La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Théâtre

"Keine Menschenseele" par le groupe Laokoon, un purgatoire des voix et d'êtres automates "fabriqués en Autriche"

Les morts parlent librement et les voix sont libérées du corps pour mettre en question le sens de l'humanité dans "Keine Menschenseele" ("pas une âme") signé par le groupe Laokoon (Cosima Terrasse, Moritz Riesewieck, Hans Block). Au cœur du purgatoire des voix, Ella (Caroline Baas), Peter (Philipp Hauss), Walter (Hans Dieter Knebel) et Luziwuzi (Lukas Watzl) sont émetteurs et réceptacles de celles qui sont à la fois les leurs et pas les leurs.



© Susanne Hassler-Smith.
© Susanne Hassler-Smith.
La salle de bal historique du Kasino am Schwarzenbergplatz, jadis le palais privé de l'archiduc Ludwig Viktor, est transformée en salle des serveurs pour "Keine Menschenseele" créé par Laokoon (Cosima Terrasse, Moritz Riesewieck, Hans Block). Un petit chandelier baroque suspendu au milieu de la scène semble déplacé parmi des câbles verts emmêlés qui lient le plafond et le sol comme des vignes. Les boîtes en verre (ou des cercueils, selon la perspective) élaborent la scène minimaliste qui profite de l'expressivité de l'éclairage (signé Norbert Gottwald) et tire sa vie des synthèses de voix spécifiquement désignées pour la taille et l'acoustique de la salle par le technicien sonore Michael Pucher.

Le topos classique du théâtre comme lieu où parlent des morts est pris au pied de la lettre. La représentation l'expérimente ainsi avec toutes sortes de voix venant de plusieurs dimensions : de l'au-delà, de l'histoire de l'humanité et en faisant référence à l'intelligence artificielle. Les voix sont émises indépendamment du corps et les quatre figures sur scène Ella (Caroline Baas), Peter (Philipp Hauss), Walter (Hans Dieter Knebel) et Luziwuzi (Lukas Watzl) sont dans un même temps des émetteurs et des accessoires-victimes des voix qui les transgressent.

© Susanne Hassler-Smith.
© Susanne Hassler-Smith.
Dépossédés d'eux-mêmes et du sens classique d'être humain, ils hantent la scène par des mouvements corporels qui semblent programmés, leurs voix imprégnées d'échos subtils, comme lorsqu'on entend quelqu'un dans un haut-parleur. Ils basculent constamment entre l'humain et l'humanoïde, comme le montrent les costumes qui figurent pour chacun des pantalons vernis et les transforment en êtres automates "made in Österreich" (fabriqués en Autriche).

Les identités des personnages sont floues au début, même si elles se dessinent de plus en plus clairement dans la deuxième moitié du spectacle. Peter est établi dans le sillage du mathématicien allemand Joseph Faber, inventeur de l'automate "Euphonia" qui était capable de prononcer toutes les consonnes des langues européennes et les voyelles sauf "i". Dans sa tirade remarquable, Hauss martèle bien l'idée centrale condensée dans la phrase "und ohne "i" kein Ich" (sans "i" il n'y a pas de Moi). Ella est introduite en pleine confusion quant à sa nature : est-elle l'"Euphonia" de Peter - et donc un automate - ou est-elle une âme errante ? Il s'avère que, de son vivant, elle était une activiste naturiste militante dont l'initiative de la grève de la faim au profit de la nature a poussé des jeunes à leur mort.

© Susanne Hassler-Smith.
© Susanne Hassler-Smith.
Baas incarne le rôle avec intelligence et une prise de distance adéquate au profit de la confusion maintenue de la nature de son personnage. Luziwuzi est plus abstrait encore. Quoique ses dialogues suggèrent qu'il était un activiste gay et un animateur de son vivant, l'intégralité de son discours reste aléatoire et dépourvue du caractère humain qu'on se demande s'il n'est pas, en effet, un automate. Walter, le plus "humain" après Peter, vit cependant dans un temps perdu et maintient sa distance avec le réel et l'humanité par un constant retour à la nostalgie.

