Quantcast
La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Concerts

Le Verbier Festival, l'autre montagne magique

La 23e édition du Verbier Festival vient de fermer ses portes. Depuis le 22 juillet, ce festival de musiques classique, jazz et du monde a proposé pas moins de 56 concerts, toujours fidèle à son esprit de transmission réunissant stars et jeunes talents. Parmi les rendez-vous marquants d'une manifestation culminant à 1 500 mètres dans l'écrin des Quatre Vallées, entre les massifs des Combins et du Mont-Blanc, le chef Ivàn Fischer dirigeait le Verbier Festival Orchestra pour un mémorable concert consacré à Wagner avec la divine Nina Stemme.



Christian Tetzlaff, Michael Tilson Thomas © Aline Paley.
Christian Tetzlaff, Michael Tilson Thomas © Aline Paley.
Imaginé en 1991 par Martin Engstroem (1) sur le modèle du Festival d'Aspen (Colorado), le Verbier Festival rencontre un succès toujours croissant (42 500 festivaliers cette année) grâce à sa situation unique - une série de manifestations en pleine nature dans le cadre enchanteur des montagnes du Valais - et à la mission qui lui a été dévolue dès sa création : réunir les grands noms de la musique mondiale et les artistes en devenir. Un maître mot donc, transmettre la passion de la musique, en encourager la pratique en aidant les plus jeunes (et futurs grands) à acquérir une expérience de haut niveau.

Avec ses quatre concerts par jour pendant deux semaines, ses événements hors concerts, ses master-classes et son académie d'une quarantaine de jeunes solistes sélectionnés dans le monde entier, l'édition de 2016 n'a pas déçu. Avec deux opéras mis en espace (la "Carmen" de la mezzo Kate Aldrich dirigée par le directeur musical du Verbier Festival Orchestra, Charles Dutoit et le "Falstaff" de Bryn Terfel sous la direction de Jesùs Lopez-Cobos), et des concerts symphoniques réunissant la crème des musiciens d'aujourd'hui tels Daniil Trifonov ou Christian Tetzlaff (avec des chefs comme Paavo Järvi, Gàbor Takàcs-Nagy, Michael Tilson Thomas) dont une "Symphonie Alpestre" de Richard Strauss donnée au lever du soleil à 3300 mètres en haut du Mont-Fort, les émotions fortes n'ont pas manqué à un public particulièrement chaleureux.

Nina Stemme et Ivàn Fischer © Nicolas Brodard.
Nina Stemme et Ivàn Fischer © Nicolas Brodard.
Des solistes de renom comme Andràs Schiff, Joshua Bell ou la chanteuse de Jazz Dianne Reeves ont côtoyé la jeune garde montante (Emöke Barath, le Quatuor Ebène, Lukas Geniusas), comme un prodige de quinze ans, le violoniste Daniel Lozakovitj. Car les très jeunes ne sont pas oubliés : le Verbier Junior Orchestra formés de musiciens de quinze à dix-huit ans a donné deux concerts (2) en juillet.

Une soirée inoubliable réunissait le 4 août le Verbier Festival Orchestra (3), le chef et compositeur hongrois Ivàn Fischer et la grande soprano Nina Stemme pour une soirée consacrée à Richard Wagner. Un de ces (rares) concerts qu'on trouve toujours trop courts. Le fondateur du Budapest Festival Orchestra avait choisi de grandes pages des opéras du compositeur allemand : l'Ouverture des "Maîtres chanteurs de Nüremberg", "L'enchantement du Vendredi Saint" au début du troisième acte de "Parsifal", le Prélude du "Tristan et Isolde", le "Voyage sur le Rhin" et la "Marche Funèbre" de Siegfried dans "Le Crépuscule des Dieux". Deux monologues chantées par la soprano suédoise concluaient les deux parties du concert : le "Liebestod" du final de "Tristan" et l'ultime scène du "Crépuscule", celle du sacrifice de Brünnhilde.

