Quantcast
La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Théâtre

La "fantasy" de Médée

"Médée", Théâtre de la Tempête, Paris

Attention ! O.T.N.I(1) dans la grande salle du Théâtre de la Tempête. D’abord parce que c’est "Médée" de Corneille, pièce très peu jouée. Mais surtout parce que la mise en scène de Paulo Correia vaut le déplacement. Ce jeune metteur en scène niçois a osé ! Installer cette pièce dans le décorum d’une BD et la magie de la "fantasy".



© Fraicher-Mathey
© Fraicher-Mathey
Paulo Correia, metteur en scène et créateur vidéo de la pièce fait définitivement entrer le théâtre dans le XXIe siècle. Prouesse artistique et beauté technologique sont de mise. Mais sans trahir l’œuvre cornélienne. Au contraire. Il a l’idée (surprenante d’abord pour les puristes du classicisme) de rehausser le baroque de cette "Médée" en y faisant entrer le genre de la fantasy et son univers (si particulier). Et oui, il fallait y penser ! Utiliser ces codes pour les transposer sur cette œuvre de jeunesse est une idée brillante.

Et en effet, on s’en prend plein les mirettes ! Deux écrans traversent le plateau, de jardin à cour. Ce qui est normalement la scène d’exposition (et souvent rébarbative car très didactique chez les auteurs classiques) devient ici un véritable récit oral, pris en charge comme une narration. Pour l’illustrer ? Carte imaginaire, dragons et squelettes armées se dressent devant nous et jonchent la scène. Parfois de manière un peu répétitive. Mais ces artifices nous permettent aussi de ne pas décrocher sur le parcours un peu long de cette Médée magicienne et meurtrière.

Les influences sont nombreuses. La plus évidente est le fameux Chaffey, "Jason et les Argonautes", chef d’œuvre sorti en 1963. Mais plus récemment, Correia réutilise les codes de "Game of thrones", cette série américaine dont on attend avec impatience la saison III. Dans un autre style, on avait déjà été étonné par l’utilisation de la vidéo avec les créations de Fabrice Murgia (notamment avec "Life : Reset"). Comme lui, l’image n’est plus seulement un support qui accompagne les comédiens, elle s’entremêle pour mieux incarner leur personnage. Mais ici le metteur en scène va plus loin. Il donne l’illusion d’une scène en 3D - d’ailleurs on aurait presque envie de sortir ses lunettes... comme au cinéma tiens !

© Fraicher-Mathey
© Fraicher-Mathey
Si tout y est superbe (la production n’a pas lésiné sur les moyens, la robe de Médée vient de la maison de couture barcelone Bibian Blue), il y a quand même un grain de sable qui vient enrayer cette magnifique machinerie… le jeu de certains comédiens. Ils seraient parfaits si tous jouaient juste, à commencer par le rôle-titre (Gaële Boghossian). Mais osons croire qu’elle n’était pas très en forme ce jour-là et qu’elle a un peu raté notre rendez-vous. Cette faiblesse est d’autant étonnante que la comédienne collabore aussi à la dramaturgie. En tout cas, elle n’a pas su restituer la rage ni la fougue de cette Médée destructrice qui va jusqu’à tuer sa progéniture pour punir et se venger de l’abandon de son mari Jason (Fabrice Pierre, bien inégal aussi). D’une façon générale, pas de fautes majeures de diction de l’alexandrin (même plutôt bien rythmé), mais seul vraiment Créon (Laurent Chouteau) sort du lot. Ce comédien a un beau charisme.

Paulo Correia nous a offert un merveilleux voyage dans l’antre de cette Circé. Mais on en ressort tout de même mitigé. Heureux d’avoir pu revisiter ce chef d’œuvre cornélien avec autant de prouesses. Déçu de ces notes si discordantes.

(1) O.T.N.I. : Objet théâtral non identifié.

"Médée"

© Fraicher-Mathey
© Fraicher-Mathey
Texte : Pierre Corneille.
Mise en scène : Paulo Correia.
Avec : Gaële Boghossian, Laurent Chouteau, Stéphane Kordylas, Stéphane Naigeon, Fabrice Pierre, Amandine Pudlo.

Dramaturgie et costumes : Gaële Boghossian.
Musique : Fabrice Albanese.
Scénographie : Jean-Pierre Laporte.
Lumières : Alexandre Toscani.
Création vidéo : Paulo Correia.
Conception technique : Thomas Cottenet.
Son : Guillaume Pomares.
Maquillages : Marie Chassagne.
Assistant à la mise en scène : Félicien Chauveau.

Du 21 mars 2013 au 21 avril 2013.
Du mardi au samedi à 20 h, dimanche à 16 h.
Théâtre de la Tempête, La Cartoucherie, Paris 12e, 01 43 28 36 36.
>> la-tempete.fr

Vendredi 29 Mars 2013


1.Posté par Valkyrie2502 le 31/03/2013 14:40
Bravo ! Une critique qui donne envie de voir le spectacle !

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives


Brèves & Com


Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.






    Aucun événement à cette date.



