La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Danse

"Inventions"… Création inventive !

Mal Pelo, la compagnie créée par Marìa Muñoz et Pep Ramis, s'immisce dans les différents rayons artistiques de la création. Autour de Bach, appuyé par des instruments à cordes, alternent théâtre, chants d'opéra, poésie et vidéo autour de chorégraphies où les corps s'allient et se rencontrent, se séparent et s'empoignent dans des rythmes aussi vifs que soutenus.



© Tristan Perez-Martin.
© Tristan Perez-Martin.
Vaste scène où une vidéo en noir et blanc d'une forêt s'anime. Des arbres se dégagent d'un flou sylvestre dans lequel une végétation se dessine. Un texte poétique en anglais puis en français parle de chevaux, de champs, de flammes, de désirs sans doute, d'amour assurément avant que la vidéo débute. Avant l'entame de la représentation, un mendiant ou peut-être un "sauvage" des forêts, habillé uniquement de ses couvertures, flâne sur les planches. Sans un mot. On le retrouve par intermittence plus tard dans un rapport au groupe toujours isolé, mais relié à lui comme si le spectacle, en tant que spectateur marginal au début puis acteur, était devenu pour lui une délivrance de ce qu'il est.

Chants d'opéra, danse et musique s'enchaînent, s'accompagnent, se suivent. C'est superbe car un souffle de liberté semble habiter chacun. Cela démarre presque doucement. Sur une petite scène qui se déplace sur des roulettes, quatre musiciens, dont deux violonistes, un joueur de viole et un violoncelliste, battent la mesure. Dans des envolées classiques autour de Jean-Sébastien Bach, se marient superbement les chorégraphies.

© Tristan Perez-Martin.
© Tristan Perez-Martin.
Celles-ci sont de différentes natures. Les gestuelles sont lâches au début avec des membres supérieurs légèrement tombant dans des trajets qui semblent dessiner une courbure dans un espace-temps où des demi-cercles finissent en forme de virage. Cela est conduit avec une apathie gracieuse. Plus loin, les mouvements sont plus fermes, plus anguleux pointant des lancés dans l'espace via les membres supérieurs ou les corps se laissent tourbillonner autour de leur axe en s'abaissant légèrement. On se prend aussi dans les bras, dans des tremblements qui alternent à d'autres moments avec une fermeté corporelle, toujours gracieuse.

Les chorégraphies sont à l'image de ce qui se passe sur les planches. Variées, diverses, légères comme des plumes à la gestique telle une virgule, finissant parfois en point d'exclamation quand les positions sont debout après que les membres aient fini de faire des mouvements semi-circulaires, à mi-hauteur, caressant des plantes des pieds les planches.

Le chant prend les rênes autour de quatre chanteurs qui encadrent, entre deux rangées verticales délimitées par une dizaine de mètres, les autres interprètes. C'est une mosaïque artistique où les comédiens sont aussi danseurs. Tous les arts se marient, la danse se fait théâtre, appuyée par une voix d'opéra puis un chœur accompagné toujours par la musique de Bach où "Cantates – Partita numéro II" et "L'art de la fugue" se font entendre. Celle-ci est quasi omniprésente.

© Tristan Perez-Martin.
© Tristan Perez-Martin.
Au milieu de la scène, la mélodie monte dans les gammes autour d'une interprétation où les musiciens font monter le tempo avec un personnage qui tape via une hache avec rythme sur une bûche suspendue. Ce décalage entre la rusticité de celle-ci et le bois travaillé des instruments donne un mariage sonore de toute beauté.

Un souffle de liberté balaie la scène car le théâtre, incarné en solo à tour de rôle, est sous forme souvent d'interpellation en français, en anglais ou en espagnol. On interroge et on s'interroge sur scène. Dans leurs constructions chorégraphiques, dans les notes qui s'échappent des instruments, c'est cette même liberté qui s'incarne avec des artistes qui s'expriment avec une simplicité toute naturelle où la gestuelle est autant individuelle, car faite souvent de façon différente par chaque interprète, que collective, car appuyée et suivie par chacun d'eux.

