La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Théâtre

"La Part des Anges" Le passé recomposé, ce temps suspendu entre mort et renaissance

Que reste-t-il en nous de notre passé lorsque nos vies minuscules s'emploient à la recherche du temps perdu dont nous sommes héritiers ? Traces mnésiques aussi vivaces que recomposées par un présent en quête de vérités, bribes de ce qui n'est plus, n'a peut-être jamais été, s'invitent pour trouer le présent de la représentation. Ainsi prend naissance un fantastique dialogue in vivo, porté par des comédiennes-marionnettistes et leurs sculptures articulées créant ce troublant sentiment d'inquiétante étrangeté, endroit unique où le vivant et l'inanimé échangent à l'envi leur place. Fascinant.



© Pierre Planchenault.
© Pierre Planchenault.
Pour sa troisième création, le laboratoire - c'en est un - marionnettiste d'Aurore Cailleret et Lolita Barozzi (Cie Le Liquidambar) réalise une performance sans égal. Si "Des paniers pour les Sourds" en 2019 avait été une révélation, "La Part des Anges" est une consécration de leur talent créatif, de leur infinie finesse pour appréhender le monde des vivants (et celui des morts), le tout soutenu par une exigence de tous les instants. Le travail en amont, écriture ciselée, modelage de fragments de sculptures "décomposées" (écho subliminal des sculptures expressives d'Ousmane Sow) portant en leurs plis les marques du délitement du temps, lumières sculptant des zones d'ombres et de lumières, compositions musicales suggestives, résonne comme les prémices de la belle ouvrage présentée au plateau à laquelle le nom de l'autre comédienne, Amélie Lepeytre, se doit d'être associé.

Le décès du père, eût-il été vécu comme absent, est de nature à projeter sur l'avant-scène les fragments d'une existence recouverte par les scories du temps qui passe. C'est l'expérience unique à laquelle nous convie Nora, revenue à cette occasion dans l'atelier paternel libéré de l'interdit d'en franchir la porte. Un lieu peuplé désormais des seules sculptures d'un homme effroyablement distant, ayant manqué à ses devoirs élémentaires de père et, surtout, lui ayant manqué à elle, petite fille désireuse d'exister au travers d'un regard étayant.

© Pierre Planchenault.
© Pierre Planchenault.
Dès lors, seulement interrompue par les sonneries du téléphone d'une voisine s'immisçant dans le présent tel un vautour flairant la mort à l'œuvre, Nora va entretenir avec les énigmatiques sculptures - réalisées en papier collé recouvert d'une teinte d'argile - un dialogue halluciné convoquant tous les sentiments enfouis. La fantasmagorie des personnages de son univers enfantin prend littéralement vie sous l'effet des marionnettes articulées, fragmentées, elles aussi, comme les souvenirs dont elles sont porteuses. Manipulées avec une infinie délicatesse millimétrée, nimbées dans des halos de lumière, les sculptures "prendront la parole" pour donner voix aux disparus.

En premier lieu, ce haut d'un corps, représentant d'un père privé de tête (décapitée ?) auquel elle a toutes raisons d'en vouloir, lui qui a menacé d'effritements son existence abandonnée. Elle lui vomira salutairement "à la figure" ce qui lui a pesé si longtemps sur le cœur. Derrière sa fureur présente de jeune femme, se lit l'immense désarroi de n'avoir pu l'aimer, elle petite fille, faute de l'avoir été.

Mais aussi des personnes qui ont compté pour elle. Sa grand-mère l'ayant élevée, représentée par une sculpture rabougrie sortie tout droit des contes de son enfance, lui racontant des histoires merveilleusement effrayantes avant qu'elle ne s'endorme. Sa tante campée sur "ses pieds d'argile", lui apprenant à nager, se substituant à son frère défaillant - le père de Nora - pour veiller à ce que la mère morte prématurément puisse être enterrée dignement. Autant d'adultes bienveillants dont les sculptures vont venir tour à tour réifier l'absence. Quant à Nora, jouant tendrement avec sa fragile sculpture, il lui sera aussi permis de renouer ses doigts autour des siens petits.

© Pierre Planchenault.
© Pierre Planchenault.
Et comme pour amplifier ces voix d'outre-tombe ressuscitées par la grâce des sculptures marionnettes, l'une d'entre elles (la seule "réaliste"), le buste de Georges Charpak, ressemblant à s'y méprendre à l'éminent prix Nobel de physique, viendra faire entendre comment la matière peut faire résonner les voix du passé prises dans ses rets.

Pour conjurer le silence pesant de la mort du père - objet de ses vœux secrets -, la fragile héroïne entourée de ses disparus "fera feu de tout papier collé" pour échapper au marécage de spleen dans lequel inéluctablement elle s'enlisait. Accompagnée par les paroles chaleureuses de sa grand-mère mêlées à celles du chercheur nobélisé, entourée de tous ses morts auxquels il convient d'ajouter désormais la figure du père "déminé", elle adviendra à elle-même dans un tableau faire-part où l'immense besoin de consolation lié aux deuils à dépasser parle aux vivants que nous sommes. Et ce miracle n'a pu avoir lieu qu'en animant l'inanimé, le monde des sculptures-marionnettes où l'intime en ombres portées prend vie.

Vu le mercredi 15 novembre 2021 au Studio du Glob Théâtre de Bordeaux.

"La Part des Anges"

© Pierre Planchenault.
© Pierre Planchenault.
Création décembre 2021.
Texte et mise en scène : Aurore Cailleret.
Avec : Lolita Barozzi, Aurore Cailleret, Amélie Lepeytre.
Fabrication des marionnettes : Lolita Barozzi et Arnaud Louski Pane.
Scénographie : Cécile Léna.
Création lumière : Yannick Anché.
Création sonore : Julien Lafosse.
Construction scénographique : Marc Valladon.
Cie Le Liquidambar.
Durée : 1 h 10.