À découvrir

Huit pièces de théâtre d'Agatha Christie éditées chez L'Œil du Prince

L'œuvre théâtrale d'Agatha Christie est très peu connue en France, ses pièces n'ayant quasiment jamais été publiées en français. C'est chose partiellement réparée avec la publication de huit textes - constituant une partie de son œuvre dramatique -, entre 2018 et 2020, aux Éditions L'Œil du Prince* dont deux, "Reconstitution" et "Le Point de rupture", le 12 novembre dernier.

En adaptant elle-même ses romans, Agatha Christie se révèle en dramaturge précise, maîtrisant parfaitement la tension dramatique du huis clos. Sa plume de romancière perce à travers des didascalies fournies, qui permettent de traverser les pièces comme des récits. On a pu le voir l'année dernière à La Pépinière Théâtre avec "La Souricière" mise en scène par Ladislas Chollat.

Ici, pour ces huit parutions, la traduction a été assurée par Gérald Sibleyras, auteur de quelques beaux succès dont "Un Petit Jeu sans conséquence" (co-écrit avec Jean Dell) et Sylvie Perez, journaliste et essayiste.

Gérald Sibleyras est l'auteur de nombreuses pièces : "Le Vent des peupliers", "La Danse de l'albatros", etc. Nommé quatre fois aux Molières comme meilleur auteur, il a gagné le Laurence Olivier Award de la meilleure comédie à Londres en 2006 pour l'adaptation du "Vent des peupliers". Il a reçu en 2010 le Molière de l'adaptateur pour "Les 39 marches". Gérald Sibleyras est également l'adaptateur de la pièce à succès "Des fleurs pour Algernon".

Gil Chauveau
27/11/2020
Spectacle à la Une

Lou Casa CD "Barbara & Brel" À nouveau un souffle singulier et virtuose passe sur l'œuvre de Barbara et de Brel

Ils sont peu nombreux ceux qui ont une réelle vision d'interprétation d'œuvres d'artistes "monuments" tels Brel, Barbara, Brassens, Piaf et bien d'autres. Lou Casa fait partie de ces rares virtuoses qui arrivent à imprimer leur signature sans effacer le filigrane du monstre sacré interprété. Après une relecture lumineuse en 2016 de quelques chansons de Barbara, voici le profond et solaire "Barbara & Brel".

© Alicia Gardes.
Comme dans son précédent opus "À ce jour" (consacré à Barbara), Marc Casa est habité par ses choix, donnant un souffle original et unique à chaque titre choisi. Évitant musicalement l'écueil des orchestrations "datées" en optant systématiquement pour des sonorités contemporaines, chaque chanson est synonyme d'une grande richesse et variété instrumentales. Le timbre de la voix est prenant et fait montre à chaque fois d'une émouvante et artistique sincérité.

On retrouve dans cet album une réelle intensité pour chaque interprétation, une profondeur dans la tessiture, dans les tonalités exprimées dont on sent qu'elles puisent tant dans l'âme créatrice des illustres auteurs que dans les recoins intimes, les chemins de vie personnelle de Marc Casa, pour y mettre, dans une manière discrète et maîtrisée, emplie de sincérité, un peu de sa propre histoire.

"Nous mettons en écho des chansons de Barbara et Brel qui ont abordé les mêmes thèmes mais de manières différentes. L'idée est juste d'utiliser leur matière, leur art, tout en gardant une distance, en s'affranchissant de ce qu'ils sont, de ce qu'ils représentent aujourd'hui dans la culture populaire, dans la culture en général… qui est énorme !"

Gil Chauveau
03/12/2020
Sortie à la Une

Vingt-huit personnalités du monde culturel et intellectuel déposent une demande au Conseil d'État : leur droit fondamental à la culture

© DR.
L'ensemble des acteurs du théâtre, cinéma, cirque, privés, publics, compagnies, organismes publics, syndicats, associations… seront présents ou représentés lundi matin devant le Conseil d'État pour demander au gouvernement la réouverture des lieux de Culture.

À l'occasion de cette audience, 28 personnalités du monde culturel et intellectuel se sont jointes hier à la procédure en déposant une demande pour invoquer, en tant que citoyen, leur droit fondamental d'accès à la culture.

Ils souhaitent que le Conseil d'État se saisisse de ce moment historique et consacre le droit à la Culture comme une liberté fondamentale en France.

Mireille Delmas Marty, Edgar Morin, Isabelle Adjani, Karin Viard, Juliette Binoche, Jean Nouvel, David Dufresne, Jean-Michel Ribes, Virigine Efira, Rokhaya Diallo, Charles Berling, Pauline Bureau, Philippe Torreton, Julie Gayet, Rebecca Zlotowski, François Morel, Nadège Beausson-Diagne, Nancy Huston, Bulle Ogier, Bernard Latarjet, Laurence Lascary, Patrick Aeberhard, Marcial Di Fonzo Bo, Anna Mouglalis, José-Manuel Gonçalves, Zahia Ziouani, Anny Duperey, Paul B. Preciado.

Cabinet en charge du dossier :
Cabinet Bourdon & Associés – Avocats, 01 42 60 32 60.
contact@bourdon-associes.com

Communiqué de presse du 20 décembre 2020.

La Rédaction
20/12/2020