La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Trib'Une

Le champ des possibles et le meilleur pour la fin…

La chronique d'Isa-belle L

… le passage à l'âge adulte, une aventure et de beaux lendemains qui continueront au Festival d'Avignon ! Élise Noiraud m'a permis de faire un test. Cela fait plus de trois semaines maintenant que j'ai assisté à son seul(e) en scène au Théâtre de la Reine Blanche où cette comédienne intense a posé sa couronne sur un plateau immense.



© Baptiste Ribrault.
© Baptiste Ribrault.
Au même moment, se déroulait le festival de Cannes. Rapport : aucun ! Si ce n'est que, de ce festival, je n'ai rien retenu excepté ce film "Parasite" qui a raflé la Palme. Pour le reste, je m'excuse… mais cela fait des années que je suis dans l'incapacité de dire qui a gagné quoi ou qui portait quoi ou, pire, qui sortait avec qui ? (rire). En revanche, Élise Noiraud, je ne l'oublie pas.

Si, après lecture des journaux, j'apprends que les frères Dardenne encouraient pour une troisième Palme à Cannes, Élise, elle, revenait sur scène avec son troisième opus - "Le Champ des possibles", après "La banane Américaine" et "Pour que tu m'aimes encore" ! Et c'est à elle que j'attribue une nouvelle Palme. Les frères Dardenne n'étant pas tout à fait repartis bredouille, ils peuvent aussi lui proposer un prochain rôle au cinéma.

De la trilogie de cette auteure comédienne à la fois drôle, tendre et indiscutablement douée, je n'ai vu, c'est vrai, que le dernier volet. Avant celui-ci, elle racontait l'enfance, puis l'adolescence, et cette fois le champ s'élargit puisqu'elle passe le cap : elle débarque de son Poitou pour le grand Paris. Enfin ! Celui dont on sait qu'il va nous changer un peu la vie. Nous, les "provinciaux" qui, pour atteindre nos rêves, montons voir la grande, l'immense ville. C'est si bien écrit. On rit, beaucoup. J'ai ri beaucoup ce soir-là ! Entre deux reniflements dus au pollen omniprésent (il faisait beau dehors en ce temps-là, pas comme aujourd'hui), je n'ai pas retenu les émotions qui, tout au long de ce solo, m'ont envahie.

© Baptiste Ribrault.
© Baptiste Ribrault.
Décidément ! Que de perle en perle unique, je ne fais que rencontrer. Après Dorothée Girot en solo, c'est donc au tour d'Élise Noiraud. Cette dernière, non seulement se raconte mais aussi incarne tous les personnages de son parcours. Tous drôles, légers, rondement menés. Le plus réussi, le plus poignant aussi est celui qui revient le plus souvent : la maman. Sa mère… la mère… quelle mère ! Il y a quelque chose d'Hélène Vincent dans le comportement. Elle incarne tellement et précisément les failles, les angoisses, le manque de démonstration affective par moments… Mais ce qui est absolument remarquable, c'est ce qui très ou trop souvent, nous suit. Tous, les enfants un jour partis du nid : la culpabilité. "Ne pas inquiéter"… même quand on se retrouve dans un cagibi la première année.

C'est en cela que "Le Champ des possibles" est un coup de génie. Les désirs, les envies, les rêves… Avancer pour s'épanouir et puis soudain ! Se retourner, voir sa mère pleurer, son père ne rien dire, ses amis là-bas laissés et ne plus savoir où vraiment se situer. Chacun d'entre nous se reconnaît en Élise, chacun de nous un jour envolés pour cette immense cité qu'est Paris, ne restera pas insensible au conte de cette sublime comédienne investie, épatante et si précise dans son récit.

© Baptiste Ribrault.
© Baptiste Ribrault.
Ce "seule en scène" est époustouflant ! Cet adjectif, je l'ai choisi parce qu'il me rappelle Roberto Benigni et le grand prix du Jury à Cannes en 1998. Il y a 21 ans…

Inutile de dire qu'on se souvient tout le temps des coups de génie ! 21 ans… "La vie est belle", 21 ans, à quelques années près, l'âge du personnage interprété par Élise Noiraud sur scène qui prend son envol et je lui garantis que la vie, pour elle aussi, sera belle.

La Reine du théâtre ce soir-là ! C'était elle. Du Poitou à Paris… se pose sur la scène… toute l'étendue de son talent.

"Le Champ des possibles"

© Baptiste Ribrault.
© Baptiste Ribrault.
(Élise : Chapitre 3)
Texte et interprétation : Élise Noiraud.
Collaboration artistique : Baptiste Ribrault.
Création lumière François Duguest.
Durée : 1 h 25.
Tout public à partir de huit ans.
Par la Compagnie 28.

