La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Théâtre

"La Part des Anges" Le passé recomposé, ce temps suspendu entre mort et renaissance

Que reste-t-il en nous de notre passé lorsque nos vies minuscules s'emploient à la recherche du temps perdu dont nous sommes héritiers ? Traces mnésiques aussi vivaces que recomposées par un présent en quête de vérités, bribes de ce qui n'est plus, n'a peut-être jamais été, s'invitent pour trouer le présent de la représentation. Ainsi prend naissance un fantastique dialogue in vivo, porté par des comédiennes-marionnettistes et leurs sculptures articulées créant ce troublant sentiment d'inquiétante étrangeté, endroit unique où le vivant et l'inanimé échangent à l'envi leur place. Fascinant.



© Pierre Planchenault.
© Pierre Planchenault.
Pour sa troisième création, le laboratoire - c'en est un - marionnettiste d'Aurore Cailleret et Lolita Barozzi (Cie Le Liquidambar) réalise une performance sans égal. Si "Des paniers pour les Sourds" en 2019 avait été une révélation, "La Part des Anges" est une consécration de leur talent créatif, de leur infinie finesse pour appréhender le monde des vivants (et celui des morts), le tout soutenu par une exigence de tous les instants. Le travail en amont, écriture ciselée, modelage de fragments de sculptures "décomposées" (écho subliminal des sculptures expressives d'Ousmane Sow) portant en leurs plis les marques du délitement du temps, lumières sculptant des zones d'ombres et de lumières, compositions musicales suggestives, résonne comme les prémices de la belle ouvrage présentée au plateau à laquelle le nom de l'autre comédienne, Amélie Lepeytre, se doit d'être associé.

Le décès du père, eût-il été vécu comme absent, est de nature à projeter sur l'avant-scène les fragments d'une existence recouverte par les scories du temps qui passe. C'est l'expérience unique à laquelle nous convie Nora, revenue à cette occasion dans l'atelier paternel libéré de l'interdit d'en franchir la porte. Un lieu peuplé désormais des seules sculptures d'un homme effroyablement distant, ayant manqué à ses devoirs élémentaires de père et, surtout, lui ayant manqué à elle, petite fille désireuse d'exister au travers d'un regard étayant.

© Pierre Planchenault.
© Pierre Planchenault.
Dès lors, seulement interrompue par les sonneries du téléphone d'une voisine s'immisçant dans le présent tel un vautour flairant la mort à l'œuvre, Nora va entretenir avec les énigmatiques sculptures - réalisées en papier collé recouvert d'une teinte d'argile - un dialogue halluciné convoquant tous les sentiments enfouis. La fantasmagorie des personnages de son univers enfantin prend littéralement vie sous l'effet des marionnettes articulées, fragmentées, elles aussi, comme les souvenirs dont elles sont porteuses. Manipulées avec une infinie délicatesse millimétrée, nimbées dans des halos de lumière, les sculptures "prendront la parole" pour donner voix aux disparus.

En premier lieu, ce haut d'un corps, représentant d'un père privé de tête (décapitée ?) auquel elle a toutes raisons d'en vouloir, lui qui a menacé d'effritements son existence abandonnée. Elle lui vomira salutairement "à la figure" ce qui lui a pesé si longtemps sur le cœur. Derrière sa fureur présente de jeune femme, se lit l'immense désarroi de n'avoir pu l'aimer, elle petite fille, faute de l'avoir été.

Mais aussi des personnes qui ont compté pour elle. Sa grand-mère l'ayant élevée, représentée par une sculpture rabougrie sortie tout droit des contes de son enfance, lui racontant des histoires merveilleusement effrayantes avant qu'elle ne s'endorme. Sa tante campée sur "ses pieds d'argile", lui apprenant à nager, se substituant à son frère défaillant - le père de Nora - pour veiller à ce que la mère morte prématurément puisse être enterrée dignement. Autant d'adultes bienveillants dont les sculptures vont venir tour à tour réifier l'absence. Quant à Nora, jouant tendrement avec sa fragile sculpture, il lui sera aussi permis de renouer ses doigts autour des siens petits.

