La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Avignon 2022

•In 2022• "Ma jeunesse exaltée" Déferlante d'arlequinades gorgées d'impétuosité tragico-comique

Dix heures (entractes compris…) d'un tsunami à la gloire d'un théâtre prométhéen libéré de ses chaînes, pour boucler la boucle. Ainsi Olivier Py, avant de passer le témoin à Tiago Rodrigues, entend-il célébrer ses dix années à la tête du prestigieux festival en renouant, dans le même lieu, avec l'épopée de "La Servante" présentée ici même lors de ses débuts avignonnais, vingt-sept ans auparavant. Le souffle épique n'a en rien perdu de sa puissance. Porté par une troupe qui fait la part belle à la jeunesse exaltée trouvant en un Arlequin monté sur ressorts un aiguillon d'exception, le spectacle bat son (trop ?) plein.



© Christophe Raynaud de Lage.
© Christophe Raynaud de Lage.
Dire que l'on ne sort pas indemne de ce marathon serait pur euphémisme… Soûlé des mots qui, comme les tirs d'une mitraillette enraillée, n'arrêtent pas de crépiter, charriant leurs considérations sur les faux-culs de tous poils, de la politique à la religion en passant par la culture, dont les portraits au vitriol mériteraient d'entrer au musée (de la Culture), mais aussi et surtout sur les aspirations à un théâtre total, "planche de salut" en ce sens que, quoi qu'il advienne, "le salut a lieu à la fin de la représentation".

Gavé d'images en accéléré d'acteurs bondissant des hauteurs des avancées surplombantes pour "posséder" le plateau articulé en modules glissant à vue, tout en délivrant le flot ininterrompu de leur texte. Exalté par la performance hors raison d'un Arlequin rimbaldien -Bertrand de Roffignac - éblouissant, pour ne pas dire aveuglant, dans son costume rapiécé à losanges, les yeux exorbités et, comme sous cocaïne, enchaînant son texte démentiel et ses acrobaties abracadabrantesques sans faillir un seul instant… Enivré jusqu'à plus soif de ce précipité "en tous sens" d'une action fonçant vers l'incandescence des esprits, on sort de cette immersion en milieu perturbé, éberlué, ravi… et aussi dubitatif : Dionysos, dieu du vin, de l'ivresse, du théâtre et de la tragédie, et son représentant temporel, Py - il y a des noms qui prédestinent - seraient-ils devenus fous… à délier autant ?

© Christophe Raynaud de Lage.
© Christophe Raynaud de Lage.
En quatre séquences articulées chacune autour d'une facétie du génial Arlequin défiant sur leurs terrains les puissants, les masques tombent. Des récupérations des icônes littéraires à des fins mercantiles, aux fables contées à l'envi par la Sainte Religion pour asseoir sa domination sur l'ici-bas, en poursuivant par l'appétit d'ogre des représentants de l'Establishment dévoués au cannibalisme, et en concluant magistralement par une (fausse) descente aux enfers renversant la donne, Arlequin, fantasque maître du jeu, tire les ficelles d'une comédie humaine grotesque. Heureusement, le Théâtre (dans le Théâtre) reste l'espérance d'une ouverture sur un présent "luxuriant".

Les marques de fabrique d'Olivier Py, ses obsessions - à ne pas prendre au sens péjoratif, mais à entendre comme ses pulsions créatives -, ponctuent les situations de scènes de défécation constipée, de masturbation joyeuse, de sodomisation tout aussi pénétrée, ou encore d'ingurgitation "délectuelle" de pénis, cervelles ou cœurs de jeunes vierges - "ceci est mon corps", cf. le dernier repas du Christ immortalisé dans le tableau de l'autre scène, La Cène. Mais que l'on ne s'y méprenne pas : ses excès trouvent parfaitement leur place dans l'économie de l'action et les objectifs qui la sous-tendent. En effet, voir Le Président cynique contraint de déféquer sur l'avant-scène du Théâtre, l'évêque pornographe porter la culotte de la sainte sœur, le jeu de massacre du ministre de la Culture et de son conseiller, tous deux des outres vides emplies de prétentions, mis en demeure de se donner mutuellement la fessée en public (de théâtre), est source de jubilation purgative.