A été représenté du 9 au 10 et du 14 au 16 novembre 2021 au Glob Théâtre.

Tournée
8 février 2022 : Festival Méli-Mélo, Canéjan/Cestas (33).
11 mars 2022 : Pôle culturel L'Ekla, Le Teich (33).
15 mars 2022 : Festival MARTO, Théâtre Jean Arp, Clamart (92).
17 mars 2022 : Le Dôme, Talence (33).

Yves Kafka
Mercredi 22 Décembre 2021

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives | Avignon 2021




Partenariat



À découvrir

"Underground" Éloge du risque amoureux

L'amour comme les angelots n'a pas de sexe. Même les amours les plus charnels, les plus dévastateurs, les plus profonds, les plus troublants. Oui, c'est étrange d'énoncer cela. Mais c'est ici le propos central d'"Underground". Underground, le métro en anglais, et plus symboliquement ici, telle l'image des entrailles sinueuses et enfouies de l'être intime, là où dorment les désirs cachés, indiscrets, inavouables, mais surtout les désirs inconnus et les peurs.

"Underground" explore cette faille des êtres humains, que l'ordre établi, la conscience et la puissance de l'éducation morale dissimulent pour que les normes sociales dominent. La jeune femme, interprétée avec une sensibilité troublante par Clémentine Bernard, seule sur scène, semble pourtant extrêmement classique, anodine, assise dans sa rame de métro. Mais c'est son discours intérieur qu'elle nous partage alors, une voix grâce à laquelle elle va nous emporter vers l'histoire qui l'attend et l'émotion qui va faire résonner son corps, de sa peau jusqu'au plus profond de son être.

Le début du texte la saisit au moment de sa rupture avec l'homme convenable et convenu que la vie lui destinait. Une vie normale, faite de projets d'enfants et de vacances, faite d'un quotidien bien balisé, d'un ordinaire applaudi par tous : familles, amis, rencontres. Une ouverture qui semble comme le début d'un exil obligé. Elle a perdu ce conventionnel qui l'habillait comme une armure. Elle est égarée dans ce métro comme dans un dédale sans issue.

Bruno Fougniès
11/01/2022
Spectacle à la Une

Piquer en plein cœur au théâtre La Flèche, Paris, Jeudi 6 Janvier, 21 heures…

Comment démarrer cette chronique ? Par une citation ? "Un seul être vous manque et tout est dépeuplé", Lamartine. Oui ! Qu'en dirait Laurent Orry ?

© Fabien Montes.
Ah ! Oui. Laurent Orry, c'est l'acteur impeccable vêtu d'un vieux manteau usé et poussiéreux qui, pendant 1 h 15, déploie toute sa force, son énergie mais surtout sa palette d'émotions au service de ce délicieux texte écrit par Alessandro Baricco : "Novecento".

Il interprète Tim Tooney, trompettiste, qui pendant plusieurs années jouera aux côtés de son grand ami Novecento, pianiste génial et hallucinant dont les notes dépasseront même l'océan !

Novecento est donc le héros. C'est dans un carton à chaussures déposé sur le piano de la salle de bal d'un paquebot que Novecento commence sa vie, recueilli par un homme d'équipage… et c'est là que démarre l'histoire.

Et ! Quand Novencento rencontre Tim Tooney, comme une tempête en pleine mer, la secousse est grande, les oreilles agitées et le regard fixe pour ne rien manquer de ce spectacle de vague… à l'âme…

Si ! Car le cœur de Tim Tooney est lourd de peine quand il repense à son ami disparu qui jamais n'avait de son vécu touché la terre ferme. Novecento, sa vie, c'était le paquebot, la mer, les visages des voyageurs entre l'Europe et l'Amérique qui l'inspiraient et ont fait de lui un virtuose mais aussi un homme perdu au milieu de l'océan qui n'a jamais su d'où il venait, qui il était et, de la terre ferme, en a développé une vraie névrose.

Isabelle Lauriou
10/01/2022
Spectacle à la Une

"Fragments" d'Hannah Arendt Du 5 au 8 février 2022 à l'Espace Rachi

Bérengère Warluzel et Charles Berling nous invitent, à travers les mots d'Hannah Arendt, à aimer cette faculté inhérente à la nature humaine : penser. Non, penser n'est pas réservé à une élite, bien au contraire. Penser peut être une aventure joyeuse pour chacun, en plus d'être une jubilation et un enthousiasme qui se partagent.

© Vincent Berenger/Châteauvallon-Liberté - Scène Nationale.
"L'essentiel pour moi, c'est de comprendre : je dois comprendre", dit Hannah Arendt. Au fil de ses textes philosophiques et politiques, mais aussi, et c'est moins connu, ses escapades poétiques, Hannah Arendt a construit une œuvre singulière et inclassable. Bérengère Warluzel y a plongé, en a choisi ces Fragments qui résonnent particulièrement aujourd'hui.

Une table, des chaises, les notes d'un piano… ce n'est pas une biographie, mais un parcours ludique, une traversée partagée et qui ouvre l'accès à la liberté de penser pour soi-même autant qu'à une volonté de comprendre en tant que citoyen et citoyenne dans le monde que nous habitons.

Celle qui voulait avant tout "penser sans entraves" s'adresse à nous et nous invite à penser avec elle.

"La pensée (…), conçue comme un besoin naturel de la vie (…) n'est pas la prérogative d'une minorité, mais une faculté constamment présente en chacun de nous."
François Rodinson.

Annonce
14/01/2022