La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Théâtre

"L'Histoire du soldat" de Ramuz et Stravinsky… recréée avec pertinence et conviction

"Histoire du soldat", Théâtre de Poche-Montparnasse, Paris

Charles-Ferdinand Ramuz à la plume et Igor Stravinsky à la baguette se sont complétés pour cette œuvre d'une force musicale et dramatique sans pareille. Une rareté conçue pour se jouer dans des lieux éloignés des temples culturels, dans les provinces, dans les campagnes, juste après la Première Guerre mondiale. En voici une mise en scène fidèle avec ses sept instrumentistes et une très belle direction d'acteur de Stéphan Druet.



© Brigitte Enguerand.
© Brigitte Enguerand.
Louis Ferdinand Ramuz, auteur et poète suisse, s'inspire d'un conte populaire cousin du mythe de Faust pour écrire ce livret dans un style on ne peut plus direct avec un minimum d'acteurs. Pour cela, il invente le Lecteur, sorte de narrateur qui racontera l'histoire, avec quelques parties scandées. Les deux autres rôles sont le Soldat et le Diable.

Stravinsky est alors en exil. Il a fui la révolution bolchevique et réside en Suisse. Ce sera pour lui le début de migrations qui le feront passer par la France pour atterrir finalement aux USA où il finira sa vie. Pour cette histoire, il écrit une partition d'un modernisme affirmé pour un orchestre réduit à l'essentiel, où chaque instrument est susceptible de devenir soliste. Il parsème sa partition aussi bien de marches que d'airs paysans, de tango, de jazz, de ragtime.

La première de "l'Histoire du Soldat" a eu lieu le 28 septembre 1918 avec Georges Pitoëff, au théâtre municipal de Lausanne, sous la direction d'Ansermet. C'est sans doute cet alliage improbable entre une musique qui sonne terriblement contemporaine et une histoire trempée dans la culture populaire qui fait de ce mélodrame musical un objet unique, précieux, fabuleux.

L'histoire elle-même est imagée comme un drame romantique empreint de mysticisme. Un soldat en permission revient vers son village, avec son barda et son violon, quand il rencontre le Diable qui lui échange son violon contre un livre magique qui permet de lire à l'avance l'avenir. Le Diable lui demande encore de lui accorder trois jours pour lui enseigner comment jouer de cet instrument.

© Brigitte Enguerand.
© Brigitte Enguerand.
Trois jours passent. Mais en réalité, ces trois jours sont trois années. Lorsque le soldat rejoint son village, chacun le prend pour un fantôme, sa femme elle-même, remariée, se barricade. Alors, le soldat devient riche grâce au livre. Mais bientôt sa richesse lui fait regretter son violon, qu'il récupère des mains du Diable… le reste de l'histoire, il faut aller la découvrir.

Stéphan Druet est un habitué des mises en scène de spectacles musicaux. Opéras bouffes, opérettes, comédies musicales ou musicalisées, il pratique depuis longtemps l'amalgame entre textes et musiques. Pour "l'Histoire du soldat", il implique l'orchestre dans le spectacle en le transfigurant en fanfare militaire (costumes ad hoc de Michel Dussarat). Scansion, diction, rythmiques et jeu chorégraphié entre les comédiens donnent unité aux alternances de textes et de musique. Le réel, l'action et la narration deviennent eux aussi mélodies, ruptures, soli.

Car Stravinsky fait parler les instruments, il parvient à personnifier chacun d'eux, les fait dialoguer, chuchoter, se quereller. Une musique rarement quiète, toujours sur l'expiration, le danger du silence et l'élément de surprise qui soudain intervient, d'un timbre, d'une clameur nouvelle, étrange. Et tout s'arrête alors, un temps, parti, ailleurs. Les paysages changent, défilent, disparaissent sous les bottes, les terreurs… la terreur n'est jamais loin ni absente… elle épie. Le diable…

© Brigitte Enguerand.
© Brigitte Enguerand.
En ce qui concerne la distribution, à noter Le Lecteur magnifiquement interprété par Claude Aufaure : présence, timbre de voix riche, profond, fatalisme amusé du conteur. Fabian Wolfrom, dans le rôle du Soldat, est d'une sincérité idéale, beau jeune homme abusé par l'appât du gain. Licinio Da Silva a construit un diable tout en fantaisies, ironies, un diable de comédie si drôle qu'il paraît presque trop peu dangereux.

