La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Théâtre

La SACD au Festival d'Avignon 2011... dans le vif du sujet !

La SACD, grâce à la Copie privée, perçoit une rémunération pour les auteurs. Un quart de cet argent est alloué aux Actions culturelles pour être investi dans la création, la diffusion et la formation.
C’est pourquoi, chaque été, la SACD explore, en collaboration avec les plus grands festivals, les formes d’écritures les plus diverses et les plus inventives du spectacle vivant, en créant des rencontres improbables et étonnantes entre auteurs d’univers et de disciplines différents. Nous vous présentons dans cette première partie celles qui sont mises en place dans le cadre du Festival d'Avignon 2011.



Ariane Ascaride au Festival d'Avignon 2010 dans le cadre de SujetS à Vif* © Pascal Gély/SACD.
Ariane Ascaride au Festival d'Avignon 2010 dans le cadre de SujetS à Vif* © Pascal Gély/SACD.
Présente depuis 1986 au Festival d'Avignon, la SACD débute cette année-là par un soutien à l'hommage consacré à Nathalie Sarraute. C'est l'année suivante que nait, sur une idée de Jean-Claude Carrière, une formule originale intitulée "Texte Nu" : un comédien choisi un texte, sans aucun artifice, et le fait partager au public. Dix ans plus tard, séduit par ces rencontres inhabituelles initiées par l’interprète vers un auteur, François Raffinot adapte cette formule à sa discipline "Le Vif du Sujet". Un danseur choisit un chorégraphe qui, lui, choisit un compositeur... La première édition de "Vif du Sujet" était née.

Quatre créations (de 20 à 30 minutes) sont proposées dans le Jardin de la Vierge du Lycée Saint-Joseph, un cadre idéal pour partager le matin et la soirée, sans aucun décor et dans la lumière du jour, des propositions surprenantes, différentes qui sont déjà une sorte de laboratoire pour le Festival. Le public, dès la première édition est au rendez-vous.

En 2004, Vincent Baudriller et Hortense Archambault (succédant à Bernard Faivre d’Arcier) souhaitent renforcer les rencontres entre artistes de différentes disciplines et tisser des fils conducteurs entre les propositions artistiques du festival. Ils veulent également provoquer de nouvelles actions avec les partenaires privilégiés du festival. Plusieurs rencontres auront lieu entre l’équipe du festival et le Conseil d’Administration de la SACD qui amèneront à faire évoluer la formule "Le Vif du Sujet". Cette dernière devient "SujetS à Vif" en 2008. Elle s'intensifie et passe à 8 spectacles, mélangeant tous les genres pour que puissent travailler ensemble dans ce laboratoire du festival des metteurs en scène, comédiens, danseurs, chorégraphes, musiciens, artistes du cirque… Deux autres manifestations accompagnent aujourd'hui "SujetS à Vif" : "Voix d'Auteurs" et "Les rendez-vous du Conservatoire d'Avignon".

● "SujetS à Vif" : 8 spectacles, du 8 au 25 juillet à 11 h et 18 h.
Ils auront lieu au Jardin de la Vierge du lycée Saint-Joseph (coproduction SACD/Festival d’Avignon).
Les "SujetS à Vif" proposent des rencontres imprévues au Jardin de la Vierge entre interprétations et écritures. Des rapprochements, provoqués, préparés, rêvés, entre des interprètes et des auteurs.
8 commandes, qui sont autant de créations, ont été faites à David Lescot, Bouchra Ouizguen, Guy Régis Jr, Eduard Gabia (du 8 au 14 juillet), Julie Nioche, Pedro Pauwels, Jacques Bonnaffé, Qudus Onikeku (du 19 au 25 juillet).

● "Voix d’Auteurs" : le 11 juillet de 20 h à 21 h 30.
Se déroulant au Musée Calvet (en DIRECT ©), cette soirée est consacrée à des textes inédits et lus par les auteures.
Il s'agira de Majorette, de et lu par Mireille Roussel ; plus un texte inédit de Michèle Guigon qu'elle accompagnera à l’accordéon. En coproduction avec France Culture.

