La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Théâtre

"Invasion" De drôles d'aliens désaliénant, une utopie poilante…

Des extraterrestres sous forme de boules de poils protéiformes - d'où leur nom de Protéens -, "ça n'existe pas, ça n'existe pas... et, pourquoi pas" ! Le collectif Crypsum s'empare avec gourmandise d'une fiction de l'écrivain Luke Rhinehart pour nous présenter sur un plateau (de théâtre) un nouvel art de vivre. Un monde régénéré de fond en comble par l'utopie contagieuse de petits êtres poilus venus d'ailleurs. Imaginez…



© Pierre Planchenault.
© Pierre Planchenault.
Un monde tout entier régi par le crédo "Parcequecérigolo", un monde où l'étranger ne serait plus sources de peurs et de rejets convulsifs mais d'ouvertures charmantes sur d'autres possibles. Une image subversive du Paradis sur Terre, grâce à la geste divinement drôle de messies délurés tombés du ciel… Tel est en effet l'objectif visé par cette invasion altérant bénéfiquement les mécanismes reproductifs d'un ancien monde momifié dans ses valeurs marchandes et ses injonctions racisées d'un autre temps. Un bain de jouvence aux vertus euphorisantes…

Loin de l'atmosphère pesante de la dystopie orwellienne de "1984" ou, en fidèle contrepoint, "Invasion" nous projette dans une famille atypique de joyeux résistants à l'ordre établi. Lui, le père, est un ancien de la guerre du Vietnam qui lui a été vendue comme une opération humanitaire contre ceux qui devaient envahir l'Amérique… Vite affranchi de ce mensonge d'État, il est emprisonné pour insubordination, devient hippie, fume de l'herbe, couche à tire-larigot, avant de devenir marin-pêcheur "pour arrêter de penser au désastre de la présence des êtres humains sur terre"… Elle, d'origine cubaine, est devenue avocate contre les lois anti-migrants et experte comptable pour démonter les mécanismes oppressifs du capitalisme. Elle comme lui - on s'en douterait un peu - n'aiment pas trop le monde tel qu'il va…

© Pierre Planchenault.
© Pierre Planchenault.
Leur bonheur à ces deux-là, c'est leur rejeton, un jeune homme hors normes, pétillant de vie et libre comme un électron… libre. Alors, leur rencontre avec Louis, poisson-chien, machin- truc poilu, tout droit sorti de la mer pour venir jusque chez eux mater la télévision avachi sur le canapé du salon, est une véritable aubaine : enfin un être poilant échappant à l'injonction mortifère des idées préconçues ! Un cadeau des cieux vite adopté par le trio. Mais cet être à nul autre pareil va s'avérer farceur jusqu'au bout… Il s'ingénie à taper sur le clavier de l'ordinateur familial des programmes déprogrammant les systèmes sophistiqués des banques et des institutions ayant pignon sur rue.

Dommage pour ceux qui rêveraient déjà de faire leurs choux gras "du grand remplacement"… S'il s'agit bel et bien d'une attaque systémique des systèmes de gouvernance les plus sophistiqués, c'est dans le but, non de prendre le pouvoir selon les anciens schémas ancrés en chacun, mais tout simplement de rigoler ensemble ! Rire à gorges déployées des prétentions sans fondement en invitant à valoriser la vie sous toutes ses formes, les plus libertaires si possible.

© Pierre Planchenault.
© Pierre Planchenault.
Alternant les scènes où se réunissent, autour d'une monumentale table de conférence, les doctes représentants des pouvoirs en place et celles de la famille d'accueil du loufoque extraterrestre chez laquelle une glacière à bières fait office d'autel, l'action surfe sur le ridicule de l'esprit de sérieux opposé à la vitalité inextinguible de la fantaisie érigée en art de vivre. Alors que d'aucuns appellent déjà à la mobilisation générale pour contrer - s'il le faut en armant chaque citoyen, enfant y compris - les dérèglements attribués à ces activistes sans foi ni loi, le peuple lui est gagné par sa foi en une existence "dé-chaînée", un désir enfoui secrètement, réveillé miraculeusement par ces doux êtres tombés du ciel.