Le minimalisme des décors dirige la focalisation sur les figures énigmatiques et déconstruites, d'une part, et, de l'autre, se déconstruit lui-même dans sa simplicité qui refuse toute interprétation fixe. Le référent et la référence tels qu'on les connaît sont mis en question jusqu'à la dissolution sémiotique, mais aussi ontologique, de tout. Cela ne nous surprend pas qu'à la fin un agent de sécurité (Thyl Hanscho) entre avec une lampe de poche et informe son chef au téléphone qu'il n'y a "pas une âme qui vive" dans la salle de spectacle sombre.

Vu le 15 juin 2022 au Kasino am Schwarzenbergplatz (Schwarzenbergplatz 1, Vienne, 1er district).

"Keine Menschenseele (Pas une âme)"

© Susanne Hassler-Smith.
© Susanne Hassler-Smith.
Spectacle en allemand.
Texte : Laokoon (Cosima Terrasse, Moritz Riesewieck, Hans Block).
Mise en scène, collage sonore, musique : Laokoon (Cosima Terrasse, Moritz Riesewieck, Hans Block).
Avec : Caroline Baas, Philipp Hauss, Hans Dieter Knebel, Lukas Watzl et Thyl Hanscho.
Voix : Elisabeth Orth, Michael Heltau et d'autres membres de l'ensemble.
Dramaturgie : Anika Steinhoff.
Décors : Martin Zlabinger.
Costumes : Elena Kreuzberger.
Synthèse vocale : Michael Pucher.
Lumières : Norbert Gottwald.

Prochaine représentation : 24 juin 2022.
Et éventuellement lors de la saison 22/23.
Kasino am Schwarzenbergplatz, Schwarzenbergplatz 1, Vienne, 1er district (Autriche).
Achat et réservations des billets sur >> burgtheater.at
Tél. : +43 (0)151 444 4545.
info@burgtheater.at

Vinda Miguna
Jeudi 23 Juin 2022

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives | Avignon 2021 | Avignon 2022


Brèves & Com



Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.






À découvrir

"Salle des Fêtes" Des territoires aux terroirs, Baptiste Amann arpente la nature humaine

Après le choc de sa trilogie "Des Territoires", dont les trois volets furent présentés en un seul bloc de sept heures à Avignon lors du Festival In de 2021, le metteur en scène se tourne vers un autre habitat. Abandonnant le pavillon de banlieue où vivait la fratrie de ses créations précédentes, il dirige sa recherche d'humanités dans une salle des fêtes, lieu protéiforme où se retrouvent les habitants d'un village. Toujours convaincu que seul ce qui fait communauté peut servir de viatique à la traversée de l'existence.

© Pierre Planchenault.
Si, dans "La vie mode d'emploi", Georges Perec avait imaginé l'existence des habitants d'un bâtiment haussmannien dont il aurait retiré la façade à un instant T, Baptiste Amann nous immerge dans la réalité auto-fictionnelle d'une communauté villageoise réunie à l'occasion de quatre événements rythmant les quatre saisons d'une année. Au fil de ces rendez-vous, ce sont les aspirations de chacun qui se confrontent à la réalité - la leur et celle des autres - révélant, au sens argentique d'une pellicule que l'on développe, des aspérités insoupçonnées.

Tout commence à l'automne avec l'exaltation d'un couple de jeunes femmes s'établissant à la campagne. Avec le montant de la vente de l'appartement parisien de l'une d'elles, écrivaine - appartement acquis grâce au roman relatant la maladie psychiatrique du frère qui les accompagne dans leur transhumance rurale -, elles viennent de s'installer dans une usine désaffectée flanquée de ses anciennes écluses toujours en service. Organisée par le jeune maire survient la réunion du conseil consultatif concernant la loi engagement et proximité, l'occasion de faire connaissance avec leur nouvelle communauté.

Yves Kafka
17/10/2022
Spectacle à la Une

"Play/replay" The Rat Pack Compagnie fait son cirque… et son cinéma... Action !

