La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Danse

"June events"… Pour rendre la réalité… artistique !

"June events" est à sa treizième édition et se déroule jusqu'au 15 juin. Basé essentiellement à l'Atelier de Paris, mais aussi dans des quartiers de Paris et à Vincennes, le festival est un kaléidoscope où se mêlent des danses de pays et de continents différents pour essayer de rendre la réalité aussi malléable qu'une utopie.



Claudia Dias, "Terça-Feira…" © Alipiopadilha.
Claudia Dias, "Terça-Feira…" © Alipiopadilha.
Ils sont deux, éloignés l'un de l'autre côtés cour et jardin. Comme séparés par deux mondes qui les opposent mais une fois sur le plateau, ils ne font plus qu'un autour d'un fil blanc qui les relie. Pas de gestuelle, pas de parole. Juste du bruitage et des sons, amplifiés, répétés, mixés qui ont confisqué les paroles au profit d'une projection vidéo de celles-ci et de propos relatant, entre autres, la guerre israélo-palestinienne ; et l'attitude d'Israël envers les Palestiniens ou des témoignages qui font écho aussi au drame des migrants.

"Terça-Feira : Tudo o que é solido dissolve-se no ar" (Mardi : tout ce qui est solide s'évapore) de Cláudia Dias, chorégraphe portugaise, est la deuxième pièce de son projet "Seven years, seven pieces" qui s'étale de 2015 à 2022 où elle invite pour chacune d'elle un artiste. Elle est des plus politiques mais sans colère, sans murmure, seul le silence s'impose autour de ficelles blanches qui sont tirées de sa bouche et de celle du clown et performer italien Luca Belleze pour dessiner sur le plateau différents éléments telle une muraille d'un château fort avec deux nuages pluvieux ou les continents du monde. Nous sommes dans un double positionnement, celui de l'art comme écho politique de tragédies et celui d'une distance, presque frontale, entre deux personnes, communiquant sans parole ni musique.

"Näss" © DR.
"Näss" © DR.
Le son remplace les gestes, les dessins de ficelle racontent des histoires brisées par une guerre, par des transferts de population, par une occupation autour de questionnements qui mêlent l'empathie, comme une vue à l'intérieur d'une tragédie, à un regard extérieur. Ces bouts de ficelle marquent aussi un moment le contour du corps de Cláudia Dias comme lieu d'une scène de meurtre, pour donner, le temps d'un instant, une réalité à des personnes brisées, esquintées, des anonymes tués et assassinés.

La deuxième pièce, "Näss" (Les gens) de Fouad Boussouf qui fait partie aussi de la programmation du festival "Le printemps de la danse arabe", est superbe physiquement avec sept danseurs qui montent au-devant de la scène en rythme. La musique est composée de percussions qui claquent comme une marche progressive avec des pas bien tapés au sol. La plante des pieds frappe de trois-quarts le sol en appui sur le pied gauche. Puis cela évolue plus fortement, de façon plus brutale, faisant du plateau un écho physique à des enchaînements dans lesquels les membres inférieurs sont comme des socles vibrants. Les mouvements sont tendus, rapides, saccadés et toujours synchronisés.

"Näss" © DR.
"Näss" © DR.
La chorégraphie est composée d'une multitude de ruptures physiques autour de solos, de duos ou de danses d'ensemble. Le groupe est le nœud sur lequel se créent des gestuelles, des mouvements qui prennent leur source dans un rythme souvent frénétique comme soumis à une force indépendante de toute volonté. De façon alternative, un danseur s'en sépare pour effectuer son solo avec une chorégraphie beaucoup plus calme et sereine pour finir presque immobile se déchargeant ainsi d'une énergie où auparavant, il était objet de frénésie et d'un stress robotique. Là, il devient sujet, comme conscient d'un corps qui ne lui échappe plus.

Un superbe duo est réalisé avec des interprètes jouant avec l'ouverture de leurs membres inférieurs et supérieurs où, au travers d'une jambe, d'un bras, des mouvements rapides s'enchaînent, pour l'un, dans un tour, jambe tendue, quand l'autre se plie pour esquisser et emboîter un autre pas dans une imbrication où chaque espace vide est comblé.

Des solos, dont un de hip-hop au sol suivi par des sauts et des équilibres sur la tête ou les mains, sont effectués élidant quelque peu la synergie du groupe rendant ainsi à chacun alternativement son pré carré existentiel avec l'intégration d'alter egos, de "gens" pour reprendre, en français, le titre du spectacle. À aucun moment, bien que la chorégraphie soit très physique, le souffle de la respiration ne se fait entendre sauf quand la lumière s'éteint et que l'ombre envahit la scène comme le reflet d'un final où l'humain retrouve son individualité dans un groupe.

13e édition June Events

Claudia Dias, "Terça-Feira…" © Alipiopadilha.
Claudia Dias, "Terça-Feira…" © Alipiopadilha.
Du 1er au 15 juin 2019.
Réservation : 01 41 74 17 07.
Programmation >> atelierdeparis.org

"Terça-Feira : Tudo o que é solido dissolve-se no ar"
Campagnie Alkantara.
De Cláudia Dias.
Œil critique "Sept ans sept pièces" : Jorge Louraço Figueira.
Assistance : Karas.
Scénographie et décors : Thomas Walgrave.
Animation : Bruno Canas.
Avec : Cláudia Dias et Luca Belleze.

