La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Danse

"Inventions"… Création inventive !

Mal Pelo, la compagnie créée par Marìa Muñoz et Pep Ramis, s'immisce dans les différents rayons artistiques de la création. Autour de Bach, appuyé par des instruments à cordes, alternent théâtre, chants d'opéra, poésie et vidéo autour de chorégraphies où les corps s'allient et se rencontrent, se séparent et s'empoignent dans des rythmes aussi vifs que soutenus.



© Tristan Perez-Martin.
© Tristan Perez-Martin.
Vaste scène où une vidéo en noir et blanc d'une forêt s'anime. Des arbres se dégagent d'un flou sylvestre dans lequel une végétation se dessine. Un texte poétique en anglais puis en français parle de chevaux, de champs, de flammes, de désirs sans doute, d'amour assurément avant que la vidéo débute. Avant l'entame de la représentation, un mendiant ou peut-être un "sauvage" des forêts, habillé uniquement de ses couvertures, flâne sur les planches. Sans un mot. On le retrouve par intermittence plus tard dans un rapport au groupe toujours isolé, mais relié à lui comme si le spectacle, en tant que spectateur marginal au début puis acteur, était devenu pour lui une délivrance de ce qu'il est.

Chants d'opéra, danse et musique s'enchaînent, s'accompagnent, se suivent. C'est superbe car un souffle de liberté semble habiter chacun. Cela démarre presque doucement. Sur une petite scène qui se déplace sur des roulettes, quatre musiciens, dont deux violonistes, un joueur de viole et un violoncelliste, battent la mesure. Dans des envolées classiques autour de Jean-Sébastien Bach, se marient superbement les chorégraphies.

© Tristan Perez-Martin.
© Tristan Perez-Martin.
Celles-ci sont de différentes natures. Les gestuelles sont lâches au début avec des membres supérieurs légèrement tombant dans des trajets qui semblent dessiner une courbure dans un espace-temps où des demi-cercles finissent en forme de virage. Cela est conduit avec une apathie gracieuse. Plus loin, les mouvements sont plus fermes, plus anguleux pointant des lancés dans l'espace via les membres supérieurs ou les corps se laissent tourbillonner autour de leur axe en s'abaissant légèrement. On se prend aussi dans les bras, dans des tremblements qui alternent à d'autres moments avec une fermeté corporelle, toujours gracieuse.

Les chorégraphies sont à l'image de ce qui se passe sur les planches. Variées, diverses, légères comme des plumes à la gestique telle une virgule, finissant parfois en point d'exclamation quand les positions sont debout après que les membres aient fini de faire des mouvements semi-circulaires, à mi-hauteur, caressant des plantes des pieds les planches.

Le chant prend les rênes autour de quatre chanteurs qui encadrent, entre deux rangées verticales délimitées par une dizaine de mètres, les autres interprètes. C'est une mosaïque artistique où les comédiens sont aussi danseurs. Tous les arts se marient, la danse se fait théâtre, appuyée par une voix d'opéra puis un chœur accompagné toujours par la musique de Bach où "Cantates – Partita numéro II" et "L'art de la fugue" se font entendre. Celle-ci est quasi omniprésente.

© Tristan Perez-Martin.
© Tristan Perez-Martin.
Au milieu de la scène, la mélodie monte dans les gammes autour d'une interprétation où les musiciens font monter le tempo avec un personnage qui tape via une hache avec rythme sur une bûche suspendue. Ce décalage entre la rusticité de celle-ci et le bois travaillé des instruments donne un mariage sonore de toute beauté.

Un souffle de liberté balaie la scène car le théâtre, incarné en solo à tour de rôle, est sous forme souvent d'interpellation en français, en anglais ou en espagnol. On interroge et on s'interroge sur scène. Dans leurs constructions chorégraphiques, dans les notes qui s'échappent des instruments, c'est cette même liberté qui s'incarne avec des artistes qui s'expriment avec une simplicité toute naturelle où la gestuelle est autant individuelle, car faite souvent de façon différente par chaque interprète, que collective, car appuyée et suivie par chacun d'eux.

