La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Concerts

L'Ensemble intercontemporain… toujours plus loin !

L'ensemble créé par Pierre Boulez repousse toujours plus loin les frontières sous les auspices de son directeur musical depuis 2013 Matthias Pintscher. Les concerts passés et à venir attestent sa mue, celle d'une avant-garde de plus en plus aventureuse et passionnante.



EIC © Quentin Chevrier.
EIC © Quentin Chevrier.
Trente-et-un solistes (et autant de "personnalités" entend-on souvent dire) pour un orchestre qui n'est pas exactement comme les autres, voilà ce qui ne change pas pour l'Ensemble intercontemporain. Pour le reste, la mutation est patente depuis quelques années et elle s'accélère en cette saison, alors que l'ensemble a fêté ses quarante ans en 2016-2017.

On se souvient que c'est à l'initiative du tout puissant Pierre Boulez, soutenu alors par le Ministère de la Culture, que l'Ensemble intercontemporain voit le jour en 1976. Il s'agit alors de promouvoir la création et la transmission de la musique dite contemporaine auprès d'un public bien peu concerné. L'arrivée du chef et compositeur Matthias Pintscher en 2013, adoubé par le Maître, ouvre une nouvelle ère pour l'orchestre. Pierre Boulez ne l'encourage-t-il pas en effet dans cette large voie en lui suggérant "Changez tout, soyez différent" ?

Et ses missions sont désormais variées comme jamais. Outre celles de toujours, la création (l'EIC commande quinze à vingt œuvres chaque année), la diffusion et la transmission du répertoire contemporain (qui ne se limite plus à l'écriture atonale, s'ouvre de plus en plus à la néo-tonalité pour aborder des styles musicaux de plus en plus variés), l'ensemble privilégie désormais les rencontres improbables et les dialogues féconds entre formes et disciplines artistiques très différentes comme la danse, le théâtre, la vidéo et les arts plastiques.

Matthias Pintscher © DR.
Matthias Pintscher © DR.
Il forme jeunes interprètes, chefs et compositeurs, poursuit sa collaboration avec l'Ircam pour des projets inédits utilisant les nouvelles technologies multimédia. L'EIC multiplie ainsi les coproductions pluridisciplinaires favorisant les interactions entre les instruments et la technologie, tout en ayant créé sa chaîne Youtube, son label - et tout en continuant à donner près de soixante concerts annuels partout dans le monde pour une cinquantaine de programmes différents.

Cette année, les frontières semblent encore repoussées avec une vitalité inédite. Une façon, selon Matthias Pintscher, de faire prospérer une identité originelle trempée forcément à l'avant-garde. Il y eut, à l'automne dernier, le week-end Frank Zappa à la Philharmonie (où l'EIC est en résidence depuis son ouverture en 2015) "The Grand Wazoo", puis la superbe soirée consacrée à Gyorgy Ligeti et son "Requiem" assorti d'une version concert du "Grand Macabre" avec les musiciens du Conservatoire national de Paris et le Chœur national hongrois. Deux manifestations, parmi d'autres, au succès critique et public indéniable. Non sans offrir ad libitum de nombreux concerts éducatifs qui contribuent à la reconnaissance de l'ensemble par un public qui va, lui aussi, s'élargissant.

Roscoe Mitchell © Jean-Baptiste Milot.
Roscoe Mitchell © Jean-Baptiste Milot.
Ce qui s'annonce pour 2019 n'est pas moins passionnant. À la Cité de la Musique, l'Ensemble intercontemporain fait son "Grand Soir Free Style" en organisant la rencontre (fructueuse à n'en pas douter) de la musique contemporaine et du Free Jazz, ce mouvement initié dans les années soixante dans le sillage de John Coltrane. Aux deux monstres sacrés que sont Roscoe Mitchell (dont l'EIC va créer une pièce qu'il lui a commandée, "Useful News") et George E. Lewis (pionnier de l'utilisation de l'informatique dans le jazz, qui verra deux de ses œuvres créées en France, dont "Emergent"), se mesureront les compositeurs Tyshawn Sorey et Johannes Boris Borowski.

Le 21 janvier, c'est à la Fondation Louis Vuitton que l'EIC rendra un vibrant "Hommage à Basquiat" à l'occasion de l'exposition des œuvres de ce dernier (confrontées à celles d'Egon Schiele) avec la création mondiale d'une "Nouvelle œuvre" de Matthias Pintscher pour trois trompettes, à côté d'œuvres de John Cage, de Yann Robin, de George Crumb et de Bryce Dessner (adepte du crossover : une petite révolution pour l'EIC en ce qui concerne son répertoire note avec enthousiasme le directeur musical et compositeur maison dans une vidéo).

EIC © DR.
EIC © DR.
Le 2 février, le public est invité à un spectacle gratuit à la Cité de la Musique (à 19 h). L'Ensemble intercontemporain donnera "Twice upon a Time" de Lucia Ronchetti et la création française du "Théâtre sans paroles" de Luciano Berio. À l'Opéra de Rennes, la compositrice Lucia Ronchetti sera encore à l'honneur avec des solistes de l'EIC avec ses "Aventures de Pinocchio", mises en espace par Matthieu Leroy.

Enfin, l'ensemble créera en février 2019 à la Maison de la Radio (lors du Festival "Présences") deux œuvres du hongrois Mate Bella et du français Florent Caron Darras. Le bel horizon que voilà tracé par un ensemble plus créatif que jamais.

