La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Théâtre

"La Tendresse" On ne naît pas homme, on le devient… Une histoire de la masculinité mise à nu

Être un homme ? Tout un programme… ou, plus exactement, une programmation sociétale visant dès le plus jeune âge à modeler le masculin, à l'enfermer dans un carcan d'injonctions. "Tu seras fort, viril, puissant mon fils. Sur tes épaules repose le devenir du monde…" et autres prescriptions du même tonneau "de nature" à construire une identité masculine destinée à reproduire l'ordre patriarcal. Julie Berès, après avoir promu dans "Désobéir" le "non" des femmes au rang de sésame à leur liberté confisquée, réunit sur le plateau de "La Tendresse" huit comédiens en quête de leur identité à recouvrer.



© Axelle de Russé.
© Axelle de Russé.
Dans un décor de friche bétonnée - offrant plusieurs niveaux de jeu(x) - trouée de deux monumentales portes figurant les potentialités d'ouverture, surgissent des jeunes hommes décidés à en découdre. Leur énergie est d'emblée palpable dans l'agitation qui les gagne à écrire leur prénom - Junior, Naso, Djamil, Moha, Alex, Tigran, Natan… - sur le noir du béton, comme si cette "inscription" sauvage leur conférait la légitimité d'exister en tant qu'individu singulier. Huit jeunes interprètes de tous horizons, originaires d'Afrique, d'Arménie, d'Iran, de France, à la peau blanche, noire ou métissée, affichant crânement leur graph comme un tatouage porteur de leur existence non négociable.

Car peu importe leur origine, leur religion, leur classe sociale, ce qu'ils partagent, c'est leur "étiquette" d'homme, un héritage à endosser quoi qu'il en coûte. Formatés à l'envi, ils ressentent au fond d'eux-mêmes un conflit de loyauté vis-à-vis des prérogatives du sexe hérité à leur naissance, les conduisant à une soumission aux diktats qui les "conditionnent" en tant que mâles présumés dominants. Cependant, la carapace si dure soit-elle, à l'épreuve des coups de boutoirs de l'existence et du regard de leurs pairs, va se craqueler…

© Axelle de Russé.
© Axelle de Russé.
Sur fond de musiques rap et de chorégraphies hip-hop d'une tonicité percutante, le groupe porteur de l'entité masculine va projeter tour à tour au premier plan chaque participant dans un solo "révélateur", un battle à voix découverte.

Ce sera d'abord la figure imposée de "sa première fois" à raconter devant les autres. L'un délivrera la pression ressentie à n'avoir pu trouver "l'entrée", son vertige inhibiteur face au secret abyssal du continent féminin. L'autre confiera, combien dans un vestiaire, le regard négatif porté sur son corps adipeux d'adolescent fut pour lui un traumatisme, lui qui n'avait à la maison que Dieu comme interlocuteur pour parler de ces choses-là. Un autre encore révélera - non sans un bel humour - que pour avoir voulu rivaliser avec les modèles de super machos offerts par les films de gangsters, il avait dû se résigner à l'évidence : la vie, c'est moins intense, plus lent, "ça ne tient pas en une heure trente"

Un tableau choral des plus saisissants est celui de la virilité guerrière mise en exergue dans une chorégraphie rythmée par le crépitement des mitraillettes, bande son scandant le mouvement des corps criblés par les balles. Au nom du Père et du Saint-Esprit, Amen, comment les fils d'hommes sont conditionnés dès leur plus jeune âge pour servir de chair à canon au nom de la chère Patrie alors qu'il s'agit, au champ de la boucherie, de mourir pour servir les intérêts des grandes firmes et consorts. Junior, star du hip-hop, se livre alors à des acrobaties vertigineuses pour échapper aux balles. Touché, mais pas coulé, il se relève pour délivrer devant les cadavres affalés une tirade d'anthologie.

© Axelle de Russé.
© Axelle de Russé.
Quant aux images d'hommes véhiculées par leur père respectif, on ne peut pas dire qu'elles aient été porteuses de désirs d'identification. Ainsi de cette saillie à l'humour mortel adressée au père absent par l'un des fils : "La paternité, c'est pas mal, tu aurais dû essayer…". Cependant, confrontés au conditionnement auxquels ils ont affaire - aucun didactisme dans le propos, mais une profusion de points de vue pris sur le vif -, certains d'entre eux ont toujours du mal à renoncer à l'insulte suprême de PD, proférée pour dévaloriser, le croient-ils, leur condition masculine comme si être homo était déchoir de leur piédestal. Là encore, la dynamique traversant le groupe amènera au premier plan l'un d'eux, brisant l'omerta en disant son rêve de pouvoir épouser sous les orgues de l'église celui qu'il aimera, faisant ainsi superbement la nique à 2000 ans de culpabilisation catho.

