La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Théâtre

"L'Éveil du printemps" Sans fard pour mieux voir la pulsation des veines sous la peau

À nu. À cru comme on dit en cuisine lorsqu'on défait une orange de sa peau au fil d'un couteau. À cru comme en équitation où le corps de l'animal et du cavalier sont chair contre chair. "L'Éveil du printemps", mis en scène par Armel Roussel, écarte tout ce qui pourrait s'interposer entre la réalité de ce que raconte le texte de Wedekind et nous, mais également entre ce qui se dit dans la pièce et ce qui se joue physiquement. Il nous plonge dans la marmite du dramaturge.



© Pascal Gély.
© Pascal Gély.
C'est résolument et presque radicalement le point de vue des adolescents qui est exposé ici. Les ados, on le sait, n'ont pas exactement la même perception du monde que les adultes. Ils sont en crise (c'est ainsi qu'on nomme cet âge). Ils se jettent de plein fouet sur la rugosité du monde, pour éprouver sa résistance mais aussi pour expérimenter leurs propres limites, leurs propres perceptions, leur sensibilité, leurs forces, leurs faiblesses.

C'est l'âge des excès, des expériences, des défis. C'est surtout l'âge d'une sexualité explosive qui dynamite chaque heure et pointe sa curiosité dans tous les rapports. Face à cette force, le cadre moral inculqué depuis l'enfance explose. C'est ce tremblement de terre et cette métamorphose que tente de raconter la pièce de Wedekind, écrite en 1891, censurée pendant quinze ans pour cause d'obscénité.

L'obscénité n'est pas toujours là où l'ordre établit la place. Dans la mise en scène d'Armel Roussel, c'est au contraire dans les hontes et les cachoteries des adultes qu'elle s'étale dans toute sa fausseté. Le monde des enfants de 14 ans est ici glorifié dans une impudeur sans arrière-pensées, un débridement des sens qui, sur le plateau, se déroule comme un rituel libérateur, exacerbé, presque comme un rituel sacré.

© Pascal Gély.
© Pascal Gély.
Le sol est fait de terre battue d'un brun sombre, une lande où vont pousser les herbes du printemps et où vont s'enterrer les cadavres dans ce cycle naturel de la vie. Les corps sont faits de chair, de démangeaisons érotiques, d'étreintes troublantes. L'air est fait de musiques et de cris, de pluies fertiles et purifiantes, de brumes nocturnes où l'enfant devient homme et où l'homme devient animal. Toutes les dimensions ont été remplies de vie, de pulsions et de matières organiques pour troubler les sens des spectateurs.

Avec des comédiennes et des comédiens qui investissent des ongles aux cheveux leurs personnages avec une fougue et une générosité totale ; et avec une mise en scène au rythme magnifiquement soutenu par la musique du groupe Juicy, cet "Éveil du printemps" parvient à faire ressentir l'extraordinaire brutalité vécue par la jeunesse avec sa confrontation au suicide, au viol, à l'avortement dramatique, mais, dans le même temps, à nous donner une partie de sa lumineuse énergie originelle.

"L'Éveil du printemps"

© Pascal Gély.
© Pascal Gély.
Texte Frank Wedekind.
Adaptation et mise en scène : Armel Roussel.
Assistant à la mise en scène : Julien Jaillot.
Avec : Nadège Cathelineau, Romain Cinter, Thomas Dubot, Julien Frégé, Amandine Laval, Nicolas Luçon, Berdine Nusselder, Sophie Sénécaut, Lode Thiery, Uiko Watanabe, Judith Williquet
et le groupe Juicy (Julie Rens, Sasha Vovk) en alternance avec Elbi.
Lumières : Amélie Géhin.
Costumes : Coline Wauters.
Son : Pierre-Alexandre Lampert.
Maquillages : Urteza da Fonseca.
Collaboration artistique : Nathalie Borlée.
Durée : 2 h 30 sans entracte.
À partir de 14 ans.
Production [e]utopia[4] & Studio Théâtre National Wallonie-Bruxelles.

© Pascal Gély.
© Pascal Gély.
A été joué au Théâtre de la Tempête, Cartoucherie de Vincennes, Paris 12e, à partir du 27 février 2020 jusqu'à la fermeture du théâtre suite aux décisions gouvernementales visant à assurer la protection sanitaire face à l'épidémie Covid-19.
>> la-tempete.fr

Bruno Fougniès
Vendredi 20 Mars 2020

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives | Avignon 2021




Partenariat



À découvrir

"Underground" Éloge du risque amoureux

L'amour comme les angelots n'a pas de sexe. Même les amours les plus charnels, les plus dévastateurs, les plus profonds, les plus troublants. Oui, c'est étrange d'énoncer cela. Mais c'est ici le propos central d'"Underground". Underground, le métro en anglais, et plus symboliquement ici, telle l'image des entrailles sinueuses et enfouies de l'être intime, là où dorment les désirs cachés, indiscrets, inavouables, mais surtout les désirs inconnus et les peurs.

