La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Théâtre

"Invasion" De drôles d'aliens désaliénant, une utopie poilante…

Des extraterrestres sous forme de boules de poils protéiformes - d'où leur nom de Protéens -, "ça n'existe pas, ça n'existe pas... et, pourquoi pas" ! Le collectif Crypsum s'empare avec gourmandise d'une fiction de l'écrivain Luke Rhinehart pour nous présenter sur un plateau (de théâtre) un nouvel art de vivre. Un monde régénéré de fond en comble par l'utopie contagieuse de petits êtres poilus venus d'ailleurs. Imaginez…



© Pierre Planchenault.
© Pierre Planchenault.
Un monde tout entier régi par le crédo "Parcequecérigolo", un monde où l'étranger ne serait plus sources de peurs et de rejets convulsifs mais d'ouvertures charmantes sur d'autres possibles. Une image subversive du Paradis sur Terre, grâce à la geste divinement drôle de messies délurés tombés du ciel… Tel est en effet l'objectif visé par cette invasion altérant bénéfiquement les mécanismes reproductifs d'un ancien monde momifié dans ses valeurs marchandes et ses injonctions racisées d'un autre temps. Un bain de jouvence aux vertus euphorisantes…

Loin de l'atmosphère pesante de la dystopie orwellienne de "1984" ou, en fidèle contrepoint, "Invasion" nous projette dans une famille atypique de joyeux résistants à l'ordre établi. Lui, le père, est un ancien de la guerre du Vietnam qui lui a été vendue comme une opération humanitaire contre ceux qui devaient envahir l'Amérique… Vite affranchi de ce mensonge d'État, il est emprisonné pour insubordination, devient hippie, fume de l'herbe, couche à tire-larigot, avant de devenir marin-pêcheur "pour arrêter de penser au désastre de la présence des êtres humains sur terre"… Elle, d'origine cubaine, est devenue avocate contre les lois anti-migrants et experte comptable pour démonter les mécanismes oppressifs du capitalisme. Elle comme lui - on s'en douterait un peu - n'aiment pas trop le monde tel qu'il va…

© Pierre Planchenault.
© Pierre Planchenault.
Leur bonheur à ces deux-là, c'est leur rejeton, un jeune homme hors normes, pétillant de vie et libre comme un électron… libre. Alors, leur rencontre avec Louis, poisson-chien, machin- truc poilu, tout droit sorti de la mer pour venir jusque chez eux mater la télévision avachi sur le canapé du salon, est une véritable aubaine : enfin un être poilant échappant à l'injonction mortifère des idées préconçues ! Un cadeau des cieux vite adopté par le trio. Mais cet être à nul autre pareil va s'avérer farceur jusqu'au bout… Il s'ingénie à taper sur le clavier de l'ordinateur familial des programmes déprogrammant les systèmes sophistiqués des banques et des institutions ayant pignon sur rue.

Dommage pour ceux qui rêveraient déjà de faire leurs choux gras "du grand remplacement"… S'il s'agit bel et bien d'une attaque systémique des systèmes de gouvernance les plus sophistiqués, c'est dans le but, non de prendre le pouvoir selon les anciens schémas ancrés en chacun, mais tout simplement de rigoler ensemble ! Rire à gorges déployées des prétentions sans fondement en invitant à valoriser la vie sous toutes ses formes, les plus libertaires si possible.

© Pierre Planchenault.
© Pierre Planchenault.
Alternant les scènes où se réunissent, autour d'une monumentale table de conférence, les doctes représentants des pouvoirs en place et celles de la famille d'accueil du loufoque extraterrestre chez laquelle une glacière à bières fait office d'autel, l'action surfe sur le ridicule de l'esprit de sérieux opposé à la vitalité inextinguible de la fantaisie érigée en art de vivre. Alors que d'aucuns appellent déjà à la mobilisation générale pour contrer - s'il le faut en armant chaque citoyen, enfant y compris - les dérèglements attribués à ces activistes sans foi ni loi, le peuple lui est gagné par sa foi en une existence "dé-chaînée", un désir enfoui secrètement, réveillé miraculeusement par ces doux êtres tombés du ciel.