Dans ce rapport à la scène et à l'autre, c'est une multitude de gestiques, d'attitudes qui donne à la représentation ce visage de liberté et de fraternité où chacun garde sa particularité tout en étant ensemble. Très beau spectacle nourrit de beaucoup d'originalité et de créativité !

"Inventions"

© Tristan Perez-Martin.
© Tristan Perez-Martin.
Direction artistique : María Muñoz, Pep Ramis.
Direction musicale : Joel Bardolet et Quiteria Muñoz.
Aide à la direction : Leo Castro.
Quatuor à cordes : Joel Bardolet (violon), Jaume Guri (violon), Masha Titova (viole), Daniel Claret (violoncelle).
Quatuor voix : Quiteria Muñoz (soprano), David Sagastume (contreténor), Mario Corberán (ténor), Giorgio Celenza (basse).
Danseurs : Pep Ramis, María Muñoz, Federica Porello, Zoltan Vakulya, Leo Castro, Miquel Fiol et Enric Fàbregas.
Espace sonore : Fanny Thollot.
Costumes : CarmePuigdevalliPlantéS.
Décors : Kike Blanco.
Son : Andreu Bramon.
Illumination : Irene Ferrer, August Viladomat.
Cie Mal Pelo/Maria Muñoz & Pep Ramis.
Durée : 1 h.

Du 23 au 28 novembre 2021.
Du mardi au vendredi à 19 h, samedi à 17 h, dimanche à 11 h.
Grande Halle de la Villette (dans le cadre de la programmation hors les murs du Théâtre de la Ville), Paris 19e, 01 40 03 75 75.
>> lavillette.com

© Tristan Perez-Martin.
© Tristan Perez-Martin.

Safidin Alouache
Samedi 27 Novembre 2021

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives | Avignon 2021




Partenariat



À découvrir

"Cendres sur les mains" La femme qui murmurait à l'oreille des morts

Dead Can Dance : "Les morts peuvent danser" ! Beauté, Lisa Gerrard est ma chanteuse préférée… J'ai assisté à la représentation de "Cendres sur les mains" sans avoir pris le temps de me renseigner. Bien m'en a pris ! Par les temps qui courent, j'aurais pu penser que ce spectacle allait ajouter au blues de la saison et au retour des contaminations, encore un peu plus de dépression. Et non !

© Jon. D Photographie.
Ce que je retiens, c'est d'abord une voix, celle de Prisca Lona. Envoûtante et habitée. Comme celle de Lisa Gerrard que je cite plus haut et à qui, un temps, elle m'a fait penser. Prisca Lona, la silhouette fine, le costume taillé sur mesure et la beauté lumineuse rattrapée par la bougie dans une semi-obscurité. Une "survivante" revenue des morts… de la mort.

Puis, progressivement, le plateau s'ouvre et s'éclaire juste un peu plus devant nous. Des sacs portés par deux hommes. Un duo. Ils pourraient être frères tant leur ressemblance physique est frappante. Ils portent la même tenue, ils sont fossoyeurs. Ils transportent des corps et les entassent. Tous deux côtoient les cadavres, manipulent des bidons d'essence et se retrouvent dans une marée de cendres. Une mer d'horreur ! Ils font ce qu'on leur demande de faire sans aucun autre retour que de devoir appliquer sans broncher ce "travail" insoutenable, monstrueux qui va s'attaquer à leur propre corps et à leur âme.

