La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Théâtre

"La Belle au bois dormant"... La danse comme grâce de la posture

"La Belle au bois dormant", Théâtre national de Chaillot, Paris

Il était une fois une petite fille heureuse, un peu solitaire. Entre son père majestueux et affectueux et sa gouvernante un peu revêche mais qui accepte tout de bon cœur, la fillette sautille, gambade dans les bosquets. Et danse…



© François Stemmer.
© François Stemmer.
Son père attendri, toute posture de gloire et révérences complices, l'accompagne… Et de sa robe de soie aux plis Watteau, elle fait alors toupie. Le monde est long et lent, la danse est joyeuse.

Et puis la petite fille qui grandit se perd dans la forêt hostile et s'endort. Ses rêves sont remplis de sons d'appeaux, de sifflets, de trompettes, de crécelles et de tambours. Une vraie symphonie de jouets. Et puis après un long temps, la petite fille se réveille jeune fille.

Et c'est alors un grand cahot de bruits qui l'étourdit. Le monde est étrange et étranger. Vif et rapide. Trop vif et trop rapide même. La jeune fille vacille, comme en catalepsie. Et là, elle voit un garçon. Turbulent. Et Hip et hop ! Il n'est pas forcément celui auquel on pouvait s'attendre. Et pourtant, il a sa manière de parade des chutes. La danse est vigoureuse.

Tous deux venant de mondes si opposés s'éprouvent charmants et délicieux. Aimant déjà. Également Prince et Princesse dans leur tourbillon devenu tendre. Mais chut… C’est une autre histoire.

© François Stemmer.
© François Stemmer.
Celle racontée par Béatrice Massin est sans aucune parole. Inspirée de l'œuvre de Charles Perrault, "La Belle au bois dormant", dont elle suit la trame. La chorégraphie raconte, dans un ballet continu plein de poésie et de maîtrise qui émerveille, les liens entre les formes de la danse baroque et celles de la danse contemporaine. De Lully à nos jours, ils ont le corps du danseur comme unité de lieu, de temps et d'espace.

Dans un tour virtuose et pourtant simple et pédagogique, les danseurs montrent le passage naturel de l'appui à la marche et de la marche à la danse. Du plaisir du sautillement à celui rythmé et complice de la marche. La danse dans "La Belle au bois dormant" se raconte comme succession de chutes évitées dans la souplesse et la vigueur. La danse comme grâce de la posture. Comme grâce de la chute et du porté.

Pour parents et enfants absolument.

"La Belle au bois dormant"

© François Stemmer.
© François Stemmer.
Tout public à partir de sept ans.
Chorégraphie et mise en scène : Béatrice Massin.
Musiques : Élisabeth Jacquet de la Guerre, Jean-Baptiste Lully, Leopold Mozart,
Wolfgang Amadeus Mozart.
Avec : Lou Cantor, Olivier Bioret, Corentin Le Flohic.
Production Compagnie Fêtes galantes.
Durée : 50 minutes.

Du 26 décembre 2014 au 16 janvier 2015.
Mardi 6, mercredi 7, jeudi 8, mardi 13, mercredi 14 à 10 h ;
mardi 6, mercredi 7, jeudi 8, vendredi 9, mardi 13, mercredi 14, vendredi 16 à 14 h 30 ;
dimanche 11 à 15 h 30 ;
vendredi 9, samedi 10 et vendredi 16 janvier 2014 à 20 h 30.
Théâtre national de Chaillot, Salle Maurice Béjart, Paris 16e, 01 53 65 30 00.
>> theatre-chaillot.fr

Jean Grapin
Mercredi 7 Janvier 2015

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives


Brèves & Com


Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.




    Aucun événement à cette date.



À découvrir

Nice Classic Live - Académie internationale d'Été de Nice

Du 30 juillet au 15 août 2020, la troisième édition du Nice Classic Live consacrée aux répertoires classique et jazz sous la direction artistique de Marie-Josèphe Jude se tiendra dans le Jardin des Arènes de Cimiez.