Du 18 mai au 22 juin 2019.
Mardi, jeudi et samedi à 20 h 45.
Théâtre La Reine Blanche, Paris, 01 40 05 06 96.
>> reineblanche.com

Du 5 au 28 juillet 2019
Tous les jours à 18 h 50.
Relâche : le mardi.
Théâtre Transversal, 10 rue Amphoux, Avignon.
>> theatre-transversal-avignon.com

Isabelle Lauriou
Dimanche 16 Juin 2019

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives


Brèves & Com


Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.







À découvrir

Bernard Adamus "C'qui nous reste du Texas"… Blues et beau

Pour son quatrième album, Bernard Adamus, avec son style blues très marqué, fricote avec le rock pour nous mener vers le grand nord sur des chansons qui se nourrissent de différents tempos aux paroles truculentes.

Bernard Adamus
Bernard Adamus, d'origine polonaise, a débarqué à ses trois ans au Québec. Depuis maintenant plus de dix ans, il trace une ligne artistique saluée par la critique avec ses albums "Brun" (2009), "No2" (2012) et "Sorel soviet so what" (2015). Du premier jusqu'au dernier LP, "C'qui nous reste du Texas", la qualité est toujours chevillée aux accords.

Avec ses dix titres, cet opus a une allure toujours foncièrement blues aux relents parfois rock. L'artiste a laissé très majoritairement son harmonica dans son étui. Sa voix, caractéristique, traînante, presque criarde, est utilisée comme effet multiplicateur de ses émotions.

Les chœurs sont discrets bien que parfois appuyés comme pour "Chipotle". Certaines compositions telle que "L'erreur" excelle dans un blues avec la contrebasse de Simon Pagé très présente, accompagnée de quelques notes de piano pour rendre un son plus clair quand celui-ci est, à dessein, légèrement étouffé par des percussions. La voix monte haut perchée au refrain où claironne un saxophone donnant un tournis musical, tel le reflet d'un état d'âme où la tristesse se berce d'incompréhension. C'est dans ces cassures de rythme que se mêlent d'autres éléments musicaux et vocaux donnant une tessiture aboutie. Le début d'une chanson peut ainsi être décharné à dessein comme celui d'un désert, d'un seul à seul avec l'artiste.

Safidin Alouache
05/05/2020
Spectacle à la Une

"I Fratelli Lehman" par la Cie Tom Corradini Teatro de Turin

Captation intégrale Ce spectacle sans paroles (ou très peu) - mais pas sans bruitages ! - devait être présenté au Théâtre Ambigu durant le festival Off d'Avignon cet été. Du fait de l'annulation, la compagnie italienne Tom Corradini Teatro de Turin vous invite à visionner cette pièce burlesque sur l'argent, la cupidité et l'amour raconté avec le langage du clown, sans interaction verbale, adapté à un public de tous âges et de toutes nationalités.

Comédie visuelle et physique interprété par deux talentueux clowns turinois (Tom Corradini et Michele Di Dedda), "I Fratelli Lehman" (The Lehman Brothers) raconte l'histoire d'un couple de banquiers et de financiers dont les capacités et les compétences les ont rendus célèbres et respectés dans tout le monde.

Apparemment, ils ont tout, des voitures rapides, de beaux secrétaires, des bureaux luxueux, un style de vie somptueux. Cependant, un jour leur fortune est anéantie en quelques minutes après un plongeon désastreux du marché boursier. Des richesses à la misère, ils doivent maintenant transformer leur échec en opportunité et gravir de nouveau la montagne du succès.

Gil Chauveau
21/04/2020
Sortie à la Une

Soigne le monde "Heal The World" de Michael Jackson par les Franglaises

Les Franglaises vous souhaitent encore et toujours un joyeux confinement en vous offrant une reprise franglisée de "Heal The World" de Michael Jackson ou "Soigne Le Monde" de Michel Fils de Jacques. Bonne écoute !

Soigne le monde
"Même confinés, les Franglaises récidivent en traduisant littéralement le très à-propos "Heal the World" de Michael Jackson : "Soigne le Monde". Enregistré et réalisé 100 % en confinement, les trente-cinq membres de la troupe donnent de la voix pour "faire de ce monde une meilleure place". "Enjoy… Euh, appréciez !"

Les Franglaises… le spectacle
Comédie musicale à la façon d'un "opéra pop" à l'américaine, le spectacle propose de traduire les plus grands succès du répertoire anglophone… histoire de vérifier, à travers un "test-aveugle", la pertinence de ces grands tubes mondiaux, des Scarabées à Reine, en passant par Michel Fils-de-Jacques et les Filles Épices… et bien plus encore…
Se prenant les pieds dans les incohérences des traductions littérales au premier degré à la manière de "google-trad", et emportés par la fiction de ces pièces musicales, les interprètes offrent une tournure explosive au spectacle qui vire au cabaret fou version Monty Python !
Durée : 1 h 45

Gil Chauveau
31/03/2020