La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Théâtre

"La Faute" La tempête Xinthia tue 29 habitants de La Faute-sur-Mer… La Faute au maire ?

Depuis leur prise de fonctions à la direction du Théâtre du Point du Jour, Angélique Clairand et Éric Massé ont choisi de développer une programmation résolument tournée vers des thématiques contemporaines : sujets d'actualités, théâtre documentaire et problématiques du XXIe siècle sont au centre de la plupart des spectacles proposés. Pour "La Faute", c'est le duo de direction qui est à la manœuvre de la conception, à la réalisation, en passant par le jeu.



© Jean-Louis Fernandez.
© Jean-Louis Fernandez.
L'idée de créer un spectacle sur les drames provoqués par la tempête Xinthia en 2010 est née par une nuit d'insomnie dans l'imaginaire d'Angélique Clairand. Après s'être arrêtée sur une scène du film "Parasite" lors de laquelle les occupants d'un sous-sol manquent de finir noyés, pris entre inondation et plafond, le souvenir s'est imposé en elle. Souvenir de cette tempête qui l'avait touchée de près puisque ses parents y avaient perdu la maison de rêve de toute leur existence. Cette maison était à La Faute-sur-Mer. Dans un lotissement niché derrière une digue, dans une cuvette, en dessous du niveau de l'eau. À "La Faute", dans la nuit du 27 février 2010, en 15 minutes, la "Cuvette" avait été noyée : on y avait retrouvé près d'une trentaine de morts.

La création de ce spectacle a commencé par une longue enquête auprès des victimes de ce drame : rescapés, endeuillés, traumatisés. Leurs témoignages furent longs et difficiles à accoucher. Angélique Clairand, Éric Massé, accompagné de François Hien appelé sur le projet pour en écrire le texte, parvinrent à accumuler nombre d'histoires, des brèves de vies défigurées par cette nuit où le ciel et l'océan déferlèrent sur le sommeil des habitants de ce quartier populaire aux maisons basses.

De cette matière, François Hien a façonné une vingtaine de personnages et construit une trame qui couvre quatre années. Celles-ci évoquent la vie des résidents de ce lotissement avant le drame, la nuit de tempête, puis les suites, les combats pour identifier les responsables, le procès. Et surtout, les conséquences invisibles : la culpabilisation des rescapés, les maladies qui en naissent, les traumatismes.

© Jean-Louis Fernandez.
© Jean-Louis Fernandez.
Mais aussi, les solidarités, fortes, ce besoin d'être ensemble, de lutter pour comprendre les raisons de ce drame et vivre encore après. Ce sera d'ailleurs un procès fleuve, avec plus d'une centaine de plaignants formant la partie civile et la condamnation du maire du village (et la responsabilité de l'État français) pour mise en danger de la vie d'autrui : sa responsabilité entière dans la construction de ce lotissement en zone inondable ne laisse pas ici place au doute.

La pièce suit le déroulement chronologique de la tempête et de ses conséquences. Axant son action sur une quinzaine de personnages (tous incarnés par les cinq interprètes) qui gravitent autour d'un couple, véritable moteur de ce besoin de savoir, qui bien avant la tempête avaient lancé l'alerte sur les faiblesses de la digue qui menaçaient ce quartier de La Faute-sur-Mer. Une alerte ignorée par la mairie et par de nombreux habitants.

La pièce est faite de scènes courtes, vives, des changements de rôle habiles (une simple veste que l'on enfile ou une béquille et un boitement suffisent à styliser les figures). Le décor de Jane Joyet est, lui aussi, ingénieux et beau. Une partie de celui-ci, conçu à partir de panneaux accrochés à des filins, flotte au-dessus du plateau. Il agit comme un ballet étrange, un élément presque vivant qui menace ou écrase, réduit ou ouvre l'espace.

Devoir de mémoire et quête de justice émanent de cette mise en scène qui cherche avec authenticité à englober le plus possible de témoignages. Même si l'abondance de ces derniers et des reconstitutions affaiblit parfois les tensions dramatiques de l'histoire, l'existence de ce spectacle est salutaire et nécessaire pour faire revivre les paroles et ne pas les oublier dans les archives du temps.

"La Faute"

© Jean-Louis Fernandez.
© Jean-Louis Fernandez.
Texte : François Hien.
Mise en scène : Angélique Clairand et Éric Massé.
Collaboration à la mise en scène : Héloïse Gaubert et Hervé Dartiguelongue.
Avec : Gilles Chabrier, Angélique Clairand, Ivan Hérisson, Nicole Mersey Ortega et Samira Sedira.
Scénographie : Jane Joyet .
Création lumière : Juliette Romens.
Création son : Nicolas Lespagnol-Rizzi.
Costumes : Laura Garnier.
Régie générale : Clémentine Pradier et Bastien Pétillard.
Construction et conception décors : Didier Raymond.
Création au Théâtre du Point du Jour le 30 septembre 2021.
Compagnie des Lumas.
Durée : 2 h 15.
À partir de 14 ans.

Du 30 septembre au 11 octobre 2021.
Représentations à 20 h les 30 septembre, 1er, 6, 7, 8, 9 et 11 octobre 2021.
Théâtre du Point du Jour, Lyon 5e, 04 78 25 27 59.
>> pointdujourtheatre.fr

Bruno Fougniès
Lundi 4 Octobre 2021

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives | Avignon 2021




    Aucun événement à cette date.
Partenariat



À découvrir

Succès mérité pour CIRCa, le cirque dans tous ses états !

Premier week-end à chapiteaux pleins à Auch sous le soleil occitan pour la 34e édition du festival du cirque actuel. Dans une ambiance éminemment festive, le public avait investi les différents espaces du festival, tant le Dôme de Gascogne et la salle Bernard Turin que les toiles édifiées à proximité ou sur d'autres lieux de la commune gersoise, pour découvrir des propositions artistiques riches et variées, d'une grande diversité de formes et de styles.