Émouvants leurs rapports à la violence en eux, comme si elle y avait été déposée par des injonctions les dépassant. Hilarantes leurs techniques de drague des meufs, avec démonstration à l'appui dans la salle devenue terrain de chasse. La faiblesse affichée, le côté je suis un poète égaré dans un monde de brutes étant joué à merveille. Mais aussi les blessures narcissiques de ne pouvoir séduire, la peur paralysante de n'être pas conforme au modèle physique rêvé par la gente féminine. La détresse du danseur classique, seul sur ses pointes, n'ayant pour seul modèle de performance sexuelle que celui véhiculé par les acteurs du porno dont il nourrit sa solitude. Ou encore, pour compléter le tableau des grandeurs et misères du mâle, la fascination - dénoncée avec beaucoup d'humour - des hommes pour leur pénis… "pourtant si l'on écrivait son histoire à travers les âges, elle n'aurait rien de particulièrement glorieuse".

© Axelle de Russé.
© Axelle de Russé.
Entre coups de sang scandés par un hip-hop déchainé, des prises de paroles solo trouant le silence imposé par les diktats introjectés, se fait jour la naissance d'un nouvel homme. "Ecce homo", la promesse d'un homme libéré de ses chaînes, d'un homme propre à accueillir en lui la tendresse. Celle mise en jeu superbement par Julie Berès, à partir d'une écriture collective portée avec force et sensibilité par une troupe d'hommes authentiques.

Vu le mardi 17 janvier 2023 au TnBA, Salle Vauthier, Bordeaux. A été représenté du 17 au 21 janvier 2023.

"La Tendresse"

© Axelle de Russé.
© Axelle de Russé.
Conception et mise en scène : Julie Berès
Écriture et dramaturgie : Kevin Keiss, Julie Berès et Lisa Guez, avec la collaboration d'Alice Zeniter.
Avec : Bboy Junior (Junior Bosila), Natan Bouzy, Charmine Fariborzi, Alexandre Liberati, Tigran Mekhitarian, Djamil Mohamed, Romain Scheiner, Mohamed Seddiki.
Chorégraphie : Jessica Noita.
Création lumière : Kelig Lebars assisté par Mathilde Domarle.
Création son : Colombine Jacquemont.
Assistant à la composition : Martin Leterme.
Scénographie : Goury.
Création costumes : Caroline Tavernier, Marjolaine Mansot.
Le décor a été construit par les Ateliers du Grand T, Théâtre de Loire-Atlantique-Nantes.
Régie générale création : Quentin Maudet.
Régie générale tournée : Loris Lallouette.
Régie son : Haldan de Vulpillières.
Production Compagnie Les Cambrioleurs.
Durée : 1 h 45.

© Axelle de Russé.
© Axelle de Russé.
Tournée
24 janvier 2023 : Scènes Vosges, Épinal (88).
Du 27 au 28 janvier 2023 : Théâtre de l'Union, Limoges (87).
Du 31 janvier 23 au 3 février 2023 : Le Grand T, Nantes (44).
Du 7 au 11 février 23 : Théâtre SQY, Saint-Quentin-en-Yvelines (78).
2 mars 2023 : Centre Culturel Athéna, Auray (56).
Les 7 et 8 mars 2023 : Théâtre de Cornouaille, Quimper (29).
Du 15 au 17 mars 2023 : Théâtre, Namur (Belgique).
21 mars 2023 : Espace Culturel Germinal, Fosses (95).
24 mars 2023 : Théâtre, Angoulême (16).
Les 6 et 7 avril 2023 : Les Utopiks, Chalon-sur-Saône (71).
11 avril 2023 : L'Avant Seine, Colombe (92).
13 avril 2023 : Théâtre du Cormier, Cormeilles-en-Parisis (78).
18 avril 2023 : Théâtre Cinéma Choisy-le-Roi (94).
Les 20 et 21 avril 2023 : L'Azimut, Châtenay-Malabry (92).
3 mai 2023 : Les Quinconces-L'Espal, Le Mans (72).
Les 5 et 6 mai 2023 : Théâtre, Lorient (56).
Du 9 au 13 mai 2023 : Théâtre de la Croix-Rousse, Lyon (69).

Yves Kafka
Lundi 23 Janvier 2023

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives | Avignon 2021 | Avignon 2022


Brèves & Com



Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.






À découvrir

"Salle des Fêtes" Des territoires aux terroirs, Baptiste Amann arpente la nature humaine

Après le choc de sa trilogie "Des Territoires", dont les trois volets furent présentés en un seul bloc de sept heures à Avignon lors du Festival In de 2021, le metteur en scène se tourne vers un autre habitat. Abandonnant le pavillon de banlieue où vivait la fratrie de ses créations précédentes, il dirige sa recherche d'humanités dans une salle des fêtes, lieu protéiforme où se retrouvent les habitants d'un village. Toujours convaincu que seul ce qui fait communauté peut servir de viatique à la traversée de l'existence.

