La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Concerts

L'Ensemble intercontemporain… toujours plus loin !

L'ensemble créé par Pierre Boulez repousse toujours plus loin les frontières sous les auspices de son directeur musical depuis 2013 Matthias Pintscher. Les concerts passés et à venir attestent sa mue, celle d'une avant-garde de plus en plus aventureuse et passionnante.



EIC © Quentin Chevrier.
EIC © Quentin Chevrier.
Trente-et-un solistes (et autant de "personnalités" entend-on souvent dire) pour un orchestre qui n'est pas exactement comme les autres, voilà ce qui ne change pas pour l'Ensemble intercontemporain. Pour le reste, la mutation est patente depuis quelques années et elle s'accélère en cette saison, alors que l'ensemble a fêté ses quarante ans en 2016-2017.

On se souvient que c'est à l'initiative du tout puissant Pierre Boulez, soutenu alors par le Ministère de la Culture, que l'Ensemble intercontemporain voit le jour en 1976. Il s'agit alors de promouvoir la création et la transmission de la musique dite contemporaine auprès d'un public bien peu concerné. L'arrivée du chef et compositeur Matthias Pintscher en 2013, adoubé par le Maître, ouvre une nouvelle ère pour l'orchestre. Pierre Boulez ne l'encourage-t-il pas en effet dans cette large voie en lui suggérant "Changez tout, soyez différent" ?

Et ses missions sont désormais variées comme jamais. Outre celles de toujours, la création (l'EIC commande quinze à vingt œuvres chaque année), la diffusion et la transmission du répertoire contemporain (qui ne se limite plus à l'écriture atonale, s'ouvre de plus en plus à la néo-tonalité pour aborder des styles musicaux de plus en plus variés), l'ensemble privilégie désormais les rencontres improbables et les dialogues féconds entre formes et disciplines artistiques très différentes comme la danse, le théâtre, la vidéo et les arts plastiques.

Matthias Pintscher © DR.
Matthias Pintscher © DR.
Il forme jeunes interprètes, chefs et compositeurs, poursuit sa collaboration avec l'Ircam pour des projets inédits utilisant les nouvelles technologies multimédia. L'EIC multiplie ainsi les coproductions pluridisciplinaires favorisant les interactions entre les instruments et la technologie, tout en ayant créé sa chaîne Youtube, son label - et tout en continuant à donner près de soixante concerts annuels partout dans le monde pour une cinquantaine de programmes différents.

Cette année, les frontières semblent encore repoussées avec une vitalité inédite. Une façon, selon Matthias Pintscher, de faire prospérer une identité originelle trempée forcément à l'avant-garde. Il y eut, à l'automne dernier, le week-end Frank Zappa à la Philharmonie (où l'EIC est en résidence depuis son ouverture en 2015) "The Grand Wazoo", puis la superbe soirée consacrée à Gyorgy Ligeti et son "Requiem" assorti d'une version concert du "Grand Macabre" avec les musiciens du Conservatoire national de Paris et le Chœur national hongrois. Deux manifestations, parmi d'autres, au succès critique et public indéniable. Non sans offrir ad libitum de nombreux concerts éducatifs qui contribuent à la reconnaissance de l'ensemble par un public qui va, lui aussi, s'élargissant.

Roscoe Mitchell © Jean-Baptiste Milot.
Roscoe Mitchell © Jean-Baptiste Milot.
Ce qui s'annonce pour 2019 n'est pas moins passionnant. À la Cité de la Musique, l'Ensemble intercontemporain fait son "Grand Soir Free Style" en organisant la rencontre (fructueuse à n'en pas douter) de la musique contemporaine et du Free Jazz, ce mouvement initié dans les années soixante dans le sillage de John Coltrane. Aux deux monstres sacrés que sont Roscoe Mitchell (dont l'EIC va créer une pièce qu'il lui a commandée, "Useful News") et George E. Lewis (pionnier de l'utilisation de l'informatique dans le jazz, qui verra deux de ses œuvres créées en France, dont "Emergent"), se mesureront les compositeurs Tyshawn Sorey et Johannes Boris Borowski.

Le 21 janvier, c'est à la Fondation Louis Vuitton que l'EIC rendra un vibrant "Hommage à Basquiat" à l'occasion de l'exposition des œuvres de ce dernier (confrontées à celles d'Egon Schiele) avec la création mondiale d'une "Nouvelle œuvre" de Matthias Pintscher pour trois trompettes, à côté d'œuvres de John Cage, de Yann Robin, de George Crumb et de Bryce Dessner (adepte du crossover : une petite révolution pour l'EIC en ce qui concerne son répertoire note avec enthousiasme le directeur musical et compositeur maison dans une vidéo).

EIC © DR.
EIC © DR.
Le 2 février, le public est invité à un spectacle gratuit à la Cité de la Musique (à 19 h). L'Ensemble intercontemporain donnera "Twice upon a Time" de Lucia Ronchetti et la création française du "Théâtre sans paroles" de Luciano Berio. À l'Opéra de Rennes, la compositrice Lucia Ronchetti sera encore à l'honneur avec des solistes de l'EIC avec ses "Aventures de Pinocchio", mises en espace par Matthieu Leroy.

Enfin, l'ensemble créera en février 2019 à la Maison de la Radio (lors du Festival "Présences") deux œuvres du hongrois Mate Bella et du français Florent Caron Darras. Le bel horizon que voilà tracé par un ensemble plus créatif que jamais.

