La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Concerts

L'Ensemble intercontemporain… toujours plus loin !

L'ensemble créé par Pierre Boulez repousse toujours plus loin les frontières sous les auspices de son directeur musical depuis 2013 Matthias Pintscher. Les concerts passés et à venir attestent sa mue, celle d'une avant-garde de plus en plus aventureuse et passionnante.



EIC © Quentin Chevrier.
EIC © Quentin Chevrier.
Trente-et-un solistes (et autant de "personnalités" entend-on souvent dire) pour un orchestre qui n'est pas exactement comme les autres, voilà ce qui ne change pas pour l'Ensemble intercontemporain. Pour le reste, la mutation est patente depuis quelques années et elle s'accélère en cette saison, alors que l'ensemble a fêté ses quarante ans en 2016-2017.

On se souvient que c'est à l'initiative du tout puissant Pierre Boulez, soutenu alors par le Ministère de la Culture, que l'Ensemble intercontemporain voit le jour en 1976. Il s'agit alors de promouvoir la création et la transmission de la musique dite contemporaine auprès d'un public bien peu concerné. L'arrivée du chef et compositeur Matthias Pintscher en 2013, adoubé par le Maître, ouvre une nouvelle ère pour l'orchestre. Pierre Boulez ne l'encourage-t-il pas en effet dans cette large voie en lui suggérant "Changez tout, soyez différent" ?

Et ses missions sont désormais variées comme jamais. Outre celles de toujours, la création (l'EIC commande quinze à vingt œuvres chaque année), la diffusion et la transmission du répertoire contemporain (qui ne se limite plus à l'écriture atonale, s'ouvre de plus en plus à la néo-tonalité pour aborder des styles musicaux de plus en plus variés), l'ensemble privilégie désormais les rencontres improbables et les dialogues féconds entre formes et disciplines artistiques très différentes comme la danse, le théâtre, la vidéo et les arts plastiques.

Matthias Pintscher © DR.
Matthias Pintscher © DR.
Il forme jeunes interprètes, chefs et compositeurs, poursuit sa collaboration avec l'Ircam pour des projets inédits utilisant les nouvelles technologies multimédia. L'EIC multiplie ainsi les coproductions pluridisciplinaires favorisant les interactions entre les instruments et la technologie, tout en ayant créé sa chaîne Youtube, son label - et tout en continuant à donner près de soixante concerts annuels partout dans le monde pour une cinquantaine de programmes différents.

Cette année, les frontières semblent encore repoussées avec une vitalité inédite. Une façon, selon Matthias Pintscher, de faire prospérer une identité originelle trempée forcément à l'avant-garde. Il y eut, à l'automne dernier, le week-end Frank Zappa à la Philharmonie (où l'EIC est en résidence depuis son ouverture en 2015) "The Grand Wazoo", puis la superbe soirée consacrée à Gyorgy Ligeti et son "Requiem" assorti d'une version concert du "Grand Macabre" avec les musiciens du Conservatoire national de Paris et le Chœur national hongrois. Deux manifestations, parmi d'autres, au succès critique et public indéniable. Non sans offrir ad libitum de nombreux concerts éducatifs qui contribuent à la reconnaissance de l'ensemble par un public qui va, lui aussi, s'élargissant.

Roscoe Mitchell © Jean-Baptiste Milot.
Roscoe Mitchell © Jean-Baptiste Milot.
Ce qui s'annonce pour 2019 n'est pas moins passionnant. À la Cité de la Musique, l'Ensemble intercontemporain fait son "Grand Soir Free Style" en organisant la rencontre (fructueuse à n'en pas douter) de la musique contemporaine et du Free Jazz, ce mouvement initié dans les années soixante dans le sillage de John Coltrane. Aux deux monstres sacrés que sont Roscoe Mitchell (dont l'EIC va créer une pièce qu'il lui a commandée, "Useful News") et George E. Lewis (pionnier de l'utilisation de l'informatique dans le jazz, qui verra deux de ses œuvres créées en France, dont "Emergent"), se mesureront les compositeurs Tyshawn Sorey et Johannes Boris Borowski.

Le 21 janvier, c'est à la Fondation Louis Vuitton que l'EIC rendra un vibrant "Hommage à Basquiat" à l'occasion de l'exposition des œuvres de ce dernier (confrontées à celles d'Egon Schiele) avec la création mondiale d'une "Nouvelle œuvre" de Matthias Pintscher pour trois trompettes, à côté d'œuvres de John Cage, de Yann Robin, de George Crumb et de Bryce Dessner (adepte du crossover : une petite révolution pour l'EIC en ce qui concerne son répertoire note avec enthousiasme le directeur musical et compositeur maison dans une vidéo).

EIC © DR.
EIC © DR.
Le 2 février, le public est invité à un spectacle gratuit à la Cité de la Musique (à 19 h). L'Ensemble intercontemporain donnera "Twice upon a Time" de Lucia Ronchetti et la création française du "Théâtre sans paroles" de Luciano Berio. À l'Opéra de Rennes, la compositrice Lucia Ronchetti sera encore à l'honneur avec des solistes de l'EIC avec ses "Aventures de Pinocchio", mises en espace par Matthieu Leroy.

Enfin, l'ensemble créera en février 2019 à la Maison de la Radio (lors du Festival "Présences") deux œuvres du hongrois Mate Bella et du français Florent Caron Darras. Le bel horizon que voilà tracé par un ensemble plus créatif que jamais.