● Les Rendez-Vous du Conservatoire d'Avignon, du 11 au 22 juillet.
Ceux-ci seront composés des Master-Classes de Ludovic Lagarde (19 juillet) et de Jacques Bonnaffé (21 juillet), de rencontres avec Arthur Nauzyciel (13 juillet ), Françoise et Dominique Dupuy (15 juillet), David Guenoun et Tony Negri en collaboration avec France Culture (22 juillet).
Des débats sont également prévus : autour des dramaturgies croisées franco-britanniques avec David Lescot et Linda McLean (en partenariat avec le British Council), le 11 juillet ; des 30 ans des Éditions Théâtrales avec Xavier Durringer et l’œuvre de Denise Bonal (12 juillet) ; de la dramaturgie francophone avec le Tarmac (15 juillet) et des auteurs belges (15 juillet) ; avec les EAT : "Du neuf", présentation d’extraits de textes de 30 auteurs (16 juillet), dans le cadre des 100 ans de Gallimard ; débat autour de la théorie et pratique du théâtre contemporain (18 juillet).

● Village du Off, le 16 juillet.
De midi à minuit, la SACD s’installera sous le chapiteau du Off pour dialoguer avec les auteurs, compagnies, producteurs et tous les passionnés de théâtre… La journée se terminera par un bal littéraire à partir de 20 h.

En plus de ces points forts, d'autres évènements seront mis en place au Musée Calvet (en collaboration avec France Culture) dont une soirée autour de Yasmina Réza le 15 juillet, de 20 h à 22 h, un Hommage à Françoise et Dominique Dupuy (15 juillet en soirée), un Hommage à Philippe Avron le 19 juillet avec la diffusion de son texte Montaigne, Shakespeare, mon père et moi et remise du Prix SACD/Philippe Avron à un spectacle du Off.

La SACD sera également présente chaque jour sur arte, live.tv avec les Coups de Cœur du Off des étudiants du Conservatoire et les vidéomatons des compagnies.

*Légende : "Proposition d’un jour d’été", une commande "SujetS à Vif" faite à Ariane Ascaride et programmée du 19 au 25 juillet 2010 à 11 h.
Auteur : Marie Desplechin.
Gestes et mouvements : Thierry Thieû Niang.
Interprète : Ariane Ascaride.

Gil Chauveau
Lundi 30 Mai 2011

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives | Avignon 2021 | Avignon 2022







À découvrir

Au 41e Festival de la Vézère souffle l’esprit de la musique

Le festival de référence en Corrèze poursuit son aventure malgré la disparition de sa regrettée fondatrice. Il offrira cette saison encore de très beaux rendez-vous musicaux.

Festival de la Vézère 2020, concert de la famille Pidoux © 28mmphoto.
Pour sa 41e édition, le Festival de la Vézère fera vivre l'esprit des lieux puisque Diane du Saillant poursuit la belle mission que s'étaient fixés ses parents, Isabelle et Guy : donner la plus grande audience à la musique et à l'opéra en Corrèze en région Nouvelle-Aquitaine. Elle est donc à la tête depuis cette année du festival fondé en 1981 et entend même le développer. Dix-neuf événements forts rassemblant 150 artistes dans treize lieux remarquables sont offerts dès le début de juillet et ce, pour plus d'un mois.

Fidèle à son esprit alliant exigence et éloge de la beauté, invitant nouveaux venus et artistes fidèles, la manifestation entend rassembler un public très divers : jeunes, familles, mélomanes avertis et amateurs estivaux de sensations nouvelles. De nombreux lieux patrimoniaux se sont ajoutés au cours des quatre décennies mettant le public aux premières loges de l'excellence musicale. En cette année 2022 s'y ajoutent deux nouveaux : les Ardoisières de Travassac et les Jardins de Colette à Varetz. Ce dernier accueillera le 20 juillet Alex Vizorek et le Duo Jatekok, les talentueuses sœurs pianistes, pour un "Carnaval des animaux" de Saint-Saëns attendu.

Outre le désormais traditionnel week-end lyrique des 5, 6 et 7 août au Château du Saillant, rendu possible grâce à la formidable compagnie du pianiste Bryan Evans, Diva Opéra (avec "Tosca" et "Cosi fan tutte" cet été), voici une petite sélection d'évènements inratables chinés au cœur d'un riche programme.

