La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Danse

"Itmaragh" Chaos en chœur et en cœur

Le festival "Paris l'été" se déroule du 12 juillet au 1er août dans différents lieux de la capitale. Incursion dans l'un de ses spectacles avec "Itmaragh" où Olivier Dubois, chorégraphe, nous amène jusqu'au Caire avec sept danseurs musiciens chanteurs et un art qui a forgé ses gammes lors de la révolution égyptienne (2011).



© François Stemmer.
© François Stemmer.
Ils sont sept mais ils auraient pu être dix, vingt, trente et le résultat aurait été le même, car c'est détonnant. Et pourtant l'entrée en matière autour de saluts, de blagues avec le public avant de démarrer les hostilités peut laisser perplexe. Les hostilités ont bien eu lieu sans demi-mesures. C'est d'abord et surtout physique avec un cocktail explosif de théâtre, de musique, de danse, d'humour et de spontanéité. Une spontanéité qui est le "La" de ce spectacle. Il y a un véritable mariage entre les artistes et ce qu'ils sont sur le plateau. Une symbiose totale où les mouvements, la parole et le chant bousculent les repères et dont il est parfois difficile de s'y retrouver au début quand on ignore les origines de ce courant artistique.

L'histoire entre le Caire et Olivier Dubois dure depuis de nombreuses années, ville où le chorégraphe pose souvent ses valises. Dans cette nouvelle création, il s'immisce dans l'Égypte actuelle, avec cet art qui s'est popularisé après la chute de Moubarak (1928-2020) et qui avait fait ses débuts vers 2006 avec des DJ lors de mariages.

© François Stemmer.
© François Stemmer.
Ses origines viennent du Shaabi et de la musique électronique avec des influences du rap, du grime et du reggaeton. "Mahraganat" signifie "festivals" en arabe. Elle a eu pour terreau la révolution égyptienne de 2011 et a bousculé le cadre culturel du pays. Portée par une jeunesse, elle fut interdite un temps par les autorités égyptiennes pour réussir ensuite à s'imposer.

Pour Olivier Dubois, c'est une "danse du feu, de ce feu qui vous fait rougir le sang, qui effraie tout autant, brûle souvent et toujours vous réchauffe". La mise en scène est à saluer, car derrière une expression scénique qui semblerait sans contrainte et couler de source se joue une précision à couper au couteau avec des enchaînements très synchronisés. Autant le contact entre les artistes est dans un engagement maîtrisé, autant l'improvisation est motrice, nourrie d'une interaction avec le public.

Autour de chants, de mouvements sur scène et hors scène, en étant perchés un moment dans un arbre dans une cour, c'est une performance dans laquelle le corps de l'autre est toujours en appui ou contre-appui. Les bras se tendent pour s'agripper, les troncs sont parfois mis en avant et se percutent dans des trajets où les déplacements peuvent tenir lieu de course, presque de fuite en avant. Ces chocs sont parfois presque violents où, dans un début de bagarre joué, les interprètes s'empoignent, se relâchent, s'entourent, se séparent, voire s'emprisonnent avec des câbles.

Le corps devient ainsi l'instrument d'une expression scénique forte et appuyée qui fait voler en éclat l'équilibre cher à la danse. Tout est en déséquilibre, un déséquilibre qui cherche un appui vers un ailleurs, humain, spatial ou musical, pour trouver une plénitude toujours mouvante qui se fuit pour exister. Le décor est utilisé comme un personnage autour de chaises et de fumigènes et campe un rapport aux planches influençant grandement le jeu et où chacun l'utilise pour marquer son individualité et son rapport avec les autres.

© François Stemmer.
© François Stemmer.
Un va-et-vient entre le "soi" de l'interprète et ses acolytes dessine un lien permanent entre le groupe et la personne, le collectif et l'individu, l'intime et l'extime. Cela s'incarne dans des mises en situation où le comédien, seul ou face aux autres, peut faire corps avec eux comme s'en extirper. Il devient sa propre entité comme un électron libre autour d'un noyau sans pouvoir s'en détacher complètement.

"Un chaos organisé" comme je l'ai entendu à la fin du spectacle ? Oui, mais avec gaité et fureur joyeuse où le chœur est à l'unisson et déploie une énergie pour interroger l'art dans ses limites et sa revendication créatrice.

"Itmaragh"

© François Stemmer.
© François Stemmer.
Direction artistique et chorégraphie : Olivier Dubois.
Assistant artistique : Cyril Accorsi.
Musiciens : Ali elCaptin, ibrahim X, Shobra Elgeneral.
Danseurs : Ali Abdelfattah, Mohand Qader, Moustafa Jimmy, Mohamed Toto.
Directeur musical : François Caffenne.
Compositeur : François Caffenne et Ali elCaptin.
Musicien et chanteurs : Ali elCaptin, ibrahim X, Shobra Elgeneral.
Régie générale : François Michaudel.
Lumières : Emmanuel Gary.
Scénographie : Olivier Dubois et Paf atelier.
Durée du spectacle : 1 h 10.

A été représenté à 22 h du 15 au 17 juillet 2021 dans le cadre du festival "Paris l'été".

