Quantcast
La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Théâtre

"La Conférence des oiseaux", entre voyages intérieurs touchant à notre humanité/animalité et exploration migratoire

"La Conférence des oiseaux", Théâtre des Quartier d’Ivry, Ivry-sur-Seine et en tournée

Un jour, tous les oiseaux, ceux qui sont connus, mais aussi les inconnus, se réunirent en conférence et déclarèrent : "cessons nos guerres intestines et cherchons Simorg, notre roi". Sous l'initiative de la huppe, ils se mirent en chemin, mais longue est la migration vers le pays désiré où un roi est espéré. Et à la fin du voyage… découvrirent que le roi, c'était eux.



© Laurent Schneegans.
© Laurent Schneegans.
"La Conférence des oiseaux" est à l'origine un conte poétique soufiste, partie intégrée et conséquente (avec "Le Livre des conseils") de l’œuvre du poète persan Farîd al-Dîn Attâr. Adapté en récit théâtral par Jean-Claude Carrière, il est ici mis en scène par Guy Pierre Couleau qui en extrait autant l'intériorité que l'extériorité, étant de ce fait en total accord avec la doctrine soufisme qui associe l'aspect ésotérique à l'aspect exotérique, cela se caractérisant par un voyage initiatique riche d'apprentissages, permettant d'accéder à la connaissance, au repos de l'âme.

Dans sa proposition, Guy Pierre Couleau dessine à la fois un périple intérieur - touchant à notre humanité/animalité, à nos souffrances, à notre capacité à l'amour - et une exploration migratoire. Usant du fait que chaque conte composant le récit est une parabole devant donner un sens à chacun des personnages, leur donner le sens du voyage, d'accepter de mettre sa vie en péril, les convaincre de la nécessité d'une nouvelle quête, il crée pour chacune des sept vallées - que doivent traverser les oiseaux - des univers spécifiques parfaitement adaptés au sens de celles-ci : recherche, amour, connaissance, néant, unité, stupeur et mort. Chaque fable bénéficie d'une mise en forme spécifique, du théâtre d'objets à la représentation burlesque d'objets "humains".

© Laurent Schneegans.
© Laurent Schneegans.
Le monde des hommes (dans les histoires symboliques) et celui des oiseaux sont alors bien dissociés, notamment, en dehors des masques, par les expressions et les attitudes corporelles. À noter les magnifiques réalisations de têtes d'oiseau de Kuno Schlegelmilch*, à la fois visuellement colorées et plumés, et étant très légère (cela se constatant lors de la mise et le retrait du masque). Les comédiens, chacun titulaire d'une variété particulière - huppe fasciée, canard, perdrix, paon, perruche, hibou, moineau, rossignol, faucon, etc. -, expriment de significatifs gestes, métaphores animales, très "volatiles", chacun dans sa démarche, dans son attitude gestuelle donne vie à l'espèce qu'il représente.

La scénographie, respectant la simplicité et la beauté de la symbolique soufiste, met immédiatement le spectateur devant un engagement "à vue" du jeu, de la mise en scène, construit sur le concret de la narration qui lie intimement trivialité et poétique, adresse directe au public et incarnation de l'essence du texte.

© Laurent Schneegans.
© Laurent Schneegans.
Dans une belle cohérence, le décor est composé, en fond de scène, d'un ensemble de tables de loges alignées (avec miroir de maquillage à trois glaces), sur lesquels se trouvent posés les têtes d'oiseaux, et de quelques éléments rappelant l'environnement naturel qui existe encore un peu à travers le monde.

Sur ce plateau très ouvert, les acteurs-conteurs, tout en connivence, passent d'une interprétation très imagée, ludique et joyeuse, d'une gestique animale, à un retour à leur condition d'Homme, à leur propre corps de femmes et d'hommes. Cela débute lorsque les anecdotes sont narrées, ôtant leurs têtes d'oiseau pour redevenir humain. S'agissant aussi ici d'une quête vers la connaissance, le pays rêvé (intérieur ou celui qui accueille), mais aussi d'une parabole migratoire, tout comme la diversité des êtres à plumes, celle des nationalités est respectée, faisant entendre des langues, des voix différentes, venant des quatre coins du monde.

