La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Concerts

L'Ensemble intercontemporain… toujours plus loin !

L'ensemble créé par Pierre Boulez repousse toujours plus loin les frontières sous les auspices de son directeur musical depuis 2013 Matthias Pintscher. Les concerts passés et à venir attestent sa mue, celle d'une avant-garde de plus en plus aventureuse et passionnante.



EIC © Quentin Chevrier.
EIC © Quentin Chevrier.
Trente-et-un solistes (et autant de "personnalités" entend-on souvent dire) pour un orchestre qui n'est pas exactement comme les autres, voilà ce qui ne change pas pour l'Ensemble intercontemporain. Pour le reste, la mutation est patente depuis quelques années et elle s'accélère en cette saison, alors que l'ensemble a fêté ses quarante ans en 2016-2017.

On se souvient que c'est à l'initiative du tout puissant Pierre Boulez, soutenu alors par le Ministère de la Culture, que l'Ensemble intercontemporain voit le jour en 1976. Il s'agit alors de promouvoir la création et la transmission de la musique dite contemporaine auprès d'un public bien peu concerné. L'arrivée du chef et compositeur Matthias Pintscher en 2013, adoubé par le Maître, ouvre une nouvelle ère pour l'orchestre. Pierre Boulez ne l'encourage-t-il pas en effet dans cette large voie en lui suggérant "Changez tout, soyez différent" ?

Et ses missions sont désormais variées comme jamais. Outre celles de toujours, la création (l'EIC commande quinze à vingt œuvres chaque année), la diffusion et la transmission du répertoire contemporain (qui ne se limite plus à l'écriture atonale, s'ouvre de plus en plus à la néo-tonalité pour aborder des styles musicaux de plus en plus variés), l'ensemble privilégie désormais les rencontres improbables et les dialogues féconds entre formes et disciplines artistiques très différentes comme la danse, le théâtre, la vidéo et les arts plastiques.

Matthias Pintscher © DR.
Matthias Pintscher © DR.
Il forme jeunes interprètes, chefs et compositeurs, poursuit sa collaboration avec l'Ircam pour des projets inédits utilisant les nouvelles technologies multimédia. L'EIC multiplie ainsi les coproductions pluridisciplinaires favorisant les interactions entre les instruments et la technologie, tout en ayant créé sa chaîne Youtube, son label - et tout en continuant à donner près de soixante concerts annuels partout dans le monde pour une cinquantaine de programmes différents.

Cette année, les frontières semblent encore repoussées avec une vitalité inédite. Une façon, selon Matthias Pintscher, de faire prospérer une identité originelle trempée forcément à l'avant-garde. Il y eut, à l'automne dernier, le week-end Frank Zappa à la Philharmonie (où l'EIC est en résidence depuis son ouverture en 2015) "The Grand Wazoo", puis la superbe soirée consacrée à Gyorgy Ligeti et son "Requiem" assorti d'une version concert du "Grand Macabre" avec les musiciens du Conservatoire national de Paris et le Chœur national hongrois. Deux manifestations, parmi d'autres, au succès critique et public indéniable. Non sans offrir ad libitum de nombreux concerts éducatifs qui contribuent à la reconnaissance de l'ensemble par un public qui va, lui aussi, s'élargissant.

Roscoe Mitchell © Jean-Baptiste Milot.
Roscoe Mitchell © Jean-Baptiste Milot.
Ce qui s'annonce pour 2019 n'est pas moins passionnant. À la Cité de la Musique, l'Ensemble intercontemporain fait son "Grand Soir Free Style" en organisant la rencontre (fructueuse à n'en pas douter) de la musique contemporaine et du Free Jazz, ce mouvement initié dans les années soixante dans le sillage de John Coltrane. Aux deux monstres sacrés que sont Roscoe Mitchell (dont l'EIC va créer une pièce qu'il lui a commandée, "Useful News") et George E. Lewis (pionnier de l'utilisation de l'informatique dans le jazz, qui verra deux de ses œuvres créées en France, dont "Emergent"), se mesureront les compositeurs Tyshawn Sorey et Johannes Boris Borowski.

Le 21 janvier, c'est à la Fondation Louis Vuitton que l'EIC rendra un vibrant "Hommage à Basquiat" à l'occasion de l'exposition des œuvres de ce dernier (confrontées à celles d'Egon Schiele) avec la création mondiale d'une "Nouvelle œuvre" de Matthias Pintscher pour trois trompettes, à côté d'œuvres de John Cage, de Yann Robin, de George Crumb et de Bryce Dessner (adepte du crossover : une petite révolution pour l'EIC en ce qui concerne son répertoire note avec enthousiasme le directeur musical et compositeur maison dans une vidéo).

EIC © DR.
EIC © DR.
Le 2 février, le public est invité à un spectacle gratuit à la Cité de la Musique (à 19 h). L'Ensemble intercontemporain donnera "Twice upon a Time" de Lucia Ronchetti et la création française du "Théâtre sans paroles" de Luciano Berio. À l'Opéra de Rennes, la compositrice Lucia Ronchetti sera encore à l'honneur avec des solistes de l'EIC avec ses "Aventures de Pinocchio", mises en espace par Matthieu Leroy.

Enfin, l'ensemble créera en février 2019 à la Maison de la Radio (lors du Festival "Présences") deux œuvres du hongrois Mate Bella et du français Florent Caron Darras. Le bel horizon que voilà tracé par un ensemble plus créatif que jamais.

