaliste René Magritte entre et sort du tableau dans un état d'ébahissement qui le plonge dans une rêverie perpétuelle.

"Ciel !" donne accès et vie à une œuvre picturale en toute simplicité et partage. Les enfants, même turbulents, apprécient l'intimité de monsieur Magritte.

"La Ligne Â"

"La ligne Â" © Paul Bonmartel.
"La ligne Â" © Paul Bonmartel.
Théâtrenciel - France.
Dans une tout autre manière, Roland Shön tient conférence sur "The line", l'œuvre de Saul Steinberg* créée en 1954 en quatre leporellos.

Avec "La Ligne Â", "avec accent comme dans théâtre", le marionnettiste tient avec tout le sérieux qui convient le rôle d'un guide expert qui rend conte d'un choc esthétique qui se produit en lui…

Où quand la découverte d'une carte d'une mystérieuse ligne de transport  (à sens unique) d'une ile tout aussi mystérieuse ravive les sensations autour de l'œuvre de l'artiste célèbre.

Le fil du récit est tenu avec fermeté et bienveillance. Le spectateur, absorbé par le discours qui lui est tenu, est embarqué. Il traverse une géographie imaginaire au rythme apaisé des vidéos. Porté par une forme parfaite, au cycle continu, sans heurts, comme un travail d'artisan horloger. Il entre en rêverie.

Ainsi transporté sur cette ligne  se réveille tout l'imaginaire qui sommeille.

La marionnette, subreptice sous forme de masque, de tige, de gaine, apparait lors des points de cristallisation du récit. Et le spectateur ne sait plus si Saul Steinberg est un personnage réel ou bien imaginaire.

Dans une grande économie d'effets, l'opus de Roland Shön sonne comme un transport d'Âmour résolument optimiste et humoreux.

"Du rêve que fut ma vie"

"Du rêve que fut ma vie" © Vincent Muteau.
"Du rêve que fut ma vie" © Vincent Muteau.
Cie Les Anges au Plafond - France - 55 minutes.
Les Anges au Plafond racontent comment Camille Claudel, compagne d'Auguste Rodin et sœur ainée de Paul Claudel, fut amoureuse et artiste, fut désespérée, fut enfermée. Ils s'appuient sur de rares lettres conservées et pour certaines non acheminées.

Camille Trouvé plie et déplie et froisse et déchire de simples folios de papier blanc pendant que Fanny Lasfargues, à la contrebasse, micro et chambre d'écho, accompagne et amplifie la danse. Entre la comédienne et la musicienne se trouve un subtil équilibre. Entre le matériau brut du papier, sa surface et sa texture, sa résistance et sa fragilité, entre l'objet contrebasse et son matériau sonore, dans le jeu de l'ombre et de la lumière, par le corps de la comédienne, s'élabore pour Camille Claudel, dans la tension vers la folie, comme l'impossible prise d'empreinte de son désir et de sa liberté.

Les Anges au Plafond rendent tangible l'histoire en toute cohérence d'une femme à qui les hommes ont fait écran et lui rendent sa puissance. Leur manière témoigne d'une recherche de grâce plus que la recherche de l'effet marionnette lui-même.

"Les Somnambules"

"Les Somnambules" © DR.
"Les Somnambules" © DR.
Cie Les Ombres Portées - France.
Création 2015 - 1 h.

Dans "Les Somnambules", la compagnie Les Ombres Portées animent, dans une forme de quasi perfection, la maquette en carton blanc d'une ville idéale compacte et harmonieuse. Une maquette à faire rêver un architecte qui se métamorphose de tombée de la nuit à tomber de la nuit. Et ses lumières dévoilent les intimités et les récurrences de vie.

Le théâtre d'ombre et d'objets a rarement été porté à un tel point virtuose.

Accompagné par une partition musicale jouée en live, à base de saxophone, accordéon, violoncelle et bruitage, la pièce propose une rêverie, une utopie urbaine totale avec ses échappées libres vers la lune et la mer. Vers l'infini. "Les Somnambules" développent une vraie poétique.

*Saul Steinberg qui fut l'illustrateur du journal le New Yorker et qui aimait bien détourner des documents officiels.

Festival Mondial des Théâtres de Marionnettes
Du 18 au 27 septembre 2015.
Espace Festival, 25, rue du Petit-Bois,
Accès par la place de l'Église Saint-Rémi, Charleville-Mézières (08).
Tél. : +33 (0)3 24 59 94 94 • festival@marionnette.com
>> festival-marionnette.com

Jean Grapin
Vendredi 25 Septembre 2015

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives | Avignon 2021 | Avignon 2022




Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.






À découvrir

Les modèles des artistes sont-elles vraiment des modèles de vie ? À en croire ces "Muses", non, et tant mieux !

La racine étymologique de musée est "temple des Muses", du nom de ces neuf déesses qui président aux arts. Ici, elles ne sont que quatre (mais neuf en alternance, tiens ? Hasard…) et l'histoire qu'elles incarnent se déroule effectivement dans un musée après la fermeture, dans la torpeur de la nuit. Dans ce spectacle très vivant, incarner est le verbe idéal pour définir ces créations de personnages, puisque ceux-ci ne sont faits, au tout début, que des figures faites de pigments, de colle, de toiles et de cire.