© Laurent Schneegans.
© Laurent Schneegans.
Long est le chemin qui mène vers la sagesse, la reconnaissance de soi et de l'autre... Que de déserts à franchir. Que de secrets à découvrir. Oiseaux migrateurs ou migrants, au XIIe siècle ou aujourd'hui, ceux en quête, volontaire ou pas, d'un nouvel espace, spiritualité ou royauté, sont à la recherche du sens à donner à leur vie et et veulent retrouver la vraie fierté d'exister.
"Ne te regarde pas avec mépris car rien n'est au-dessus de toi."

À la fin du voyage, ils se rendirent compte que Simorg, c'était eux. Le miroir leur renvoya leur image. Le soleil de ma majesté est miroir.
Les oiseaux sont Simorg, ils sont leur propre roi. Nous sommes notre propre roi…

* Maquilleur et facteur de masques pour Patrice Chéreau ("La Reine Margot") ou Bob Wilson ("Les Fables de La Fontaine").

"La Conférence des oiseaux"

© Laurent Schneegans.
© Laurent Schneegans.
Texte : Jean-Claude Carrière (inspiré par le poème "Manteq Ol-Teyr" de Farid Uddin Attar).
Mise en scène : Guy Pierre Couleau.
Assistante mise en scène : Christelle Carlier.
Avec : Manon Allouch, Nathalie Duong, Cécile Fontaine, Carolina Pecheny, Jessica Vedel, Emil Abossolo M’bo, Luc-Antoine Diquéro, François Kergourlay, Shahrokh Moshkin Ghalam, Nils Öhlund.
Collaboration artistique : Carolina Pecheny.
Scénographe : Delphine Brouard.
Lumières : Laurent Schneegans.
Masques : Kuno Schlegelmilch, assisté de Hélène Wisse.
Costumes : Camille Pénager.
Musique : Philippe Miller.
Régie générale : Alexandra Guigui.
Accompagnement chorégraphique : Catherine Dreyfus.
Durée : 1 h 30.
Par la Compagnie Des Lumières et Des Ombres.

Du 11 au 22 février 2019.
Lundi, mardi et vendredi à 20 h, jeudi à 19 h et dimanche à 16 h.
Théâtre des Quartier d’Ivry - CDN du Val-de-Marne, Manufacture des Œillets, Salle La Fabrique Ivry-sur-Seine (94), 01 43 90 11 11.
>> theatre-quartiers-ivry.com

Tournée
26 mars 2019 : Scènes Vosges - La Souris Verte, Épinal (88).
5 avril 2019 : Le Carré, Sainte-Maxime (83).
9 au 13 avril 2019 : Centre dramatique de l'Océan Indien, La Réunion.

Gil Chauveau
Jeudi 21 Février 2019

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives


Brèves & Com


Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.




    Aucun événement à cette date.



À découvrir

"Ma B.O. en couleurs" Silvano Jo… J'ai la mémoire qui chante…

"Et si pour toi, là bas c'est l'paradis Dis-toi qu'dans leur p'tite tête l'paradis C'est ici hum! C'est ici" Jean-Louis Aubert.
Le paradis c'est, un dimanche, rejoindre quelques amis.

© Laurence Guenoun.
Le paradis, c'est passer quelques instants, masqués, oui ! (Monsieur le président !) À échanger des mots avec quelques invités triés sur le volet. Non pas par prétention, mais par précaution puisque le virus circule et qu'il est, paraît-il, plus virulent, en petit comité.
Le paradis c'est, un dimanche pluvieux, se retrouver pour soutenir un artiste talentueux qui, l'espace d'un instant, transforme son loft en café-théâtre pour partager un spectacle bien vivant.

L'artiste s'appelle Sylvain mais son nom de scène est "Silvano". Et il nous offre, sur une heure, un show truffé de bons mots, de chansons d'aujourd'hui et d'avant, puis de costumes délirants.

Quel plaisir d'assister, presque clandestinement, au bonheur d'un comédien désireux de jouer, de se montrer, et de partager ; le tout accompagné par un musicien charmant et classieux.

