La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Théâtre

"La Collection" Entre vérités et mensonges, le je(u) des miroirs réfléchissants

Dans un décor dépouillé de tout artifice (deux canapés blancs alignés en parallèle, des tracés rectilignes dessinés au sol figurant les espaces), le jeu des vérités et mensonges confondus dans les mêmes élans de (in)sincérité distille une heure durant son effet entêtant, jusqu'à gommer tout repère de réalité. On imagine, côté jardin, une villa résidentielle de Londres où vivent Harry et Bill, son jeune protégé et couturier prometteur. Côté cour, l'appartement d'artistes de James et Stella, sa compagne et styliste renommée. Entre eux, un chassé-croisé où les mots occupent l'espace sans jamais rien dévoiler de l'hypothétique tromperie en jeu.



© Frédéric Jesson.
© Frédéric Jesson.
Une voix off liminaire nous prévient : la pièce fut créée pour la première fois en France, en 1965, par un certain Claude Régy, le dramaturge qui promut le silence à la hauteur d'un langage, un langage éviscéré des bavardages creusant son inanité. "Pour qu'un jeu d'acteur soit intéressant, il faudrait que l'acteur existe, mais à la fois qu'il trouve le moyen de sentir - et de faire sentir - sa part d'inexistence. Sentir et faire sentir qu'il est et qu'il n'est pas", cette injonction paradoxale dont parlait le créateur d'un théâtre hors norme, les comédiens au plateau vont s'en faire les porte-paroles investis.

D'une cabine téléphonique nimbée d'une lumière rouge en fond de scène, se détacheront successivement quatre ombres venant habiter les lieux de la représentation. Un mystérieux appel téléphonique ne trouvant pas son correspondant enclenche la mécanique à vide de dialogues dont la vacuité n'a d'égale que la tension qui la sous-tend. Qu'il soit question de jus de pamplemousse à servir, de la tringle de tapis mal ajustée de l'escalier, de boucles d'oreille pimpantes, du goût des olives, ou encore des versions s'annulant, en s'ajoutant les unes aux autres, de la supposée rencontre lors d'un salon de haute couture entre la femme de l'un et l'éventuel amant de l'autre, l'essentiel échappe… La vérité du malaise diffus, en revanche, est palpable de bout en bout.

© Frédéric Jesson.
© Frédéric Jesson.
Jusqu'à ce que le mari présumé trompé ne se découvre des atomes crochus avec le jeune homme étant sensé avoir entretenu une relation intime avec son épouse. Jusqu'à ce que le protecteur amant potentiel du jeune homme vienne à son tour trouver l'épouse pour lui dire que son mari harcèle son protégé avec une histoire d'adultère… puis, sans transition, affirmer au mari que sa femme lui a avoué avoir tout inventé de cette histoire avec "la limace des bas-fonds" sous son aile protectrice. Jusqu'à ce que, alors que l'on aurait pu croire le débat clos, le jeune homme présente une ultime version de cette histoire à tiroirs ayant mobilisé le désir d'amour, de puissance et de mort…

Tout n'est qu'allégations se superposant à l'envi. Quant à la chute, avant que le noir n'engloutisse ce quatuor en quête d'une vérité qu'ils ignorent et dont ils ne veulent aucun, elle prend la forme d'un point d'interrogation ponctué d'un regard inquisiteur.

Harold Pinter savait ce que - au théâtre, sinon dans la vie ordinaire - parler veut dire : combler le vide d'existences ne pouvant se dire puisque, par essence, elles n'existent que dans des faux-semblants proclamés, perdues dans la recherche d'un je-ne-sais-quoi qui leur échappe tout en leur servant de viatique incertain. Les quatre comédiens à l'unisson - Anne Charneau, Olivier Galinou, Fabien Mairey, Jean-Stéphane Souchaud - lui servant d'interprètes ce soir au théâtre du Lieu sans Nom (cela ne s'invente pas), semblent avoir hérité de sa manière de faire corps avec le langage, coquille vide d'un sous-texte sans cesse à réinventer.

© Gaëtan Boschini.
© Gaëtan Boschini.
Leur jeu impeccable de sobriété en tension, mis en lumière par une scénographie épurée, se hisse à la hauteur de l'enjeu fixé par le metteur en scène de l'intranquillité. En faisant résonner jusqu'à nous le fracas du silence se glissant entre leurs mots prononcés, ils donnent à entendre le jeu incessant de la vérité et du mensonge, le théâtre et son double. Silence, on joue.

Vu au Théâtre du Lieu sans Nom, à Bordeaux, le samedi 15 octobre. A été représenté du 13 au 16 octobre 2022.

"La Collection"

© Gaëtan Boschini.
© Gaëtan Boschini.
Texte : Harold Pinter.
Mise en scène : Collectif Revlux.
Avec : Anne Charneau, Olivier Galinou, Fabien Mairey, Jean-Stéphane Souchaud.
Par le Collectif Revlux.
Durée : 1 h.

Le Lieu Sans Nom, 12, rue de Lescure, Bordeaux.
>> lelieusansnom.fr

Tournée en cours de programmation.

Yves Kafka
Mardi 1 Novembre 2022

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives | Avignon 2021 | Avignon 2022


Brèves & Com



Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.