© Pierre Planchenault.
Si, dans "La vie mode d'emploi", Georges Perec avait imaginé l'existence des habitants d'un bâtiment haussmannien dont il aurait retiré la façade à un instant T, Baptiste Amann nous immerge dans la réalité auto-fictionnelle d'une communauté villageoise réunie à l'occasion de quatre événements rythmant les quatre saisons d'une année. Au fil de ces rendez-vous, ce sont les aspirations de chacun qui se confrontent à la réalité - la leur et celle des autres - révélant, au sens argentique d'une pellicule que l'on développe, des aspérités insoupçonnées.

Tout commence à l'automne avec l'exaltation d'un couple de jeunes femmes s'établissant à la campagne. Avec le montant de la vente de l'appartement parisien de l'une d'elles, écrivaine - appartement acquis grâce au roman relatant la maladie psychiatrique du frère qui les accompagne dans leur transhumance rurale -, elles viennent de s'installer dans une usine désaffectée flanquée de ses anciennes écluses toujours en service. Organisée par le jeune maire survient la réunion du conseil consultatif concernant la loi engagement et proximité, l'occasion de faire connaissance avec leur nouvelle communauté.

Yves Kafka
17/10/2022
Spectacle à la Une

Appel à candidatures pour la création d'un spectacle patrimonial de divertissement

La ville d'Orange a confié depuis le 1er avril 2022, la gestion et la valorisation du Théâtre antique, du Musée d'art et d'histoire et de l'Arc de triomphe, à la société Edeis pour une durée de 10 ans.

© Edéis Orange février 2023 - DR pour l'appel à projet.
Dans le cadre de sa délégation, Edéis l'allié des territoires, a pour ambition :
- De donner sa pleine envergure au Théâtre antique à la fois en tant que monument du Patrimoine mondial riche d'un attrait historique et scientifique majeur mais aussi en sa qualité de porte-étendard de tout un territoire et de son art de vivre ;
- De proposer des approches novatrices et expérimentales afin d'améliorer significativement l'expérience visiteur ;
- D'agir en pleine cohérence et en parfaite synergie avec la politique culturelle de la ville.

Le projet décennal est de faire d'Orange, la scène de l'innovation sonore.
Une place forte et incontournable de la culture et de l'innovation.

1. Reprise des éléments du contrat de Délégation de service public entre la ville d'Orange et la société Edéis :
Article 2 – Définition des missions confiées au délégataire.
"Le délégataire sera notamment chargé des activités suivantes :
La création de contenus culturels, d'animations, d'évènements et de spectacles adaptés et cohérents avec la politique culturelle, patrimoniale et touristique de la ville et en lien avec les propositions des services concernés (Culture, Musée, Office de tourisme) ainsi que le développement significatif des flux de visiteurs. De manière générale, il s'agit de faire évoluer le Théâtre antique vers un statut de lieu de vie aux animations multifacettes (diurne et nocturne, saison, hors-saison, ailes de saison…) ouvert à différents types de publics cibles.

Gil Chauveau
02/02/2023
Spectacle à la Une

Dans "Nos jardins Histoire(s) de France #2", la parole elle aussi pousse, bourgeonne et donne des fruits

"Nos Jardins", ce sont les jardins ouvriers, ces petits lopins de terre que certaines communes ont commencé à mettre à disposition des administrés à la fin du XIXe siècle. Le but était de fournir ainsi aux concitoyens les plus pauvres un petit bout de terre où cultiver légumes, tubercules et fruits de manière à soulager les finances de ces ménages, mais aussi de profiter des joies de la nature. "Nos Jardins", ce sont également les jardins d'agrément que les nobles, les rois puis les bourgeois firent construire autour de leurs châteaux par des jardiniers dont certains, comme André Le Nôtre, devinrent extrêmement réputés. Ce spectacle englobe ces deux visions de la terre pour développer un débat militant, social et historique.

Photo de répétition © Cie du Double.
L'argument de la pièce raconte la prochaine destruction d'un jardin ouvrier pour implanter à sa place un centre commercial. On est ici en prise directe avec l'actualité. Il y a un an, la destruction d'une partie des jardins ouvriers d'Aubervilliers pour construire des infrastructures accueillant les JO 2024 avait soulevé la colère d'une partie des habitants et l'action de défenseurs des jardins. Le jugement de relaxe de ces derniers ne date que de quelques semaines. Un sujet brûlant donc, à l'heure où chaque mètre carré de béton à la surface du globe le prive d'une goutte de vie.

Trois personnages sont impliqués dans cette tragédie sociale : deux lycéennes et un lycéen. Les deux premières forment le noyau dur de cette résistance à la destruction, le dernier est tout dévoué au modernisme, féru de mode et sans doute de fast-food, il se moque bien des légumes qui poussent sans aucune beauté à ses yeux. L'auteur Amine Adjina met ainsi en place les germes d'un débat qui va opposer les deux camps.

Bruno Fougniès
23/12/2022