La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Festivals

Le Festival de Royaumont 2020 aura bien lieu et c'est tant mieux !

Tous les week-ends du 6 septembre au 31 octobre, le Festival De Royaumont aura bien lieu dans une formule allégée mais toujours riche de la diversité des expressions artistiques et des créateurs qu'il défend depuis longtemps.



© Agathe Poupeney/PhotoScène.
© Agathe Poupeney/PhotoScène.
Une ou deux manifestations par week-end, c'est la formule choisie cette année à Royaumont pour prendre en compte évidemment la situation sanitaire actuelle. Francis Maréchal, directeur général du Festival de Royaumont, tenait à faire renouer le lien rompu entre les artistes et le public depuis le mois de mars 2020. L'abbaye était donc accessible dès juillet aux créateurs et aux jeunes artistes habituellement formés in situ. La programmation 2020 s'adresse comme d'habitude au public fidèle de l'admirable abbaye de Royaumont mais aussi aux scolaires et à un auditoire plus typiquement familial.

Avec un tarif unique de dix euros (avec placement libre, les premiers arrivés étant les mieux servis), les concerts et spectacles seront donnés dans les grandes salles de l'abbaye avec une jauge limitée, et avec de nouveaux modes de circulation du public sur le site - ceci pour répondre au cahier des charges gouvernemental en temps de pandémie.

C'est encore et toujours au répertoire de la voix et aux créations dans les domaines de la musique et de la danse que se consacre le festival. Cette année plus de la moitié des créations du festival feront l'objet d'une captation et d'une diffusion.

© Yann Monel.
© Yann Monel.
Voici quelques moments forts de cette programmation 2020. Dès le premier week-end, le 6 septembre à 14 h 30 et 17 h, deux concerts de l'Académie Voix Nouvelles (une académie qui fête ses 30 ans) feront la lumière sur 12 jeunes compositeurs et compositrices du monde entier. Des compositeurs et compositrices (encadrés par la violiste Eva Reiter et le compositeur Francisco Filidei, entre autres), qui ont écrit à Royaumont pour la viole de gambe d'Eva Reiter, le Nô de Ryoko Aoki et pour l'ensemble Musikfabrik, ce collectif si talentueux venu de Cologne. Au deuxième concert, un concerto pour violon de Francisco Filidei sera également créé.

Événement à ne pas rater, coproduit avec la Bibliothèque musicale Mahler, le 13 septembre, à 15 h 30, "Le Chant de la terre" de Gustav Mahler par le Het Collectief dirigé par Gregor Mayrhofer. Avec la mezzo Lucile Richardot et le ténor Yves Saelens, les 15 musiciens du collectif donneront à entendre l'adaptation du sublime chef-d'œuvre écrite pour cette formation (et ces chanteurs) par le chef Reinbert de Leeuw, disparu il y a peu. À cette occasion, le disque enregistré par le chef néerlandais (à qui le concert sera dédié) sort chez le label Alpha.

À partir du 19 septembre, une exposition, qui fêtera les 100 ans de la naissance de Boris Vian ("Boris Vian et l'Écume des jours : du roman au film"), débutera dans la Bibliothèque musicale François Lang. Début octobre, le baryton Arnaud Marzorati et sa compagnie Les Lunaisiens viendront livrer, avec la soprano Agathe Peyrat, un tour de chant ironique et frondeur, "Le Code de la Route", d'après un des enregistrements rares sur vinyle de Boris Vian possédé par la bibliothèque de Royaumont. Un tour de chant qui sera également offert au public scolaire.

L'ensemble vocal les Métaboles (en résidence à Royaumont), dirigé par Léo Warynski, viendra fêter ses 10 ans d'existence le 20 septembre à 15 h 30 avec un très beau programme centré sur Brahms et ses "Liebeslieder Walzer". Également accompagnées par les pianofortes de Yoan Héreau et Edoardo Torbiannelli, ces valses chantées composées entre 1869 et 1874 devraient attirer un large public.