À ces trois rôles a été ajoutée l'intervention d'une danseuse, la fille du roi. C'est Aurélie Loussouarn qui apporte avec sa très belle chorégraphie, Mix entre classique et moderne, voire hip-hop, une bourrasque de féminité aérienne et bienfaisante dans cet univers masculin.

Hormis tout cela, le propos même de l'histoire racontée ici est immortel, mais parle bien sérieusement à notre époque, car le choix que le soldat fait d'abandonner son violon (son rêve, son âme, sa poésie, son cœur) pour la richesse que lui apporte le livre magique, est un choix central : l'attrait du matérialisme qui ne transcende rien et l'abandon de l'art.

"Histoire Du Soldat"

© Brigitte Enguerand.
© Brigitte Enguerand.
Musique : Igor Stravinsky.
Texte : Charles-Ferdinand Ramuz.
Mise en scène : Stéphan Druet.
Assistant à la mise en scène et chorégraphies : Sebastiàn Galeota.
Direction musicale : Jean-Luc Tingaud.
Chefs d'orchestre : Olivier Dejours et Loïc Olivier (en alternance).
Avec : Claude Aufaure, Licinio Da Silva, Fabian Wolfrom, Aurélie Loussouarn et l'orchestre-atelier Ostinato.
Costumes : Michel Dussarat.
Lumières : Christelle Toussine.
Peinture murale : Laurence Bost.
Durée 1 h 10.

Du 9 mai au 16 juillet 2017.
Du mardi au samedi à 21 h, dimanche à 15 h.
Théâtre de Poche-Montparnasse, Paris 6e, 01 45 44 50 21.
>> theatredepoche-montparnasse.com

Bruno Fougniès
Mercredi 24 Mai 2017

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives | Avignon 2021 | Avignon 2022




Partenariat



À découvrir

"Cendres sur les mains" La femme qui murmurait à l'oreille des morts

Dead Can Dance : "Les morts peuvent danser" ! Beauté, Lisa Gerrard est ma chanteuse préférée… J'ai assisté à la représentation de "Cendres sur les mains" sans avoir pris le temps de me renseigner. Bien m'en a pris ! Par les temps qui courent, j'aurais pu penser que ce spectacle allait ajouter au blues de la saison et au retour des contaminations, encore un peu plus de dépression. Et non !

© Jon. D Photographie.
Ce que je retiens, c'est d'abord une voix, celle de Prisca Lona. Envoûtante et habitée. Comme celle de Lisa Gerrard que je cite plus haut et à qui, un temps, elle m'a fait penser. Prisca Lona, la silhouette fine, le costume taillé sur mesure et la beauté lumineuse rattrapée par la bougie dans une semi-obscurité. Une "survivante" revenue des morts… de la mort.

Puis, progressivement, le plateau s'ouvre et s'éclaire juste un peu plus devant nous. Des sacs portés par deux hommes. Un duo. Ils pourraient être frères tant leur ressemblance physique est frappante. Ils portent la même tenue, ils sont fossoyeurs. Ils transportent des corps et les entassent. Tous deux côtoient les cadavres, manipulent des bidons d'essence et se retrouvent dans une marée de cendres. Une mer d'horreur ! Ils font ce qu'on leur demande de faire sans aucun autre retour que de devoir appliquer sans broncher ce "travail" insoutenable, monstrueux qui va s'attaquer à leur propre corps et à leur âme.