Isabelle Lauriou
06/05/2022
Spectacle à la Une

"Monte-Cristo" Grande Épopée pour une grande narration : Monte-Cristo en lumière

Au Quai des Rêves, la bien nommée salle de spectacle de Lamballe, la Compagnie La Volige a présenté l'histoire merveilleuse, palpitante et instructive du Comte de Monte-Cristo. Il s'agit d'un exploit que de restituer sur scène en une heure trente les trois tomes du roman d'Alexandre Dumas. Non seulement par l'étendue du texte, mais également par la multiplicité des lieux où se déroule l'action et par le nombre des personnages impliqués dans cette saga qui se déroule sur plus d'un quart de siècle. Un exploit qui sera cet été au festival d'Avignon Off.

© Frédéric Ferranti.
C'est là qu'entre en jeu la spécificité de la compagnie La Voltige et plus particulièrement celle de l'un de ses créateurs, Nicolas Bonneau. C'est un conteur, original moderne, dont les spectacles s'inscrivent en général dans notre époque, se sourçant au terroir ou à sa propre histoire (citons "Sortie d'usine", "Le combat du siècle", "Qui va garder les enfants ?" ou encore "Mes ancêtres les Gaulois" : tous extraits de notre époque, de notre réalité). "Monte-Cristo" dévie en apparence de ces inspirations. En apparence, car les thèmes qu'il développe et le monde dont il parle ne sont pas si éloignés des nôtres. En cette période trouble du début du XIXe siècle naissait le capitalisme qui nous berce toujours de ses rêves et de ses dévastations. "Il y a dans Le Comte de Monte-Cristo une pertinence philosophique et un esprit de revanche sur la naissance du capitalisme qui résonne avec notre monde actuel", dixit Nicolas Bonneau.

Voici pour le fond de l'histoire. Mais quand il s'agit de raconter cette épopée dantesque (oui, le héros s'appelle Edmond Dantès… mais rien à voir ?), qui mieux qu'un habile conteur comme Nicolas Bonneau pour prendre Edmond et la verve furieuse de Dumas à bras le corps et nous la faire vivre ? Toujours avec douceur, précautions, fluidité et surtout art du langage, c'est ainsi que procède ce conteur moderne, jamais dans l'intention d'imposer sa vision, mais toujours sur une intensité qui fait jaillir de ses mots les images. Ce qui ne l'empêche pas de jeter son habit de conteur dans l'ombre pour se glisser dans la peau de certains personnages, donnant la vie à certaines scènes.

Bruno Fougniès
05/05/2022
Spectacle à la Une

"Vies de papier" Road-movie immobile entre enquête et conférence passionnées

Leur nouvelle tournée passe peut-être pas loin de chez vous. Il faut aller voir Benoît Faivre et Tommy Laszlo et leur manière de rendre palpitant l'examen d'un album-photos anonyme et intrigant trouvé dans une brocante belge…

© Thomas Faverjon.
Dans "Vies de papier", ces documentaristes, ces nouveaux Dupond et Dupont mènent une enquête qui, par étapes, avec ses impasses, ses indices, ses objets déconcertants, toutes ces miettes d'un passé inconnu voit s'ajuster des miettes de mémoire et se constituer en une histoire allemande, une destinée. Celle d'une femme allemande pendant la guerre.

Le scénario développé est improbable et véridique, le récit est haletant. Il a la dimension d'un témoignage de chasseurs de trésors qui tatônnent et se trouvent transformés eux- même par la chasse. Par la résolution de l'énigme, les ressorts secrets de la quête.

Scéniquement, tous les codes convergent vers la réalité avec, en prime dans la présence des comédiens, cette dimension de passion délivrée par des enquêteurs devenus de magnifiques conférenciers. Qui, dans leur manière de faire la liaison entre les images et les objets, cèdent à une touchante tendance à l'auto-célébration. Comme une joie, une satisfaction, une fierté à faire partager.

"Vies de papier" est un road-movie immobile, une épopée avec ce sens de l'autodérision qui fait douter jusqu'au bout et tiens les rennes du rire. Alors cet album-photos ? Cette femme, on y croit ou on n'y croit pas ? C'est la question d'un spectateur comblé.

Jean Grapin
24/03/2022