"Grand Soir Free Style"
Durée : environ 2 h 15 dont 2 entractes.
18 janvier 2019 à 20 h 30.
Philharmonie de Paris.
Salle des concerts, Cité de la Musique, Paris 19e, 01 44 84 44 84.
>> philharmoniedeparis.fr

Christine Ducq
Jeudi 17 Janvier 2019

Nouveau commentaire :

Concerts | Lyrique








À découvrir

Si Louise Michel m'était contée… Cabaret peu orthodoxe sur l'art de la rébellion !

"Cabaret Louise", Théâtre Le Funambule Montmartre, Paris

Reprise Grandes ignorées de nos scolarités boutonneuses, la Commune et sa compagne Louise Michel sont tirées du passé et ici convoquées à une célébration festive et effrontée, bâtie sur un cinquantenaire soixante-huitard bienfaisant, où se réunissent de manière intempestive, ou pas, Rimbaud, Hugo, Léo et Théophile Ferré, Louise Attaque, Johnny Hallyday, Jules Ferry et Adolphe Thiers, etc., prenant vie grâce aux joyeux jeux virtuoses de Charlotte Zotto et Régis Vlachos.

Si Louise Michel m'était contée… Cabaret peu orthodoxe sur l'art de la rébellion !
En une forme de cabaret drolatique, foutraque, jouissif et impertinent, est rendu hommage à la révolte, à l'espérance d'une toujours future révolution, au souvenir de celles qui ont eu lieu - sans malheureusement toujours beaucoup d'efficience -, à celles et ceux - communards ou soixante-huitards - qui les imaginèrent sur le terreau de folles utopies. Régis Vlachos nous offre à nouveau un insolent et hilarant éloge d'une nouvelle rébellion à inventer, nous incitant, dans le respect de nos libertés individuelles, à nous indigner encore et toujours.

Cet hommage audacieux et - forcément - libertaire est associé subtilement, dans un intelligent second plan et en un judicieux contrepoint, à nos désespérantes actualités. Et, tour de force réussi, est généré, en complément inattendu et croustillant, une approche de mise en abyme conjugale du couple tentant de représenter le spectacle tout en l'interrompant de tempétueuses disputes, de tentatives de réconciliation… ou de négociation de définitive séparation... Instillant ainsi dans tous les tiroirs narratifs, une revendication féminine et féministe émanant historiquement de Louise Michel et, dans une contemporanéité militante, celle de la femme d'aujourd'hui que sont les comédiennes Charlotte Zotto et Johanna Garnier.

Gil Chauveau
22/01/2019
Spectacle à la Une

"Cassandra", cruauté et infinie tendresse pour conter le métier de comédienne

La chronique d'Isa-belle L

"Cassandra", C majuscule s'il vous plaît. Pas uniquement parce que c'est un prénom qui, aussi, introduit une phrase ou parce que c'est le titre du spectacle, mais parce que Cassandra, qu'elle soit moderne ici, mythique là-bas, mérite en capitale (C) cette jolie troisième lettre de l'alphabet à chaque recoin de mon papier. La lettre "C" comme Cassandra et comme le nom de famille de l'auteur. Rodolphe Corrion.

Deux C valent pour un troisième : Coïncidence. L'auteur, masculin, très habile répondant au nom de "Corrion" a écrit pour une comédienne à multiples facettes ce seul(e) en scène. Nous voilà à 3 C et trois bonnes raisons d'aller découvrir et applaudir ce spectacle mené de main de maîtresse par la comédienne Dorothée Girot. Jolie blonde explosive, sincère et talentueuse.

Inspiré du mythe de Cassandre, Rodolphe Corrion nous propose aujourd'hui, dans son texte à l'humour finement brodé, un personnage - Théodora -, comédienne enchaînant les castings avec peine, se retrouvant d'ailleurs en intro de spectacle, face à une conseillère Pôle Emploi. Excellent moment et monologue réjouissant. Théodora sent que quelque chose va se produire dans la vie de cette conseillère, quelque chose de… bah ! Oui. Il va se passer quelque chose… elle l'avait sentie, on ne l'a pas écoutée puis… la conseillère, elle ne l'a plus jamais revue.

Isabelle Lauriou
27/03/2019
Sortie à la Une

"An Irish Story" Une histoire des Irlandais, ces derniers bardes

"An Irish Story", Théâtre de Belleville, Paris

Son grand-père Peter 0'Farrel a disparu sans laisser d'adresse. Dans "An irish story", Kelly Rivière, la petite fille, est partie en quête puisque sa mère Margaret n'a pas voulu révéler le secret de la famille. Volubile, Kelly raconte sur scène ce qui devient vite, par elle et pour elle, une épopée. Don ou atavisme familial ? Au spectateur de décider mais il est comblé devant le collier de perles théâtrales qui lui est présenté.

Trimballé de Lyon à Dublin via Londres. Au départ, Kelly s'y prend un peu, faussement, gauchement, par un timide stand up mais l'histoire accroche. Il y a la personnalité de cet aïeul "so Irish" rejoignant étonnamment Londres pour reconstruire la ville dévastée par la guerre, qui a eu une fille, et a disparu comme bien d'autres… Disparus dans une mer d'alcool ? Peut-être… Que peut-on attendre de ces diables d'hommes, seuls garçons de fratries de filles (nombreuses) et eux–mêmes géniteurs de légendes…

À mesure que l'histoire avance, le récit devient dialogue. Le personnage est de plus en plus échauffé, de plus en plus passionné. Comme ébrié. Des paroles prises sur le vif, des personnages incarnés. Les accents à couper au couteau, ces îles de par delà la Manche ou le channel, de la mer d'Irlande Muir Éireann ou Irish sea, les rituels de la "cup of Tea", de la Guinness, la mère, les cousines, les voisins, le pub, tout y passe.

Jean Grapin
14/05/2019