La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Danse

"Le Lac des Cygnes"… Signe du grand art !

Le printemps de la danse arabe, créé à l'initiative de l'Institut du monde arabe, a pour objectif de montrer un visage autre, particulier, de l'actualité chorégraphique avec le monde arabe. Autour de sept lieux différents à Paris, nous nous arrêtons aujourd'hui à Chaillot avec une œuvre majeure revisitée par le chorégraphe d'origine tunisienne Radhouane El Meddeb.



© Agathe Poupeney.
© Agathe Poupeney.
Créé le 4 mars 1877 au théâtre Impérial Bolchoï de Moscou avec une composition musicale de Tchaïkovski (1840-1893), "Le Lac des Cygnes" n'a pas eu un grand écho au début, "une déconvenue humiliante" selon le compositeur russe. Le livret a été composé par Vladimir Begichev (1828-1891) et Vassili Geltzer (1841-1909) à partir de contes et légendes slaves et nordiques.

Marius Petipas (1818-1910) s'était étonné de ce demi-échec artistique. Il avait souhaité reprendre la chorégraphie, sachant que le talent de Tchaïkovski ne pouvait être remis en cause. Avec Lev Ivanov (1834-1901), ils en ont fait un chef-d'oeuvre en 1895. Elle a marqué depuis la danse classique. Depuis sa création, il en existe plusieurs versions et c'est celle de Rudolf Noureev, jouée en 1984 au Ballet national de Paris, qu'a choisie Radhouane El Meddeb pour son approche "freudienne" selon celui-ci.

L'entame du spectacle se fait doucement comme si chaque interprète entrait sur le plateau pour prendre sa place sans se fondre dans le groupe et sans perdre son individualité. Ils marchent un à un vers la scène entretenant un rapport personnel à celle-ci. La sortie se produit de la même façon avec des artistes déposant leurs souliers.

© Agathe Poupeney.
© Agathe Poupeney.
Il s'agit presque d'un rituel, chacun se plaçant de façon dispersée sur le plateau en y entrant. Disposition qui est conservée tout au long de la représentation. Autour de la scène, des tutus sont accrochés comme délimitant les coulisses. Sur scène, on s'approche, on se dévisage. Le regard est très présent sans qu'aucun mouvement artistique ne vienne l'appuyer.

Les déplacements sont très présents, sous forme de marche ou de course avec trois niveaux de jeux. Soit à l'arrêt, soit dansé, soit joué théâtralement. La chorégraphie découpe la scénographie en plusieurs champs avec des mouvements ou des attitudes qui se complètent sans se télescoper.

Des arabesques sont effectuées d'un côté quand, de l'autre, les artistes avancent sur une série de pointes pour les femmes et demi-pointes pour les hommes. Ailleurs, des grands jetés alternent avec des tours en l'air et des sauts de chats en arrière-plan. Il y a une double synchronisation intra et intergroupes donnant un sentiment de cohésion et de simultanéité.

© Agathe Poupeney.
© Agathe Poupeney.
Parfois, le théâtre s'immisce comme quand deux couples de danseurs se mettent dans les bras l'un de l'autre. Ils sont en retrait, presque immobiles donnant un sentiment décalé en matière d'espaces et d'états psychologiques. Des solos sont effectués, le groupe restant en arrière-plan, avec une gestuelle dans laquelle les membres supérieurs emmènent le tronc vers des virgules corporelles.

La représentation se finit nerveusement avec une gestuelle très marquée, très physique. Les mouvements sont jetés, presque jusqu'à épuisement. Un couple de danseurs, représentant Odette et Siegfried, se retrouve l'un après l'autre au sol, morts de douleurs.

L'atmosphère du spectacle change, contrebalançant la légèreté de l'amour du début pour montrer au final le chagrin, "sombre", nerveux, syncopé du prince. La douleur et la tristesse se sont emparées de la passion amoureuse mais non du talent et de la qualité du spectacle. C'est beau et gracieux à souhait.

"Le Lac des Cygnes"

© Agathe Poupeney.
© Agathe Poupeney.
Ballet du compositeur Piotr Ilitch Tchaïkovski.
Chorégraphie : Radhouane El Meddeb.

Scénographie : Annie Tolleter.

Lumières : Éric Wurtz.

Costumes : Celestina Agostino.
Avec 32 danseurs.

>> Programme du Printemps de la danse arabe #1

Safidin Alouache
Mercredi 3 Avril 2019

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives | Avignon 2021




    Aucun événement à cette date.
Vidéos les plus récentes



À découvrir

"Les femmes de la maison" L'épopée des luttes féminines sous le prisme d'une maison très spéciale

Voici la dernière pièce de Pauline Sales (écriture et mise en scène) qui a été présentée au Théâtre Paul Scarron du Mans devant un public professionnel restreint. Un privilège que d'assister à cette histoire que l'on sent chevillée au corps de sa créatrice. Il y est question de femmes artistes. Question également des femmes non artistes. Question de la liberté que les femmes ont peu à peu conquis depuis bientôt un siècle. Arrachant bribe après bribe le droit d'agir, de s'exprimer, le droit sur leur corps, leur sexualité, leurs choix. Et trouver enfin la puissance pour se détacher du diktat masculin si bien bétonné.