Christine Ducq
25/06/2022
Spectacle à la Une

•Off 2022• "Fantasio" L'expression contemporaine d'un mal-être générationnel

"Buvons l'ami et songeons à ce mariage point désiré." Éternel sujet maintes fois traité par nos grands auteurs classiques, l'union "forcée" reste encore d'actualité et l'acte de résistance qu'opposent les femmes, quel que soit le pays, peut induire une forme de rébellion et une revendication d'indépendance, d'autonomie, de liberté qui traversent facilement le prisme de la modernité.

© Andreas Eggler.
Il y a des compagnies et des metteurs en scène que l'on a particulièrement plaisir à suivre, à retrouver. Qui nous offre des moments où l'on aime sans crainte laisser se glisser nos oreilles, nos yeux, notre attention dans le confort d'une nouvelle création dont on sait quasiment par avance qu'elle nous régalera, ravira tous nos sens. Un spectacle de la Cie de L'Éternel fait assurément partie de ces petits bonheurs qui sont résolument inscrits dans une pratique novatrice, fougueuse, audacieuse et talentueuse de l'art des saltimbanques… celui qui réjouissait les foules au temps des tréteaux, des "sauteurs de bancs"*.

Au cœur de la pièce de Musset se joue le mariage politique de la princesse Elsbeth, enjeu d'un pays/royaume, décevant, sans vigueur et sans perspective pour les jeunes générations, à la gouvernance désabusée. En contrepoint, Fantasio, jeune homme désespéré - fuyant la routine, l'ennui qui naît du quotidien, la lassitude du "rien faire" -, désargenté et à l'avenir incertain, se joue des conventions, peu respectueux de la gente bien-pensante. Endossant de manière inattendue la posture et le costume de bouffon, habité d'une folle énergie soudaine et d'excès de lucidité bénéfique, il bouleverse la donne, sème un joyeux et revigorant bordel, boosté par un esprit vif et pertinent, et fait imploser sans violence le mariage.

Gil Chauveau
23/06/2022
Spectacle à la Une

•Off 2022• "Eurydice aux Enfers" Vivre comme mourir engage l'être tant dans son âme que dans son corps

Ayant perdu son épouse Eurydice, Orphée pleure sa mort durant la cérémonie funèbre. Zeus, voyant le chagrin du jeune homme, l'autorise à descendre aux Enfers pour qu'il aille chercher sa bien-aimée. Une seule condition lui est imposée : qu'il ne croise le regard d'Eurydice à aucun moment.

© Julie Mitchell.
Accueilli d'abord avec hostilité par les Esprits infernaux, Orphée est ensuite guidé par les Ombres heureuses dans le paysage des Champs-Élysées et elles lui rendent Eurydice. Tous deux chantent le bonheur retrouvé et Orphée veille à ne pas regarder son épouse. Mais celle-ci commence à douter de l'amour d'Orphée qui lui refuse tout contact. Tenu au silence, Orphée finit pourtant par briser le serment et témoigne son amour à Eurydice : la jeune femme s'effondre aussitôt, laissant à nouveau Orphée seule. Toutefois, grâce à l'intervention de l'Amour, ils seront bientôt unis pour l'éternité.

Tel est le résumé du célèbre mythe d'Orphée et Eurydice. Mais c'est avec une grande modernité et une grande audace que la Compagnie de l'Eau qui Dort, sous la houlette de Gwendoline Destremau, a revisité ce dernier. Ici, c'est Eurydice qui traverse la croûte terrestre pour retrouver son amant Orphée décédé. Elle rencontre de multiples cadavres et créatures qui font de sa route vers l'amour un véritable chemin initiatique. La mise en scène, d'une modernité heureuse et lumineuse, met l'accent sur une incontestable dimension féminine sans toutefois afficher de grandes revendications féministes auxquelles on est souvent confronté ! Car dans cette pièce, tout est soigneusement sobre à ce sujet, juste et subtile.

Brigitte Corrigou
25/06/2022