La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Danse

"La belle au bois dormant" Hypnotique et pluriel !

Conte revisité par Marcos Morau dans lequel sont présentées, dans une scénographie moderne, une attente et une solitude de belles au bois dormant, seules, mais en groupe et sans prince charmant. D'un amour inexistant se détache des individualités qui cassent la figure pantomime d'un personnage passif et sans caractère qui finit par déployer une force et liberté enfin retrouvées.



© Jean-Louis Fernandez.
© Jean-Louis Fernandez.
C'est un drame dansé qui se joue. Assises côte à côte, au nombre de quatorze, nos belles au bois dormant ont toutes les atours d'automates. Les regards sont vides, comme animés d'aucune vie. Aucun prince charmant dans les parages. Elles sont bien seules, même ensemble. Nous nous retrouvons comme devant une vitrine avec ses robots. La fable a perdu sa poésie. Du conte, il ne reste que des pantomimes. À dessein. Comme des objets de consommation en articles de foire présentés au public en attente. Mais de quoi ? Du prince ou d'une liberté à acquérir et qui viendra les quérir.

En groupe, serrées, les unes contre les autres, elles tournent leurs têtes vers la droite et vers la gauche, dans un mouvement quasi hypnotique. Des gestuelles, de même allure, gagnent tous nos protagonistes, femmes et hommes habillés en femmes. La belle au bois dormant a tous les sexes et pas de personnalité. Car c'est celle d'une pantomime avec des gestuelles hachées à dessein, comme portées par un influx électrique que l'on devine un moment quand l'une des interprètes ouvre une armoire électrique où apparaissent différents boutons actionnables. Elles sont comme des robots commandés à distance et qui souhaiteraient se libérer du joug d'un conte qui les emprisonne dans une position docile. Celle de l'attente d'un prince charmant trop bien peigné sans doute.

© Jean-Louis Fernandez.
© Jean-Louis Fernandez.
Les interprètes ne se touchent pas, ne se regardent pas. Ensemble, mais séparés, comme si aucune solidarité entre eux n'existait. Différentes séquences s'enchaînent avec des déplacements, rapides ou lents, le long de la scène. Nos artistes semblent rouler sur les planches. Puis ce sont des lumières vives qui les baignent dans une atmosphère de modernité. Il y a de beaux tableaux avec des bouquets portés par eux dont un final avec une danseuse nue qui prend dans ses bras un vieillard, baignés par une lumière qui tombe sur eux comme le rideau.

La scénographie se dénude de ses éléments. On entend par deux fois une voix féminine qui ordonne, avec vivacité et politesse, de retirer un rideau. Les pantomimes deviennent humaines. Elles se dénudent et courent. Elles défilent côté jardin vers cour en démontant le décor. Les formes deviennent plus libres et moins hachées. Ce qui était mouvement saccadé devient course. Il y a aussi un mannequin, habillé comme nos protagonistes, jeté brutalement au-dessus des escaliers. Cette violence semble exorciser toute docilité passive, créant une rupture de jeu.

Les danses sont de groupe avec des mouvements en cœur ou légèrement décalés. Les gestiques sont très robotiques, nulle once d'humanité chez elles. Deux artistes s'en détachent à tour de rôle et créent un solo d'une énergie qui déborde d'automatisme avec des membres inférieurs et supérieurs qui se déhanchent largement et de façon rapide comme pris de soubresauts. Le corps est animé d'un trop-plein d'énergie, comme pris par un influx nerveux qui coulerait dans les veines de nos deux interprètes.

L'opéra monté par Marcos Morau montre, sous un aspect des plus modernes, une figure de la belle au bois dormant esseulée. Ce qui fait fable devient presque objet de consommation superbement interprété dans des mouvements au combien mécaniques, telles des marionnettes, devenues objets d'attention du public, portées par des chorégraphies qui montrent la dépossession d'un conte par la modernité d'un temps qui robotise et mécanise un personnage dont l'attente est sans fin et qui trouve sa liberté en s'en échappant. La fable est ainsi mise à l'envers. Nul mot, nulle réplique. Ce qui fait rapports et relations sont des gestes marqués d'automatisme, reflet d'un monde moderne où le mouvement ne s'arrête pas comme embarqué par un temps qui coure.

