La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Théâtre

"L'Éveil du printemps" Sans fard pour mieux voir la pulsation des veines sous la peau

À nu. À cru comme on dit en cuisine lorsqu'on défait une orange de sa peau au fil d'un couteau. À cru comme en équitation où le corps de l'animal et du cavalier sont chair contre chair. "L'Éveil du printemps", mis en scène par Armel Roussel, écarte tout ce qui pourrait s'interposer entre la réalité de ce que raconte le texte de Wedekind et nous, mais également entre ce qui se dit dans la pièce et ce qui se joue physiquement. Il nous plonge dans la marmite du dramaturge.



© Pascal Gély.
© Pascal Gély.
C'est résolument et presque radicalement le point de vue des adolescents qui est exposé ici. Les ados, on le sait, n'ont pas exactement la même perception du monde que les adultes. Ils sont en crise (c'est ainsi qu'on nomme cet âge). Ils se jettent de plein fouet sur la rugosité du monde, pour éprouver sa résistance mais aussi pour expérimenter leurs propres limites, leurs propres perceptions, leur sensibilité, leurs forces, leurs faiblesses.

C'est l'âge des excès, des expériences, des défis. C'est surtout l'âge d'une sexualité explosive qui dynamite chaque heure et pointe sa curiosité dans tous les rapports. Face à cette force, le cadre moral inculqué depuis l'enfance explose. C'est ce tremblement de terre et cette métamorphose que tente de raconter la pièce de Wedekind, écrite en 1891, censurée pendant quinze ans pour cause d'obscénité.

L'obscénité n'est pas toujours là où l'ordre établit la place. Dans la mise en scène d'Armel Roussel, c'est au contraire dans les hontes et les cachoteries des adultes qu'elle s'étale dans toute sa fausseté. Le monde des enfants de 14 ans est ici glorifié dans une impudeur sans arrière-pensées, un débridement des sens qui, sur le plateau, se déroule comme un rituel libérateur, exacerbé, presque comme un rituel sacré.

© Pascal Gély.
© Pascal Gély.
Le sol est fait de terre battue d'un brun sombre, une lande où vont pousser les herbes du printemps et où vont s'enterrer les cadavres dans ce cycle naturel de la vie. Les corps sont faits de chair, de démangeaisons érotiques, d'étreintes troublantes. L'air est fait de musiques et de cris, de pluies fertiles et purifiantes, de brumes nocturnes où l'enfant devient homme et où l'homme devient animal. Toutes les dimensions ont été remplies de vie, de pulsions et de matières organiques pour troubler les sens des spectateurs.

Avec des comédiennes et des comédiens qui investissent des ongles aux cheveux leurs personnages avec une fougue et une générosité totale ; et avec une mise en scène au rythme magnifiquement soutenu par la musique du groupe Juicy, cet "Éveil du printemps" parvient à faire ressentir l'extraordinaire brutalité vécue par la jeunesse avec sa confrontation au suicide, au viol, à l'avortement dramatique, mais, dans le même temps, à nous donner une partie de sa lumineuse énergie originelle.

"L'Éveil du printemps"

© Pascal Gély.
© Pascal Gély.
Texte Frank Wedekind.
Adaptation et mise en scène : Armel Roussel.
Assistant à la mise en scène : Julien Jaillot.
Avec : Nadège Cathelineau, Romain Cinter, Thomas Dubot, Julien Frégé, Amandine Laval, Nicolas Luçon, Berdine Nusselder, Sophie Sénécaut, Lode Thiery, Uiko Watanabe, Judith Williquet
et le groupe Juicy (Julie Rens, Sasha Vovk) en alternance avec Elbi.
Lumières : Amélie Géhin.
Costumes : Coline Wauters.
Son : Pierre-Alexandre Lampert.
Maquillages : Urteza da Fonseca.
Collaboration artistique : Nathalie Borlée.
Durée : 2 h 30 sans entracte.
À partir de 14 ans.
Production [e]utopia[4] & Studio Théâtre National Wallonie-Bruxelles.

© Pascal Gély.
© Pascal Gély.
A été joué au Théâtre de la Tempête, Cartoucherie de Vincennes, Paris 12e, à partir du 27 février 2020 jusqu'à la fermeture du théâtre suite aux décisions gouvernementales visant à assurer la protection sanitaire face à l'épidémie Covid-19.
>> la-tempete.fr

Bruno Fougniès
Vendredi 20 Mars 2020

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives


Brèves & Com


Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.