Le Moyen Âge ne sera pas oublié dans l'admirable abbaye cistercienne avec un parcours le 10 octobre pensé autour de Philippe de Vitry et de Guillaume de Machaut, deux compositeurs du XIVe siècle. À 17h, les lauréats chanteurs de la Fondation Royaumont entraîneront les auditeurs dans une déambulation dans l'abbaye avec les instrumentistes afin de faire briller autrement les œuvres de Vitry et Machaut. À 20 h 30, place à l'Ars Nova français. Les poèmes polyphoniques de Guillaume de Machaut seront interprétés par l'ensemble Le Miroir, conduit par Baptiste Romain.

Citons encore (entre nombreux autres rendez-vous) un spectacle de Caroline Grosjean, chorégraphe et danseuse, "Oural" pour deux danseuses (une création sonore spatialisée de Zidane Boussouf), à destination des familles et du public scolaire ; Bach interprété par Jean-Luc Ho sur six clavecins différents ; le spectacle "Circles" (d'après cinq tableaux de la plasticienne Fabienne Verdier) du flûtiste Jocelyn Mienniel, invitant quatre instrumentistes improvisateurs réagissant à la projection vidéo des œuvres. Ou encore, pour clôturer une si belle édition le 31 octobre, le concert "O Solitude" avec une programmation consacrée évidemment à Henry Purcell, avec l'ensemble Le Consort, dont le claveciniste Justin Taylor et avec Paul-Antoine Benos, un contre-ténor lauréat de Royaumont.

Une belle édition nous attend donc, qui débute dès ce week-end. Attention, cette année, la réservation se fait uniquement en ligne et au téléphone les mardis et vendredis de 14 h 30 à 16 h 30.

Festival de Royaumont.
Musique et danse.
Du 6 septembre au 31 octobre 2020.
Abbaye de Royaumont.
Asnières-sur-Oise (95).
Tél. : 01 30 35 58 00.
>> Festival de Royaumont
>> Billeterie

Christine Ducq
Jeudi 3 Septembre 2020

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives | Avignon 2021




Partenariat



À découvrir

"Cendres sur les mains" La femme qui murmurait à l'oreille des morts

Dead Can Dance : "Les morts peuvent danser" ! Beauté, Lisa Gerrard est ma chanteuse préférée… J'ai assisté à la représentation de "Cendres sur les mains" sans avoir pris le temps de me renseigner. Bien m'en a pris ! Par les temps qui courent, j'aurais pu penser que ce spectacle allait ajouter au blues de la saison et au retour des contaminations, encore un peu plus de dépression. Et non !

© Jon. D Photographie.
Ce que je retiens, c'est d'abord une voix, celle de Prisca Lona. Envoûtante et habitée. Comme celle de Lisa Gerrard que je cite plus haut et à qui, un temps, elle m'a fait penser. Prisca Lona, la silhouette fine, le costume taillé sur mesure et la beauté lumineuse rattrapée par la bougie dans une semi-obscurité. Une "survivante" revenue des morts… de la mort.

Puis, progressivement, le plateau s'ouvre et s'éclaire juste un peu plus devant nous. Des sacs portés par deux hommes. Un duo. Ils pourraient être frères tant leur ressemblance physique est frappante. Ils portent la même tenue, ils sont fossoyeurs. Ils transportent des corps et les entassent. Tous deux côtoient les cadavres, manipulent des bidons d'essence et se retrouvent dans une marée de cendres. Une mer d'horreur ! Ils font ce qu'on leur demande de faire sans aucun autre retour que de devoir appliquer sans broncher ce "travail" insoutenable, monstrueux qui va s'attaquer à leur propre corps et à leur âme.

