La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Théâtre

L'histoire haletante d’un périple amoureux interdit à la fin de la seconde guerre mondiale

"Vaterland, le pays du père", Théâtre de l’Aquarium, Paris

Un récit d’images et de fragments du passé reconstruits sur la dualité du sentiment d’abandon et de recherche d’un père inconnu. Une frontière érigée entre la France et l’Allemagne, la seconde guerre mondiale en toile de fond avec ses hommes et ses femmes, civils et militaires qui se croisent sans se voir dans une ville de province. Un voyage dans une Allemagne séparée par un mur, d’un côté la liberté rock 'n' roll, et de l’autre côté l’influence pesante du régime soviétique.



© Thomas Faverjon.
© Thomas Faverjon.
Jean-Paul Wenzel ne pouvait pas donner meilleur titre à ce texte qui confronte la France et l’Allemagne, distanciées par une frontière et deux cultures, et dont l’histoire dans les manuels scolaires s’apprend avec la chronologie des conflits qui ont écrits la grande Histoire du monde et des hommes.

"Vaterland, le pays du père", un voyage initiatique dans la mémoire collective des années quarante aux années quatre-vingts et deux mille.

1944, Wilhelm, jeune soldat de la Wehrmacht passe ses journées à patrouiller dans les rues de Saint-Étienne. Un soir, il remarque la présence d’une belle jeune femme, Odette. Sans la connaître, il en tombe éperdument amoureux. Mais son statut de soldat de l’armée allemande l’incommode pour l’aborder. Aussi, n’hésite-t-il pas à dérober les papiers d’identité de Louis Duteil, son ami local. Un jour, Wilhelm s’éclipse, Odette se retrouve seule avec Jean, leur fils. Henri, le frère de Louis, apprend par hasard l’usurpation d’identité de son frère et bat les routes pour retrouver l’imposteur. Jean, guitariste dans un groupe de rock, profite d’une série de concerts Outre-Rhin pour rechercher ce père dont il n’a aucun souvenir.

© Thomas Faverjon.
© Thomas Faverjon.
La mise en scène de Cécile Backès, un espace ouvert en trois dimensions, un premier volet en 1944, un second en 1982 et un dernier en 2008. Récit théâtralisé en version feuilleton, les pans de l’histoire se font et se défont à la vitesse de défilement des images sur les toiles tendues. Lesquelles invitent à suivre les protagonistes dans la quête de l’inconnu. L’infini devient la ligne de conduite de Henri et de Jean, deux hommes de nationalité différente, deux destins qui n’auraient jamais dû se rencontrer.

Cécile Backès a travaillé le montage de la pièce dans l’esprit d’écriture de Jean-Paul Wenzel. Quelques soient les époques mises en situation, il en découle à chaque fois des faits marquants et l’homme en est toujours au cœur. De la seconde guerre mondiale aux deux Allemagnes, il y a les hommes qui dominent le monde et des hommes qui le construisent avec leur conviction, leur force et leur volonté.

Dans cette pièce, les personnages se déclinent au démonstratif. Anonymes, ils étaient en 1944, anonymes, ils sont en 1982 et en 2008. Leur existence se résume à la nécessité de connaitre celui qui a fait le mal et celui qui a disparu. Des routes se profilent comme sur un carnet de voyages, le crayon s’apparente au destin et esquisse des contours et des horizons où se mêlent des individualités, des intimités et des solitudes.

© Thomas Faverjon.
© Thomas Faverjon.
À la puissance du texte répliqué avec les intonations des jeunes comédiens, la guitare libère des airs de rock et insuffle à la pièce une dynamique articulée à coups de cordes grattées et d’expressions dégagées des visages et des corps.

Vaterland s’écoute avec la transmission des émotions diffusées par les personnages et se lit à scène ouverte car l’intelligence associée à la subtilité de la création technique l’autorisent.

Les comédiens s’emparent de leur rôle avec une énergie qui leur appartient et révèle le potentiel graphique qui s’accorde à la scénographie. Leur jeunesse efface les lacunes de leurs aînés et ils incarnent le renouveau, l’espoir et la confiance de l’homme en l’homme. Qui n’a jamais fauté sans porter préjudice à ses semblables ?

Cécile Backès authentifie le texte de Jean-Paul Wenzel en y apportant son expérience de femme de théâtre, laquelle soutenue par Nathan Gabily, Cécile Gérard, Martin Kipfer et Maxime Le Gall subtilisent le temps au temps pour le restituer au présent avec la générosité artistique qui les distingue.

"Vaterland, le pays du père"

Texte : Jean-Paul Wenzel avec la collaboration de Bernard Bloch.
Version scénique et mise en scène : Cécile Backès.
Assistant à la mise en scène : Cécile Zanibelli.
Scénographie : Antoine Franchet.
Avec : Nathan Gabily, Cécile Gérard, Martin Kipfer et Maxime Le Gall.
Avec les voix off de : Andrea Schieffer et Jutta Wernicke, Nathalie Lojek, Slimane Yefsah, Richard Sammel, Igor Mendjisky, Anne Canovas, Werner Kolk, Frédéric Schulz-Richard, Olivier Bernaux.
Réalisation des images : Simon Backès.
Conseil artistique germanophone : Andrea Schieffer.
Création son et vidéo : Juliette Galamez, assistée de Stéphan Faerber.
Lumières : Pierre Peyronnet.
Costumes : Céline Marin.
Durée : 1 h 45.
Le texte est publié aux Éditions Théâtre Ouvert, collection "Enjeux".

