La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Danse

"June events"… Pour rendre la réalité… artistique !

"June events" est à sa treizième édition et se déroule jusqu'au 15 juin. Basé essentiellement à l'Atelier de Paris, mais aussi dans des quartiers de Paris et à Vincennes, le festival est un kaléidoscope où se mêlent des danses de pays et de continents différents pour essayer de rendre la réalité aussi malléable qu'une utopie.



Claudia Dias, "Terça-Feira…" © Alipiopadilha.
Claudia Dias, "Terça-Feira…" © Alipiopadilha.
Ils sont deux, éloignés l'un de l'autre côtés cour et jardin. Comme séparés par deux mondes qui les opposent mais une fois sur le plateau, ils ne font plus qu'un autour d'un fil blanc qui les relie. Pas de gestuelle, pas de parole. Juste du bruitage et des sons, amplifiés, répétés, mixés qui ont confisqué les paroles au profit d'une projection vidéo de celles-ci et de propos relatant, entre autres, la guerre israélo-palestinienne ; et l'attitude d'Israël envers les Palestiniens ou des témoignages qui font écho aussi au drame des migrants.

"Terça-Feira : Tudo o que é solido dissolve-se no ar" (Mardi : tout ce qui est solide s'évapore) de Cláudia Dias, chorégraphe portugaise, est la deuxième pièce de son projet "Seven years, seven pieces" qui s'étale de 2015 à 2022 où elle invite pour chacune d'elle un artiste. Elle est des plus politiques mais sans colère, sans murmure, seul le silence s'impose autour de ficelles blanches qui sont tirées de sa bouche et de celle du clown et performer italien Luca Belleze pour dessiner sur le plateau différents éléments telle une muraille d'un château fort avec deux nuages pluvieux ou les continents du monde. Nous sommes dans un double positionnement, celui de l'art comme écho politique de tragédies et celui d'une distance, presque frontale, entre deux personnes, communiquant sans parole ni musique.

"Näss" © DR.
"Näss" © DR.
Le son remplace les gestes, les dessins de ficelle racontent des histoires brisées par une guerre, par des transferts de population, par une occupation autour de questionnements qui mêlent l'empathie, comme une vue à l'intérieur d'une tragédie, à un regard extérieur. Ces bouts de ficelle marquent aussi un moment le contour du corps de Cláudia Dias comme lieu d'une scène de meurtre, pour donner, le temps d'un instant, une réalité à des personnes brisées, esquintées, des anonymes tués et assassinés.

La deuxième pièce, "Näss" (Les gens) de Fouad Boussouf qui fait partie aussi de la programmation du festival "Le printemps de la danse arabe", est superbe physiquement avec sept danseurs qui montent au-devant de la scène en rythme. La musique est composée de percussions qui claquent comme une marche progressive avec des pas bien tapés au sol. La plante des pieds frappe de trois-quarts le sol en appui sur le pied gauche. Puis cela évolue plus fortement, de façon plus brutale, faisant du plateau un écho physique à des enchaînements dans lesquels les membres inférieurs sont comme des socles vibrants. Les mouvements sont tendus, rapides, saccadés et toujours synchronisés.

"Näss" © DR.
"Näss" © DR.
La chorégraphie est composée d'une multitude de ruptures physiques autour de solos, de duos ou de danses d'ensemble. Le groupe est le nœud sur lequel se créent des gestuelles, des mouvements qui prennent leur source dans un rythme souvent frénétique comme soumis à une force indépendante de toute volonté. De façon alternative, un danseur s'en sépare pour effectuer son solo avec une chorégraphie beaucoup plus calme et sereine pour finir presque immobile se déchargeant ainsi d'une énergie où auparavant, il était objet de frénésie et d'un stress robotique. Là, il devient sujet, comme conscient d'un corps qui ne lui échappe plus.

Un superbe duo est réalisé avec des interprètes jouant avec l'ouverture de leurs membres inférieurs et supérieurs où, au travers d'une jambe, d'un bras, des mouvements rapides s'enchaînent, pour l'un, dans un tour, jambe tendue, quand l'autre se plie pour esquisser et emboîter un autre pas dans une imbrication où chaque espace vide est comblé.

Des solos, dont un de hip-hop au sol suivi par des sauts et des équilibres sur la tête ou les mains, sont effectués élidant quelque peu la synergie du groupe rendant ainsi à chacun alternativement son pré carré existentiel avec l'intégration d'alter egos, de "gens" pour reprendre, en français, le titre du spectacle. À aucun moment, bien que la chorégraphie soit très physique, le souffle de la respiration ne se fait entendre sauf quand la lumière s'éteint et que l'ombre envahit la scène comme le reflet d'un final où l'humain retrouve son individualité dans un groupe.

13e édition June Events

Claudia Dias, "Terça-Feira…" © Alipiopadilha.
Claudia Dias, "Terça-Feira…" © Alipiopadilha.
Du 1er au 15 juin 2019.
Réservation : 01 41 74 17 07.
Programmation >> atelierdeparis.org

"Terça-Feira : Tudo o que é solido dissolve-se no ar"
Campagnie Alkantara.
De Cláudia Dias.
Œil critique "Sept ans sept pièces" : Jorge Louraço Figueira.
Assistance : Karas.
Scénographie et décors : Thomas Walgrave.
Animation : Bruno Canas.
Avec : Cláudia Dias et Luca Belleze.

"Näss" © DR.
"Näss" © DR.
"Näss"
Compagnie Massala - Fouad Boussouf.
Chorégraphe : Fouad Boussouf.
Assistant chorégraphe : Bruno Domingues Torres.
Création lumière : Fabrice Sarcy.
Costumes et scénographie : Camille Vallat.
Création sonore et arrangements : Roman Bestion.
Avec : Elias Ardoin (ou Yanice Djae), Sami Blond, Mathieu Bord, Maxime Cozic (ou Teddy Verardo), Loïc Elice, Justin Gouin, Nicolas Grosclaude.

