La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Théâtre

La SACD au Festival d'Avignon 2011... dans le vif du sujet !

La SACD, grâce à la Copie privée, perçoit une rémunération pour les auteurs. Un quart de cet argent est alloué aux Actions culturelles pour être investi dans la création, la diffusion et la formation.
C’est pourquoi, chaque été, la SACD explore, en collaboration avec les plus grands festivals, les formes d’écritures les plus diverses et les plus inventives du spectacle vivant, en créant des rencontres improbables et étonnantes entre auteurs d’univers et de disciplines différents. Nous vous présentons dans cette première partie celles qui sont mises en place dans le cadre du Festival d'Avignon 2011.



Ariane Ascaride au Festival d'Avignon 2010 dans le cadre de SujetS à Vif* © Pascal Gély/SACD.
Ariane Ascaride au Festival d'Avignon 2010 dans le cadre de SujetS à Vif* © Pascal Gély/SACD.
Présente depuis 1986 au Festival d'Avignon, la SACD débute cette année-là par un soutien à l'hommage consacré à Nathalie Sarraute. C'est l'année suivante que nait, sur une idée de Jean-Claude Carrière, une formule originale intitulée "Texte Nu" : un comédien choisi un texte, sans aucun artifice, et le fait partager au public. Dix ans plus tard, séduit par ces rencontres inhabituelles initiées par l’interprète vers un auteur, François Raffinot adapte cette formule à sa discipline "Le Vif du Sujet". Un danseur choisit un chorégraphe qui, lui, choisit un compositeur... La première édition de "Vif du Sujet" était née.

Quatre créations (de 20 à 30 minutes) sont proposées dans le Jardin de la Vierge du Lycée Saint-Joseph, un cadre idéal pour partager le matin et la soirée, sans aucun décor et dans la lumière du jour, des propositions surprenantes, différentes qui sont déjà une sorte de laboratoire pour le Festival. Le public, dès la première édition est au rendez-vous.

En 2004, Vincent Baudriller et Hortense Archambault (succédant à Bernard Faivre d’Arcier) souhaitent renforcer les rencontres entre artistes de différentes disciplines et tisser des fils conducteurs entre les propositions artistiques du festival. Ils veulent également provoquer de nouvelles actions avec les partenaires privilégiés du festival. Plusieurs rencontres auront lieu entre l’équipe du festival et le Conseil d’Administration de la SACD qui amèneront à faire évoluer la formule "Le Vif du Sujet". Cette dernière devient "SujetS à Vif" en 2008. Elle s'intensifie et passe à 8 spectacles, mélangeant tous les genres pour que puissent travailler ensemble dans ce laboratoire du festival des metteurs en scène, comédiens, danseurs, chorégraphes, musiciens, artistes du cirque… Deux autres manifestations accompagnent aujourd'hui "SujetS à Vif" : "Voix d'Auteurs" et "Les rendez-vous du Conservatoire d'Avignon".

● "SujetS à Vif" : 8 spectacles, du 8 au 25 juillet à 11 h et 18 h.
Ils auront lieu au Jardin de la Vierge du lycée Saint-Joseph (coproduction SACD/Festival d’Avignon).
Les "SujetS à Vif" proposent des rencontres imprévues au Jardin de la Vierge entre interprétations et écritures. Des rapprochements, provoqués, préparés, rêvés, entre des interprètes et des auteurs.
8 commandes, qui sont autant de créations, ont été faites à David Lescot, Bouchra Ouizguen, Guy Régis Jr, Eduard Gabia (du 8 au 14 juillet), Julie Nioche, Pedro Pauwels, Jacques Bonnaffé, Qudus Onikeku (du 19 au 25 juillet).

● "Voix d’Auteurs" : le 11 juillet de 20 h à 21 h 30.
Se déroulant au Musée Calvet (en DIRECT ©), cette soirée est consacrée à des textes inédits et lus par les auteures.
Il s'agira de Majorette, de et lu par Mireille Roussel ; plus un texte inédit de Michèle Guigon qu'elle accompagnera à l’accordéon. En coproduction avec France Culture.

● Les Rendez-Vous du Conservatoire d'Avignon, du 11 au 22 juillet.
Ceux-ci seront composés des Master-Classes de Ludovic Lagarde (19 juillet) et de Jacques Bonnaffé (21 juillet), de rencontres avec Arthur Nauzyciel (13 juillet ), Françoise et Dominique Dupuy (15 juillet), David Guenoun et Tony Negri en collaboration avec France Culture (22 juillet).
Des débats sont également prévus : autour des dramaturgies croisées franco-britanniques avec David Lescot et Linda McLean (en partenariat avec le British Council), le 11 juillet ; des 30 ans des Éditions Théâtrales avec Xavier Durringer et l’œuvre de Denise Bonal (12 juillet) ; de la dramaturgie francophone avec le Tarmac (15 juillet) et des auteurs belges (15 juillet) ; avec les EAT : "Du neuf", présentation d’extraits de textes de 30 auteurs (16 juillet), dans le cadre des 100 ans de Gallimard ; débat autour de la théorie et pratique du théâtre contemporain (18 juillet).

● Village du Off, le 16 juillet.
De midi à minuit, la SACD s’installera sous le chapiteau du Off pour dialoguer avec les auteurs, compagnies, producteurs et tous les passionnés de théâtre… La journée se terminera par un bal littéraire à partir de 20 h.