De nos caractères, il ne reste que leur silence, leur mutisme et leur attente. D'une position assise, elles se lèvent. De pantomimes, elles deviennent des êtres humains qui courent sur la scène dans une scénographie qu'elles font disparaitre, le démontant, arrachant les rideaux et déshabillant l'escalier. De ce qui faisait une somme d'individualités, nous découvrons enfin un groupe. D'objets quasi inanimés, elles courent à pleine jambe pour retrouver une liberté qu'elles se refusent à abandonner. L'opéra de Marcos Morau est très original et surprenant par son approche bousculant un conte pour le plonger dans l'actualité d'une époque qui fait émerger les voix plurielles du genre et de l'indépendance.

"La belle au bois dormant"

© Jean-Louis Fernandez.
© Jean-Louis Fernandez.
Chorégraphie et mise en scène : Marcos Morau.
Musique : Piotr Illitch Tchaïkovski, Juan Cristóbal Saavedra.
Assistants chorégraphiques : Ariadna Montfort, Shay Partush, Marina Rodriguez.
Avec : Marie Albert, Kristina Bentz, Caelyn Knight, Maeva Lassere, Yan Leiva, Albert Nikolli, Lore Pryszo, Raul Serrano Nuñez, Giacomo Todeschi, Paul Vezin, Merel Van Heeswijk, Katrien De Bakker, Anna Romanova, Noëllie Conjeaud, Edi Blloshmi.
Scénographie : Max Glaenzel.
Costumes : Silvia Delagneau.
Dramaturgie : Roberto Fratini.
Éclairagiste collaborateur lumière : Mathieu Cabanes.
Conception sonore : Juan Cristóbal Saavedra.
Directrice du Ballet : Julie Guibert.
Maîtresse de Ballet Amandine : Roque De La Cruz.
Régisseur du Ballet : Alexandre Mesta.
Régie technique : Guillaume Ponroy.
Régie son/vidéo : Jean-Pierre Barbier.

© Jean-Louis Fernandez.
© Jean-Louis Fernandez.
Régie lumière : Yohann Fourcade, Jeremy Stenou.
Habilleuse : Valérie Spery.
Production Opéra national de Lyon.
Déconseillé aux moins de 12 ans.
Durée : 1 h 20.

Le spectacle a eu lieu du 15 au 18 décembre 2022 à la Grande Halle de la Villette à Paris.

Tournée
6 et 7 avril 2023 : MC2, Grenoble (38).
14 au 16 avril 2023 : Opéra de Reims, en coréalisation avec le Manège, Reims (51).

Safidin Alouache
Mardi 27 Décembre 2022

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives | Avignon 2021 | Avignon 2022


Brèves & Com



Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.






À découvrir

"Salle des Fêtes" Des territoires aux terroirs, Baptiste Amann arpente la nature humaine

Après le choc de sa trilogie "Des Territoires", dont les trois volets furent présentés en un seul bloc de sept heures à Avignon lors du Festival In de 2021, le metteur en scène se tourne vers un autre habitat. Abandonnant le pavillon de banlieue où vivait la fratrie de ses créations précédentes, il dirige sa recherche d'humanités dans une salle des fêtes, lieu protéiforme où se retrouvent les habitants d'un village. Toujours convaincu que seul ce qui fait communauté peut servir de viatique à la traversée de l'existence.

© Pierre Planchenault.
Si, dans "La vie mode d'emploi", Georges Perec avait imaginé l'existence des habitants d'un bâtiment haussmannien dont il aurait retiré la façade à un instant T, Baptiste Amann nous immerge dans la réalité auto-fictionnelle d'une communauté villageoise réunie à l'occasion de quatre événements rythmant les quatre saisons d'une année. Au fil de ces rendez-vous, ce sont les aspirations de chacun qui se confrontent à la réalité - la leur et celle des autres - révélant, au sens argentique d'une pellicule que l'on développe, des aspérités insoupçonnées.