© Xavier Cantat.
Des figures suspendues dans leurs cadres et posées sur un socle qui sont des chefs-d'œuvre : la "Joconde" de Léonard de Vinci, la "Naissance de Vénus" de Botticelli, la "Petite danseuse" de Degas et le "Diptyque Marilyn" d'Andy Warhol… Magie du théâtre, lorsque le dernier visiteur sort, suivi par le dernier gardien, ces muses renaissent, reprennent vie, voix et chair. Alors commence une longue nuit qui va révéler les caractères surprenants, parfois volcaniques et débordants de ces personnages si sages le jour.

Besoin de se dérouiller un peu les jambes, de se plaindre de la cohue qu'elles subissent tous les jours, de se rappeler des souvenirs "d'enfance" ou de se réchauffer les nerfs aux rivalités les plus classiques, rivalités de notoriété, de séduction ou d'âge, car ces quatre figures font bien partie des représentations de l'idéal féminin en compétition, telle sera la course qu'elles mènent avec fougue et sensualité.

L'idée de départ aurait pu devenir banale et vaine sans l'inventivité que les autrices, les interprètes et le metteur en scène ont déployé. Le texte de Claire Couture et Mathilde Le Quellec ancre résolument son ton dans la fantaisie, le jeu de répliques et l'humour. Les deux autrices ont laissé libre cours à leur imaginaire en gardant un point de vue moderne. Elles dessinent des tempéraments rugueux, explosifs et inattendus, qui tranchent avec les idées convenues que l'on forme face à ces représentations idéalisées de la femme : ce que cache le visage, l'apparence, l'esthétique.

Bruno Fougniès
18/10/2022
Spectacle à la Une

"Huis clos" Sommes-nous acteurs de notre destin ou de simples marionnettes ?

Garcin, Inès et Estelle, un homme et deux femmes, se retrouvent enfermé(es) dans un salon où la lumière ne s'éteint pas et duquel il est impossible de sortir. Ils comprennent qu'ils se trouvent en Enfer et se racontent leurs histoires. Ainsi se noueront entre eux des relations complexes qui ne se révèleront pas toujours réciproques.

© Anthony Dausseur.
Est-ce bien raisonnable de retourner assister à une énième représentation de "Huis clos", ce texte incontournable du théâtre français écrit, fin 1943 - début 1944, par le célèbre philosophe Jean-Paul Sartre ? Une de ses plus belles œuvres et aussi une des plus jouées.
Quand on aime, on ne compte pas, semble-t-il.

Au Laurette Théâtre, une petite salle intimiste de quartier, se joue une nouvelle version de cette célèbre pièce, interprétée par deux comédiennes et un comédien attachant(es) et investi(es) : Sebastian Barrio, Karine Battaglia et Laurence Meini.

La proximité du public avec la scène et, de ce fait, le contact très proche avec les personnages renforcent très largement la thématique de la pièce. Rares ont été les fois où cette sensation d'enfermement a pu nous envahir autant, indépendamment des relations tendues qui se tissent progressivement entre les personnages et qui de ce fait sont décuplées.

Brigitte Corrigou
24/10/2022
Spectacle à la Une

"Das weite Land" d'Arthur Schnitzler à Vienne… Purgatoire collectif et laboratoire des âmes

"Le vaste pays", dans le titre de la pièce d'Arthur Schnitzler, se réfère aux âmes humaines. Barbara Frey saisit cette métaphore à la plénitude dans sa nouvelle mise en scène à l'Akademietheater de Vienne. Une disposition parfaite pour une distribution de premier rang où figure, entre autres, Michael Maertens (Friedrich Hofreiter), Katharina Lorenz (Génia), Itay Tiran (le docteur Mauer), Bibiana Beglau (Aigner) et l'acteur vétéran Branko Samarovsksi (le banquier Natter).

© Matthias Horn.
"Das weite Land" d'Arthur Schnitzler, parut en 1911, a été rapidement apprécié à Paris. Tombé sous le charme de la pièce, le feuilletoniste Henry Bidou a consacré un article pour louer "le talent incisif et net de l'auteur" et encourager une adaptation française. Un projet d'adaptation suivit en 1912, avec le titre traduit "Le Pays mystérieux", qui ne connut malheureusement aucune suite. Qualifiée de tragi-comédie, la pièce présente un portrait d'une société viennoise de la première moitié du XXe siècle qui se trouve dans l'entre-deux entre l'héritage du tournant de siècle et des nouveaux codes socio-culturels émergeant de la modernité.

Le drame se déroule autour du couple Hofreiter, l'industriel Friedrich et sa femme Génia, dont le mariage s'est depuis longtemps refroidi et est marqué par des infidélités mutuelles. Friedrich est récemment sorti d'une liaison avec Adèle, la femme de son banquier Natter et on suspecte Génia d'être la cause du suicide soudain du célèbre pianiste russe Korsakov, fou amoureux d'elle. Après une confrontation, Friedrich décide à l'improviste de rejoindre son ami, le docteur Mauer, dans son voyage.

Vinda Miguna
30/11/2022