Festival Paris l'été
Du 12 juillet au 1er août 2021.
>> parislete.fr

Safidin Alouache
Mercredi 28 Juillet 2021

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives | Avignon 2021




Partenariat



À découvrir

"Underground" Éloge du risque amoureux

L'amour comme les angelots n'a pas de sexe. Même les amours les plus charnels, les plus dévastateurs, les plus profonds, les plus troublants. Oui, c'est étrange d'énoncer cela. Mais c'est ici le propos central d'"Underground". Underground, le métro en anglais, et plus symboliquement ici, telle l'image des entrailles sinueuses et enfouies de l'être intime, là où dorment les désirs cachés, indiscrets, inavouables, mais surtout les désirs inconnus et les peurs.

"Underground" explore cette faille des êtres humains, que l'ordre établi, la conscience et la puissance de l'éducation morale dissimulent pour que les normes sociales dominent. La jeune femme, interprétée avec une sensibilité troublante par Clémentine Bernard, seule sur scène, semble pourtant extrêmement classique, anodine, assise dans sa rame de métro. Mais c'est son discours intérieur qu'elle nous partage alors, une voix grâce à laquelle elle va nous emporter vers l'histoire qui l'attend et l'émotion qui va faire résonner son corps, de sa peau jusqu'au plus profond de son être.

Le début du texte la saisit au moment de sa rupture avec l'homme convenable et convenu que la vie lui destinait. Une vie normale, faite de projets d'enfants et de vacances, faite d'un quotidien bien balisé, d'un ordinaire applaudi par tous : familles, amis, rencontres. Une ouverture qui semble comme le début d'un exil obligé. Elle a perdu ce conventionnel qui l'habillait comme une armure. Elle est égarée dans ce métro comme dans un dédale sans issue.

Bruno Fougniès
11/01/2022
Spectacle à la Une

Piquer en plein cœur au théâtre La Flèche, Paris, Jeudi 6 Janvier, 21 heures…

Comment démarrer cette chronique ? Par une citation ? "Un seul être vous manque et tout est dépeuplé", Lamartine. Oui ! Qu'en dirait Laurent Orry ?

© Fabien Montes.
Ah ! Oui. Laurent Orry, c'est l'acteur impeccable vêtu d'un vieux manteau usé et poussiéreux qui, pendant 1 h 15, déploie toute sa force, son énergie mais surtout sa palette d'émotions au service de ce délicieux texte écrit par Alessandro Baricco : "Novecento".

Il interprète Tim Tooney, trompettiste, qui pendant plusieurs années jouera aux côtés de son grand ami Novecento, pianiste génial et hallucinant dont les notes dépasseront même l'océan !

Novecento est donc le héros. C'est dans un carton à chaussures déposé sur le piano de la salle de bal d'un paquebot que Novecento commence sa vie, recueilli par un homme d'équipage… et c'est là que démarre l'histoire.

Et ! Quand Novencento rencontre Tim Tooney, comme une tempête en pleine mer, la secousse est grande, les oreilles agitées et le regard fixe pour ne rien manquer de ce spectacle de vague… à l'âme…

Si ! Car le cœur de Tim Tooney est lourd de peine quand il repense à son ami disparu qui jamais n'avait de son vécu touché la terre ferme. Novecento, sa vie, c'était le paquebot, la mer, les visages des voyageurs entre l'Europe et l'Amérique qui l'inspiraient et ont fait de lui un virtuose mais aussi un homme perdu au milieu de l'océan qui n'a jamais su d'où il venait, qui il était et, de la terre ferme, en a développé une vraie névrose.

Isabelle Lauriou
10/01/2022
Spectacle à la Une

"Fragments" d'Hannah Arendt Du 5 au 8 février 2022 à l'Espace Rachi

Bérengère Warluzel et Charles Berling nous invitent, à travers les mots d'Hannah Arendt, à aimer cette faculté inhérente à la nature humaine : penser. Non, penser n'est pas réservé à une élite, bien au contraire. Penser peut être une aventure joyeuse pour chacun, en plus d'être une jubilation et un enthousiasme qui se partagent.

© Vincent Berenger/Châteauvallon-Liberté - Scène Nationale.
"L'essentiel pour moi, c'est de comprendre : je dois comprendre", dit Hannah Arendt. Au fil de ses textes philosophiques et politiques, mais aussi, et c'est moins connu, ses escapades poétiques, Hannah Arendt a construit une œuvre singulière et inclassable. Bérengère Warluzel y a plongé, en a choisi ces Fragments qui résonnent particulièrement aujourd'hui.

Une table, des chaises, les notes d'un piano… ce n'est pas une biographie, mais un parcours ludique, une traversée partagée et qui ouvre l'accès à la liberté de penser pour soi-même autant qu'à une volonté de comprendre en tant que citoyen et citoyenne dans le monde que nous habitons.

Celle qui voulait avant tout "penser sans entraves" s'adresse à nous et nous invite à penser avec elle.

"La pensée (…), conçue comme un besoin naturel de la vie (…) n'est pas la prérogative d'une minorité, mais une faculté constamment présente en chacun de nous."
François Rodinson.

Annonce
14/01/2022