De surprises en revirements, le Président (joué par le même inénarrable acteur créant ainsi un continuum de sens avec le jeune homme illuminé), touché par la grâce du nouveau messie, se fera le porte-parole d'une philosophie aux antipodes des attendus d'ici-bas. "Si la ligne droite est le parcours le plus direct, c'est le pire chemin pour vivre sa vie. Rien n'est éternel, seul le changement est intéressant. La misère humaine tient dans le désir de conservation. Vous rêvez d'une vie parfaite et vous passez à côté de la perfection de la vie"…

© Pierre Planchenault.
© Pierre Planchenault.
Pas étonnant alors qu'une manifestation rangée sous la bannière "Parcequecérigolo" - slogans résultant d'un travail d'écriture auprès de lycéens - envahisse très pacifiquement le plateau pour dessiller les yeux passablement englués. "Quand le ciel bas et lourd pèse comme un couvercle", qu'y aurait-il de plus essentiel que de regarder dans la direction des étoiles indiquée par ces extraterrestres hédonistes ? Parce que c'est rigolo, et pour aucune autre raison que celle de libérer la vie…

Fable philosophique - plaisamment subversive - menée tambour battant par un "dynamite" collectif convoquant intelligemment rires et dérisions pour mieux faire entendre l'incongruité d'une époque manquant sérieusement d'humanité, cette "Invasion" d'extraterrestres poilus, doués d'une intelligence situationniste à toutes épreuves, ne peut que nous ravir… à nos obsessions meurtrières. Un peu de douceur extatique dans un monde de brutes épaisses, porteur lui d'aucun avenir enviable.

Vu le mercredi 23 mars au TnBA - Théâtre national de Bordeaux en Aquitaine, en partenariat avec le Glob Théâtre - Scène conventionnée de Bordeaux, dans le cadre de leur saison Ici&là. Cette création a été représenté du 17 au 26 mars 2022 au TnBA.

"Invasion"

© Pierre Planchenault.
© Pierre Planchenault.
Création mars 2022.
D'après le roman "Invasion" de Luke Rhinehart.
Traduction : Francis Guévremont (aux éditions aux Forges de Vulcain).
Plus des extraits du recueil "Manifeste(s)" écrit avec les lycéens des établissements participants.
Conception, adaptation : Alexandre Cardin, Olivier WaibelI.
Mise en scène : Alexandre Cardin, Olivier WaibelI.
Avec : Alexandre Cardin, Sarah Leck, Ferdinand Niquet-Rioux, Hadrien Rouchard, Julie Teuf et la participation de douze comédiens amateurs.
Régie générale lumières : Benoît Lepage, Aude Leclech.
Scénographie : Damien Caille-Perret.
Vidéo : Thomas Rathier.
Musique : Sébastien Bassin.
Collaboration à la médiation : Les Araignées Philosophes.
Un spectacle du collectif Crypsum.
Durée : 1 h 30.

Yves Kafka
Mercredi 30 Mars 2022

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives | Avignon 2021 | Avignon 2022


Brèves & Com



Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.






À découvrir

"Salle des Fêtes" Des territoires aux terroirs, Baptiste Amann arpente la nature humaine

Après le choc de sa trilogie "Des Territoires", dont les trois volets furent présentés en un seul bloc de sept heures à Avignon lors du Festival In de 2021, le metteur en scène se tourne vers un autre habitat. Abandonnant le pavillon de banlieue où vivait la fratrie de ses créations précédentes, il dirige sa recherche d'humanités dans une salle des fêtes, lieu protéiforme où se retrouvent les habitants d'un village. Toujours convaincu que seul ce qui fait communauté peut servir de viatique à la traversée de l'existence.

© Pierre Planchenault.
Si, dans "La vie mode d'emploi", Georges Perec avait imaginé l'existence des habitants d'un bâtiment haussmannien dont il aurait retiré la façade à un instant T, Baptiste Amann nous immerge dans la réalité auto-fictionnelle d'une communauté villageoise réunie à l'occasion de quatre événements rythmant les quatre saisons d'une année. Au fil de ces rendez-vous, ce sont les aspirations de chacun qui se confrontent à la réalité - la leur et celle des autres - révélant, au sens argentique d'une pellicule que l'on développe, des aspérités insoupçonnées.

Tout commence à l'automne avec l'exaltation d'un couple de jeunes femmes s'établissant à la campagne. Avec le montant de la vente de l'appartement parisien de l'une d'elles, écrivaine - appartement acquis grâce au roman relatant la maladie psychiatrique du frère qui les accompagne dans leur transhumance rurale -, elles viennent de s'installer dans une usine désaffectée flanquée de ses anciennes écluses toujours en service. Organisée par le jeune maire survient la réunion du conseil consultatif concernant la loi engagement et proximité, l'occasion de faire connaissance avec leur nouvelle communauté.

