La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Théâtre

"La Lin Li La Lin" Tableau non figé et contemporain d'une manufacture et d'un savoir-faire en espérance de devenir

Ambiance de répétitions et de filage au Tissage du Ronchay ce dimanche 12 septembre, mais ce n'est pas pour la présentation d'un nouveau tissu… non ! Mais il s'agit bien d'une création, à la fois théâtrale et cinématographique… Au cœur d'une usine de tisserands, le théâtre se crée, "La Lin Li La Lin" naît de l'âme et de l'histoire des gens du Pays de Caux.



"La Lin Li La Lin" © Magali Murbach.
"La Lin Li La Lin" © Magali Murbach.
Au départ… une partie du territoire normand entre terre et mer, des savoir-faire industriels, des pratiques agricoles et la confrontation d'une quinzaine d'habitants de la région avec l'univers théâtral, celui de la Cie L'Accord Sensible (1) et de son metteur en scène François Lanel. Tout cela émergeant d'un projet original… sortant des sentiers battus, le travail de la compagnie et de son "animateur" ne s'appuyant pas sur des textes, mais se nourrissant du lieu où la création va se construire et se jouer, et des rencontres avec des acteurs, professionnels ou pas.

Le lieu investi est ici la partie la plus ancienne d'une entreprise familiale spécialisée dans le tissage de jute, de coton, de lin et autres fibres naturelles. Sise à Luneray, celle-ci fut fondée en 1845 et a représenté le "made in Normandie" pendant cinq générations. La sixième, "inespérée", se concrétise avec l'arrivée, il y a deux ans, de Marion Diarra-Lardans - dans la famille Lardans, je voudrais la fille ! - qui quitte son boulot d'enseignante pour reprendre les rênes de l'historique manufacture. Côté distribution pour le futur spectacle, et terreau des expressions visuelles et textuelles à venir, celle-ci s'édifiera sur le volontariat de jeunes et moins jeunes amateurs d'aventures inédites.

"La Lin Li La Lin" © Magali Murbach.
"La Lin Li La Lin" © Magali Murbach.
Et François Lanel dans tout ça ? Il se trouve être le meilleur ami du frère de Marion, Stéphane Lardans qui vit donc au sein de cette famille de tisserands. C'est par son intermédiaire que l'artiste prend connaissance de ce patrimoine industriel, de ces vies ouvrières - ou pas - attachées à celui-ci et d’une l’histoire agricole où le lin (2) a eu hier sa place et aimerait la reprendre ! Voilà une belle matière pouvant servir de matériau à modeler, à sculpter, à façonner… en y ajoutant l’intime, l’imaginaire et la poésie rurale des gens du cru. Un projet naissait dans l’esprit artistique et créatif de François Lanel. Celui-ci le propose à Marion nouvellement aux commandes du Tissage du Ronchay. Cette dernière adhère instantanément au projet du metteur en scène.

Le spectacle à venir - nous avons assisté au deuxième filage, encore en maturation, affinages, derniers épanouissements et floraisons en cours - va avoir pour ambition de retranscrire, exprimer la substantifique moelle de cette richesse manufacturière, toujours vivante et unique en Normandie. Celui-ci intègre dans sa narration l'architecture de l'usine et son activité spécifique… Et cette approche immersive se nourrit en même temps de l'innocence, de la générosité, de la sincérité des histoires véhiculées par les acteurs non professionnels venant de Luneray et des alentours… Mais, attention, ici il ne s’agit non pas d'un théâtre documentaire, mais plutôt d'un théâtre documenté.

"La Lin Li La Lin" © L'Accord Sensible.
"La Lin Li La Lin" © L'Accord Sensible.
Surgissent alors des proximités inattendus et des formes étranges, images fortes ou impressions floues, perruques et costumes bigarrés, personnages en filasse de lin, générant une manière de théâtre vivant et décalé… souvent esthétique, voire pictural, tableaux composés de moments figés ou empreints d'une lenteur artistique, comme un dessin instantané naît de la main d'un peintre plasticien et de l'imaginaire poétique jaillissant de ses personnages, ici des non-professionnels emplis de leurs histoires locales.