Tout commence à l'automne avec l'exaltation d'un couple de jeunes femmes s'établissant à la campagne. Avec le montant de la vente de l'appartement parisien de l'une d'elles, écrivaine - appartement acquis grâce au roman relatant la maladie psychiatrique du frère qui les accompagne dans leur transhumance rurale -, elles viennent de s'installer dans une usine désaffectée flanquée de ses anciennes écluses toujours en service. Organisée par le jeune maire survient la réunion du conseil consultatif concernant la loi engagement et proximité, l'occasion de faire connaissance avec leur nouvelle communauté.

Yves Kafka
17/10/2022
Spectacle à la Une

Appel à candidatures pour la création d'un spectacle patrimonial de divertissement

La ville d'Orange a confié depuis le 1er avril 2022, la gestion et la valorisation du Théâtre antique, du Musée d'art et d'histoire et de l'Arc de triomphe, à la société Edeis pour une durée de 10 ans.

© Edéis Orange février 2023 - DR pour l'appel à projet.
Dans le cadre de sa délégation, Edéis l'allié des territoires, a pour ambition :
- De donner sa pleine envergure au Théâtre antique à la fois en tant que monument du Patrimoine mondial riche d'un attrait historique et scientifique majeur mais aussi en sa qualité de porte-étendard de tout un territoire et de son art de vivre ;
- De proposer des approches novatrices et expérimentales afin d'améliorer significativement l'expérience visiteur ;
- D'agir en pleine cohérence et en parfaite synergie avec la politique culturelle de la ville.

Le projet décennal est de faire d'Orange, la scène de l'innovation sonore.
Une place forte et incontournable de la culture et de l'innovation.

1. Reprise des éléments du contrat de Délégation de service public entre la ville d'Orange et la société Edéis :
Article 2 – Définition des missions confiées au délégataire.
"Le délégataire sera notamment chargé des activités suivantes :
La création de contenus culturels, d'animations, d'évènements et de spectacles adaptés et cohérents avec la politique culturelle, patrimoniale et touristique de la ville et en lien avec les propositions des services concernés (Culture, Musée, Office de tourisme) ainsi que le développement significatif des flux de visiteurs. De manière générale, il s'agit de faire évoluer le Théâtre antique vers un statut de lieu de vie aux animations multifacettes (diurne et nocturne, saison, hors-saison, ailes de saison…) ouvert à différents types de publics cibles.

Gil Chauveau
02/02/2023
Spectacle à la Une

Dans "Nos jardins Histoire(s) de France #2", la parole elle aussi pousse, bourgeonne et donne des fruits

"Nos Jardins", ce sont les jardins ouvriers, ces petits lopins de terre que certaines communes ont commencé à mettre à disposition des administrés à la fin du XIXe siècle. Le but était de fournir ainsi aux concitoyens les plus pauvres un petit bout de terre où cultiver légumes, tubercules et fruits de manière à soulager les finances de ces ménages, mais aussi de profiter des joies de la nature. "Nos Jardins", ce sont également les jardins d'agrément que les nobles, les rois puis les bourgeois firent construire autour de leurs châteaux par des jardiniers dont certains, comme André Le Nôtre, devinrent extrêmement réputés. Ce spectacle englobe ces deux visions de la terre pour développer un débat militant, social et historique.

Photo de répétition © Cie du Double.
L'argument de la pièce raconte la prochaine destruction d'un jardin ouvrier pour implanter à sa place un centre commercial. On est ici en prise directe avec l'actualité. Il y a un an, la destruction d'une partie des jardins ouvriers d'Aubervilliers pour construire des infrastructures accueillant les JO 2024 avait soulevé la colère d'une partie des habitants et l'action de défenseurs des jardins. Le jugement de relaxe de ces derniers ne date que de quelques semaines. Un sujet brûlant donc, à l'heure où chaque mètre carré de béton à la surface du globe le prive d'une goutte de vie.

Trois personnages sont impliqués dans cette tragédie sociale : deux lycéennes et un lycéen. Les deux premières forment le noyau dur de cette résistance à la destruction, le dernier est tout dévoué au modernisme, féru de mode et sans doute de fast-food, il se moque bien des légumes qui poussent sans aucune beauté à ses yeux. L'auteur Amine Adjina met ainsi en place les germes d'un débat qui va opposer les deux camps.

Bruno Fougniès
23/12/2022