© Pierre Planchenault.
© Pierre Planchenault.
Et comme pour amplifier ces voix d'outre-tombe ressuscitées par la grâce des sculptures marionnettes, l'une d'entre elles (la seule "réaliste"), le buste de Georges Charpak, ressemblant à s'y méprendre à l'éminent prix Nobel de physique, viendra faire entendre comment la matière peut faire résonner les voix du passé prises dans ses rets.

Pour conjurer le silence pesant de la mort du père - objet de ses vœux secrets -, la fragile héroïne entourée de ses disparus "fera feu de tout papier collé" pour échapper au marécage de spleen dans lequel inéluctablement elle s'enlisait. Accompagnée par les paroles chaleureuses de sa grand-mère mêlées à celles du chercheur nobélisé, entourée de tous ses morts auxquels il convient d'ajouter désormais la figure du père "déminé", elle adviendra à elle-même dans un tableau faire-part où l'immense besoin de consolation lié aux deuils à dépasser parle aux vivants que nous sommes. Et ce miracle n'a pu avoir lieu qu'en animant l'inanimé, le monde des sculptures-marionnettes où l'intime en ombres portées prend vie.

Vu le mercredi 15 novembre 2021 au Studio du Glob Théâtre de Bordeaux.

"La Part des Anges"

© Pierre Planchenault.
© Pierre Planchenault.
Création décembre 2021.
Texte et mise en scène : Aurore Cailleret.
Avec : Lolita Barozzi, Aurore Cailleret, Amélie Lepeytre.
Fabrication des marionnettes : Lolita Barozzi et Arnaud Louski Pane.
Scénographie : Cécile Léna.
Création lumière : Yannick Anché.
Création sonore : Julien Lafosse.
Construction scénographique : Marc Valladon.
Cie Le Liquidambar.
Durée : 1 h 10.

A été représenté du 9 au 10 et du 14 au 16 novembre 2021 au Glob Théâtre.

Tournée
8 février 2022 : Festival Méli-Mélo, Canéjan/Cestas (33).
11 mars 2022 : Pôle culturel L'Ekla, Le Teich (33).
15 mars 2022 : Festival MARTO, Théâtre Jean Arp, Clamart (92).
17 mars 2022 : Le Dôme, Talence (33).

Yves Kafka
Mercredi 22 Décembre 2021

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives | Avignon 2021 | Avignon 2022


Brèves & Com



Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.






À découvrir

"Salle des Fêtes" Des territoires aux terroirs, Baptiste Amann arpente la nature humaine

Après le choc de sa trilogie "Des Territoires", dont les trois volets furent présentés en un seul bloc de sept heures à Avignon lors du Festival In de 2021, le metteur en scène se tourne vers un autre habitat. Abandonnant le pavillon de banlieue où vivait la fratrie de ses créations précédentes, il dirige sa recherche d'humanités dans une salle des fêtes, lieu protéiforme où se retrouvent les habitants d'un village. Toujours convaincu que seul ce qui fait communauté peut servir de viatique à la traversée de l'existence.

© Pierre Planchenault.
Si, dans "La vie mode d'emploi", Georges Perec avait imaginé l'existence des habitants d'un bâtiment haussmannien dont il aurait retiré la façade à un instant T, Baptiste Amann nous immerge dans la réalité auto-fictionnelle d'une communauté villageoise réunie à l'occasion de quatre événements rythmant les quatre saisons d'une année. Au fil de ces rendez-vous, ce sont les aspirations de chacun qui se confrontent à la réalité - la leur et celle des autres - révélant, au sens argentique d'une pellicule que l'on développe, des aspérités insoupçonnées.

Tout commence à l'automne avec l'exaltation d'un couple de jeunes femmes s'établissant à la campagne. Avec le montant de la vente de l'appartement parisien de l'une d'elles, écrivaine - appartement acquis grâce au roman relatant la maladie psychiatrique du frère qui les accompagne dans leur transhumance rurale -, elles viennent de s'installer dans une usine désaffectée flanquée de ses anciennes écluses toujours en service. Organisée par le jeune maire survient la réunion du conseil consultatif concernant la loi engagement et proximité, l'occasion de faire connaissance avec leur nouvelle communauté.

