La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Théâtre

"L'Espace furieux", un lieu de deus ex machina à la recherche d'un non-effet… pour le plus grand des plaisirs

"L'Espace furieux", en tournée

Ici c'est où ? Ici ou ici ? Valère Novarina est un auteur amoureux du théâtre qui pose avec clarté et facéties des questions simples. Et conduit les comédiens dans les chemins escarpés, pleins de surprises, du langage. En en posant et déposant les bases, en jouant avec les sonorités familières, il les égare.



© Julien Piffaut.
© Julien Piffaut.
Dans le jeu de ses enchaînements, les toponymies, les segments de récits et de contes, les éléments de l'architecture de l'espace et du temps (éléments de grammaire trop oubliés), il multiplie les possibilités d'interprétation. Dans "L'Espace furieux" qui est mis en scène par Mathilde Delahaye, artiste associée de l'espace des arts de Chalon-sur-Saône, l'espace théâtral est présenté dans un désordre apparent. Un espace furieux…

Toute la machine théâtrale, portée par des comédiens pleins d'énergie et de finesse, participe à l'élaboration temporaire et fugace de fragments de théâtres, d'éclats à la brillance de plus en plus soutenue. Chaque comédien, par approches réitérées, monte à l'avant-scène venant du lointain et disparaît. Travaillé par les mots à son corps défendant (pourrait-on dire), il trouve les sensations, trouve la justesse d'expression. Il traverse l'épreuve.

Et c'est comme dans un souffle que Monsieur Loyal croise un client de supermarché, la reine de la nuit, Arlequin. Que la lune éclaire un croissant qui est peut-être la lame d'une faux… Que la vie et la mort semblent s'équilibrer. Rythmiquement, le spectacle présente une très grande élasticité. Ses micro-rebondissements rendent captive l'attention et libres les interprétations.

© Julien Piffaut.
© Julien Piffaut.
Au gré des contiguïtés, les éléments du temps et de l'espace se propagent jusqu'à fonder une stabilité : celle d'un logos sans logorrhée. D'un Verbe. En apesanteur, en toute-puissance. À l'infinitif de son présent, qui participe de son passé, est antérieur à son futur. Celui d'un état de poésie qu'une simple liste de mots de fleurs suffit pour en donner le goût. Et le désir.

Cet espace furieux est pour le spectateur synonyme de délices et d'étonnements. Il explore le jeu du mystère de la représentation. Il fait avec joie le lien du sens. Entre sons, signes et sensations justement. Cet espace est celui de la concrétisation des chimères, des affinités électives, de la fondation d'un langage commun.

À observer le public et les comédiens, il apparaît clairement que c'est bien ici que cela se passe (hic et nunc) et que l'objet représenté, tout en gardant sa complexité, apparaît dans toute son énergie. Quelque chose se passe, qui passe très bien. Le public jubile. Le spectateur est heureux de cet espace furieux. Et Valère Novarina a trouvé des interprètes.

Les "parolants" de Valère Novarina sont bien des pantins à la recherche d'un marionnettiste, des deus ex machina à la recherche d'un non-effet pour le plus grand des plaisirs. Là est l'effet théâtre du Théâtre.

C'était à Chalon sur Saône le 11 Octobre.

"L'Espace furieux"

© Julien Piffaut.
© Julien Piffaut.
Texte : Valère Novarina.
Mise en scène Mathilde Delahaye.
Avec : Pierre-Félix Gravière, Frédéric Leidgens, Romain Pageard, Juliette Plumecocq-Mech, Maud Pougeoise, Blanche Ripoche, Kaspar Tainturier-Fink.
Dramaturge : Viviane Point.
Scénographie et costumes : Léa Gadbois-Lamer, Heidi Folliet.
Réalisateur son : Kaspar Tainturier-Fink.
Construction décors : Ateliers MC2:Grenoble.
Régisseur général-lumière : Sébastien Lemarchand.
Régisseur son : Cyril Aubret.
Régisseur plateau : Jean-Marc Bonnot.
Costumière : Chantal Bachelier.
Durée : 1 h 30 environ.

A été créé et joué du 11 au 13 octobre 2017,
à l'Espace des arts - scène nationale, Chalon-sur-Saône (71), 03 85 42 52 12

Tournée en cours
6 au 10 mars 2018 : Théâtre de la Cité Internationale, Paris.
17 et 18 mai 2018 : MC2:Grenoble, Grenoble (38).
Mai 2018 : Théâtre Dijon Bourgogne, Centre dramatique national, Dijon (21).

© Julien Piffaut.
© Julien Piffaut.

Jean Grapin
Mercredi 18 Octobre 2017

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives



Brèves & Com


Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.


PUB


    Aucun événement à cette date.
Publicité



À découvrir

"Dévaste-moi"… Persuasion et précision artistique… Pour une nouvelle façon de percevoir un spectacle

"Dévaste-moi", Tournée 2018/2019

Airs célèbres d'opéra, chansons rock, romances populaires. Dans son dernier spectacle "Dévaste moi"*, Emmanuelle Laborit chante et danse, livre des confidences à son public, elle fait le show. Avec ses musicos, (ses boys), tout le tralala et ses effets, les surtitrages qui ponctuent avec humour le tour de chant.