Dans ce rapport à la scène et à l'autre, c'est une multitude de gestiques, d'attitudes qui donne à la représentation ce visage de liberté et de fraternité où chacun garde sa particularité tout en étant ensemble. Très beau spectacle nourrit de beaucoup d'originalité et de créativité !

"Inventions"

© Tristan Perez-Martin.
© Tristan Perez-Martin.
Direction artistique : María Muñoz, Pep Ramis.
Direction musicale : Joel Bardolet et Quiteria Muñoz.
Aide à la direction : Leo Castro.
Quatuor à cordes : Joel Bardolet (violon), Jaume Guri (violon), Masha Titova (viole), Daniel Claret (violoncelle).
Quatuor voix : Quiteria Muñoz (soprano), David Sagastume (contreténor), Mario Corberán (ténor), Giorgio Celenza (basse).
Danseurs : Pep Ramis, María Muñoz, Federica Porello, Zoltan Vakulya, Leo Castro, Miquel Fiol et Enric Fàbregas.
Espace sonore : Fanny Thollot.
Costumes : CarmePuigdevalliPlantéS.
Décors : Kike Blanco.
Son : Andreu Bramon.
Illumination : Irene Ferrer, August Viladomat.
Cie Mal Pelo/Maria Muñoz & Pep Ramis.
Durée : 1 h.

Du 23 au 28 novembre 2021.
Du mardi au vendredi à 19 h, samedi à 17 h, dimanche à 11 h.
Grande Halle de la Villette (dans le cadre de la programmation hors les murs du Théâtre de la Ville), Paris 19e, 01 40 03 75 75.
>> lavillette.com

© Tristan Perez-Martin.
© Tristan Perez-Martin.

Safidin Alouache
Samedi 27 Novembre 2021

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives | Avignon 2021







Partenariat



À découvrir

"Gloucester Time, Matériau Shakespeare, Richard III" Crimes et machinations, une histoire de rois… interprétée "royalement"

D'abord le souffle puissant d'un dramaturge d'exception, William Shakespeare, pour s'emparer au XVIe siècle des combats fratricides opposant trente ans durant la famille des York à celle des Lancaster, avant que l'un d'eux, Richard duc de Gloucester, ne les surpasse en perfidie machiavélique… Puis un metteur en scène, Matthias Langhoff, pour, à la fin du XXe siècle, monter ce drame atemporel… Enfin, deux acteurs embarqués dans la première aventure, Frédérique Loliée et Marcial Di Fonzo Bo, pour remonter sur les planches en reprenant vingt-cinq années plus tard la mise en scène de leur mentor… Voilà de quoi est fait ce bouillonnant "Matériau Shakespeare".

© Christophe Raynaud de Lage.
D'emblée, on est immergé dans un décor fabuleux devenu, en 2022, une curiosité à lui seul. En effet, l'époque privilégiant les plateaux quasi-nus pour des raisons autant esthétiques que financières, on n'est pas peu surpris de découvrir une gigantesque machinerie de treuils et autres parquets inclinés commandés à vue par des techniciens faisant dérober sous les pieds des protagonistes le sol qui, au propre comme au figuré, à chaque instant risque de les engloutir. Jusqu'à la Tour de Londres que l'on devine en haut du monumental escalier, au-dessus du pont-levis. Une machinerie exceptionnelle propre à rendre compte des machinations qui vont déferler trois heures durant devant nos yeux fascinés…