Isabelle Lauriou
06/05/2022
Spectacle à la Une

"Monte-Cristo" Grande Épopée pour une grande narration : Monte-Cristo en lumière

Au Quai des Rêves, la bien nommée salle de spectacle de Lamballe, la Compagnie La Volige a présenté l'histoire merveilleuse, palpitante et instructive du Comte de Monte-Cristo. Il s'agit d'un exploit que de restituer sur scène en une heure trente les trois tomes du roman d'Alexandre Dumas. Non seulement par l'étendue du texte, mais également par la multiplicité des lieux où se déroule l'action et par le nombre des personnages impliqués dans cette saga qui se déroule sur plus d'un quart de siècle. Un exploit qui sera cet été au festival d'Avignon Off.

© Frédéric Ferranti.
C'est là qu'entre en jeu la spécificité de la compagnie La Voltige et plus particulièrement celle de l'un de ses créateurs, Nicolas Bonneau. C'est un conteur, original moderne, dont les spectacles s'inscrivent en général dans notre époque, se sourçant au terroir ou à sa propre histoire (citons "Sortie d'usine", "Le combat du siècle", "Qui va garder les enfants ?" ou encore "Mes ancêtres les Gaulois" : tous extraits de notre époque, de notre réalité). "Monte-Cristo" dévie en apparence de ces inspirations. En apparence, car les thèmes qu'il développe et le monde dont il parle ne sont pas si éloignés des nôtres. En cette période trouble du début du XIXe siècle naissait le capitalisme qui nous berce toujours de ses rêves et de ses dévastations. "Il y a dans Le Comte de Monte-Cristo une pertinence philosophique et un esprit de revanche sur la naissance du capitalisme qui résonne avec notre monde actuel", dixit Nicolas Bonneau.

Voici pour le fond de l'histoire. Mais quand il s'agit de raconter cette épopée dantesque (oui, le héros s'appelle Edmond Dantès… mais rien à voir ?), qui mieux qu'un habile conteur comme Nicolas Bonneau pour prendre Edmond et la verve furieuse de Dumas à bras le corps et nous la faire vivre ? Toujours avec douceur, précautions, fluidité et surtout art du langage, c'est ainsi que procède ce conteur moderne, jamais dans l'intention d'imposer sa vision, mais toujours sur une intensité qui fait jaillir de ses mots les images. Ce qui ne l'empêche pas de jeter son habit de conteur dans l'ombre pour se glisser dans la peau de certains personnages, donnant la vie à certaines scènes.

Bruno Fougniès
05/05/2022
Spectacle à la Une

"Vies de papier" Road-movie immobile entre enquête et conférence passionnées

Leur nouvelle tournée passe peut-être pas loin de chez vous. Il faut aller voir Benoît Faivre et Tommy Laszlo et leur manière de rendre palpitant l'examen d'un album-photos anonyme et intrigant trouvé dans une brocante belge…

© Thomas Faverjon.
Dans "Vies de papier", ces documentaristes, ces nouveaux Dupond et Dupont mènent une enquête qui, par étapes, avec ses impasses, ses indices, ses objets déconcertants, toutes ces miettes d'un passé inconnu voit s'ajuster des miettes de mémoire et se constituer en une histoire allemande, une destinée. Celle d'une femme allemande pendant la guerre.

Le scénario développé est improbable et véridique, le récit est haletant. Il a la dimension d'un témoignage de chasseurs de trésors qui tatônnent et se trouvent transformés eux- même par la chasse. Par la résolution de l'énigme, les ressorts secrets de la quête.

Scéniquement, tous les codes convergent vers la réalité avec, en prime dans la présence des comédiens, cette dimension de passion délivrée par des enquêteurs devenus de magnifiques conférenciers. Qui, dans leur manière de faire la liaison entre les images et les objets, cèdent à une touchante tendance à l'auto-célébration. Comme une joie, une satisfaction, une fierté à faire partager.

"Vies de papier" est un road-movie immobile, une épopée avec ce sens de l'autodérision qui fait douter jusqu'au bout et tiens les rennes du rire. Alors cet album-photos ? Cette femme, on y croit ou on n'y croit pas ? C'est la question d'un spectateur comblé.

Jean Grapin
24/03/2022