Elle met en place avec le soutien de Johanny Bert (qui met en scène) une forme éclectique de théâtre-danse et de music-hall mêlés. Le spectacle est à bien des égards vertigineux.

C'est que, au cas présent, l'artiste ne peut parler ni entendre les sons. Les mots et le sens ne peuvent pas sortir de la bouche. Tout le spectacle est en langage des signes. Interprété, pas traduit. En chantsigne.

Ce qui donne quelque chose de déroutant d'étonnamment maîtrisé qui dépasse très largement la notion de mimodrame et oblige le spectateur qui fait parti des "entendants" à reconsidérer sa manière de percevoir un spectacle.

Car à l'inverse des repères traditionnels qui élaborent un espace scénique dans lequel le sens circule entre les deux bornes de l'indicible : celles de l'obscène et du sublime, la prestation d'Emmanuelle Laborit passe par le bout des doigts et se transmet à tout le corps sans tabous avec la seule force de la persuasion et de la précision artistique. C'est toute la personne qui exprime le poids des sensations, la raison des sentiments ainsi que les effets de style.

Jean Grapin
20/09/2018
Spectacle à la Une

De la tragédie honteuse des migrants, Gilbert Ponté extrait le rayonnement lumineux de la vie

"De Pékin à Lampedusa", Théâtre Essaïon, Paris

Elle est frêle comme une adolescente, longiligne, belle. Elle surgit dans la salle voûtée de l'Essaïon transformée pour un court moment, par la magie de la vidéo, en horizon marin où resplendit un soleil sur le point de se coucher. Elle porte un bandeau d'athlétisme sur le front, des baskets et un jogging noir.

De la tragédie honteuse des migrants, Gilbert Ponté extrait le rayonnement lumineux de la vie
Elle s'appelle Malyka R.Johany et elle va interpréter et raconter la vie de Samia Yuzuf Omar, un personnage réel qui a existé il y a quelques années, dont l'existence est passée du plus haut des rêves au plus noir des cauchemars.

Une vie pourtant si courte. Samia est née en Somalie en 1991 - pays en guerres constantes, pays en proie aux bandes intégristes - dans une famille nombreuse dont le père meurt assassiné. Samia, à seize ans, doit s'occuper de ses cinq frères et sœurs, mais elle a une passion, la course à pied. Elle court. Elle défie le temps. Si bien, si fort, qu'en 2008 elle est à Pékin avec l'équipe olympique de Somalie et court le demi-fond avec les plus grandes, ses idoles, dans la plus illustre compétition du monde, elle n'a que dix-sept ans. Quatre ans plus tard, les Jeux sont organisés à Londres. Mais elle n'y participera pas.

La pièce, écrite et mise en scène par Gilbert Ponté, raconte cette période entre la gloire naissante d'une vive jeunesse et une noyade en mer au large des côtes italiennes avec d'autres migrants. Il raconte un gâchis. Une injustice sans nom. Une tristesse à pleurer. Mais pour cela, il prend le parti de s'intéresser à la lumière, la confiance, la force, la volonté et la passion qui ont animé cette jeune femme, qui l'ont poussée, malgré les obstacles, à croire encore en ses chances de participer aux Jeux de Londres, et tenter de rejoindre l'Europe en clandestin, une soif de vivre à tout prix !

Bruno Fougniès
05/11/2018
Sortie à la Une

"Crocodiles"… Comme l'histoire d'un d'Ulysse, épuisé, recueilli par Nausicaa

"Crocodiles", Maison des Métallos, Paris

C'était, il y a, une fois. Un petit garçon qui aimait les étoiles et les arbres fruitiers. Enaiat est son nom. Sa mère, parce qu'elle l'aimait, l'a confié au destin, en l'abandonnant au-delà de la frontière alors qu'il approchait de ses dix ans.

C'est qu'à dix ans, là-bas en Afghanistan, on devient un homme et qu'un homme, quand il est hazāra, quand il appartient à une ethnie persécutée, ne va pas à l'école. Il est esclave. Pendant cinq ans, peut-être, il va avancer vers l'Ouest, de nuit. Se cachant, travaillant le jour, amassant un pécule, des rencontres et des chances.

Afghanistan, Pakistan, Iran, Turquie, Grèce, jusqu'à cette Italie joyeuse et merveilleuse qui l'accueille et recueille son récit.

Cendre Chassane dans "Crocodiles" condense le récit du véritable Enaiat (publié en 2011 chez Liana Levi), et en fait un conte à deux voix dans lequel un écrivain journaliste plein d'empathie interviewe le réfugié.

Sa pièce est un concentré de théâtre. Sa simplicité narrative, l'économie de ses accessoires (un bout de ficelle, un cerf-volant, un ballon, un t-shirt, un livre illustré, un gâteau, un lé de tissu métallisé, des images d'infini de sable ou de ciel) suffisent à capter l'imaginaire et rendent l'histoire lisible et sensible.

Jean Grapin
23/04/2018