La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Festivals

Le Festival du Périgord Noir fait son cinéma !

Après des années de flirt avec le 7e art, le Festival du Périgord Noir s'y convertit absolument avec la complicité du compositeur et improvisateur Karol Beffa. Outre une riche programmation dédiée à un vaste répertoire musical de la Renaissance au XXIe siècle, le festival fêtera aussi la 19e édition de son Académie Baroque internationale.



© DR.
© DR.
Du 2 au 19 août, le Festival du Périgord Noir, sous la direction artistique de Jean-Luc Soulé, s'installe à nouveau dans la Vallée de la Vézère (sise dans la partie Sud Est de la Dordogne) en proposant un riche programme dédié au cinéma, à la musique et aux artistes. Désormais il s'engage aussi sur une nouvelle voie en créant le collectif "Elles font l'art" en Nouvelle-Aquitaine. Ce nouvel espace de rencontres en milieu rural entend donner à des "femmes inspirantes" la possibilité de promouvoir leurs expériences d'artistes ; et leur offrir des espaces afin qu'elles puissent réfléchir à résoudre les problématiques liées à leurs pratiques - pour encourager de nouveaux processus de création.

Ainsi les projets de co-création élaborés au festival cette année seront développés lors de la prochaine édition, celle du 40e anniversaire de la manifestation en 2022. Dans le cadre de sa "Carte Blanche", Karol Beffa rendra hommage aux pionnières réalisatrices du 7e art le 7 août en présence d'un des membres du Collectif vivant désormais en Dordogne, Pauline Coste, la réalisatrice du documentaire "Dames et Princes de la Préhistoire".

© DR.
© DR.
Karol Beffa nous invitera donc à (re)découvrir des chefs-d'œuvre du cinéma au Vox à Montignac-Lascaux illustrés par ses brillantes improvisations ; le Quatuor Hermès créera son Quintette pour cordes, "Vertigo", avec le clarinettiste Pierre Génisson le 8 août avant un concert dédié aux musiques de films le 9 août (avec les mêmes interprètes accompagnés du pianiste Bruno Fontaine) dans la Chartreuse de Fraux. Plus tôt ce même jour à 18 h, le compositeur aura mis en musique les lectures de leurs livres par leurs auteurs, Jérôme Bastianelli et Jacques Perry-Salkow. C'est le comédien français Thibault de Montalembert qui lira des extraits des Fleurs du Mal accompagné du piano de Karol Beffa à 20 h.

D'autres moments forts sont à signaler. Pour "Les Nuits d'Auriac" le 3 août, le remarquable Collectif Acte 6 composé de la soprano Eugénie Lefebvre (ancienne académicienne du festival), les violistes Robin Pharo, Ronald M. Alonso, le claveciniste Ronan Khalil et l'archiluthiste Marc Wolff laisseront couler "Il Pianto della Madonna" pour une soirée consacrée (entre autres) à Barbara Strozzi, Rossi, Monteverdi et Fescobladi.

© DR.
© DR.
La superbe mezzo Marie-Andrée Bouchard-Lesueur, académicienne de l'Opéra de Paris, offrira un concert dédié aux grands airs d'opéras baroques le 5 août en l'église d'Ajat. L'Académie "fera la fête" les 10, 11 et 12 août en donnant un oratorio de J. A. Hasse, "Sanctus Petrus et Sancta Magdalena" dans la belle abbaye fortifiée de Saint-Amand-de-Coly à vingt kilomètres de Sarlat.

Notons encore les duels, arbitrés par l'avocat et écrivain Bertrand Périer, des pianistes Tristan Plaff et Vittorio Forte le 16 août en l'église de Saint-Léon-sur-Vézère entre Lescaux et les Eyzies ; et aussi les "Altos en fête", le 18 août, qui permettront au public de retrouver les talentueux Adrien La Marca, Pierre-Yves Hodique mais aussi, pour un autre concert, Adelaïde Ferrière. La famille de musiciens Moreau (dont Edgar, le violoncelliste) viendra débattre de sa "Family affair" en clôture du festival. Un beau rendez-vous en perspective donc dans quelques-uns des plus beaux lieux du patrimoine.

Festival du Périgord Noir
Du 2 au 19 août 2021.
Place Bertran de Born, Montignac (24).
Tél. : 05 53 51 61 61.

Programme complet et réservations :
>> festivalmusiqueperigordnoir.com
contact@festivalduperigordnoir.fr

Christine Ducq
Vendredi 16 Juillet 2021

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives | Avignon 2021




Partenariat



À découvrir

"Le Souffleur" Dans l'ombre de la création du Cyrano d'Edmond Rostand

Le 28 décembre 1897, au Théâtre de la Porte Saint-Martin, a lieu la première représentation du "Cyrano de Bergerac" d'Edmond Rostand avec, dans le rôle-titre, le grand comédien de l'époque : Benoît Constant Coquelin. Depuis, cette pièce est l'une des plus célèbres du répertoire du théâtre français. Cyrano, Roxane sont devenus des personnages de légende, des héros, des joyeux fantômes de l'inconscient collectif. C'est l'apport qu'a eu ce texte dans la symbolique de la bravoure, de la passion, de l'abnégation. Un amour impossible de plus.