© Jean-Louis Fernandez.
L'histoire des "femmes de la maison" commence dans les années cinquante et se termine de nos jours. Elle va mettre en jeu une dizaine de personnages féminins sur trois périodes symboliques : les années cinquante, les années soixante-dix et 2022. Pour cela, Pauline Sales invente une maison qui sera le moyen de traverser le temps et l'espace. Cette maison est celle de Joris, un amoureux, par ailleurs cinéaste militant contre les méfaits des guerres. Il achète cette maison par amour pour une photographe, l'amour s'en va, il ne sait qu'en faire, alors il la prête à des artistes. Le hasard veut au départ que ce ne soit que des femmes - peintres, poètes, sculptrices… et cela se transforme en règle : seules des femmes artistes pourront venir un temps pour créer ici.

Première période, maison fermée entourée de bois. C'est l'après-guerre et l'artiste que Joris installe dans la maison dessine. Dessine en mode combat contre elle-même. Contre la pensée que chez elle, son mari, sa fille sont là comme une destinée de femme au foyer qu'elle refuse. Combat contre le mal que cela peut faire.

Bruno Fougniès
25/08/2021
Spectacle à la Une

"Marilyn Inside" Dévoiler Marilyn pour tenter de retrouver l'intimité secrète de Norma Jean

Qui était-elle, réellement ? Être dual, aux structures intimes complexes, celles d'une âme en quête de sérénité, de sincérité. D'un côté Marilyn, sex-symbol fabriqué par le cinéma hollywoodien des années cinquante, ou Norma Jeane, femme-enfant à la vie chaotique, ballotée entre une mère atteinte de troubles psychologiques graves et les placements dans de multiples familles d'accueil. Confrontation ou rencontre imaginaire entre ces deux fantômes, souvenirs de ces deux réalités successives, tentative de traversée du miroir, c'est ce que nous propose l'étonnant et réussi "Marylin Inside".

© Clarisse Bianco.
Incarnation féminine idéalisée jusqu'à en devenir une icône planétaire, tempête sensuelle à la robe blanche virevoltante, blonde écervelée à la jeunesse intemporelle… Elle fut tout cela tout en restant une femme mystérieuse, secrète que seules la captation de regards fugaces, la perception de fragiles coups d'œil éphémères laissaient deviner. Actrice quasi vénérée malgré ses extravagances conjugales, ses dépressions et, parfois, ses excès de consommation d'alcool et/ou de médicaments, elle était à la fois saisissante et insaisissable.

L'auteure, Céline Barcaroli, nous propose une traversée intérieure dans la dualité d'une femme publique où se confronte et se rencontre les deux faces de celle qui bouleversa à jamais la représentation cinématographique féminine - registre "blonde incendiaire" - tout en exposant involontairement, puis volontairement, ce que peuvent être les fragilités et les failles d'un être sublimé. Son propos, fondé sur du réel, nous emporte dans le fictionnel pour effleurer, parfois approcher, ce qu'ont pu être les mystères, les fêlures indicibles, les tourments naissant d'une continuelle et insatiable quête d'amour.

Gil Chauveau
01/10/2021
Spectacle à la Une

"L'âne et la carotte"… Siège de chaises !

Dans un spectacle qui mêle l'humour à la réflexion, Lucho Smit se livre à une série de numéros circassiens où, autour d'un récit, l'artiste raconte ses doutes, sa vision du monde et celle du cirque.

© František Ortmann - Letní Letná.
L'un des nombreux attraits du nouveau cirque, nommé aussi cirque contemporain, est sa capacité à surprendre et à faire découvrir aux spectateurs des arts de la scène aussi différents que du théâtre, de la chanson et/ou de la musique en plus des acrobaties. Le décor est aussi très important. Dans "L'âne & la carotte", le plateau découvre une colonne de chaises, ce dernier élément étant la matrice même de la scénographie. Ionesco aurait pu se retrouver dans celle-ci où leur amoncellement tient lieu d'œuvres de construction.

Lucho Smit tient l'équilibre pour un art, mais aussi pour une compagne du déséquilibre, les deux sont sœurs d'armes à chaque instant dans sa création. Cela démarre en trombe dans une course sur des chaises où celles-ci s'écroulent bien que l'artiste finisse assis sur la dernière de la rangée. Ce pourrait être le résumé de la représentation. Tout est en équilibre au travers des déséquilibres et s'il ne devait en restait qu'un, ce serait une et elle aurait quatre pieds et un dossier.

La voix off de Lucho Smit accompagne le spectacle pour raconter ses états d'âme, sa vision du monde et du cirque. On peut aimer cette narration comme en être agacé. J'ai eu les deux sentiments, agacé au début puis intéressé par le récit à la fin avec quelques longueurs toutefois. Les choses sont dites avec humour, même si ce n'est pas là où il excelle le plus, l'acrobatie du trait d'esprit n'étant pas celui du corps.

Safidin Alouache
05/10/2021