La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Théâtre

"Le Capital et son singe" ou la pensée de Marx revisitée... entre décalage et humour

"Le Capital et son singe", Théâtre La Colline, Paris et Tournée

C'est par le biais humoristique que le metteur en scène Sylvain Creuzevault traite les valeurs d'usage, d'échange et de plus-value. Le "Capital" ainsi que les œuvres de jeunesse de Marx sont revisités avec beaucoup d'aplomb et de surprises, au prisme d'un regard décalé de l'Histoire et de ses figures révolutionnaires.



© Marine Fromanger.
© Marine Fromanger.
La scène se déroule au "Club des amis du peuple" un 13 mai 1848, au retour d'une manifestation contre la nouvelle assemblée constituante française, élue au suffrage universel masculin direct le 23 mars, donnant lieu à la IIe République.

Nous assistons à un banquet de révolutionnaires avec, entre autres, les figures de Louis Blanc, Blanqui et Friedrich Engels autour d'une longue tablée. On y mange, on y boit et on y discute de révolutions et de socialisme aiguillés par l'œuvre de Karl Marx.

Côté cour, un piano. Côté jardin, les grands chapitres du livre 1 du Capital exposés sur un parchemin. C'est l'une des trames du texte, avec d'autres œuvres de Marx, sur lesquelles viendront s'agréger des débats politiques. La figure et la présence de Karl Marx sont sur scène même s'il ne prend pas part aux débats. Sa pensée politique et économique est relayée par les différents révolutionnaires au travers aussi de propos humoristiques.

À l'entame de la pièce, un comédien (Vincent Arot) joue un échange à trois avec les personnages de Brecht, Freud et Michel Foucault en plein débat philosophique, nourri d'absurdes et d'humour. Dès le début du spectacle, le profil de la pièce se dessine avec des "empilements" de personnages joués par un seul personnage et des périodes de temps empilées sur un seul moment.

© Marine Fromanger.
© Marine Fromanger.
Lacan côtoie Lamartine, comme Freud, Michel Foucault. Nous sommes au carrefour de personnages et d'événements historiques qui s'entremêlent sans que la clarté ou le cohérence ne soit absente. La dramaturgie se nourrit de la diversité des personnages et d'un rapport au Temps bousculé.

Car tout se bouscule mais avec harmonie et homogénéité. Ces irruptions dramaturgiques impromptues de ses figures plus ou moins célèbres font de la pièce un réservoir de surprises dans lequel humour et économie politique cohabitent.

Le jeu est incarné avec brio par les comédiens. Le naturel est de mise et la spontanéité devient un étendard de jeu. Les scènes s'enchaînent suivant le fil rouge des événements avec des prises de positions enthousiastes ou violentes verbalement. La découpe scénique est multiple projetant le spectateur autant dans ce nid révolutionnaire qu'en compagnie de Lamartine dans un tribunal où sont jugés des révolutionnaires.

Le texte est très bien construit, tant dans le contenu que dans la dramaturgie. Ces différentes figures intellectuelles, philosophiques ou politiques situées à différentes périodes de temps se croisent pour débattre de l'homme face à la société, au travail, au Pouvoir. L'homme n'est-il qu'un rouage économique ou peut-il se désaliéner de son travail pour trouver son identité sociale ?

La pièce est riche dans la visée humoristique qu'elle veut faire prendre à l'économie. La valeur travail, dont Marx a amplement donné une vision économique, sociale, scientifique et historique, est présentée avec beaucoup de brio. Sous couvert de démonstrations, les notions de valeurs d'usage, d'échange, de salaire sont traitées avec beaucoup d'humour. C'est un très bel hommage qui est rendu à Marx, aujourd'hui rangé dans les poubelles de l'Histoire bien qu'il ait influencé le champ économique et politique du monde sur près d'un siècle.

"Le Capital et son singe"

À partir du Capital de Karl Marx.
Mise en scène : Sylvain Creuzevault.
Avec : Vincent Arot, Benoit Carré, Antoine Cegarra, Pierre Devérines, Lionel Dray, Arthur Igual, Clémence Jeanguillaume, Léo-Antonin Lutinier, Frédéric Noaille, Amandine Pudlo, Sylvain Sounier, Julien Villa, Noémie Zurletti.
Lumières : Vyara Stefanova et Nathalie Perrier.
Scénographie : Julia Kravtsova.
Costumes : Pauline Kieffer et Camille Pénager.
Masques : Loïc Nébréda.
Durée : 2 h 45 environ.

Du 5 septembre au 12 octobre 2014.
Du mercredi au samedi à 20 h, le mardi à 19 h 30 et le dimanche à 15 h.
Théâtre La Colline, Grande Théâtre, Paris 20e, 01 44 62 52 52
>> colline.fr

Tournée :
● 5 et 6 novembre 2014 : La Scène Watteau - Scène conventionnée, Nogent-sur-Marne (94).
● Du 26 au 29 novembre 2014 : MC2, Grenoble (38).
● 4 et 5 décembre 2014 : L'Archipel - Scène nationale, Perpignan (66).
● Du 5 au 7 février 2015 : La Filature - Scène nationale, Mulhouse (68).
● Du 13 au 14 février 2015 : Le Cratère - Scène nationale, Alès (30).
● Du 11 au 14 mars 2015 : Bonlieu - Scène nationale, Annecy (74).
● Du 13 au 16 mai 2015 : Théâtre national, Bruxelles (en partenariat avec le Kunstenfestivaldesarts).