De surprises en revirements, le Président (joué par le même inénarrable acteur créant ainsi un continuum de sens avec le jeune homme illuminé), touché par la grâce du nouveau messie, se fera le porte-parole d'une philosophie aux antipodes des attendus d'ici-bas. "Si la ligne droite est le parcours le plus direct, c'est le pire chemin pour vivre sa vie. Rien n'est éternel, seul le changement est intéressant. La misère humaine tient dans le désir de conservation. Vous rêvez d'une vie parfaite et vous passez à côté de la perfection de la vie"…

© Pierre Planchenault.
© Pierre Planchenault.
Pas étonnant alors qu'une manifestation rangée sous la bannière "Parcequecérigolo" - slogans résultant d'un travail d'écriture auprès de lycéens - envahisse très pacifiquement le plateau pour dessiller les yeux passablement englués. "Quand le ciel bas et lourd pèse comme un couvercle", qu'y aurait-il de plus essentiel que de regarder dans la direction des étoiles indiquée par ces extraterrestres hédonistes ? Parce que c'est rigolo, et pour aucune autre raison que celle de libérer la vie…

Fable philosophique - plaisamment subversive - menée tambour battant par un "dynamite" collectif convoquant intelligemment rires et dérisions pour mieux faire entendre l'incongruité d'une époque manquant sérieusement d'humanité, cette "Invasion" d'extraterrestres poilus, doués d'une intelligence situationniste à toutes épreuves, ne peut que nous ravir… à nos obsessions meurtrières. Un peu de douceur extatique dans un monde de brutes épaisses, porteur lui d'aucun avenir enviable.

Vu le mercredi 23 mars au TnBA - Théâtre national de Bordeaux en Aquitaine, en partenariat avec le Glob Théâtre - Scène conventionnée de Bordeaux, dans le cadre de leur saison Ici&là. Cette création a été représenté du 17 au 26 mars 2022 au TnBA.

"Invasion"

© Pierre Planchenault.
© Pierre Planchenault.
Création mars 2022.
D'après le roman "Invasion" de Luke Rhinehart.
Traduction : Francis Guévremont (aux éditions aux Forges de Vulcain).
Plus des extraits du recueil "Manifeste(s)" écrit avec les lycéens des établissements participants.
Conception, adaptation : Alexandre Cardin, Olivier WaibelI.
Mise en scène : Alexandre Cardin, Olivier WaibelI.
Avec : Alexandre Cardin, Sarah Leck, Ferdinand Niquet-Rioux, Hadrien Rouchard, Julie Teuf et la participation de douze comédiens amateurs.
Régie générale lumières : Benoît Lepage, Aude Leclech.
Scénographie : Damien Caille-Perret.
Vidéo : Thomas Rathier.
Musique : Sébastien Bassin.
Collaboration à la médiation : Les Araignées Philosophes.
Un spectacle du collectif Crypsum.
Durée : 1 h 30.

Yves Kafka
Mercredi 30 Mars 2022

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives | Avignon 2021 | Avignon 2022




    Aucun événement à cette date.



À découvrir

Au 41e Festival de la Vézère souffle l’esprit de la musique

Le festival de référence en Corrèze poursuit son aventure malgré la disparition de sa regrettée fondatrice. Il offrira cette saison encore de très beaux rendez-vous musicaux.

Festival de la Vézère 2020, concert de la famille Pidoux © 28mmphoto.
Pour sa 41e édition, le Festival de la Vézère fera vivre l'esprit des lieux puisque Diane du Saillant poursuit la belle mission que s'étaient fixés ses parents, Isabelle et Guy : donner la plus grande audience à la musique et à l'opéra en Corrèze en région Nouvelle-Aquitaine. Elle est donc à la tête depuis cette année du festival fondé en 1981 et entend même le développer. Dix-neuf événements forts rassemblant 150 artistes dans treize lieux remarquables sont offerts dès le début de juillet et ce, pour plus d'un mois.

Fidèle à son esprit alliant exigence et éloge de la beauté, invitant nouveaux venus et artistes fidèles, la manifestation entend rassembler un public très divers : jeunes, familles, mélomanes avertis et amateurs estivaux de sensations nouvelles. De nombreux lieux patrimoniaux se sont ajoutés au cours des quatre décennies mettant le public aux premières loges de l'excellence musicale. En cette année 2022 s'y ajoutent deux nouveaux : les Ardoisières de Travassac et les Jardins de Colette à Varetz. Ce dernier accueillera le 20 juillet Alex Vizorek et le Duo Jatekok, les talentueuses sœurs pianistes, pour un "Carnaval des animaux" de Saint-Saëns attendu.