À découvrir

"Salle des Fêtes" Des territoires aux terroirs, Baptiste Amann arpente la nature humaine

Après le choc de sa trilogie "Des Territoires", dont les trois volets furent présentés en un seul bloc de sept heures à Avignon lors du Festival In de 2021, le metteur en scène se tourne vers un autre habitat. Abandonnant le pavillon de banlieue où vivait la fratrie de ses créations précédentes, il dirige sa recherche d'humanités dans une salle des fêtes, lieu protéiforme où se retrouvent les habitants d'un village. Toujours convaincu que seul ce qui fait communauté peut servir de viatique à la traversée de l'existence.

© Pierre Planchenault.
Si, dans "La vie mode d'emploi", Georges Perec avait imaginé l'existence des habitants d'un bâtiment haussmannien dont il aurait retiré la façade à un instant T, Baptiste Amann nous immerge dans la réalité auto-fictionnelle d'une communauté villageoise réunie à l'occasion de quatre événements rythmant les quatre saisons d'une année. Au fil de ces rendez-vous, ce sont les aspirations de chacun qui se confrontent à la réalité - la leur et celle des autres - révélant, au sens argentique d'une pellicule que l'on développe, des aspérités insoupçonnées.

Tout commence à l'automne avec l'exaltation d'un couple de jeunes femmes s'établissant à la campagne. Avec le montant de la vente de l'appartement parisien de l'une d'elles, écrivaine - appartement acquis grâce au roman relatant la maladie psychiatrique du frère qui les accompagne dans leur transhumance rurale -, elles viennent de s'installer dans une usine désaffectée flanquée de ses anciennes écluses toujours en service. Organisée par le jeune maire survient la réunion du conseil consultatif concernant la loi engagement et proximité, l'occasion de faire connaissance avec leur nouvelle communauté.

Yves Kafka
17/10/2022
Spectacle à la Une

Appel à candidatures pour la création d'un spectacle patrimonial de divertissement

La ville d'Orange a confié depuis le 1er avril 2022, la gestion et la valorisation du Théâtre antique, du Musée d'art et d'histoire et de l'Arc de triomphe, à la société Edeis pour une durée de 10 ans.

© Edéis Orange février 2023 - DR pour l'appel à projet.
Dans le cadre de sa délégation, Edéis l'allié des territoires, a pour ambition :
- De donner sa pleine envergure au Théâtre antique à la fois en tant que monument du Patrimoine mondial riche d'un attrait historique et scientifique majeur mais aussi en sa qualité de porte-étendard de tout un territoire et de son art de vivre ;
- De proposer des approches novatrices et expérimentales afin d'améliorer significativement l'expérience visiteur ;
- D'agir en pleine cohérence et en parfaite synergie avec la politique culturelle de la ville.

Le projet décennal est de faire d'Orange, la scène de l'innovation sonore.
Une place forte et incontournable de la culture et de l'innovation.

1. Reprise des éléments du contrat de Délégation de service public entre la ville d'Orange et la société Edéis :
Article 2 – Définition des missions confiées au délégataire.
"Le délégataire sera notamment chargé des activités suivantes :
La création de contenus culturels, d'animations, d'évènements et de spectacles adaptés et cohérents avec la politique culturelle, patrimoniale et touristique de la ville et en lien avec les propositions des services concernés (Culture, Musée, Office de tourisme) ainsi que le développement significatif des flux de visiteurs. De manière générale, il s'agit de faire évoluer le Théâtre antique vers un statut de lieu de vie aux animations multifacettes (diurne et nocturne, saison, hors-saison, ailes de saison…) ouvert à différents types de publics cibles.

Gil Chauveau
02/02/2023
Spectacle à la Une

Dans "Nos jardins Histoire(s) de France #2", la parole elle aussi pousse, bourgeonne et donne des fruits

"Nos Jardins", ce sont les jardins ouvriers, ces petits lopins de terre que certaines communes ont commencé à mettre à disposition des administrés à la fin du XIXe siècle. Le but était de fournir ainsi aux concitoyens les plus pauvres un petit bout de terre où cultiver légumes, tubercules et fruits de manière à soulager les finances de ces ménages, mais aussi de profiter des joies de la nature. "Nos Jardins", ce sont également les jardins d'agrément que les nobles, les rois puis les bourgeois firent construire autour de leurs châteaux par des jardiniers dont certains, comme André Le Nôtre, devinrent extrêmement réputés. Ce spectacle englobe ces deux visions de la terre pour développer un débat militant, social et historique.

Photo de répétition © Cie du Double.
L'argument de la pièce raconte la prochaine destruction d'un jardin ouvrier pour implanter à sa place un centre commercial. On est ici en prise directe avec l'actualité. Il y a un an, la destruction d'une partie des jardins ouvriers d'Aubervilliers pour construire des infrastructures accueillant les JO 2024 avait soulevé la colère d'une partie des habitants et l'action de défenseurs des jardins. Le jugement de relaxe de ces derniers ne date que de quelques semaines. Un sujet brûlant donc, à l'heure où chaque mètre carré de béton à la surface du globe le prive d'une goutte de vie.

Trois personnages sont impliqués dans cette tragédie sociale : deux lycéennes et un lycéen. Les deux premières forment le noyau dur de cette résistance à la destruction, le dernier est tout dévoué au modernisme, féru de mode et sans doute de fast-food, il se moque bien des légumes qui poussent sans aucune beauté à ses yeux. L'auteur Amine Adjina met ainsi en place les germes d'un débat qui va opposer les deux camps.

Bruno Fougniès
23/12/2022