"Grand Soir Free Style"
Durée : environ 2 h 15 dont 2 entractes.
18 janvier 2019 à 20 h 30.
Philharmonie de Paris.
Salle des concerts, Cité de la Musique, Paris 19e, 01 44 84 44 84.
>> philharmoniedeparis.fr

Christine Ducq
Jeudi 17 Janvier 2019

Nouveau commentaire :

Concerts | Lyrique





    Aucun événement à cette date.



À découvrir

•Off 2019• Antioche… Contradictions contemporaines… entre confort matérialiste et exaltation romantique

L'histoire se passe au Québec. Dans "Antioche" de Sarah Berthiaume, Antigone est une adolescente un peu foutrac, qui fait un peu n'importe nawak avec son djin troué et sa toga praetexta. Normal, elle voudrait jouer Anouilh et son Antigone, et articuler parfaitement le Français standard plutôt que jouer les fièvres du samedi soir…

•Off 2019• Antioche… Contradictions contemporaines… entre confort matérialiste et exaltation romantique
… Quant à sa copine Jade, elle ne vaut pas mieux qui s'emmure dans les toiles d'Internet, universelle araigne maléfique, pendant que sa mère qui a fui la Syrie fait des listes de mots pour les mémoriser.

Dans cette terre d'exil et d'accueil, dans cette terre d'immigration qui mêle réfugiés du Proche-Orient et descendants des acadiens entourés d'Anglais, cette terre qui veut échapper au globish et se pose la question de sa présence au monde, les deux copines rêvent de fugues, vivent intensément le sentiment de la liberté ou de l'enfermement. C'est que le confort matérialiste ou l'exaltation romantique sont autant de pièges à éviter. Pour elles le retour aux origines est problématique. La pièce noue les contradictions contemporaines.

Le langage est populaire, direct et inventif. Et le spectacle évolue de la comédie populaire et farcesque au drame suspendu au dessus des têtes. Les personnages connaissent des paroxysmes et dans les allers et les retours de leurs rêves, dans leurs errances, leurs désirs de fugues se lit la construction d'une mémoire et d'une identité. Jusqu'à ce que les deux héroïnes, en bordure du danger, croisent le chemin de la fatalité et du destin. Le retour aux origines devient tentation de l'intégrisme, du terrorisme.

Jean Grapin
29/06/2019
Spectacle à la Une

•Off 2019• La dernière bande Enregistrements magnétiques… performance à donner la banane !

Quand du noir complet, le faisceau de lumière de l'ampoule tombant des cintres coiffe le crâne dégarni et blanchi de Denis Lavant, hiératique derrière un bureau métallique fatigué, les yeux aimantés par un magnétophone à bande posé devant lui et absorbant dans la nuit magnétique toute son énergie, on se dit que la magie du théâtre est un leurre qui nous ravit au double sens…

•Off 2019• La dernière bande Enregistrements magnétiques… performance à donner la banane !
Plus rien n'existe alors que ce fabuleux homme né pour le théâtre qui s'apprête devant nous à renouer avec l'univers insolite de Samuel Beckett, dont il a interprété sur cette même scène des Halles, "Cap au pire" (2017), mis en jeu par le même Jacques Osinski.

Et le (très) long silence qui s'ensuit instille, dans le droit fil du choc liminaire, une étrangeté en osmose avec l'univers du dramaturge irlandais. Puis, émergeant de sa torpeur contemplative, "il" rapproche à quelques millimètres de son œil, que l'on devine à moitié aveugle, une clé extraite du fouillis de son veston loqueteux. Si le premier tiroir ouvert contenant une bobine ne l'intéresse pas dans l'immédiat, l'autre dans lequel il plonge à nouveau sa tête lui offre… une banane ! Épluchée soigneusement, elle va être tenue en bouche avant d'être mangée. La peau jetée sur le sol, lui vaudra une glissade digne d'un Buster Keaton sorti d'un film muet.

Yves Kafka
07/07/2019
Sortie à la Une

•Off 2019• Le dernier Ogre Conte slamé et "bio-éthique" à dévorer tout cru

D'abord dire le choc artistique lié au mix d'un slam magnétique, d'une voix parlée aux résonances philosophiques, d'une musique live et de live painting se répondant l'une et l'autre, le tout réuni sur le même plateau pour créer l'univers poétique où deux histoires différentes - quoique… - se rencontrent au point de chute. Les contes partagent cela en commun, ils "parlent" au-delà de leur contenu et réservent des surprises "sans fin" qui nous mettent en appétit (d'ogre).

•Off 2019• Le dernier Ogre Conte slamé et
Ensuite, dire que l'on ne doit pas se laisser abuser par le mot conte… Comme beaucoup de contes, il n'est pas destiné aux enfants même s'il peut être vu avec intérêt par eux aussi… ne serait-ce que pour qu'ils expliquent aux adultes que leur faim de bien faire - rêve d'une vie bio et écologique à tous crins - peut s'avérer à la fin, "une vraie tuerie"…

(Il était une fois) un ogre dont i["À [son] retour [sa] douce avait dressé la table/Préparée comme jamais des mets gorgés d'odeur"]i (il parle, l'ogre, en alexandrins slamés) et qui aimait ses sept filles plus que tout au monde, les bisoutant, les cajolant et veillant à ce que rien ne leur manquât de nourriture raffinée et autres conforts domestiques. Un père de famille au-dessus de tout soupçon…

Certes, les mets gorgés d'odeurs mijotés par sa femme ogresse étaient exquis à son goût mais ogre il était, et son penchant "naturel" pour la chair fraîche humaine ne pouvait longtemps rester au garde-manger.

Yves Kafka
27/07/2019