La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Théâtre

"La Pepa"… ou la fabuleuse histoire espagnole du Flamenco !

"La Pepa", Théâtre des Champs-Élysées, Paris

Théâtre, Art et Danse se donnent la répartie dans le spectacle de Sara Baras où elle déploie une maestria de toute beauté. Guarija, Farruca, Buleria, Alegria, autant de danses aux rythmes différents et qui donnent au spectacle un aperçu de la richesse du Flamenco.



© DR.
© DR.
Lumière tamisée sur scène où apparaît en mouvement dans une diagonale scénique un groupe de danseurs/danseuses drapé tel des fées ou des combattants ailés. Le rythme est donné. La théâtralité et la danse se parent de ses plus beaux atours.

Le Flamenco, sous sa forme actuelle, est né au XIXe siècle entre Cadix et Séville et la trame du spectacle est l’histoire de l’Espagne avec le bicentenaire de la première constitution espagnole promulguée à Cadix, le 19 mars 1812, le jour de la Saint-Joseph. Pepa est le féminin de Pepe, diminutif de José.

Huit tableaux composent le spectacle autour de danses telles que le Martinete, la Guajira, le Fandango, le Tanguillo, l’Alegria ou encore la Farruca. Toutes ces danses sont en 12 temps à l’exception du Farruca qui est en 4 temps. La Farruca, danse "masculine" qu’Antonio Gades affectionnait, est remise au goût du jour par Sara Baras avec, comme danseur son mari, José Serrano. Le rythme du Farruca est lent.

© DR.
© DR.
José Serrano, superbe d’élégance et de technique, laisse son corps bien planté au sol dans des déplacements tout en retenue, déployant ses bras pour créer un décalage rythmique avec les taconeos (crépitements des talons), à la fois très rapides et ponctués parfois d’arrêts.

Chaque danse de Flamenco est aussi un chant qui est lié soit à une région, soit à un métier. Dans le cas du Martinete, dont le compas (rythme) ressemble à celui d’un forgeron avec son enclume, c’est un 12 temps en 3*2 temps et 2*3 temps à l’inverse de l’Alegria ou de la Buleria, danses joyeuses et rythmées.

Tous les tableaux sont de véritables bijoux artistiques où la beauté et les lumières donnent une chaleur et une atmosphère qui "enveloppent" les danses.

© DR.
© DR.
Sara Baras, figure emblématique du Flamenco, est superbe de grâce, de technique et de force. Le style de Baras est très marqué par ses cambrures et ces braceos (jeux de bras), braceos à la fois tendus et légèrement courbes pour finir harmonieusement aux poignets avec le buste toujours droit. Force à la fois féline et sensuelle, le regard mordant, fixe, presque dur et souvent lointain, c’est toute une thématique des attitudes et du corps que Sara Baras maîtrise. Son jeu, au-delà d’une technicité sans égal, est à la fois fait de panache et de grâce.

Ses taconeos, très rapides, sont tout en déplacement. Leurs crépitements sur le sol évoluent en rythme et en vitesse. Les taconeos sont à l’œuvre quand le buste reste de marbre.

Tout est de haute tenue et de grande qualité. Bref… c’est superbe !

"La Pepa"

© DR.
© DR.
Sara Baras Ballet Flamenco
Livret et direction artistique : Sara Baras.
Chorégraphie : Sara Baras, en collaboration avec José Serrano.
Scénographie : Ras Artesanos, Sara Baras.
Costumes : Torres-Cosano.
Lumières : Oscar Marchena, José Luis Alegre, Sara Baras.
Avec : Sara Baras (La Pepa) et José Serrano (Danseur invité).
Danseurs : Carmen Camacho, Charo Pedraja, Cristina Aldon, Isabel Ramirez, Macarena Rodriguez, Maria Jesus Garcia, Natalia Lopez, Tamara Macias, Alejandro Rodriguez, Daniel Saltares, David Martin, Manuel Ramirez, Raul Fernandez.

© DR.
© DR.
Sara Baras Grupo Flamenco
Directeur musical : Keko Baldomero.
Musiciens : Keko Baldomero, Miguel Iglesias (guitares), Antonio Suarez, Manuel Munoz “Pajaro” (percussions).
Chanteurs : Saul Quiros, Emilio Florido, Miguel Rosendo.
Collaboration spéciale : Ara Malikian, quatuor à cordes Aupaquartet.
Durée : 1 h 50.

Du 21 décembre 2012 au 8 janvier 2013.
Du mercredi au dimanche à 20 h, dimanche 6 janvier (séance supplémentaire) à 17 h et mardi 8 janvier à 20 h.
Théâtre des Champs-Élysées, Paris 8e, 01 49 52 50 50.
>> www.theatrechampselysees.fr

Safidine Alouache
Mercredi 2 Janvier 2013

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives | Avignon 2021


Brèves & Com


Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.