    Aucun événement à cette date.



À découvrir

Bernard Adamus "C'qui nous reste du Texas"… Blues et beau

Pour son quatrième album, Bernard Adamus, avec son style blues très marqué, fricote avec le rock pour nous mener vers le grand nord sur des chansons qui se nourrissent de différents tempos aux paroles truculentes.

Bernard Adamus
Bernard Adamus, d'origine polonaise, a débarqué à ses trois ans au Québec. Depuis maintenant plus de dix ans, il trace une ligne artistique saluée par la critique avec ses albums "Brun" (2009), "No2" (2012) et "Sorel soviet so what" (2015). Du premier jusqu'au dernier LP, "C'qui nous reste du Texas", la qualité est toujours chevillée aux accords.

Avec ses dix titres, cet opus a une allure toujours foncièrement blues aux relents parfois rock. L'artiste a laissé très majoritairement son harmonica dans son étui. Sa voix, caractéristique, traînante, presque criarde, est utilisée comme effet multiplicateur de ses émotions.

Les chœurs sont discrets bien que parfois appuyés comme pour "Chipotle". Certaines compositions telle que "L'erreur" excelle dans un blues avec la contrebasse de Simon Pagé très présente, accompagnée de quelques notes de piano pour rendre un son plus clair quand celui-ci est, à dessein, légèrement étouffé par des percussions. La voix monte haut perchée au refrain où claironne un saxophone donnant un tournis musical, tel le reflet d'un état d'âme où la tristesse se berce d'incompréhension. C'est dans ces cassures de rythme que se mêlent d'autres éléments musicaux et vocaux donnant une tessiture aboutie. Le début d'une chanson peut ainsi être décharné à dessein comme celui d'un désert, d'un seul à seul avec l'artiste.

Safidin Alouache
05/05/2020
Spectacle à la Une

"I Fratelli Lehman" par la Cie Tom Corradini Teatro de Turin

Captation intégrale Ce spectacle sans paroles (ou très peu) - mais pas sans bruitages ! - devait être présenté au Théâtre Ambigu durant le festival Off d'Avignon cet été. Du fait de l'annulation, la compagnie italienne Tom Corradini Teatro de Turin vous invite à visionner cette pièce burlesque sur l'argent, la cupidité et l'amour raconté avec le langage du clown, sans interaction verbale, adapté à un public de tous âges et de toutes nationalités.

Comédie visuelle et physique interprété par deux talentueux clowns turinois (Tom Corradini et Michele Di Dedda), "I Fratelli Lehman" (The Lehman Brothers) raconte l'histoire d'un couple de banquiers et de financiers dont les capacités et les compétences les ont rendus célèbres et respectés dans tout le monde.

Apparemment, ils ont tout, des voitures rapides, de beaux secrétaires, des bureaux luxueux, un style de vie somptueux. Cependant, un jour leur fortune est anéantie en quelques minutes après un plongeon désastreux du marché boursier. Des richesses à la misère, ils doivent maintenant transformer leur échec en opportunité et gravir de nouveau la montagne du succès.

Gil Chauveau
21/04/2020
Sortie à la Une

Soigne le monde "Heal The World" de Michael Jackson par les Franglaises

Les Franglaises vous souhaitent encore et toujours un joyeux confinement en vous offrant une reprise franglisée de "Heal The World" de Michael Jackson ou "Soigne Le Monde" de Michel Fils de Jacques. Bonne écoute !

Soigne le monde
"Même confinés, les Franglaises récidivent en traduisant littéralement le très à-propos "Heal the World" de Michael Jackson : "Soigne le Monde". Enregistré et réalisé 100 % en confinement, les trente-cinq membres de la troupe donnent de la voix pour "faire de ce monde une meilleure place". "Enjoy… Euh, appréciez !"

Les Franglaises… le spectacle
Comédie musicale à la façon d'un "opéra pop" à l'américaine, le spectacle propose de traduire les plus grands succès du répertoire anglophone… histoire de vérifier, à travers un "test-aveugle", la pertinence de ces grands tubes mondiaux, des Scarabées à Reine, en passant par Michel Fils-de-Jacques et les Filles Épices… et bien plus encore…
Se prenant les pieds dans les incohérences des traductions littérales au premier degré à la manière de "google-trad", et emportés par la fiction de ces pièces musicales, les interprètes offrent une tournure explosive au spectacle qui vire au cabaret fou version Monty Python !
Durée : 1 h 45

Gil Chauveau
31/03/2020