Isabelle Lauriou
06/05/2022
Spectacle à la Une

"Monte-Cristo" Grande Épopée pour une grande narration : Monte-Cristo en lumière

Au Quai des Rêves, la bien nommée salle de spectacle de Lamballe, la Compagnie La Volige a présenté l'histoire merveilleuse, palpitante et instructive du Comte de Monte-Cristo. Il s'agit d'un exploit que de restituer sur scène en une heure trente les trois tomes du roman d'Alexandre Dumas. Non seulement par l'étendue du texte, mais également par la multiplicité des lieux où se déroule l'action et par le nombre des personnages impliqués dans cette saga qui se déroule sur plus d'un quart de siècle. Un exploit qui sera cet été au festival d'Avignon Off.

© Frédéric Ferranti.
C'est là qu'entre en jeu la spécificité de la compagnie La Voltige et plus particulièrement celle de l'un de ses créateurs, Nicolas Bonneau. C'est un conteur, original moderne, dont les spectacles s'inscrivent en général dans notre époque, se sourçant au terroir ou à sa propre histoire (citons "Sortie d'usine", "Le combat du siècle", "Qui va garder les enfants ?" ou encore "Mes ancêtres les Gaulois" : tous extraits de notre époque, de notre réalité). "Monte-Cristo" dévie en apparence de ces inspirations. En apparence, car les thèmes qu'il développe et le monde dont il parle ne sont pas si éloignés des nôtres. En cette période trouble du début du XIXe siècle naissait le capitalisme qui nous berce toujours de ses rêves et de ses dévastations. "Il y a dans Le Comte de Monte-Cristo une pertinence philosophique et un esprit de revanche sur la naissance du capitalisme qui résonne avec notre monde actuel", dixit Nicolas Bonneau.

Voici pour le fond de l'histoire. Mais quand il s'agit de raconter cette épopée dantesque (oui, le héros s'appelle Edmond Dantès… mais rien à voir ?), qui mieux qu'un habile conteur comme Nicolas Bonneau pour prendre Edmond et la verve furieuse de Dumas à bras le corps et nous la faire vivre ? Toujours avec douceur, précautions, fluidité et surtout art du langage, c'est ainsi que procède ce conteur moderne, jamais dans l'intention d'imposer sa vision, mais toujours sur une intensité qui fait jaillir de ses mots les images. Ce qui ne l'empêche pas de jeter son habit de conteur dans l'ombre pour se glisser dans la peau de certains personnages, donnant la vie à certaines scènes.

Bruno Fougniès
05/05/2022
Spectacle à la Une

"Vies de papier" Road-movie immobile entre enquête et conférence passionnées

Leur nouvelle tournée passe peut-être pas loin de chez vous. Il faut aller voir Benoît Faivre et Tommy Laszlo et leur manière de rendre palpitant l'examen d'un album-photos anonyme et intrigant trouvé dans une brocante belge…

© Thomas Faverjon.
Dans "Vies de papier", ces documentaristes, ces nouveaux Dupond et Dupont mènent une enquête qui, par étapes, avec ses impasses, ses indices, ses objets déconcertants, toutes ces miettes d'un passé inconnu voit s'ajuster des miettes de mémoire et se constituer en une histoire allemande, une destinée. Celle d'une femme allemande pendant la guerre.

Le scénario développé est improbable et véridique, le récit est haletant. Il a la dimension d'un témoignage de chasseurs de trésors qui tatônnent et se trouvent transformés eux- même par la chasse. Par la résolution de l'énigme, les ressorts secrets de la quête.

Scéniquement, tous les codes convergent vers la réalité avec, en prime dans la présence des comédiens, cette dimension de passion délivrée par des enquêteurs devenus de magnifiques conférenciers. Qui, dans leur manière de faire la liaison entre les images et les objets, cèdent à une touchante tendance à l'auto-célébration. Comme une joie, une satisfaction, une fierté à faire partager.

"Vies de papier" est un road-movie immobile, une épopée avec ce sens de l'autodérision qui fait douter jusqu'au bout et tiens les rennes du rire. Alors cet album-photos ? Cette femme, on y croit ou on n'y croit pas ? C'est la question d'un spectateur comblé.

Jean Grapin
24/03/2022