Ce qui en ressort est surréaliste, presque irréelle avec une succession de séquences fantasmagoriques où, notamment, apparaissent quelques personnages venant du lointain ventre de l'atelier où l'on devine quelques vieux métiers à tisser et leurs étranges pièces mécaniques, une preneuse de son enregistrant la pousse du lin, un ouvrier agricole expliquant ce qu'est cette plante, des individus se tirant les fils… de lin, des comédiens venant sur le devant de scène petit à petit en faisant rouler bruyamment des extincteurs démontés et vides, une chorale entamant un improbable hymne "La Lin Li La Lin", un tisserand remettant en route un métier à tisser, etc. Et, pour finir, tous déclarant "On va essayer de relancer le lin". L'aventure est en marche et sera à découvrir lors des Journées du patrimoine, bien sûr.

À noter qu'un documentaire - tourné tout au long de cette aventure, des premières improvisations et répétitions jusqu'aux représentations - est réalisé par Chantal Richard sur cette expérience exceptionnelle, riche et enthousiasmante qu'est la création "La Lin Li La Lin" au cœur des ateliers de la manufacture Tissage du Ronchay.

(1) Compagnie de théâtre implantée à Caen, créée sous l'impulsion de François Lanel.
(2) En France, la culture du lin représente une superficie d’environ 122 000 hectares, dont 60 % en Normandie. Cette surface de culture a été multipliée par 2 en 10 ans.

"La Lin Li La Lin"

"La Lin Li La Lin" © Magali Murbach.
"La Lin Li La Lin" © Magali Murbach.
Écriture et mise en scène : François Lanel.
Collaboration artistique : Agnès Serri-Fabre.
Avec des habitants de la région : Marie Asselin de Williencourt, Étienne Blondel, Corinne Boulenger, Judith Covo, Sandrine Covo-Kasprzak, Naniouma Diarra, Louis-Marie Feuillet, Valérie Fosset, Marie-Agnès Labram, Nicole Lardans, Anne-Lise Legagneux, Noémie Liard, Akio Mallet-Yamada, Emmanuel Reine.
Son : Perig Villerbu.
Costume : Magali Murbach.
Décor : Charles Léonard.
Lumière : Vincent Lemonnier.
Conseil musical : Emmanuel Olivier.

Film
Réalisation : Chantal Richard.
Collaboration artistique : Daniela de Felice.

Production : L'Accord Sensible.
Coproduction : Dieppe Scène Nationale.

Tissage du Ronchay © Thomas Desbonnets.
Tissage du Ronchay © Thomas Desbonnets.
Présentations publiques
Tissage du Ronchay, 13 rue aux loups, Luneray (76).
18 et 19 septembre 2021.
À 19 h 15, dans le cadre des Journées européennes du Patrimoine.

8 et 9 juillet 2022.
À 21 h 15, dans le cadre du Festival du Lin et de la Fibre Artistique.

Entrée libre, sur réservation auprès de Dieppe Scène Nationale.
Tél. : 02 35 82 04 43.
billetterie@dsn.asso.fr

Gil Chauveau
Jeudi 16 Septembre 2021

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives | Avignon 2021




    Aucun événement à cette date.
Vidéos les plus récentes



À découvrir

"Les femmes de la maison" L'épopée des luttes féminines sous le prisme d'une maison très spéciale

Voici la dernière pièce de Pauline Sales (écriture et mise en scène) qui a été présentée au Théâtre Paul Scarron du Mans devant un public professionnel restreint. Un privilège que d'assister à cette histoire que l'on sent chevillée au corps de sa créatrice. Il y est question de femmes artistes. Question également des femmes non artistes. Question de la liberté que les femmes ont peu à peu conquis depuis bientôt un siècle. Arrachant bribe après bribe le droit d'agir, de s'exprimer, le droit sur leur corps, leur sexualité, leurs choix. Et trouver enfin la puissance pour se détacher du diktat masculin si bien bétonné.

© Jean-Louis Fernandez.
L'histoire des "femmes de la maison" commence dans les années cinquante et se termine de nos jours. Elle va mettre en jeu une dizaine de personnages féminins sur trois périodes symboliques : les années cinquante, les années soixante-dix et 2022. Pour cela, Pauline Sales invente une maison qui sera le moyen de traverser le temps et l'espace. Cette maison est celle de Joris, un amoureux, par ailleurs cinéaste militant contre les méfaits des guerres. Il achète cette maison par amour pour une photographe, l'amour s'en va, il ne sait qu'en faire, alors il la prête à des artistes. Le hasard veut au départ que ce ne soit que des femmes - peintres, poètes, sculptrices… et cela se transforme en règle : seules des femmes artistes pourront venir un temps pour créer ici.