"Grand Soir Free Style"
Durée : environ 2 h 15 dont 2 entractes.
18 janvier 2019 à 20 h 30.
Philharmonie de Paris.
Salle des concerts, Cité de la Musique, Paris 19e, 01 44 84 44 84.
>> philharmoniedeparis.fr

Christine Ducq
Jeudi 17 Janvier 2019

Nouveau commentaire :

Concerts | Lyrique



Brèves & Com


Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.


PUB


    Aucun événement à cette date.
Publicité



À découvrir

"Barbara amoureuse"… Ah qu'il est doux le temps des amours

Caroline Montier chante "Barbara amoureuse", Essaïon Théâtre, Paris

Chanter l'amour comme une femme, chanter l'amour de toutes les femmes, et interpréter celle qui sut tant aimer les hommes ainsi que son public. Dans une belle et élégante simplicité, Caroline Montier nous offre quelques joyaux mélodiques et poétiques de la grande Barbara, éternelle amoureuse.

Parti-pris judicieux, Caroline Montier a puisé dans le répertoire de jeunesse de la dame en noir, époque L’Écluse, Bobino (en première partie de Félix Marten en 61 et de Brassens en 64, puis en vedette en 65), et des premiers Olympia… Période Barbara jeune, tendre, passionnée ou orageuse amante. Une femme qui, à ses débuts, fut tout aussi timide et réservée que mutine et fougueuse, aimant tant l'amour que les hommes qui souvent l'ont comblée.

De titres connus ("Dis, quand reviendras-tu", 1ère version 1962 ou "La Solitude", 1965) à ceux qui le sont moins ("Pierre", 1964 ou "Gare de Lyon", 1964), Caroline Montier a construit un récital sur ces aventures qui ont jalonné sa vie, mais ici avec un choix de chansons enregistrées par Barbara entre 1962 et 1968, avec une prédilection pour des compositions de 64 ("Toi l'homme", "Je ne sais pas dire", "Septembre"…) ou de 68 ("Du bout des lèvres", "Amoureuse", "Le Testament", "Tu sais"…).

Dans cette exploration originale, Caroline Montier fait le choix d'aller croquer un rayon de soleil dans les amours de Barbara, apportant, avec subtilité et talent, une touche de grâce à l'ensemble.

Gil Chauveau
12/12/2018
Spectacle à la Une

"Adieu Monsieur Haffmann"… Rire et émotions mêlés dans une pièce toute en délicatesse… comme une sonate des cœurs purs

Reprise de la pièce aux quatre "Molière 2018", Théâtre Rive Gauche, Paris

La pièce est dessinée en traits purs, comme une esquisse, une encre fine qui laisse autant de place à l'imaginaire dans les espaces laissés vides que dans les tracés. Une sorte de stylisation mêlée à une extrême pudeur pour permettre à cette histoire de briller malgré la noirceur de l'époque où elle se déroule.

1942, les nazis instaurent le port obligatoire de l'étoile jaune pour les Juifs, monsieur Haffmann décide de se cacher dans la cave de sa bijouterie et d'en confier la direction (ainsi que sa propre sécurité) à son employé goy Pierre Vigneau.

Le décor sobre de Caroline Mexme, tout en déclinaisons de gris, sert de fond à cette époque aux couleurs vert-de-gris. D'un côté la cave où se cache Joseph Haffmann, de l'autre l'appartement à l'étage où s'installent Pierre et sa femme, jeune couple en attente d'un enfant qui ne vient pas. Dehors, les persécutions contre les Juifs s'intensifient, dénonciations, expropriations, et puis la rafle du Vél d'Hiv…

C'est dans ce huis clos que va se dérouler la pièce. Une vie à trois qui s'organise sur la base d'un double contrat : donnant-donnant. L'employé-modèle accepte de cacher son patron et de diriger la boutique à condition que celui-ci veuille bien tenter de mettre enceinte sa femme - car lui-même est stérile et monsieur Haffmann si fertile que sa descendance est déjà au nombre de quatre. Contrat aux allures diaboliques dans une époque où l'intégrité est soumise à toutes sortes de tentations, où toutes les trahisons sont possibles.

Bruno Fougniès
09/10/2018
Sortie à la Une

"Crocodiles"… Comme l'histoire d'un d'Ulysse, épuisé, recueilli par Nausicaa

"Crocodiles", en tournée 2018/2019

C'était, il y a, une fois. Un petit garçon qui aimait les étoiles et les arbres fruitiers. Enaiat est son nom. Sa mère, parce qu'elle l'aimait, l'a confié au destin, en l'abandonnant au-delà de la frontière alors qu'il approchait de ses dix ans.

C'est qu'à dix ans, là-bas en Afghanistan, on devient un homme et qu'un homme, quand il est hazāra, quand il appartient à une ethnie persécutée, ne va pas à l'école. Il est esclave. Pendant cinq ans, peut-être, il va avancer vers l'Ouest, de nuit. Se cachant, travaillant le jour, amassant un pécule, des rencontres et des chances.

Afghanistan, Pakistan, Iran, Turquie, Grèce, jusqu'à cette Italie joyeuse et merveilleuse qui l'accueille et recueille son récit.

Cendre Chassane dans "Crocodiles" condense le récit du véritable Enaiat (publié en 2011 chez Liana Levi), et en fait un conte à deux voix dans lequel un écrivain journaliste plein d'empathie interviewe le réfugié.

Sa pièce est un concentré de théâtre. Sa simplicité narrative, l'économie de ses accessoires (un bout de ficelle, un cerf-volant, un ballon, un t-shirt, un livre illustré, un gâteau, un lé de tissu métallisé, des images d'infini de sable ou de ciel) suffisent à capter l'imaginaire et rendent l'histoire lisible et sensible.

Jean Grapin
23/04/2018