On pouvait ainsi apprécier, lors de ces deux premières journées, l'espiègle énergie et la bonne humeur des jeunes acrobates australiens de la Cie Gravity and Others Myths, "PANDAX", le cirque narratif de Cirque La Compagnie, la Cie H.M.G. avec son onirique et carrément magique "080" ou encore "Les hauts plateaux", la création 2019 de Mathurin Bolze/Cie MPTA (Compagnie les Mains les Pieds et la Tête Aussi).

Proposition forte au programme de ce week-end introductif, "Les hauts plateaux" offraient une scénographie originale, mystérieuse et très technique faite de trampolines, de plateaux volants et d'agrès en suspension. Dans une vision aux couleurs d'apocalypse, sur fonds de ruines passées, présentes ou imaginaires, ces hauts plateaux se dessinent comme autant d'îles défiant les lois de la gravité… où des êtres, silhouettes parfois irréelles, artistes de l'aérien, de la légèreté, embrassent d'éphémères, mais sans cesse renouvelés, moments acrobatiques, entre deux équilibres, portés, guidés par les rebonds d'efficaces trampolines.

Gil Chauveau
26/10/2021
Spectacle à la Une

Un large déploiement de créations pour la 29e édition du Festival Marmaille

Pour la vingt-neuvième fois, l'association Lillico organise, dans Rennes, la métropole rennaise et l'Ille-et-Vilaine, le Festival Marmaille, événement consacré à la jeunesse, à l'enfance et à la prime-enfance, mais aussi aux spectacles "tout public" qui se déroulent durant deux semaines. Un festival pluridisciplinaire puisqu'il accueille théâtre, danse, chant, films, etc., dans différents lieux partenaires. Cette diversité permet aux enfants comme aux adultes de tous y trouver leur compte, d'autant que l'axe de programmation vise non seulement l'éclectisme, mais le sens, l'importance du propos autant que le plaisir de l'instant.

L'édition 2021 de Marmaille révèle vingt-deux propositions artistiques destinées à toutes les tranches d'âge puisque certains spectacles s'adressent à des bébés (comme le spectacle "Chuchoterie" pour un public accepté dès la naissance ou "Touche" à partir de 18 mois dont nous reparlerons plus bas). Elle rayonne dans une galaxie de lieux dans Rennes et dans les alentours. Et elle est riche de quatorze créations.

Des créations que Lillico connaît bien pour beaucoup d'entre elles puisqu'une des missions de l'association est d'accompagner tout au long de l'année des compagnies tournées vers le jeune public. Ceci depuis trente-deux. C'est certainement la raison pour laquelle ce festival révèle des propositions d'une très grande originalité et d'une grande valeur artistique. Accompagnés par l'association Lillico et révélés lors de cette quinzaine, ces spectacles continuent leur chemin sur tout le territoire pour des tournées importantes. Vous pourrez certainement en voir programmés près de chez vous.

Peut-être aurez-vous ainsi l'occasion de découvrir "Vendredi", une pièce inspirée de "Robinson Crusoé" de Daniel Defoe, qui s'attache à mettre en images l'évolution de la relation entre Robinson, l'homme civilisé et Vendredi, le sauvage. Dans un décor construit comme une île en miniature, les deux comédiennes qui interprètent les rôles racontent sans un mot le mimétisme dont Vendredi fait preuve face à Robinson, abandonnant ainsi une partie de sa personnalité. Toute cette histoire nous parvient ainsi par le mime, avec une lenteur voulue, comme un rituel moitié absurde, moitié ludique.

Bruno Fougniès
29/10/2021
Spectacle à la Une

"Olympe et moi" Redécouvrir les écrits d'Olympe de Gouges pour mieux envisager les combats restant à mener

Olympe de Gouges, courtisane, royaliste, puis républicaine, insoumise et revendicatrice, connut son heure de gloire avant de mourir sous la lame meurtrière de la Terreur en 1793 et de tomber dans l'oubli. Elle a réapparu à juste titre aux côtés des grandes féministes contemporaines, il y a quelques décennies. Véronique Ataly et Patrick Mons nous proposent une rencontre attachante, généreuse, avec celle-ci où est associée avec intelligence l'actualité de la Femme telle qu'elle est aujourd'hui.

© Philippe Delacroix.
En fond sonore, bruits confus d'une foule probablement en mouvement, séquence révolutionnaire suggérée. Et cette phrase jetée comme une réplique provocatrice aux événements que l'on imagine en cours : "Femmes, quels bénéfices avez-vous tirés de la révolution ?"… telle est l'adresse d'Olympe à la foule… Et le début du singulier spectacle imaginé par Véronique Ataly où une comédienne, Florence, doit interpréter l'Occitane émancipée et insoumise qui cultiva une révolte permanente contre l'injustice et surtout l'hypocrisie.

L'interprète ainsi désignée de la féministe révolutionnaire donne tout de suite la temporalité du récit envisagé : 1793, la montée vers la guillotine d'Olympe de Gouges. Mais si, ici, cette dernière y perdit la tête, pour Florence, c'est de perte de mémoire dont il s'agit, un énorme trou, l'oubli total de son texte sans souffleur pour la secourir, le métier n'existant plus depuis longtemps.

Perte de mémoire contre perte de tête, le procédé pourrait sembler "facile", cousu de fil blanc - j'avoue que telle fut ma première impression -, mais Véronique Ataly, usant avec subtilité et humour de la trame conçue par Patrick Mons à l'aide notamment des différents écrits d'Olympe, va découdre cette facilité avec beaucoup de talent.

Gil Chauveau
15/11/2021