Nice Classic Live - Académie internationale d'Été de Nice
Le concert d'ouverture du 30 juillet "Métamorphoses", en écho à l'exposition au musée Matisse, propose un concert de pianos avec les "Métamorphosis" de Philippe Glass, puis la transcription pour deux pianos et huit mains des neuf symphonies de Beethoven. On y applaudira Claire Désert, Valentina Igoshina, Marie-Josèphe Jude, Michel Béroff, Florent Boffard. À 21 h 30 un concert de jazz sera donné par Pierre Bertrand et la Caja Negra Sextet.

Le jour suivant, Beethoven sera encore à l'honneur avec Olivier Charlier et Marc Coppey ainsi que les pianos de Michel Béroff et Emmanuel Strosser et, à 21 h 30, Jean-Philippe Collard et Patrick Pouvre d'Arvor offriront un concert lecture "L'âme de Chopin". Beaucoup d'autres compositeurs encore, jusqu'au 15 août. Citons Poulenc Tchaikovsky, Barber, Stravinsky, Éric Satie Mozart, Purcell, Ravel, Gershwin et beaucoup d'autres pour le plaisir de réentendre de la musique vivante en live avec les meilleurs artistes du moment.

Christine Ducq
18/07/2020
Spectacle à la Une

Les Échappées Cirque remplacent, durant cet été de déconfinement, le festival "Parade(s)" à Nanterre

Le festival "Parade(s)", qui devait avoir lieu la première semaine de juin, a dû être annulé suite à la crise sanitaire… Mais la ville, l'équipe du festival "Parade(s)" et Les Noctambules - école de cirque et lieu de fabrique des Arènes de Nanterre - ont décidé de programmer en juillet et en août des propositions circassiennes dans les quartiers.

Les Échappées Cirque remplacent, durant cet été de déconfinement, le festival
Ainsi, durant tout l’été, 10 échappées seront accueillies dans le cadre des Terrasses d'été imaginées par la ville de Nanterre dans chaque quartier. Une programmation des arts du cirque et de la rue qui mêle spectacles de danse, numéros de cirque (tissu, trapèze, mât chinois, etc.), impromptus spectaculaires et poétiques, ateliers de jonglage et de sérigraphie… mais aussi espace détente avec transats, jeux d'eau et animations.

Les artistes invités, (en alternance) :
Léonardo Montresor, Christopher Lopresti et Lou Carnicelli, Thomas Trichet, Hervé Dez Martinez et Boris Lafitte (Cie FFF), Iorhanne Da Cunha et Anahi de las Cuevas (Cie l'un Passe), Rocco Le Flem (Cie Iziago), Déborah Mantione (Cie Trat), Laura Terrancle (Cie Femme Canon), Yumi Rigout (Cie Furinkaï), Antoine Helou, Ilaria De Novellis, Atelier de la Banane…
Coordination artistique : Satchie Noro.

Gratuit et ouvert à tous.
De 15 h à 19 h, en continu.

Gil Chauveau
06/07/2020
Sortie à la Une

"Nos films" Faire vibrer le cinéma, même absent, au cœur de nos rêves

Cendre Chassanne, femme de théâtre amoureuse de cinéma, rend hommage au 7e art. À sa manière. En mettant en scène "Nos films" sur un plateau de théâtre quasi vide. Le spectateur est face à un acteur seul sur le plateau éclairé chichement. Un micro et, au lointain, quelques légendes filmiques peu visibles.

Il n'y a pas de ces images animées en contrepoint du jeu. De celles qui fascinent et dispersent l'attention. Ce qui est rare de nos jours… L'acteur se trouve dans la situation commune du spectateur qui, à la sortie de la séance de cinéma, conserve la vivacité de son émotion, son plaisir. Comme un trop-plein de sensations à transmettre.

Sur scène, l'acteur se trouve au point focal, au point neutre, face au public, mis en position de raconter. Sommé en quelque sorte de raconter. La représentation proposée par Cendre Chassanne est celle de la prise de parole. Après coup, après la représentation. Comme si celle-ci devait être réitérée pour mieux exister. Des fragments, des bribes, comme extraites de la projection.

Le projet de Cendre Chassanne prévoit neuf films portés par neuf comédiens en trois trilogies successives qui seront achevées en 2020. La première porte sur la "nouvelle vague" - François Truffaut, Jacques Doillon, Agnès Varda. Trois monologues distincts. Trois témoignages. Trois comédiens différents. Trois pépites théâtrales.

Jean Grapin
21/07/2020