Comme à l'époque du théâtre élisabéthain où celui-ci était lieu de rencontres festives, tout commence par un défilé d'invités qui, verre à la main, portable vissé à l'oreille, cameramen filmant la scène, rejoignent sourires de circonstance accrochés aux lèvres "le décor"… À l'exception cependant de la veuve d'Henri VI, bannie du royaume, qui sera, elle, évacuée manu militari par les agents de sécurité du théâtre, elle et son cabas plastique griffé "Bordeaux" où elle a entassé vaille que vaille quelques objets personnels… Ainsi est créé un continuum temporel, dévoilant au-delà des cinq siècles qui les séparent les coulisses des jeux de massacre pour la conquête du pouvoir… À quelques nuances près certes, quoique, en 2022…

Yves Kafka
14/02/2022
Spectacle à la Une

"Black Mountain" Polar psychologique théâtral tout terrain !

Polar tendu sur la trahison et le pardon, entre thriller d'horreur et dissection psychologique d'un rapport humain… Entre Rebecca et Paul… Lui a trahi, ils veulent faire le point, mais la tension monte… "Je pense que je veux que tu aies mal. Je suis désolé mais c'est ce que je veux. Je veux que tu aies réellement mal."

© Caroline Ablain.
Rebecca et Paul se sont isolés dans une cabane à la montagne… pour tenter de sauver leur couple, pour faire le point après une trahison encore ardente. À moins que l’un des deux ait d’autres projets en tête. Ils ont décidé de se retrouver seuls, à l’écart du monde, de s’offrir du temps et de l’espace pour être honnêtes et s’écouter. À moins qu’ils ne soient pas seuls.

Après "Nature morte dans un fossé", précédent succès du groupe Vertigo, "Black Mountain" de Brad Birch est dans la même lignée, un spectacle noir mais non dénué d'humour, avec suspense et ambiances légèrement horrifiques… dans une forme légère pour s'adapter à toutes types de lieux.

Ici, Guillaume Doucet, Bérangère Notta et Alice Vannier du groupe Vertigo ont respecté les volontés (didascalies) de l'auteur en matière de scénographie. Ainsi on découvre un décor minimaliste avec pour seule structure délimitant l'espace un cube composé de ses seules arêtes (sans parois), mais matérialisé en fond par un mur de planches de bois simplement percé d'une fenêtre rectangulaire avec un rideau noir, seul élément composé, concret, suggérant la cuisine.

Dominique Debeauvais
08/04/2022
Spectacle à la Une

"Vies de papier" Road-movie immobile entre enquête et conférence passionnées

Leur nouvelle tournée passe peut-être pas loin de chez vous. Il faut aller voir Benoît Faivre et Tommy Laszlo et leur manière de rendre palpitant l'examen d'un album-photos anonyme et intrigant trouvé dans une brocante belge…

© Thomas Faverjon.
Dans "Vies de papier", ces documentaristes, ces nouveaux Dupond et Dupont mènent une enquête qui, par étapes, avec ses impasses, ses indices, ses objets déconcertants, toutes ces miettes d'un passé inconnu voit s'ajuster des miettes de mémoire et se constituer en une histoire allemande, une destinée. Celle d'une femme allemande pendant la guerre.

Le scénario développé est improbable et véridique, le récit est haletant. Il a la dimension d'un témoignage de chasseurs de trésors qui tatônnent et se trouvent transformés eux- même par la chasse. Par la résolution de l'énigme, les ressorts secrets de la quête.

Scéniquement, tous les codes convergent vers la réalité avec, en prime dans la présence des comédiens, cette dimension de passion délivrée par des enquêteurs devenus de magnifiques conférenciers. Qui, dans leur manière de faire la liaison entre les images et les objets, cèdent à une touchante tendance à l'auto-célébration. Comme une joie, une satisfaction, une fierté à faire partager.

"Vies de papier" est un road-movie immobile, une épopée avec ce sens de l'autodérision qui fait douter jusqu'au bout et tiens les rennes du rire. Alors cet album-photos ? Cette femme, on y croit ou on n'y croit pas ? C'est la question d'un spectateur comblé.

Jean Grapin
24/03/2022