Du 27 février au 16 mars 2014.
Du mardi au samedi à 20 h 30, dimanche 16 h.
Théâtre de l’Aquarium, La Cartoucherie, Paris 12e, 01 43 74 72 74.
>> theatredelaquarium.net

Philippe Delhumeau
Lundi 3 Mars 2014

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives


Brèves & Com


Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.







À découvrir

Nice Classic Live - Académie internationale d'Été de Nice

Du 30 juillet au 15 août 2020, la troisième édition du Nice Classic Live consacrée aux répertoires classique et jazz sous la direction artistique de Marie-Josèphe Jude se tiendra dans le Jardin des Arènes de Cimiez.

Nice Classic Live - Académie internationale d'Été de Nice
Le concert d'ouverture du 30 juillet "Métamorphoses", en écho à l'exposition au musée Matisse, propose un concert de pianos avec les "Métamorphosis" de Philippe Glass, puis la transcription pour deux pianos et huit mains des neuf symphonies de Beethoven. On y applaudira Claire Désert, Valentina Igoshina, Marie-Josèphe Jude, Michel Béroff, Florent Boffard. À 21 h 30 un concert de jazz sera donné par Pierre Bertrand et la Caja Negra Sextet.

Le jour suivant, Beethoven sera encore à l'honneur avec Olivier Charlier et Marc Coppey ainsi que les pianos de Michel Béroff et Emmanuel Strosser et, à 21 h 30, Jean-Philippe Collard et Patrick Pouvre d'Arvor offriront un concert lecture "L'âme de Chopin". Beaucoup d'autres compositeurs encore, jusqu'au 15 août. Citons Poulenc Tchaikovsky, Barber, Stravinsky, Éric Satie Mozart, Purcell, Ravel, Gershwin et beaucoup d'autres pour le plaisir de réentendre de la musique vivante en live avec les meilleurs artistes du moment.

Christine Ducq
18/07/2020
Spectacle à la Une

Les Échappées Cirque remplacent, durant cet été de déconfinement, le festival "Parade(s)" à Nanterre

Le festival "Parade(s)", qui devait avoir lieu la première semaine de juin, a dû être annulé suite à la crise sanitaire… Mais la ville, l'équipe du festival "Parade(s)" et Les Noctambules - école de cirque et lieu de fabrique des Arènes de Nanterre - ont décidé de programmer en juillet et en août des propositions circassiennes dans les quartiers.

Les Échappées Cirque remplacent, durant cet été de déconfinement, le festival
Ainsi, durant tout l’été, 10 échappées seront accueillies dans le cadre des Terrasses d'été imaginées par la ville de Nanterre dans chaque quartier. Une programmation des arts du cirque et de la rue qui mêle spectacles de danse, numéros de cirque (tissu, trapèze, mât chinois, etc.), impromptus spectaculaires et poétiques, ateliers de jonglage et de sérigraphie… mais aussi espace détente avec transats, jeux d'eau et animations.

Les artistes invités, (en alternance) :
Léonardo Montresor, Christopher Lopresti et Lou Carnicelli, Thomas Trichet, Hervé Dez Martinez et Boris Lafitte (Cie FFF), Iorhanne Da Cunha et Anahi de las Cuevas (Cie l'un Passe), Rocco Le Flem (Cie Iziago), Déborah Mantione (Cie Trat), Laura Terrancle (Cie Femme Canon), Yumi Rigout (Cie Furinkaï), Antoine Helou, Ilaria De Novellis, Atelier de la Banane…
Coordination artistique : Satchie Noro.

Gratuit et ouvert à tous.
De 15 h à 19 h, en continu.

Gil Chauveau
06/07/2020
Sortie à la Une

"Nos films" Faire vibrer le cinéma, même absent, au cœur de nos rêves

Cendre Chassanne, femme de théâtre amoureuse de cinéma, rend hommage au 7e art. À sa manière. En mettant en scène "Nos films" sur un plateau de théâtre quasi vide. Le spectateur est face à un acteur seul sur le plateau éclairé chichement. Un micro et, au lointain, quelques légendes filmiques peu visibles.

Il n'y a pas de ces images animées en contrepoint du jeu. De celles qui fascinent et dispersent l'attention. Ce qui est rare de nos jours… L'acteur se trouve dans la situation commune du spectateur qui, à la sortie de la séance de cinéma, conserve la vivacité de son émotion, son plaisir. Comme un trop-plein de sensations à transmettre.

Sur scène, l'acteur se trouve au point focal, au point neutre, face au public, mis en position de raconter. Sommé en quelque sorte de raconter. La représentation proposée par Cendre Chassanne est celle de la prise de parole. Après coup, après la représentation. Comme si celle-ci devait être réitérée pour mieux exister. Des fragments, des bribes, comme extraites de la projection.

Le projet de Cendre Chassanne prévoit neuf films portés par neuf comédiens en trois trilogies successives qui seront achevées en 2020. La première porte sur la "nouvelle vague" - François Truffaut, Jacques Doillon, Agnès Varda. Trois monologues distincts. Trois témoignages. Trois comédiens différents. Trois pépites théâtrales.

Jean Grapin
21/07/2020