© Christophe Raynaud de Lage.
© Christophe Raynaud de Lage.
Mais plus encore que ces mises en situation des dérives de la Sainte-Trinité (Culture - Religion - Politique), ce qui traverse de bout en bout la représentation, c'est l'amour fou du Théâtre. Un théâtre qui, au-delà du rêve éveillé qu'il véhicule, devient agent performatif pour dynamiter le capitalisme sous tous ses visages, économique, médiatique, etc. Toutes les formes d'aliénation colonisant les esprits, son Arlequin n'a pas son pareil pour les démasquer. Sous l'influence spirituelle et amoureuse de son mentor lumineusement sombre - le vieux poète déchu Alcandre, joué brillamment par Xavier Gallais -, il excelle de drôlerie révolutionnaire dans son rôle d'"agit-prop" aguerri.

Ainsi Arlequin, encore plus qu'un personnage, est-il… Le Théâtre, son costume éclatant de couleurs se confondant avec le rideau de scène à losanges. Au final, s'il est vrai que ce formidable manifeste pour un théâtre insolemment libre ne peut laisser indifférent, l'excès porté à son excès pourrait finir par apparaître un peu contreproductif… Si ce n'est que - aporie théâtrale - comment pourrait-on mieux rendre palpable l'excès… que par l'excès ?

Vu le mardi 12 juillet au Gymnase du Lycée Aubanel, Avignon.

"Ma jeunesse exaltée"

© Christophe Raynaud de Lage.
© Christophe Raynaud de Lage.
Création 2022.
Texte : Olivier Py.
"Ma Jeunesse exaltée" est publié aux éditions Actes Sud-Papiers.
Mise en scène : Olivier Py.
Assistant à la mise en scène : Guillaume Gendreau.
Avec : Olivier Balazuc, Damien Bigourdan, Céline Chéenne, Pauline Deshons, Émilien Diard-Detoeuf, Xavier Gallais, Geert van Herwijnen, Julien Jolly, Flannan Obé, Éva Rami, Bertrand de Roffignac, Antoni Sykopoulos.
Scénographie, costumes et maquillage : Pierre-André Weitz.
Assistant aux costumes : Nathalie Bègue.
Lumière : Bertrand Killy.
Son : Rémi Berger Spirou.
Chansons originales (paroles et compositions) : Olivier Py.
Composition et percussions : Julien Jolly.
Composition et arrangements : Antoni Sykopoulos.
Durée : 10 h, entractes compris.
1ère partie : 2 h 05 ; 2e partie : 2 h 10 ; 3e partie : 2 h 10 ; 4e partie : 1 h 45.

© Christophe Raynaud de Lage.
© Christophe Raynaud de Lage.
•Avignon In 2022•
Du 8 au 15 juillet.
Tous les jours à 14 h, relâche le lundi.
Gymnase du Lycée Aubanel, 14, rue Palapharnerie, Avignon.
>> festival-avignon.com
Réservations : 04 90 14 14 14.

Tournée
Du 11 au 19 novembre 2023 : Théâtre Nanterre-Amandiers, Nanterre (92).
Du 25 au 26 novembre 2023 : Théâtre National Populaire (TNP), Villeurbanne (69).

Yves Kafka
Vendredi 15 Juillet 2022

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives | Avignon 2021 | Avignon 2022







À découvrir

"Tropique de la violence" Une forme d'opéra rock comme un cri de détresse des oubliés de Mayotte

Cent-unième département de France, Mayotte, petite île au nord-ouest de Madagascar, souffre. Loin des clichés de lagons tropicaux et de végétation luxuriante, elle est devenue l'endroit de France le plus peuplé en immigrés, officiels mais surtout clandestins, qui débarquent régulièrement des Comores à bord de kwassa-kwassa (bateaux de pêche à fond plat) quand ils ne finissent pas noyés. C'est dans ce plus grand bidonville de France, situé à Mamoudzou (préfecture du département), que se situe l'action de la pièce. Bienvenue à Kaweni, surnommé bien à propos Gaza, décharge humaine où survivent comme ils peuvent une partie des échoués de notre monde.