Première période, maison fermée entourée de bois. C'est l'après-guerre et l'artiste que Joris installe dans la maison dessine. Dessine en mode combat contre elle-même. Contre la pensée que chez elle, son mari, sa fille sont là comme une destinée de femme au foyer qu'elle refuse. Combat contre le mal que cela peut faire.

Bruno Fougniès
25/08/2021
Spectacle à la Une

"Marilyn Inside" Dévoiler Marilyn pour tenter de retrouver l'intimité secrète de Norma Jean

Qui était-elle, réellement ? Être dual, aux structures intimes complexes, celles d'une âme en quête de sérénité, de sincérité. D'un côté Marilyn, sex-symbol fabriqué par le cinéma hollywoodien des années cinquante, ou Norma Jeane, femme-enfant à la vie chaotique, ballotée entre une mère atteinte de troubles psychologiques graves et les placements dans de multiples familles d'accueil. Confrontation ou rencontre imaginaire entre ces deux fantômes, souvenirs de ces deux réalités successives, tentative de traversée du miroir, c'est ce que nous propose l'étonnant et réussi "Marylin Inside".

© Clarisse Bianco.
Incarnation féminine idéalisée jusqu'à en devenir une icône planétaire, tempête sensuelle à la robe blanche virevoltante, blonde écervelée à la jeunesse intemporelle… Elle fut tout cela tout en restant une femme mystérieuse, secrète que seules la captation de regards fugaces, la perception de fragiles coups d'œil éphémères laissaient deviner. Actrice quasi vénérée malgré ses extravagances conjugales, ses dépressions et, parfois, ses excès de consommation d'alcool et/ou de médicaments, elle était à la fois saisissante et insaisissable.

L'auteure, Céline Barcaroli, nous propose une traversée intérieure dans la dualité d'une femme publique où se confronte et se rencontre les deux faces de celle qui bouleversa à jamais la représentation cinématographique féminine - registre "blonde incendiaire" - tout en exposant involontairement, puis volontairement, ce que peuvent être les fragilités et les failles d'un être sublimé. Son propos, fondé sur du réel, nous emporte dans le fictionnel pour effleurer, parfois approcher, ce qu'ont pu être les mystères, les fêlures indicibles, les tourments naissant d'une continuelle et insatiable quête d'amour.

Gil Chauveau
01/10/2021
Spectacle à la Une

"L'âne et la carotte"… Siège de chaises !

Dans un spectacle qui mêle l'humour à la réflexion, Lucho Smit se livre à une série de numéros circassiens où, autour d'un récit, l'artiste raconte ses doutes, sa vision du monde et celle du cirque.

© František Ortmann - Letní Letná.
L'un des nombreux attraits du nouveau cirque, nommé aussi cirque contemporain, est sa capacité à surprendre et à faire découvrir aux spectateurs des arts de la scène aussi différents que du théâtre, de la chanson et/ou de la musique en plus des acrobaties. Le décor est aussi très important. Dans "L'âne & la carotte", le plateau découvre une colonne de chaises, ce dernier élément étant la matrice même de la scénographie. Ionesco aurait pu se retrouver dans celle-ci où leur amoncellement tient lieu d'œuvres de construction.

Lucho Smit tient l'équilibre pour un art, mais aussi pour une compagne du déséquilibre, les deux sont sœurs d'armes à chaque instant dans sa création. Cela démarre en trombe dans une course sur des chaises où celles-ci s'écroulent bien que l'artiste finisse assis sur la dernière de la rangée. Ce pourrait être le résumé de la représentation. Tout est en équilibre au travers des déséquilibres et s'il ne devait en restait qu'un, ce serait une et elle aurait quatre pieds et un dossier.

La voix off de Lucho Smit accompagne le spectacle pour raconter ses états d'âme, sa vision du monde et du cirque. On peut aimer cette narration comme en être agacé. J'ai eu les deux sentiments, agacé au début puis intéressé par le récit à la fin avec quelques longueurs toutefois. Les choses sont dites avec humour, même si ce n'est pas là où il excelle le plus, l'acrobatie du trait d'esprit n'étant pas celui du corps.

Safidin Alouache
05/10/2021