Yves Kafka
17/10/2022
Spectacle à la Une

"Play/replay" The Rat Pack Compagnie fait son cirque… et son cinéma... Action !

Après le succès mondial de "Speakeasy", la compagnie circassienne The Rat Pack est de retour avec une création intitulée "Play/Replay". Explorant précédemment le genre "films de gangsters" au cœur d'un bar clandestin - que l'on appelait, au temps de la prohibition, un "speakeasy" -, nous les découvrons pour ce nouveau spectacle sur un plateau en plein tournage d'une scène caractéristique des "films d'action", le cambriolage d'un objet précieux. On retrouve donc avec plaisir ce qui fait aujourd'hui leur marque de fabrique… un cocktail explosif mêlant acrobatie, musique et cinéma… plus, cette fois-ci, l'humour décalé de Jos Houben !

© Zenzel.
Imaginez un joyau convoité, un œuf précieux - façon œuf de Fabergé - protégé par des faisceaux verts que l'on perçoit bien dans une nuit noire et volontairement enfumée. Quoi de mieux pour exercer ses talents d'acrobate que le franchissement subtilement chorégraphié de ceux-ci. Ainsi débute "Play/Replay" avec cette scène ô combien classique digne d'un "Mission Impossible", d'un Ocean's Twelve (référence directe à l'œuf) ou d'un James Bond... Et la magie opère. Les six artistes de The Rat Pack - usant souvent du jeu d'ombres chinoises et de ses effets de mystères en "noir et blanc" - déploient humour et créativité pour se jouer des codes de ce genre cinématographique et les détourner avec espièglerie et autodérision.

Au fil des séquences - certaines reproduisant des cascades ou des défis réputés impossibles, improbables ou nécessitants de judicieux trucages -, ils réalisent des numéros s'enchaînant avec fluidité, sans temps mort, où il est fait appel à la roue Cyr, aux nombreuses déclinaisons du main à main, aux multiples variations du corps à corps, aux périlleux exercices de voltige, etc. Ainsi, culbutes, chutes, bagarres, explosions, ralentis, flashbacks, courses-poursuites - tout autant haletantes que burlesques -, attitudes figées clownesques alimentent l'histoire qui nous est contée et les coulisses qui nous sont dévoilées.

Gil Chauveau
20/12/2022
Spectacle à la Une

Dans "Nos jardins Histoire(s) de France #2", la parole elle aussi pousse, bourgeonne et donne des fruits

"Nos Jardins", ce sont les jardins ouvriers, ces petits lopins de terre que certaines communes ont commencé à mettre à disposition des administrés à la fin du XIXe siècle. Le but était de fournir ainsi aux concitoyens les plus pauvres un petit bout de terre où cultiver légumes, tubercules et fruits de manière à soulager les finances de ces ménages, mais aussi de profiter des joies de la nature. "Nos Jardins", ce sont également les jardins d'agrément que les nobles, les rois puis les bourgeois firent construire autour de leurs châteaux par des jardiniers dont certains, comme André Le Nôtre, devinrent extrêmement réputés. Ce spectacle englobe ces deux visions de la terre pour développer un débat militant, social et historique.

Photo de répétition © Cie du Double.
L'argument de la pièce raconte la prochaine destruction d'un jardin ouvrier pour implanter à sa place un centre commercial. On est ici en prise directe avec l'actualité. Il y a un an, la destruction d'une partie des jardins ouvriers d'Aubervilliers pour construire des infrastructures accueillant les JO 2024 avait soulevé la colère d'une partie des habitants et l'action de défenseurs des jardins. Le jugement de relaxe de ces derniers ne date que de quelques semaines. Un sujet brûlant donc, à l'heure où chaque mètre carré de béton à la surface du globe le prive d'une goutte de vie.

Trois personnages sont impliqués dans cette tragédie sociale : deux lycéennes et un lycéen. Les deux premières forment le noyau dur de cette résistance à la destruction, le dernier est tout dévoué au modernisme, féru de mode et sans doute de fast-food, il se moque bien des légumes qui poussent sans aucune beauté à ses yeux. L'auteur Amine Adjina met ainsi en place les germes d'un débat qui va opposer les deux camps.

Bruno Fougniès
23/12/2022