"Näss" © DR.
"Näss" © DR.
"Näss"
Compagnie Massala - Fouad Boussouf.
Chorégraphe : Fouad Boussouf.
Assistant chorégraphe : Bruno Domingues Torres.
Création lumière : Fabrice Sarcy.
Costumes et scénographie : Camille Vallat.
Création sonore et arrangements : Roman Bestion.
Avec : Elias Ardoin (ou Yanice Djae), Sami Blond, Mathieu Bord, Maxime Cozic (ou Teddy Verardo), Loïc Elice, Justin Gouin, Nicolas Grosclaude.

Safidin Alouache
Mardi 11 Juin 2019

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives





Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.






    Aucun événement à cette date.



À découvrir

•Off 2019• Antioche… Contradictions contemporaines… entre confort matérialiste et exaltation romantique

L'histoire se passe au Québec. Dans "Antioche" de Sarah Berthiaume, Antigone est une adolescente un peu foutrac, qui fait un peu n'importe nawak avec son djin troué et sa toga praetexta. Normal, elle voudrait jouer Anouilh et son Antigone, et articuler parfaitement le Français standard plutôt que jouer les fièvres du samedi soir…

•Off 2019• Antioche… Contradictions contemporaines… entre confort matérialiste et exaltation romantique
… Quant à sa copine Jade, elle ne vaut pas mieux qui s'emmure dans les toiles d'Internet, universelle araigne maléfique, pendant que sa mère qui a fui la Syrie fait des listes de mots pour les mémoriser.

Dans cette terre d'exil et d'accueil, dans cette terre d'immigration qui mêle réfugiés du Proche-Orient et descendants des acadiens entourés d'Anglais, cette terre qui veut échapper au globish et se pose la question de sa présence au monde, les deux copines rêvent de fugues, vivent intensément le sentiment de la liberté ou de l'enfermement. C'est que le confort matérialiste ou l'exaltation romantique sont autant de pièges à éviter. Pour elles le retour aux origines est problématique. La pièce noue les contradictions contemporaines.

Le langage est populaire, direct et inventif. Et le spectacle évolue de la comédie populaire et farcesque au drame suspendu au dessus des têtes. Les personnages connaissent des paroxysmes et dans les allers et les retours de leurs rêves, dans leurs errances, leurs désirs de fugues se lit la construction d'une mémoire et d'une identité. Jusqu'à ce que les deux héroïnes, en bordure du danger, croisent le chemin de la fatalité et du destin. Le retour aux origines devient tentation de l'intégrisme, du terrorisme.

Jean Grapin
29/06/2019
Spectacle à la Une

•Off 2019• La dernière bande Enregistrements magnétiques… performance à donner la banane !

Quand du noir complet, le faisceau de lumière de l'ampoule tombant des cintres coiffe le crâne dégarni et blanchi de Denis Lavant, hiératique derrière un bureau métallique fatigué, les yeux aimantés par un magnétophone à bande posé devant lui et absorbant dans la nuit magnétique toute son énergie, on se dit que la magie du théâtre est un leurre qui nous ravit au double sens…

•Off 2019• La dernière bande Enregistrements magnétiques… performance à donner la banane !
Plus rien n'existe alors que ce fabuleux homme né pour le théâtre qui s'apprête devant nous à renouer avec l'univers insolite de Samuel Beckett, dont il a interprété sur cette même scène des Halles, "Cap au pire" (2017), mis en jeu par le même Jacques Osinski.

Et le (très) long silence qui s'ensuit instille, dans le droit fil du choc liminaire, une étrangeté en osmose avec l'univers du dramaturge irlandais. Puis, émergeant de sa torpeur contemplative, "il" rapproche à quelques millimètres de son œil, que l'on devine à moitié aveugle, une clé extraite du fouillis de son veston loqueteux. Si le premier tiroir ouvert contenant une bobine ne l'intéresse pas dans l'immédiat, l'autre dans lequel il plonge à nouveau sa tête lui offre… une banane ! Épluchée soigneusement, elle va être tenue en bouche avant d'être mangée. La peau jetée sur le sol, lui vaudra une glissade digne d'un Buster Keaton sorti d'un film muet.

Yves Kafka
07/07/2019
Sortie à la Une

•Off 2019• Le dernier Ogre Conte slamé et "bio-éthique" à dévorer tout cru

D'abord dire le choc artistique lié au mix d'un slam magnétique, d'une voix parlée aux résonances philosophiques, d'une musique live et de live painting se répondant l'une et l'autre, le tout réuni sur le même plateau pour créer l'univers poétique où deux histoires différentes - quoique… - se rencontrent au point de chute. Les contes partagent cela en commun, ils "parlent" au-delà de leur contenu et réservent des surprises "sans fin" qui nous mettent en appétit (d'ogre).

•Off 2019• Le dernier Ogre Conte slamé et
Ensuite, dire que l'on ne doit pas se laisser abuser par le mot conte… Comme beaucoup de contes, il n'est pas destiné aux enfants même s'il peut être vu avec intérêt par eux aussi… ne serait-ce que pour qu'ils expliquent aux adultes que leur faim de bien faire - rêve d'une vie bio et écologique à tous crins - peut s'avérer à la fin, "une vraie tuerie"…

(Il était une fois) un ogre dont i["À [son] retour [sa] douce avait dressé la table/Préparée comme jamais des mets gorgés d'odeur"]i (il parle, l'ogre, en alexandrins slamés) et qui aimait ses sept filles plus que tout au monde, les bisoutant, les cajolant et veillant à ce que rien ne leur manquât de nourriture raffinée et autres conforts domestiques. Un père de famille au-dessus de tout soupçon…

Certes, les mets gorgés d'odeurs mijotés par sa femme ogresse étaient exquis à son goût mais ogre il était, et son penchant "naturel" pour la chair fraîche humaine ne pouvait longtemps rester au garde-manger.

Yves Kafka
27/07/2019