En plus de ces points forts, d'autres évènements seront mis en place au Musée Calvet (en collaboration avec France Culture) dont une soirée autour de Yasmina Réza le 15 juillet, de 20 h à 22 h, un Hommage à Françoise et Dominique Dupuy (15 juillet en soirée), un Hommage à Philippe Avron le 19 juillet avec la diffusion de son texte Montaigne, Shakespeare, mon père et moi et remise du Prix SACD/Philippe Avron à un spectacle du Off.

La SACD sera également présente chaque jour sur arte, live.tv avec les Coups de Cœur du Off des étudiants du Conservatoire et les vidéomatons des compagnies.

*Légende : "Proposition d’un jour d’été", une commande "SujetS à Vif" faite à Ariane Ascaride et programmée du 19 au 25 juillet 2010 à 11 h.
Auteur : Marie Desplechin.
Gestes et mouvements : Thierry Thieû Niang.
Interprète : Ariane Ascaride.

Gil Chauveau
Lundi 30 Mai 2011

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives


Brèves & Com


Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.







À découvrir

Bernard Adamus "C'qui nous reste du Texas"… Blues et beau

Pour son quatrième album, Bernard Adamus, avec son style blues très marqué, fricote avec le rock pour nous mener vers le grand nord sur des chansons qui se nourrissent de différents tempos aux paroles truculentes.

Bernard Adamus
Bernard Adamus, d'origine polonaise, a débarqué à ses trois ans au Québec. Depuis maintenant plus de dix ans, il trace une ligne artistique saluée par la critique avec ses albums "Brun" (2009), "No2" (2012) et "Sorel soviet so what" (2015). Du premier jusqu'au dernier LP, "C'qui nous reste du Texas", la qualité est toujours chevillée aux accords.

Avec ses dix titres, cet opus a une allure toujours foncièrement blues aux relents parfois rock. L'artiste a laissé très majoritairement son harmonica dans son étui. Sa voix, caractéristique, traînante, presque criarde, est utilisée comme effet multiplicateur de ses émotions.

Les chœurs sont discrets bien que parfois appuyés comme pour "Chipotle". Certaines compositions telle que "L'erreur" excelle dans un blues avec la contrebasse de Simon Pagé très présente, accompagnée de quelques notes de piano pour rendre un son plus clair quand celui-ci est, à dessein, légèrement étouffé par des percussions. La voix monte haut perchée au refrain où claironne un saxophone donnant un tournis musical, tel le reflet d'un état d'âme où la tristesse se berce d'incompréhension. C'est dans ces cassures de rythme que se mêlent d'autres éléments musicaux et vocaux donnant une tessiture aboutie. Le début d'une chanson peut ainsi être décharné à dessein comme celui d'un désert, d'un seul à seul avec l'artiste.

Safidin Alouache
05/05/2020
Spectacle à la Une

"I Fratelli Lehman" par la Cie Tom Corradini Teatro de Turin

Captation intégrale Ce spectacle sans paroles (ou très peu) - mais pas sans bruitages ! - devait être présenté au Théâtre Ambigu durant le festival Off d'Avignon cet été. Du fait de l'annulation, la compagnie italienne Tom Corradini Teatro de Turin vous invite à visionner cette pièce burlesque sur l'argent, la cupidité et l'amour raconté avec le langage du clown, sans interaction verbale, adapté à un public de tous âges et de toutes nationalités.

Comédie visuelle et physique interprété par deux talentueux clowns turinois (Tom Corradini et Michele Di Dedda), "I Fratelli Lehman" (The Lehman Brothers) raconte l'histoire d'un couple de banquiers et de financiers dont les capacités et les compétences les ont rendus célèbres et respectés dans tout le monde.

Apparemment, ils ont tout, des voitures rapides, de beaux secrétaires, des bureaux luxueux, un style de vie somptueux. Cependant, un jour leur fortune est anéantie en quelques minutes après un plongeon désastreux du marché boursier. Des richesses à la misère, ils doivent maintenant transformer leur échec en opportunité et gravir de nouveau la montagne du succès.

Gil Chauveau
21/04/2020
Sortie à la Une

Soigne le monde "Heal The World" de Michael Jackson par les Franglaises

Les Franglaises vous souhaitent encore et toujours un joyeux confinement en vous offrant une reprise franglisée de "Heal The World" de Michael Jackson ou "Soigne Le Monde" de Michel Fils de Jacques. Bonne écoute !

Soigne le monde
"Même confinés, les Franglaises récidivent en traduisant littéralement le très à-propos "Heal the World" de Michael Jackson : "Soigne le Monde". Enregistré et réalisé 100 % en confinement, les trente-cinq membres de la troupe donnent de la voix pour "faire de ce monde une meilleure place". "Enjoy… Euh, appréciez !"

Les Franglaises… le spectacle
Comédie musicale à la façon d'un "opéra pop" à l'américaine, le spectacle propose de traduire les plus grands succès du répertoire anglophone… histoire de vérifier, à travers un "test-aveugle", la pertinence de ces grands tubes mondiaux, des Scarabées à Reine, en passant par Michel Fils-de-Jacques et les Filles Épices… et bien plus encore…
Se prenant les pieds dans les incohérences des traductions littérales au premier degré à la manière de "google-trad", et emportés par la fiction de ces pièces musicales, les interprètes offrent une tournure explosive au spectacle qui vire au cabaret fou version Monty Python !
Durée : 1 h 45

Gil Chauveau
31/03/2020