Après le succès mondial de "Speakeasy", la compagnie circassienne The Rat Pack est de retour avec une création intitulée "Play/Replay". Explorant précédemment le genre "films de gangsters" au cœur d'un bar clandestin - que l'on appelait, au temps de la prohibition, un "speakeasy" -, nous les découvrons pour ce nouveau spectacle sur un plateau en plein tournage d'une scène caractéristique des "films d'action", le cambriolage d'un objet précieux. On retrouve donc avec plaisir ce qui fait aujourd'hui leur marque de fabrique… un cocktail explosif mêlant acrobatie, musique et cinéma… plus, cette fois-ci, l'humour décalé de Jos Houben !

© Zenzel.
Imaginez un joyau convoité, un œuf précieux - façon œuf de Fabergé - protégé par des faisceaux verts que l'on perçoit bien dans une nuit noire et volontairement enfumée. Quoi de mieux pour exercer ses talents d'acrobate que le franchissement subtilement chorégraphié de ceux-ci. Ainsi débute "Play/Replay" avec cette scène ô combien classique digne d'un "Mission Impossible", d'un Ocean's Twelve (référence directe à l'œuf) ou d'un James Bond... Et la magie opère. Les six artistes de The Rat Pack - usant souvent du jeu d'ombres chinoises et de ses effets de mystères en "noir et blanc" - déploient humour et créativité pour se jouer des codes de ce genre cinématographique et les détourner avec espièglerie et autodérision.

Au fil des séquences - certaines reproduisant des cascades ou des défis réputés impossibles, improbables ou nécessitants de judicieux trucages -, ils réalisent des numéros s'enchaînant avec fluidité, sans temps mort, où il est fait appel à la roue Cyr, aux nombreuses déclinaisons du main à main, aux multiples variations du corps à corps, aux périlleux exercices de voltige, etc. Ainsi, culbutes, chutes, bagarres, explosions, ralentis, flashbacks, courses-poursuites - tout autant haletantes que burlesques -, attitudes figées clownesques alimentent l'histoire qui nous est contée et les coulisses qui nous sont dévoilées.

Gil Chauveau
20/12/2022
Spectacle à la Une

Dans "Nos jardins Histoire(s) de France #2", la parole elle aussi pousse, bourgeonne et donne des fruits

"Nos Jardins", ce sont les jardins ouvriers, ces petits lopins de terre que certaines communes ont commencé à mettre à disposition des administrés à la fin du XIXe siècle. Le but était de fournir ainsi aux concitoyens les plus pauvres un petit bout de terre où cultiver légumes, tubercules et fruits de manière à soulager les finances de ces ménages, mais aussi de profiter des joies de la nature. "Nos Jardins", ce sont également les jardins d'agrément que les nobles, les rois puis les bourgeois firent construire autour de leurs châteaux par des jardiniers dont certains, comme André Le Nôtre, devinrent extrêmement réputés. Ce spectacle englobe ces deux visions de la terre pour développer un débat militant, social et historique.

Photo de répétition © Cie du Double.
L'argument de la pièce raconte la prochaine destruction d'un jardin ouvrier pour implanter à sa place un centre commercial. On est ici en prise directe avec l'actualité. Il y a un an, la destruction d'une partie des jardins ouvriers d'Aubervilliers pour construire des infrastructures accueillant les JO 2024 avait soulevé la colère d'une partie des habitants et l'action de défenseurs des jardins. Le jugement de relaxe de ces derniers ne date que de quelques semaines. Un sujet brûlant donc, à l'heure où chaque mètre carré de béton à la surface du globe le prive d'une goutte de vie.

Trois personnages sont impliqués dans cette tragédie sociale : deux lycéennes et un lycéen. Les deux premières forment le noyau dur de cette résistance à la destruction, le dernier est tout dévoué au modernisme, féru de mode et sans doute de fast-food, il se moque bien des légumes qui poussent sans aucune beauté à ses yeux. L'auteur Amine Adjina met ainsi en place les germes d'un débat qui va opposer les deux camps.

Bruno Fougniès
23/12/2022