"Underground" explore cette faille des êtres humains, que l'ordre établi, la conscience et la puissance de l'éducation morale dissimulent pour que les normes sociales dominent. La jeune femme, interprétée avec une sensibilité troublante par Clémentine Bernard, seule sur scène, semble pourtant extrêmement classique, anodine, assise dans sa rame de métro. Mais c'est son discours intérieur qu'elle nous partage alors, une voix grâce à laquelle elle va nous emporter vers l'histoire qui l'attend et l'émotion qui va faire résonner son corps, de sa peau jusqu'au plus profond de son être.

Le début du texte la saisit au moment de sa rupture avec l'homme convenable et convenu que la vie lui destinait. Une vie normale, faite de projets d'enfants et de vacances, faite d'un quotidien bien balisé, d'un ordinaire applaudi par tous : familles, amis, rencontres. Une ouverture qui semble comme le début d'un exil obligé. Elle a perdu ce conventionnel qui l'habillait comme une armure. Elle est égarée dans ce métro comme dans un dédale sans issue.

Bruno Fougniès
11/01/2022
Spectacle à la Une

Piquer en plein cœur au théâtre La Flèche, Paris, Jeudi 6 Janvier, 21 heures…

Comment démarrer cette chronique ? Par une citation ? "Un seul être vous manque et tout est dépeuplé", Lamartine. Oui ! Qu'en dirait Laurent Orry ?

© Fabien Montes.
Ah ! Oui. Laurent Orry, c'est l'acteur impeccable vêtu d'un vieux manteau usé et poussiéreux qui, pendant 1 h 15, déploie toute sa force, son énergie mais surtout sa palette d'émotions au service de ce délicieux texte écrit par Alessandro Baricco : "Novecento".

Il interprète Tim Tooney, trompettiste, qui pendant plusieurs années jouera aux côtés de son grand ami Novecento, pianiste génial et hallucinant dont les notes dépasseront même l'océan !

Novecento est donc le héros. C'est dans un carton à chaussures déposé sur le piano de la salle de bal d'un paquebot que Novecento commence sa vie, recueilli par un homme d'équipage… et c'est là que démarre l'histoire.

Et ! Quand Novencento rencontre Tim Tooney, comme une tempête en pleine mer, la secousse est grande, les oreilles agitées et le regard fixe pour ne rien manquer de ce spectacle de vague… à l'âme…

Si ! Car le cœur de Tim Tooney est lourd de peine quand il repense à son ami disparu qui jamais n'avait de son vécu touché la terre ferme. Novecento, sa vie, c'était le paquebot, la mer, les visages des voyageurs entre l'Europe et l'Amérique qui l'inspiraient et ont fait de lui un virtuose mais aussi un homme perdu au milieu de l'océan qui n'a jamais su d'où il venait, qui il était et, de la terre ferme, en a développé une vraie névrose.

Isabelle Lauriou
10/01/2022
Spectacle à la Une

"Fragments" d'Hannah Arendt Du 5 au 8 février 2022 à l'Espace Rachi

Bérengère Warluzel et Charles Berling nous invitent, à travers les mots d'Hannah Arendt, à aimer cette faculté inhérente à la nature humaine : penser. Non, penser n'est pas réservé à une élite, bien au contraire. Penser peut être une aventure joyeuse pour chacun, en plus d'être une jubilation et un enthousiasme qui se partagent.

© Vincent Berenger/Châteauvallon-Liberté - Scène Nationale.
"L'essentiel pour moi, c'est de comprendre : je dois comprendre", dit Hannah Arendt. Au fil de ses textes philosophiques et politiques, mais aussi, et c'est moins connu, ses escapades poétiques, Hannah Arendt a construit une œuvre singulière et inclassable. Bérengère Warluzel y a plongé, en a choisi ces Fragments qui résonnent particulièrement aujourd'hui.

Une table, des chaises, les notes d'un piano… ce n'est pas une biographie, mais un parcours ludique, une traversée partagée et qui ouvre l'accès à la liberté de penser pour soi-même autant qu'à une volonté de comprendre en tant que citoyen et citoyenne dans le monde que nous habitons.

Celle qui voulait avant tout "penser sans entraves" s'adresse à nous et nous invite à penser avec elle.

"La pensée (…), conçue comme un besoin naturel de la vie (…) n'est pas la prérogative d'une minorité, mais une faculté constamment présente en chacun de nous."
François Rodinson.

Annonce
14/01/2022