Safidin Alouache
Mardi 11 Juin 2019

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives | À l'affiche bis








À découvrir

Si Louise Michel m'était contée… Cabaret peu orthodoxe sur l'art de la rébellion !

"Cabaret Louise", Théâtre Le Funambule Montmartre, Paris

Reprise Grandes ignorées de nos scolarités boutonneuses, la Commune et sa compagne Louise Michel sont tirées du passé et ici convoquées à une célébration festive et effrontée, bâtie sur un cinquantenaire soixante-huitard bienfaisant, où se réunissent de manière intempestive, ou pas, Rimbaud, Hugo, Léo et Théophile Ferré, Louise Attaque, Johnny Hallyday, Jules Ferry et Adolphe Thiers, etc., prenant vie grâce aux joyeux jeux virtuoses de Charlotte Zotto et Régis Vlachos.

Si Louise Michel m'était contée… Cabaret peu orthodoxe sur l'art de la rébellion !
En une forme de cabaret drolatique, foutraque, jouissif et impertinent, est rendu hommage à la révolte, à l'espérance d'une toujours future révolution, au souvenir de celles qui ont eu lieu - sans malheureusement toujours beaucoup d'efficience -, à celles et ceux - communards ou soixante-huitards - qui les imaginèrent sur le terreau de folles utopies. Régis Vlachos nous offre à nouveau un insolent et hilarant éloge d'une nouvelle rébellion à inventer, nous incitant, dans le respect de nos libertés individuelles, à nous indigner encore et toujours.

Cet hommage audacieux et - forcément - libertaire est associé subtilement, dans un intelligent second plan et en un judicieux contrepoint, à nos désespérantes actualités. Et, tour de force réussi, est généré, en complément inattendu et croustillant, une approche de mise en abyme conjugale du couple tentant de représenter le spectacle tout en l'interrompant de tempétueuses disputes, de tentatives de réconciliation… ou de négociation de définitive séparation... Instillant ainsi dans tous les tiroirs narratifs, une revendication féminine et féministe émanant historiquement de Louise Michel et, dans une contemporanéité militante, celle de la femme d'aujourd'hui que sont les comédiennes Charlotte Zotto et Johanna Garnier.

Gil Chauveau
22/01/2019
Spectacle à la Une

"Cassandra", cruauté et infinie tendresse pour conter le métier de comédienne

La chronique d'Isa-belle L

"Cassandra", C majuscule s'il vous plaît. Pas uniquement parce que c'est un prénom qui, aussi, introduit une phrase ou parce que c'est le titre du spectacle, mais parce que Cassandra, qu'elle soit moderne ici, mythique là-bas, mérite en capitale (C) cette jolie troisième lettre de l'alphabet à chaque recoin de mon papier. La lettre "C" comme Cassandra et comme le nom de famille de l'auteur. Rodolphe Corrion.

Deux C valent pour un troisième : Coïncidence. L'auteur, masculin, très habile répondant au nom de "Corrion" a écrit pour une comédienne à multiples facettes ce seul(e) en scène. Nous voilà à 3 C et trois bonnes raisons d'aller découvrir et applaudir ce spectacle mené de main de maîtresse par la comédienne Dorothée Girot. Jolie blonde explosive, sincère et talentueuse.

Inspiré du mythe de Cassandre, Rodolphe Corrion nous propose aujourd'hui, dans son texte à l'humour finement brodé, un personnage - Théodora -, comédienne enchaînant les castings avec peine, se retrouvant d'ailleurs en intro de spectacle, face à une conseillère Pôle Emploi. Excellent moment et monologue réjouissant. Théodora sent que quelque chose va se produire dans la vie de cette conseillère, quelque chose de… bah ! Oui. Il va se passer quelque chose… elle l'avait sentie, on ne l'a pas écoutée puis… la conseillère, elle ne l'a plus jamais revue.

Isabelle Lauriou
27/03/2019
Sortie à la Une

"An Irish Story" Une histoire des Irlandais, ces derniers bardes

"An Irish Story", Théâtre de Belleville, Paris

Son grand-père Peter 0'Farrel a disparu sans laisser d'adresse. Dans "An irish story", Kelly Rivière, la petite fille, est partie en quête puisque sa mère Margaret n'a pas voulu révéler le secret de la famille. Volubile, Kelly raconte sur scène ce qui devient vite, par elle et pour elle, une épopée. Don ou atavisme familial ? Au spectateur de décider mais il est comblé devant le collier de perles théâtrales qui lui est présenté.

Trimballé de Lyon à Dublin via Londres. Au départ, Kelly s'y prend un peu, faussement, gauchement, par un timide stand up mais l'histoire accroche. Il y a la personnalité de cet aïeul "so Irish" rejoignant étonnamment Londres pour reconstruire la ville dévastée par la guerre, qui a eu une fille, et a disparu comme bien d'autres… Disparus dans une mer d'alcool ? Peut-être… Que peut-on attendre de ces diables d'hommes, seuls garçons de fratries de filles (nombreuses) et eux–mêmes géniteurs de légendes…

À mesure que l'histoire avance, le récit devient dialogue. Le personnage est de plus en plus échauffé, de plus en plus passionné. Comme ébrié. Des paroles prises sur le vif, des personnages incarnés. Les accents à couper au couteau, ces îles de par delà la Manche ou le channel, de la mer d'Irlande Muir Éireann ou Irish sea, les rituels de la "cup of Tea", de la Guinness, la mère, les cousines, les voisins, le pub, tout y passe.

Jean Grapin
14/05/2019