Lukas Geniusas © Nicolas Brodard.
Lukas Geniusas © Nicolas Brodard.
Et le charme opéra, même dans ce dispositif un peu artificiel d'enchaînement d'extraits d'œuvres aux climats très différents. L'énergie et l'enthousiasme des jeunes musiciens (qui n'ont que peu de répétitions en définitive) rencontraient sans peine ceux du chef, très à l'écoute et en même temps sereinement impérieux. Chaque pupitre, galvanisé, donnait le meilleur de soi (avec des vents et des bois d'une couleur et d'un éclat superbes) et les quelques passages imparfaits n'entamaient pas un propos particulièrement savoureux. C'était le triomphe de la jeunesse (le motif d'Elsa et de Walther des "Maîtres" et de Siegfried), du renouveau printanier ("Parsifal") et la grandeur héroïque qui emportent tout.

Malgré une configuration complexe pour Nina Stemme, obligée de chanter sur scène quasiment au milieu d'une petite centaine de musiciens, sa vaillance renommée était au rendez-vous. Un peu limitée dans le "Liebestod" d'Isolde, sa Brünnhilde fut d'une présence remarquable. Nuances des sentiments et jeu des regards, maîtrise d'interminables phrases, les qualités habituelles de son chant (étendue, projection, rondeur) se déployèrent dans les registres attendus de grandeur mais aussi de l'humain du personnage. Cette Brünnhilde-là méritait vraiment l'ovation passionnée du public qu'elle obtint.

(1) L'interview réalisée en juin 2016 du fondateur et directeur général du festival est à écouter ci-dessous.
(2) Le futur chef de l'Orchestre de Paris, Daniel Harding, en est le directeur musical. Il a dirigé un des deux concerts de cette très jeune formation.
(3) Le Verbier Festival Orchestra, composé de musiciens de dix-huit à vingt-huit ans, est renouvelé tous les ans d'un tiers (sur audition dans chaque pays). Chacun des musiciens de l'orchestre rejoindra ensuite un orchestre réputé grâce à l'expérience acquise.


Du 22 juillet au 7 août 2016.
Trente des concerts de cette 23e édition sont disponibles gratuitement en replay sur la chaîne Medici.tv jusqu'au 30 octobre 2016.

Prochaine édition du 21 juillet au 6 août 2017.

itv_martin_engstroem_juin_2016.mp3 ITV_Martin Engstroem_juin 2016.mp3  (15.39 Mo)


© Nicolas Brodard.
© Nicolas Brodard.

Christine Ducq
Mercredi 10 Août 2016

Nouveau commentaire :

Concerts | Lyrique


Brèves & Com


Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.




    Aucun événement à cette date.



À découvrir

"Ma B.O. en couleurs" Silvano Jo… J'ai la mémoire qui chante…

"Et si pour toi, là bas c'est l'paradis Dis-toi qu'dans leur p'tite tête l'paradis C'est ici hum! C'est ici" Jean-Louis Aubert.
Le paradis c'est, un dimanche, rejoindre quelques amis.

© Laurence Guenoun.
Le paradis, c'est passer quelques instants, masqués, oui ! (Monsieur le président !) À échanger des mots avec quelques invités triés sur le volet. Non pas par prétention, mais par précaution puisque le virus circule et qu'il est, paraît-il, plus virulent, en petit comité.
Le paradis c'est, un dimanche pluvieux, se retrouver pour soutenir un artiste talentueux qui, l'espace d'un instant, transforme son loft en café-théâtre pour partager un spectacle bien vivant.

L'artiste s'appelle Sylvain mais son nom de scène est "Silvano". Et il nous offre, sur une heure, un show truffé de bons mots, de chansons d'aujourd'hui et d'avant, puis de costumes délirants.

Quel plaisir d'assister, presque clandestinement, au bonheur d'un comédien désireux de jouer, de se montrer, et de partager ; le tout accompagné par un musicien charmant et classieux.

Le paradis, pour lui, pour les deux, serait de se retrouver dans un théâtre. Vous savez, le théâtre, ce lieu où des individus de tous les horizons, le soir ou la matinée venus, se rejoignent pour entendre, écouter, savourer des textes d'auteurs, morts ou vivants ? Ces lieux dont on ne sait peu de choses en ce moment, excepté les grands… et encore… on se demande parfois qui ils intéressent vraiment ?

