La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Théâtre

"Ingolstadt" d'après Marieluise Fleisser… Une chambre d'expérimentation des gens infernaux

La mise en scène signée Ivo van Hove, d'après le diptyque "Ingolstadt" de Marieluise Fleisser, prend "L'enfer, c'est les autres" au pied de la lettre. Le village est un laboratoire dans lequel on expérimente l'abîme humain chez les "petites gens". Jan Bülow (Roelle), en tête de la distribution, livre une performance exceptionnelle.



© Matthias Horn.
© Matthias Horn.
Marieluise Fleisser est louée pour son théâtre des "petites gens" dans une communauté fermée. Tel est le cas de sa plus célèbre pièce, "Ingolstadt", qui fait du village allemand un purgatoire dont ses habitants se détruisent sous le couvert de la religion et la moralité. D'une part, l'institution, et de l'autre, la défaillance de la nature humaine. Olga est enceinte de Paps, qui ne l'aime pas. Personne dans sa famille ne connaît sa grossesse, sauf Roelle, bouc émissaire du village. Lorsqu'il sait qu'Olga veut se faire avorter, il lui fait un chantage pour gagner son affection. Olga le repousse et Roelle prétend invoquer un ange pour se faire respecter par les habitants du village et Olga. Le plan échoue et se retourne contre lui ; les soldats le jettent dans un étang.

Quand Olga confesse enfin sa grossesse à son père, ce dernier la repousse et Roelle tente sa dernière chance pour se faire aimer d'Olga en revendiquant que l'enfant est le sien. Olga le déteste encore plus et l'accuse qu'il la "tire vers le bas". Autour du couple Olga-Roelle, le drame représente un écosystème fermé dans laquelle les gens ne s'amusent que dans la négativité et la souffrance d'autrui. Les soldats, qui devraient maintenir l'ordre, deviennent des agents de violence qui s'abusent entre eux et abusent Berta et Alma, servantes qui rêvent d'une vie meilleure. Marieluise Fleisser met l'accent sur la perspective féminine pour présenter un tableau des "petites gens" dans toute sa cruauté.

© Matthias Horn.
© Matthias Horn.
La création d'Ivo van Hove, transportée du Festival de Salzbourg (Salzburger Festspiele) au Burgtheater pour le public viennois, représente le village comme une chambre d'expérimentation métaphorique pour tirer et montrer le pire des gens qui sont liés à l'endroit par une sorte de fatalité. Le texte est adapté du "Fegefeuer in Ingolstadt" (Purgatoire à Ingolstadt) et "Pioniere in Ingolstadt" (Les pionniers à Ingolstadt) par le dramaturge Koen Tachelet. C'est un travail intelligent et méticuleux qui maintient avec réussite l'équilibre entre les riches aspects de la représentation qui confrontent le monde extérieur et le monde intérieur, l'individualité et la société, la vérité et l'hypocrisie. Cette confrontation se manifeste sur le plan visuel par les lectures du crédo chrétien (accompagnées de la projection vidéo signée Julia Várkonyi) qui ponctuent le drame dans son évolution vers le point culminant.

Les décors de Jan Versweyveld profitent d'une illusion d'espace établie par des miroirs des trois côtes de la scène et montrent un coin marécageux du village, décoré d'ampoules lumineuses colorées et des tours de diffusion desquelles sortent de temps en temps des commandes absurdes propres à une école militaire. L'éclairage, également de Versweyveld, est dramatiquement puissant. On apprécie les jeux d'ombres pendant la lecture du crédo et des changements subtils au sein des nuances naturelles pour signaler les épisodes décisifs qui marquent des étapes de plus en plus profondes dans la descente vers l'abîme humain. Au profit du monde intérieur, la musique d'Eric Schleichim, couvrant un large éventail des genres, du hard rock à la cantate baroque, saisit les sentiments en fonction des différents aspects de l'amour présents dans le drame : romantique, violent, amical, manipulateur et corrosif.

La distribution, composée de l'ensemble du Burgtheater de Vienne, est menée par Marie-Luise Stockinger (Olga) et Jan Bülow (Roelle) qui livrent tous deux une performance poignante. Bülow, si jeune et d'une présence scénique si éblouissante, réunit habilement le tragique, le pathétique et le ridicule du bouc émissaire du village avec un peu d'humour noir et d'auto-ironie. Il sonde l'abîme et la défaillance de son personnage avec courage et une bonne compréhension.