"Grand Soir Free Style"
Durée : environ 2 h 15 dont 2 entractes.
18 janvier 2019 à 20 h 30.
Philharmonie de Paris.
Salle des concerts, Cité de la Musique, Paris 19e, 01 44 84 44 84.
>> philharmoniedeparis.fr

Christine Ducq
Jeudi 17 Janvier 2019

Nouveau commentaire :

Concerts | Lyrique





Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.






    Aucun événement à cette date.



À découvrir

"Sabordage" Comme une synthèse de la modernité… une implosion écologique à venir, avenir sombre de notre monde…

Elle fut riche et belle, plaisante et paradisiaque, pays de cocagne… puis devint consommatrice et opulente, industrieuse, minière et calamité écologique, pour finir mendiante et désespérée, à l'avenir destructif d'une future terre qui coule à pic… C'est la "belle" histoire de l'île de Nauru*, miroir de notre prochain anéantissement - au délicat (!) mais définitif intitulé "6e extinction de masse" -, qui nous est contée par le talentueux Collectif Mensuel.

Narration aux allures de débats, de commentaires, d'échanges réalistes… Scénographie en une forme d'actions documentaires, visible au lointain par report vidéo "en direct", en rappel de notre monde de l'image, expression ironique de nos chaînes d'infos en continu pour une structure créative d'un théâtre pédagogique, d'un reportage théâtralisé… Car ici tout est vrai, le drame, les horreurs économiques, le dézingage des ressources et de l'environnement… le sabordage de l'île a vraiment eu lieu, sans parler des perspectives radieuses d'une fin en version sous-marine !

Le récit - dans un préambule exposant un éden de rêve aux allures de paradis touristique, sis à quelques encablures de la Papouasie-Nouvelle-Guinée (près de 2 700 km quand même !) - se construit sur un montage cinématographique et télévisuel où le collectif puise dans les séries et films des années soixantes-dix quatre-vingt, tous célèbres et ancrées dans nos imaginaires collectifs…

Gil Chauveau
11/10/2019
Spectacle à la Une

FAB 2019 "Concours européen de la chanson philosophique" La philosophie mise en musique dans un dispositif à faire kiffer "l'euro-vision"

Massimo Furlan, performer suisse mâtiné d'Italien, était dans ses jeunes années fan de l'Eurovision, de ses paillettes éblouissantes et de ses bluettes sentimentales réunissant joyeusement sa famille autour du petit écran. Près d'un demi-siècle plus tard, c'est la grande avant-scène du Carré qui le projette sous les sunlights en splendide ordonnateur - flanqué d'une superbe créature en robe lamé - de deux soirées "enchantées" dédiées à une vision de notre Monde. Comme quoi divertissement populaire et réflexion de pointe peuvent rimer ensemble…

FAB 2019
Reconstituant somptueusement le décorum kitsch du concours de l'Eurovision ayant à jamais impressionné ses premières émotions artistiques, le performer semble jubiler en détournant "sérieusement" le répertoire d'origine pour proposer un récital de onze chansons dont l'écriture a été confiée par ses soins à des philosophes, sociologues et autres chercheurs sachant penser le monde. L'interprétation de ces textes métaphoriques revient à des artistes costumés de manière délirante, projetés en direct par un vidéaste décuplant leur truculente présence scénique sur les notes d'un orchestre en live.

Quant au Jury réuni sur une singulière estrade roulante dénotant avec sa "notabilité", il est composé d'éminents professeurs d'université et sommités intellectuelles se prêtant avec grâce et bonheur au jeu de leur interprétation avant d'attribuer leur note. Le public - le genre l'impose - est sollicité en permanence afin de faire entendre également "sa voix" captée par un "votaton" chargé d'enregistrer le volume d'applaudissements attribué à chaque candidat.

Yves Kafka
15/10/2019
Sortie à la Une

"Fake"… Un "Peer Gynt" pour explorer le monde de l'info et de l'intox

"Fake - Tout est faux, tout est fou", Gare de l'Est, Paris

L'homme vagabonde sous les toits ferroviaires, au carrefour des âmes voyageuses… il est conteur. Peer Gynt partit aussi à l'aventure, cheminant entre rêve et réalité. Le narrateur s'en inspire pour démêler le vrai du faux… de notre réalité… Extraire le fake à l'ère des news…

Spectacle déambulatoire, performance de rues (ici intérieure), Fake convoque un conteur, un concepteur compositeur, des musiciens, pour une exploration d'un nouveau type où le spectateur, équipé d'un casque audio, se laisse emmener, au sens littéral comme virtuel dans une promenade découverte entre vraies et fausses informations.

Dans ce périple artistique, ce dernier garde toute liberté d'action, plus précisément de mouvements, déambulant dans l'espace proposé au fil de ses envies, de ses inspirations ou guidé par l'histoire, narration sonore, vocale et musicale, composée en direct et diffusée dans le casque et/ou influencé par la vue, le cheminement de l'acteur, Abbi Patrix, interprétant à sa façon Peer Gynt, exprimant son ressenti du lieu, posant des questions sur la véracité du réel ou interrogeant le badaud passant.

Les éléments sonores audibles dans le casque sont superposés, sans apparente cohérence mais peuvent stimuler ou orienter la perception du spectateur qui fait le choix d'être actif ou passif, ponctuellement ou de manière permanente, redevenant alors un simple observateur.

Gil Chauveau
10/10/2019