Le paradis, pour lui, pour les deux, serait de se retrouver dans un théâtre. Vous savez, le théâtre, ce lieu où des individus de tous les horizons, le soir ou la matinée venus, se rejoignent pour entendre, écouter, savourer des textes d'auteurs, morts ou vivants ? Ces lieux dont on ne sait peu de choses en ce moment, excepté les grands… et encore… on se demande parfois qui ils intéressent vraiment ?

Isabelle Lauriou
05/02/2021
Spectacle à la Une

"Hamlet", encore et toujours dans une "mise en je" de Gérard Watkins

L'ombre fantomatique du vieux Roi légendaire n'est pas prête à laisser en paix les générations qui se suivent, tant les interrogations posées par William Shakespeare sont d'une historicité atemporelle. Désirs de pouvoir et de sexe intimement reliés l'un à l'autre pour les rendre consanguins, trahison et fidélité à un moi idéal déposé en soi par les vœux des pères, guerres des sexes et guerres intestines ou intracommunautaires se recouvrant à l'envi, ce magma incandescent parle en nous comme une matière en fusion à jamais constitutive de l'humain.

© Alexandre Pupkins.
L'auteur et metteur en scène d'"Ysteria", présentée naguère sur ce même plateau du TnBA, s'attaque avec une frénésie palpable à ce monument de littérature. Après avoir minutieusement traduit le texte original pour, tout en en préservant l'authenticité, y injecter dans les plis du discours ses propres motifs, Gérard Watkins propose trois heures et plus d'effervescence permanente. Endossant lui-même le rôle du fratricide et régicide Claudius, il donne le tempo de sa scansion décalée présidant à sa manière si particulière de faire "entendre" le vers shakespearien retraduit.

Collant sinon à la lettre du moins à l'esprit de son illustre prédécesseur, il s'affranchit de la loi des genres pour proposer indistinctement à des femmes les rôles d'hommes et vice-versa. Ainsi le rôle-titre est-il confié non sans un certain bonheur à la tragédienne née qu'est Anne Alvaro, usant avec subtilité des gammes de sa sensibilité à fleur de peau, à la fois hardie et fragile, pour réifier les affres vengeresses du jeune Hamlet. À ceci près cependant que la grande différence d'âge qui la sépare de son personnage peut rendre moins crédible le statut d'Hamlet dont le jeune âge n'est pas étranger à sa problématique au lien paternel et maternel.

Yves Kafka
15/01/2021
Sortie à la Une

J'ai peur de ne pas renouveler mes droits… Eux en ont la certitude

Je suis intermittente du spectacle. Ce n'est pas mon métier, mon métier, c'est comédienne. Intermittente, c'est juste mon régime d'indemnisation du chômage. C'est aussi une pratique d'emploi : je travaille à la mission, souvent avec des contrats très courts, pour différents employeurs. D'où un régime d'indemnisation adapté.

© DR.
J'exerce bien évidemment au théâtre, parfois au cinéma, à la TV ou pour la pub, souvent dans l'événementiel. Je travaille aussi régulièrement dans un lieu culturel important qui n'est pas un lieu de spectacle. Pas mal de mes collègues artistes travaillent aussi dans les parcs d'attractions et de loisir.

Pourquoi ce constat ? Parce que quel que soit le secteur où j'exerce, je travaille régulièrement avec des collègues "extras" de la restauration et de l'événementiel, des professionnels du "catering", des agents d'accueil, de sécurité, et des salariés du tourisme, embauchés à la mission, en CDDU, exactement comme moi. Comme pour moi, leurs secteurs d'activité sont à l'arrêt total. Or, eux, n'ont pas de régime spécifique. Ou plutôt, n'en ont plus (1).

Avec la crise que nous vivons, j'ai bénéficié d'une mesure de maintien de mes droits. Elle est ce qu'elle est, elle est imparfaite, mais l'"année blanche" me garde la tête hors de l'eau jusqu'en août 2021.

Eux, comptent les jours sans travail, pas simplement pour "refaire leurs heures", mais parce que chaque jour qui passe est un capital (2) qui s'effrite - quand ils n'ont pas déjà eu la malchance de perdre leurs indemnités avant la crise, suite à la réforme monstrueuse de 2019 (3). Leur indemnité chômage s'épuise sans se recharger depuis 10 mois. Pour beaucoup d'entre eux, c'est déjà le RSA.

Rébecca Dereims, Comédienne
19/02/2021