Vidéos les plus récentes



À découvrir

•Off 2021• Le Souffleur Dans l'ombre de la création du Cyrano d'Edmond Rostand

Le 28 décembre 1897, au Théâtre de la Porte Saint-Martin, a lieu la première représentation du "Cyrano de Bergerac" d'Edmond Rostand avec, dans le rôle-titre, le grand comédien de l'époque : Benoît Constant Coquelin. Depuis, cette pièce est l'une des plus célèbres du répertoire du théâtre français. Cyrano, Roxane sont devenus des personnages de légende, des héros, des joyeux fantômes de l'inconscient collectif. C'est l'apport qu'a eu ce texte dans la symbolique de la bravoure, de la passion, de l'abnégation. Un amour impossible de plus.

© Compagnia dell'Edulis.
Pourtant, il manque un héros à cette liste issue de cette première représentation. Il y manque un fantôme, un tout petit fantôme, mais un fantôme protecteur qui était, lui aussi, au plateau ce 28 décembre 1897. Oublié. C'est un peu normal puisque Edmond Rostand n'a pas écrit un vers pour lui. Et pourtant, lui seul dans toute la distribution avait lu, mis en bouche, voire appris, les répliques de tous les personnages de la pièce et, en particulier, celle de l'Auguste Coquelin. Il s'appelait Ildebrando Biribo'. Il était ce soir-là dans le trou en avant-scène, invisible des spectateurs, le manuscrit devant lui, le trou du souffleur.

Et c'était sa dernière performance. Coquelin, avant le début de la représentation, lui annonce qu'il n'aurait plus besoin de lui pour les suivantes. La représentation se déroule. Ildebrando Biribo' fait son office. La pièce se termine. Les acteurs quittent la scène sous les ovations. C'est un triomphe. Ils sortent de scène. Le public quitte la salle. Et l'on retrouve le souffleur mort dans son trou.

Bruno Fougniès
20/07/2021
Spectacle à la Une

•Off 2021• Sales Gosses Une approche vertigineuse et bouleversante de la maltraitance à l'école

Harcèlement, maltraitance ponctuelle ou récurrente… à l'école, à la maison, au travail, comment le traiter sur scène, comment prendre ou pas position ? Ici d'ailleurs, pas de prise de position, mais une exposition des faits, du déroulé des événements, en une manière de monologue où la comédienne Claire Cahen habite tous les personnages principaux, offrant l'accès au public à différentes appréciations du drame - victime, tyran, prof, mère - menant à une mise en perspective vertigineuse !

© Théâtre du Centaure.
Pour l'écriture de "Sales gosses", Mihaela Michailov s’est inspirée de faits réels. Une enseignante ligota une élève dans sa salle de classe, les mains derrière le dos, suite à son manque d'attention pour la leçon sur la démocratie qu'elle était en train de donner. Elle exposera ainsi l'enfant saucissonnée en exemple. Les "camarades" de cette petite-fille de onze ans, pendant la récréation, la torturons à leur tour. Elle sera retrouvée sauvagement mutilée… attachée dans les toilettes…

Dans une mise en scène que l'on perçoit nerveuse et précise, millimétrée, visant à l'efficacité, les choix de Fábio Godinho font être immédiatement lisible, mettant en quasi-training sportif la comédienne Claire Cahen et son partenaire musicien chanteur Jorge De Moura qui assure avec énergie (et talent) les multiples interventions instrumentales et/ou vocales. Metteur en scène, mais également performeur, Fábio Godinho joue clairement la carte de l'école "théâtre de la violence", de l'arène/stade où la victime est huée, vilipendée par la foule, cherchant à exprimer la performance telle que demandée sur un ring de boxe. Claire Cahen et Jorge De Moura sont à la hauteur jouant en contre ou en soutien avec le troisième acteur qu'est le décor !

Gil Chauveau
19/07/2021
Spectacle à la Une

● Avignon Off 2021 ● Acquittez-la ! par Pierrette Dupoyet

Alexandra L., femme battue depuis des années par son mari, finit par l'assassiner. Elle est passible de 20 ans de prison… Toutefois, le réquisitoire de l'Avocat Général va surprendre tout le monde…

Pierrette Dupoyet dans un précédent spectacle
Ce récit nous plonge dans la spirale que vivent des milliers de femmes violentées qui, bâillonnées par la peur, se murent dans le silence… Quand le drame éclate au grand jour, les questions pleuvent : "pourquoi n'as-tu pas quitté ton bourreau avant ? Pourquoi n'en as-tu parlé à personne ?". Questions faciles à poser, mais les réponses sont difficiles à trouver…
Et si tout commençait à la première gifle ?

Depuis 37 ans, Pierrette Dupoyet crée tous ses spectacles au Festival d'Avignon, avant d'aller les interpréter dans le monde entier (70 pays à son actif).
"Hallucinante" Nouvel Obs.
"Saisissante !" Télérama.
"Une présence" Le Monde.
"Exceptionnelle !" France-Soir.
"Une défricheuse qui ne sait vivre que dans le risque"

Création de Pierrette Dupoyet.
Auteur, interprète, metteur en scène : Pierrette Dupoyet.
Durée : 1 h 15.

● Avignon Off 2021 ●
Du 7 au 31 Juillet 2021.
Tous les jours à 11 h 50 .
Théâtre Buffon, 18, rue Buffon, Avignon.
Réservations: 04 90 27 36 89.

>> pierrette-dupoyet.com
>> theatre-buffon.fr

Annonce
31/05/2021