Stockinger, froide et distanciée, incarne le paradoxe intérieur d'Olga qui est, dans un même temps, forte et fragile à la plénitude. Le lien émotionnel qui surgit entre les deux protagonistes principaux maintient une certaine ambiguïté, celle du dégoût mêlé de tendresse, comme il le faut.

© Matthias Horn.
© Matthias Horn.
Aussi poignante est la performance de Lilith Hässle (Berta, une des servantes abusées par des soldats) qui parvient à faire entrer une riche profondeur psychologique dans les contraintes de son personnage. Lili Winderlich (Clementine, sœur d'Olga), belle et acide, est un contrepoint fort pour Olga et une force essentielle dans le développement des dynamiques toxiques qui séparent le couple principal du reste du village.

Tilman Tuppy (Peps, compagnon d'Olga qui ne l'aime pas et de qui elle est enceinte) campe une figure grossière et impitoyable qui reflète dans un même temps la mentalité du village et fournit une justification causale de la rudesse et du renfermement d'Olga. Parmi les soldats, Gunther Eckes (Münsterer) sort du lot en livrant une interprétation brutale qui n'épargne rien de la défaillance mentale et morale de son personnage.

En somme, une soirée bien marquante ; sans aucun doute l'un des points forts de la maison cette saison.

"Ingolstadt"

© Matthias Horn.
© Matthias Horn.
Spectacle an allemand.
D'après "Purgatoire à Ingolstadt" et "Les pionniers à Ingolstadt" de Marieluise Fleisser.
Texte : Marieluise Fleisser.
Mise en scène : Ivo van Hove.
Avec : Marie-Luise Stockinger, Jan Bülow, Lilith Hässle, Lili Winderlich, Tilman Tuppy, Gunther Eckes, Dagna Litzenberger Vinet, Maximilian Pulst, Johan Hackman, Lucas Vogelsang, Julian von Hansemann, Oliver Nägele, Rainer Galke, Elisabeth Augustin, Etienne Halsdorf.
Décors et éclairage : Jan Versweyveld.
Assistant pour les décors : Dimitrij Muraschov.
Costumes : An D'Huys.
Musique : Eric Schleichim.
Vidéo : Julia Várkonyi.
Dramaturgie : Koen Tachelet, Sebastian Huber.

Prochaines représentations
18 et 27 octobre 2022 ; 3, 10 et 14 novembre 2022,.
Burgtheater de Vienne, Universitätsring 1, Vienne, 1er district.
Achat et réservations des billets sur >> burgtheater.at
Tél. : +43 (0)151 444 4545.
info@burgtheater.at

Vinda Miguna
Mardi 18 Octobre 2022

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives | Avignon 2021 | Avignon 2022


Brèves & Com



Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.






À découvrir

"Salle des Fêtes" Des territoires aux terroirs, Baptiste Amann arpente la nature humaine

Après le choc de sa trilogie "Des Territoires", dont les trois volets furent présentés en un seul bloc de sept heures à Avignon lors du Festival In de 2021, le metteur en scène se tourne vers un autre habitat. Abandonnant le pavillon de banlieue où vivait la fratrie de ses créations précédentes, il dirige sa recherche d'humanités dans une salle des fêtes, lieu protéiforme où se retrouvent les habitants d'un village. Toujours convaincu que seul ce qui fait communauté peut servir de viatique à la traversée de l'existence.

© Pierre Planchenault.
Si, dans "La vie mode d'emploi", Georges Perec avait imaginé l'existence des habitants d'un bâtiment haussmannien dont il aurait retiré la façade à un instant T, Baptiste Amann nous immerge dans la réalité auto-fictionnelle d'une communauté villageoise réunie à l'occasion de quatre événements rythmant les quatre saisons d'une année. Au fil de ces rendez-vous, ce sont les aspirations de chacun qui se confrontent à la réalité - la leur et celle des autres - révélant, au sens argentique d'une pellicule que l'on développe, des aspérités insoupçonnées.

Tout commence à l'automne avec l'exaltation d'un couple de jeunes femmes s'établissant à la campagne. Avec le montant de la vente de l'appartement parisien de l'une d'elles, écrivaine - appartement acquis grâce au roman relatant la maladie psychiatrique du frère qui les accompagne dans leur transhumance rurale -, elles viennent de s'installer dans une usine désaffectée flanquée de ses anciennes écluses toujours en service. Organisée par le jeune maire survient la réunion du conseil consultatif concernant la loi engagement et proximité, l'occasion de faire connaissance avec leur nouvelle communauté.