© Compagnia dell'Edulis.
Pourtant, il manque un héros à cette liste issue de cette première représentation. Il y manque un fantôme, un tout petit fantôme, mais un fantôme protecteur qui était, lui aussi, au plateau ce 28 décembre 1897. Oublié. C'est un peu normal puisque Edmond Rostand n'a pas écrit un vers pour lui. Et pourtant, lui seul dans toute la distribution avait lu, mis en bouche, voire appris, les répliques de tous les personnages de la pièce et, en particulier, celle de l'Auguste Coquelin. Il s'appelait Ildebrando Biribo'. Il était ce soir-là dans le trou en avant-scène, invisible des spectateurs, le manuscrit devant lui, le trou du souffleur.

Et c'était sa dernière performance. Coquelin, avant le début de la représentation, lui annonce qu'il n'aurait plus besoin de lui pour les suivantes. La représentation se déroule. Ildebrando Biribo' fait son office. La pièce se termine. Les acteurs quittent la scène sous les ovations. C'est un triomphe. Ils sortent de scène. Le public quitte la salle. Et l'on retrouve le souffleur mort dans son trou.

Bruno Fougniès
09/12/2021
Spectacle à la Une

"Les Dodos" Virtuoses aux agrès comme aux guitares… pour des envolées poétiques, musicales et rebelles !

Quel point commun peut-il y avoir entre un dodo, gros oiseau incapable de voler - et plutôt maladroit - et un acrobate ? L'inconscience naïve pour le premier, qui le conduisit à sa disparition, l'inconscience maîtrisée - avec une peur raisonnée pour la sécurité - qui le mène vers le spectaculaire et la performance virtuose pour le second... C'est en résumé l'étonnante création de la compagnie Le P'tit Cirk qui s'articule autour de la musique et de l'envol avec la guitare comme partenaire privilégié, instrument musical ou agrès des plus surprenants !

© Aristide Barraud.
Fondé en mars 2004 sur les projets de Danielle Le Pierrès (Archaos, Turbulence, Cie Goudard, Rmi-Rayazone, Cirque Plume, etc.) et de Christophe Lelarge (Cirque du Soleil, Turbulence, Cie Goudard, Rmi-Rayazone, etc.)*, le P'tit Cirk est basé dès sa création à Lannion en Bretagne. Cette implantation correspond à une démarche artistique volontaire de long terme afin d'être acteur de la vie culturelle du Trégor, de partager et de transmettre leur passion, et d'aller à la rencontre d'un public qui n'a pas forcément l'occasion ou la demande de découvrir cette forme d'approche de travail envers le cirque. Le spectacle "Les Dodos" est la sixième proposition de la compagnie.

Cette dernière création (en tournée depuis trois ans) confirme, si besoin était, leur statut de compagnie majeure dans le paysage du cirque de création à l'échelle européenne… et leur ouverture permanente à différentes pistes… de cirque. Chez les membres du P'tit Cirk, le sens du collectif, le côté pur, brut et extra-ordinaire de l'exploit sont aussi importants et incontournables que le jeu d'acteur, la mise en piste, la lumière et la scénographie. La performance est là mais n'occulte en rien la trame poétique présente à chaque instant.

Gil Chauveau
23/12/2021
Spectacle à la Une

"Cendres sur les mains" La femme qui murmurait à l'oreille des morts

Dead Can Dance : "Les morts peuvent danser" ! Beauté, Lisa Gerrard est ma chanteuse préférée… J'ai assisté à la représentation de "Cendres sur les mains" sans avoir pris le temps de me renseigner. Bien m'en a pris ! Par les temps qui courent, j'aurais pu penser que ce spectacle allait ajouter au blues de la saison et au retour des contaminations, encore un peu plus de dépression. Et non !

© Jon. D Photographie.
Ce que je retiens, c'est d'abord une voix, celle de Prisca Lona. Envoûtante et habitée. Comme celle de Lisa Gerrard que je cite plus haut et à qui, un temps, elle m'a fait penser. Prisca Lona, la silhouette fine, le costume taillé sur mesure et la beauté lumineuse rattrapée par la bougie dans une semi-obscurité. Une "survivante" revenue des morts… de la mort.

Puis, progressivement, le plateau s'ouvre et s'éclaire juste un peu plus devant nous. Des sacs portés par deux hommes. Un duo. Ils pourraient être frères tant leur ressemblance physique est frappante. Ils portent la même tenue, ils sont fossoyeurs. Ils transportent des corps et les entassent. Tous deux côtoient les cadavres, manipulent des bidons d'essence et se retrouvent dans une marée de cendres. Une mer d'horreur ! Ils font ce qu'on leur demande de faire sans aucun autre retour que de devoir appliquer sans broncher ce "travail" insoutenable, monstrueux qui va s'attaquer à leur propre corps et à leur âme.

Isabelle Lauriou
21/12/2021