Outre le désormais traditionnel week-end lyrique des 5, 6 et 7 août au Château du Saillant, rendu possible grâce à la formidable compagnie du pianiste Bryan Evans, Diva Opéra (avec "Tosca" et "Cosi fan tutte" cet été), voici une petite sélection d'évènements inratables chinés au cœur d'un riche programme.

Christine Ducq
25/06/2022
Spectacle à la Une

•Off 2022• "Fantasio" L'expression contemporaine d'un mal-être générationnel

"Buvons l'ami et songeons à ce mariage point désiré." Éternel sujet maintes fois traité par nos grands auteurs classiques, l'union "forcée" reste encore d'actualité et l'acte de résistance qu'opposent les femmes, quel que soit le pays, peut induire une forme de rébellion et une revendication d'indépendance, d'autonomie, de liberté qui traversent facilement le prisme de la modernité.

© Andreas Eggler.
Il y a des compagnies et des metteurs en scène que l'on a particulièrement plaisir à suivre, à retrouver. Qui nous offre des moments où l'on aime sans crainte laisser se glisser nos oreilles, nos yeux, notre attention dans le confort d'une nouvelle création dont on sait quasiment par avance qu'elle nous régalera, ravira tous nos sens. Un spectacle de la Cie de L'Éternel fait assurément partie de ces petits bonheurs qui sont résolument inscrits dans une pratique novatrice, fougueuse, audacieuse et talentueuse de l'art des saltimbanques… celui qui réjouissait les foules au temps des tréteaux, des "sauteurs de bancs"*.

Au cœur de la pièce de Musset se joue le mariage politique de la princesse Elsbeth, enjeu d'un pays/royaume, décevant, sans vigueur et sans perspective pour les jeunes générations, à la gouvernance désabusée. En contrepoint, Fantasio, jeune homme désespéré - fuyant la routine, l'ennui qui naît du quotidien, la lassitude du "rien faire" -, désargenté et à l'avenir incertain, se joue des conventions, peu respectueux de la gente bien-pensante. Endossant de manière inattendue la posture et le costume de bouffon, habité d'une folle énergie soudaine et d'excès de lucidité bénéfique, il bouleverse la donne, sème un joyeux et revigorant bordel, boosté par un esprit vif et pertinent, et fait imploser sans violence le mariage.

Gil Chauveau
23/06/2022
Spectacle à la Une

Les 67e Nuits de la Citadelle à Sisteron

À partir du 22 juillet, les Nuits de la Citadelle de Sisteron accueilleront de beaux spectacles consacrés à la musique, à la danse et au théâtre sous l’égide du nouveau directeur artistique du festival, Pierre-François Heuclin.

Carmina Latina © Cappella Mediterranea.
Après la disparition tragique d'Édith Robert, c'est donc à Pierre-François Heuclin de reprendre le flambeau des Nuits de la Citadelle de Sisteron, dans les Alpes-de-Haute-Provence. Le plus ancien festival (avec les Chorégies d'Orange) propose, pour sa 67e édition, un programme varié assuré par certains des meilleurs artistes français et européens.

Dès le 22 juillet, le chef Leonardo Garcia Alarcon à la tête de son orchestre, la Cappella Meditterranea, et du Chœur de chambre de Namur, offrira un concert consacré à des œuvres espagnoles et sud-américaines des XVIe et XVIIe siècles. Ce sera une soirée "Carmina Latina" emmené par la soprano Mariana Flores.

Au cloître Saint-Dominique, une superbe voix retentira encore le 27 juillet avec la venue du ténor britannique Freddie de Tommaso. Le premier prix du concours Plàcido Domingo donnera des airs de Verdi, de Puccini mais aussi des mélodies de Liszt, accompagné du pianiste Jonathan Papp.

Le Duo Jatekok pour "Un Carnaval de Animaux pas comme les autres" (le 7 août) et les sœurs Camille et Julie Berthollet (le 13 août) se produiront ensuite sur la scène du très beau théâtre de verdure pour les premières et celle du cloître Saint-Dominique pour les autres. Des rendez-vous musicaux qui ne manqueront donc pas de charme.

Christine Ducq
18/07/2022