Isabelle Lauriou
05/02/2021
Spectacle à la Une

"Hamlet", encore et toujours dans une "mise en je" de Gérard Watkins

L'ombre fantomatique du vieux Roi légendaire n'est pas prête à laisser en paix les générations qui se suivent, tant les interrogations posées par William Shakespeare sont d'une historicité atemporelle. Désirs de pouvoir et de sexe intimement reliés l'un à l'autre pour les rendre consanguins, trahison et fidélité à un moi idéal déposé en soi par les vœux des pères, guerres des sexes et guerres intestines ou intracommunautaires se recouvrant à l'envi, ce magma incandescent parle en nous comme une matière en fusion à jamais constitutive de l'humain.

© Alexandre Pupkins.
L'auteur et metteur en scène d'"Ysteria", présentée naguère sur ce même plateau du TnBA, s'attaque avec une frénésie palpable à ce monument de littérature. Après avoir minutieusement traduit le texte original pour, tout en en préservant l'authenticité, y injecter dans les plis du discours ses propres motifs, Gérard Watkins propose trois heures et plus d'effervescence permanente. Endossant lui-même le rôle du fratricide et régicide Claudius, il donne le tempo de sa scansion décalée présidant à sa manière si particulière de faire "entendre" le vers shakespearien retraduit.

Collant sinon à la lettre du moins à l'esprit de son illustre prédécesseur, il s'affranchit de la loi des genres pour proposer indistinctement à des femmes les rôles d'hommes et vice-versa. Ainsi le rôle-titre est-il confié non sans un certain bonheur à la tragédienne née qu'est Anne Alvaro, usant avec subtilité des gammes de sa sensibilité à fleur de peau, à la fois hardie et fragile, pour réifier les affres vengeresses du jeune Hamlet. À ceci près cependant que la grande différence d'âge qui la sépare de son personnage peut rendre moins crédible le statut d'Hamlet dont le jeune âge n'est pas étranger à sa problématique au lien paternel et maternel.

Yves Kafka
15/01/2021
Sortie à la Une

J'ai peur de ne pas renouveler mes droits… Eux en ont la certitude

Je suis intermittente du spectacle. Ce n'est pas mon métier, mon métier, c'est comédienne. Intermittente, c'est juste mon régime d'indemnisation du chômage. C'est aussi une pratique d'emploi : je travaille à la mission, souvent avec des contrats très courts, pour différents employeurs. D'où un régime d'indemnisation adapté.

© DR.
J'exerce bien évidemment au théâtre, parfois au cinéma, à la TV ou pour la pub, souvent dans l'événementiel. Je travaille aussi régulièrement dans un lieu culturel important qui n'est pas un lieu de spectacle. Pas mal de mes collègues artistes travaillent aussi dans les parcs d'attractions et de loisir.

Pourquoi ce constat ? Parce que quel que soit le secteur où j'exerce, je travaille régulièrement avec des collègues "extras" de la restauration et de l'événementiel, des professionnels du "catering", des agents d'accueil, de sécurité, et des salariés du tourisme, embauchés à la mission, en CDDU, exactement comme moi. Comme pour moi, leurs secteurs d'activité sont à l'arrêt total. Or, eux, n'ont pas de régime spécifique. Ou plutôt, n'en ont plus (1).

Avec la crise que nous vivons, j'ai bénéficié d'une mesure de maintien de mes droits. Elle est ce qu'elle est, elle est imparfaite, mais l'"année blanche" me garde la tête hors de l'eau jusqu'en août 2021.

Eux, comptent les jours sans travail, pas simplement pour "refaire leurs heures", mais parce que chaque jour qui passe est un capital (2) qui s'effrite - quand ils n'ont pas déjà eu la malchance de perdre leurs indemnités avant la crise, suite à la réforme monstrueuse de 2019 (3). Leur indemnité chômage s'épuise sans se recharger depuis 10 mois. Pour beaucoup d'entre eux, c'est déjà le RSA.

Rébecca Dereims, Comédienne
19/02/2021