Yves Kafka
17/10/2022
Spectacle à la Une

"Play/replay" The Rat Pack Compagnie fait son cirque… et son cinéma... Action !

Après le succès mondial de "Speakeasy", la compagnie circassienne The Rat Pack est de retour avec une création intitulée "Play/Replay". Explorant précédemment le genre "films de gangsters" au cœur d'un bar clandestin - que l'on appelait, au temps de la prohibition, un "speakeasy" -, nous les découvrons pour ce nouveau spectacle sur un plateau en plein tournage d'une scène caractéristique des "films d'action", le cambriolage d'un objet précieux. On retrouve donc avec plaisir ce qui fait aujourd'hui leur marque de fabrique… un cocktail explosif mêlant acrobatie, musique et cinéma… plus, cette fois-ci, l'humour décalé de Jos Houben !

© Zenzel.
Imaginez un joyau convoité, un œuf précieux - façon œuf de Fabergé - protégé par des faisceaux verts que l'on perçoit bien dans une nuit noire et volontairement enfumée. Quoi de mieux pour exercer ses talents d'acrobate que le franchissement subtilement chorégraphié de ceux-ci. Ainsi débute "Play/Replay" avec cette scène ô combien classique digne d'un "Mission Impossible", d'un Ocean's Twelve (référence directe à l'œuf) ou d'un James Bond... Et la magie opère. Les six artistes de The Rat Pack - usant souvent du jeu d'ombres chinoises et de ses effets de mystères en "noir et blanc" - déploient humour et créativité pour se jouer des codes de ce genre cinématographique et les détourner avec espièglerie et autodérision.

Au fil des séquences - certaines reproduisant des cascades ou des défis réputés impossibles, improbables ou nécessitants de judicieux trucages -, ils réalisent des numéros s'enchaînant avec fluidité, sans temps mort, où il est fait appel à la roue Cyr, aux nombreuses déclinaisons du main à main, aux multiples variations du corps à corps, aux périlleux exercices de voltige, etc. Ainsi, culbutes, chutes, bagarres, explosions, ralentis, flashbacks, courses-poursuites - tout autant haletantes que burlesques -, attitudes figées clownesques alimentent l'histoire qui nous est contée et les coulisses qui nous sont dévoilées.

Gil Chauveau
20/12/2022
Spectacle à la Une

Dans "Nos jardins Histoire(s) de France #2", la parole elle aussi pousse, bourgeonne et donne des fruits

"Nos Jardins", ce sont les jardins ouvriers, ces petits lopins de terre que certaines communes ont commencé à mettre à disposition des administrés à la fin du XIXe siècle. Le but était de fournir ainsi aux concitoyens les plus pauvres un petit bout de terre où cultiver légumes, tubercules et fruits de manière à soulager les finances de ces ménages, mais aussi de profiter des joies de la nature. "Nos Jardins", ce sont également les jardins d'agrément que les nobles, les rois puis les bourgeois firent construire autour de leurs châteaux par des jardiniers dont certains, comme André Le Nôtre, devinrent extrêmement réputés. Ce spectacle englobe ces deux visions de la terre pour développer un débat militant, social et historique.

Photo de répétition © Cie du Double.
L'argument de la pièce raconte la prochaine destruction d'un jardin ouvrier pour implanter à sa place un centre commercial. On est ici en prise directe avec l'actualité. Il y a un an, la destruction d'une partie des jardins ouvriers d'Aubervilliers pour construire des infrastructures accueillant les JO 2024 avait soulevé la colère d'une partie des habitants et l'action de défenseurs des jardins. Le jugement de relaxe de ces derniers ne date que de quelques semaines. Un sujet brûlant donc, à l'heure où chaque mètre carré de béton à la surface du globe le prive d'une goutte de vie.

Trois personnages sont impliqués dans cette tragédie sociale : deux lycéennes et un lycéen. Les deux premières forment le noyau dur de cette résistance à la destruction, le dernier est tout dévoué au modernisme, féru de mode et sans doute de fast-food, il se moque bien des légumes qui poussent sans aucune beauté à ses yeux. L'auteur Amine Adjina met ainsi en place les germes d'un débat qui va opposer les deux camps.

Bruno Fougniès
23/12/2022