Safidin Alouache
Lundi 15 Septembre 2014


1.Posté par Arot le 29/05/2015 23:55
Arthur Igual est l'acteur qui entame la pièce. Vincent Arot joue Louis Blanc. merci d'avance pour votre correction.

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives





Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.






    Aucun événement à cette date.



À découvrir

"Sabordage" Comme une synthèse de la modernité… une implosion écologique à venir, avenir sombre de notre monde…

Elle fut riche et belle, plaisante et paradisiaque, pays de cocagne… puis devint consommatrice et opulente, industrieuse, minière et calamité écologique, pour finir mendiante et désespérée, à l'avenir destructif d'une future terre qui coule à pic… C'est la "belle" histoire de l'île de Nauru*, miroir de notre prochain anéantissement - au délicat (!) mais définitif intitulé "6e extinction de masse" -, qui nous est contée par le talentueux Collectif Mensuel.

Narration aux allures de débats, de commentaires, d'échanges réalistes… Scénographie en une forme d'actions documentaires, visible au lointain par report vidéo "en direct", en rappel de notre monde de l'image, expression ironique de nos chaînes d'infos en continu pour une structure créative d'un théâtre pédagogique, d'un reportage théâtralisé… Car ici tout est vrai, le drame, les horreurs économiques, le dézingage des ressources et de l'environnement… le sabordage de l'île a vraiment eu lieu, sans parler des perspectives radieuses d'une fin en version sous-marine !

Le récit - dans un préambule exposant un éden de rêve aux allures de paradis touristique, sis à quelques encablures de la Papouasie-Nouvelle-Guinée (près de 2 700 km quand même !) - se construit sur un montage cinématographique et télévisuel où le collectif puise dans les séries et films des années soixantes-dix quatre-vingt, tous célèbres et ancrées dans nos imaginaires collectifs…

Gil Chauveau
11/10/2019
Spectacle à la Une

•Off 2019• La dernière bande Enregistrements magnétiques… performance à donner la banane !

Quand du noir complet, le faisceau de lumière de l'ampoule tombant des cintres coiffe le crâne dégarni et blanchi de Denis Lavant, hiératique derrière un bureau métallique fatigué, les yeux aimantés par un magnétophone à bande posé devant lui et absorbant dans la nuit magnétique toute son énergie, on se dit que la magie du théâtre est un leurre qui nous ravit au double sens…

•Off 2019• La dernière bande Enregistrements magnétiques… performance à donner la banane !
Plus rien n'existe alors que ce fabuleux homme né pour le théâtre qui s'apprête devant nous à renouer avec l'univers insolite de Samuel Beckett, dont il a interprété sur cette même scène des Halles, "Cap au pire" (2017), mis en jeu par le même Jacques Osinski.

Et le (très) long silence qui s'ensuit instille, dans le droit fil du choc liminaire, une étrangeté en osmose avec l'univers du dramaturge irlandais. Puis, émergeant de sa torpeur contemplative, "il" rapproche à quelques millimètres de son œil, que l'on devine à moitié aveugle, une clé extraite du fouillis de son veston loqueteux. Si le premier tiroir ouvert contenant une bobine ne l'intéresse pas dans l'immédiat, l'autre dans lequel il plonge à nouveau sa tête lui offre… une banane ! Épluchée soigneusement, elle va être tenue en bouche avant d'être mangée. La peau jetée sur le sol, lui vaudra une glissade digne d'un Buster Keaton sorti d'un film muet.

Yves Kafka
07/07/2019
Sortie à la Une

"Fake"… Un "Peer Gynt" pour explorer le monde de l'info et de l'intox

"Fake - Tout est faux, tout est fou", Gare de l'Est, Paris

L'homme vagabonde sous les toits ferroviaires, au carrefour des âmes voyageuses… il est conteur. Peer Gynt partit aussi à l'aventure, cheminant entre rêve et réalité. Le narrateur s'en inspire pour démêler le vrai du faux… de notre réalité… Extraire le fake à l'ère des news…

Spectacle déambulatoire, performance de rues (ici intérieure), Fake convoque un conteur, un concepteur compositeur, des musiciens, pour une exploration d'un nouveau type où le spectateur, équipé d'un casque audio, se laisse emmener, au sens littéral comme virtuel dans une promenade découverte entre vraies et fausses informations.

Dans ce périple artistique, ce dernier garde toute liberté d'action, plus précisément de mouvements, déambulant dans l'espace proposé au fil de ses envies, de ses inspirations ou guidé par l'histoire, narration sonore, vocale et musicale, composée en direct et diffusée dans le casque et/ou influencé par la vue, le cheminement de l'acteur, Abbi Patrix, interprétant à sa façon Peer Gynt, exprimant son ressenti du lieu, posant des questions sur la véracité du réel ou interrogeant le badaud passant.

Les éléments sonores audibles dans le casque sont superposés, sans apparente cohérence mais peuvent stimuler ou orienter la perception du spectateur qui fait le choix d'être actif ou passif, ponctuellement ou de manière permanente, redevenant alors un simple observateur.

Gil Chauveau
10/10/2019