Yves Kafka
17/10/2022
Spectacle à la Une

"Play/replay" The Rat Pack Compagnie fait son cirque… et son cinéma... Action !

Après le succès mondial de "Speakeasy", la compagnie circassienne The Rat Pack est de retour avec une création intitulée "Play/Replay". Explorant précédemment le genre "films de gangsters" au cœur d'un bar clandestin - que l'on appelait, au temps de la prohibition, un "speakeasy" -, nous les découvrons pour ce nouveau spectacle sur un plateau en plein tournage d'une scène caractéristique des "films d'action", le cambriolage d'un objet précieux. On retrouve donc avec plaisir ce qui fait aujourd'hui leur marque de fabrique… un cocktail explosif mêlant acrobatie, musique et cinéma… plus, cette fois-ci, l'humour décalé de Jos Houben !

© Zenzel.
Imaginez un joyau convoité, un œuf précieux - façon œuf de Fabergé - protégé par des faisceaux verts que l'on perçoit bien dans une nuit noire et volontairement enfumée. Quoi de mieux pour exercer ses talents d'acrobate que le franchissement subtilement chorégraphié de ceux-ci. Ainsi débute "Play/Replay" avec cette scène ô combien classique digne d'un "Mission Impossible", d'un Ocean's Twelve (référence directe à l'œuf) ou d'un James Bond... Et la magie opère. Les six artistes de The Rat Pack - usant souvent du jeu d'ombres chinoises et de ses effets de mystères en "noir et blanc" - déploient humour et créativité pour se jouer des codes de ce genre cinématographique et les détourner avec espièglerie et autodérision.

Au fil des séquences - certaines reproduisant des cascades ou des défis réputés impossibles, improbables ou nécessitants de judicieux trucages -, ils réalisent des numéros s'enchaînant avec fluidité, sans temps mort, où il est fait appel à la roue Cyr, aux nombreuses déclinaisons du main à main, aux multiples variations du corps à corps, aux périlleux exercices de voltige, etc. Ainsi, culbutes, chutes, bagarres, explosions, ralentis, flashbacks, courses-poursuites - tout autant haletantes que burlesques -, attitudes figées clownesques alimentent l'histoire qui nous est contée et les coulisses qui nous sont dévoilées.

Gil Chauveau
20/12/2022
Spectacle à la Une

Dans "Nos jardins Histoire(s) de France #2", la parole elle aussi pousse, bourgeonne et donne des fruits

"Nos Jardins", ce sont les jardins ouvriers, ces petits lopins de terre que certaines communes ont commencé à mettre à disposition des administrés à la fin du XIXe siècle. Le but était de fournir ainsi aux concitoyens les plus pauvres un petit bout de terre où cultiver légumes, tubercules et fruits de manière à soulager les finances de ces ménages, mais aussi de profiter des joies de la nature. "Nos Jardins", ce sont également les jardins d'agrément que les nobles, les rois puis les bourgeois firent construire autour de leurs châteaux par des jardiniers dont certains, comme André Le Nôtre, devinrent extrêmement réputés. Ce spectacle englobe ces deux visions de la terre pour développer un débat militant, social et historique.

Photo de répétition © Cie du Double.
L'argument de la pièce raconte la prochaine destruction d'un jardin ouvrier pour implanter à sa place un centre commercial. On est ici en prise directe avec l'actualité. Il y a un an, la destruction d'une partie des jardins ouvriers d'Aubervilliers pour construire des infrastructures accueillant les JO 2024 avait soulevé la colère d'une partie des habitants et l'action de défenseurs des jardins. Le jugement de relaxe de ces derniers ne date que de quelques semaines. Un sujet brûlant donc, à l'heure où chaque mètre carré de béton à la surface du globe le prive d'une goutte de vie.

Trois personnages sont impliqués dans cette tragédie sociale : deux lycéennes et un lycéen. Les deux premières forment le noyau dur de cette résistance à la destruction, le dernier est tout dévoué au modernisme, féru de mode et sans doute de fast-food, il se moque bien des légumes qui poussent sans aucune beauté à ses yeux. L'auteur Amine Adjina met ainsi en place les germes d'un débat qui va opposer les deux camps.

Bruno Fougniès
23/12/2022