© Victor Tonelli.
Et parmi eux de nombreux jeunes isolés, comme le héros de cette histoire, Moïse, 15 ans, abandonné par sa mère lorsqu'elle débarqua sur une plage de sable noir, bien des années auparavant. Un enfant recueilli par une infirmière venue du continent, morte depuis. Dans ce contexte pire qu'une jungle, zone de non-droit où l'ordre est aux mains de gangs, Moïse va devoir se débrouiller, survivre et subir la pression de Bruce Wayne, jeune voyou autoproclamé roi de Gaza.

De cet univers décomposé jusqu'aux dans les veines des habitants coule la violence, mieux que le sang. Violence née du manque de tout. D'une pauvreté sans mesure. D'un abandon total. D'un avenir interdit. Aucun repère. Sur le plateau, les projections gigantesques de visages interpellent le minuscule Moïse enfermé dans une cellule de prison. Fantômes imaginaires de la taille de dieux ou de démons. La mise en scène extrêmement élaborée d'Alexandre Zeff fait se caramboler sur scène les mondes intérieurs et les événements de l'histoire.

Bruno Fougniès
05/09/2022
Spectacle à la Une

•Off 2022• "Fantasio" L'expression contemporaine d'un mal-être générationnel

"Buvons l'ami et songeons à ce mariage point désiré." Éternel sujet maintes fois traité par nos grands auteurs classiques, l'union "forcée" reste encore d'actualité et l'acte de résistance qu'opposent les femmes, quel que soit le pays, peut induire une forme de rébellion et une revendication d'indépendance, d'autonomie, de liberté qui traversent facilement le prisme de la modernité.

© Andreas Eggler.
Il y a des compagnies et des metteurs en scène que l'on a particulièrement plaisir à suivre, à retrouver. Qui nous offre des moments où l'on aime sans crainte laisser se glisser nos oreilles, nos yeux, notre attention dans le confort d'une nouvelle création dont on sait quasiment par avance qu'elle nous régalera, ravira tous nos sens. Un spectacle de la Cie de L'Éternel fait assurément partie de ces petits bonheurs qui sont résolument inscrits dans une pratique novatrice, fougueuse, audacieuse et talentueuse de l'art des saltimbanques… celui qui réjouissait les foules au temps des tréteaux, des "sauteurs de bancs"*.

Au cœur de la pièce de Musset se joue le mariage politique de la princesse Elsbeth, enjeu d'un pays/royaume, décevant, sans vigueur et sans perspective pour les jeunes générations, à la gouvernance désabusée. En contrepoint, Fantasio, jeune homme désespéré - fuyant la routine, l'ennui qui naît du quotidien, la lassitude du "rien faire" -, désargenté et à l'avenir incertain, se joue des conventions, peu respectueux de la gente bien-pensante. Endossant de manière inattendue la posture et le costume de bouffon, habité d'une folle énergie soudaine et d'excès de lucidité bénéfique, il bouleverse la donne, sème un joyeux et revigorant bordel, boosté par un esprit vif et pertinent, et fait imploser sans violence le mariage.

Gil Chauveau
23/06/2022
Spectacle à la Une

Les 67e Nuits de la Citadelle à Sisteron

À partir du 22 juillet, les Nuits de la Citadelle de Sisteron accueilleront de beaux spectacles consacrés à la musique, à la danse et au théâtre sous l’égide du nouveau directeur artistique du festival, Pierre-François Heuclin.

Carmina Latina © Cappella Mediterranea.
Après la disparition tragique d'Édith Robert, c'est donc à Pierre-François Heuclin de reprendre le flambeau des Nuits de la Citadelle de Sisteron, dans les Alpes-de-Haute-Provence. Le plus ancien festival (avec les Chorégies d'Orange) propose, pour sa 67e édition, un programme varié assuré par certains des meilleurs artistes français et européens.

Dès le 22 juillet, le chef Leonardo Garcia Alarcon à la tête de son orchestre, la Cappella Meditterranea, et du Chœur de chambre de Namur, offrira un concert consacré à des œuvres espagnoles et sud-américaines des XVIe et XVIIe siècles. Ce sera une soirée "Carmina Latina" emmené par la soprano Mariana Flores.

Au cloître Saint-Dominique, une superbe voix retentira encore le 27 juillet avec la venue du ténor britannique Freddie de Tommaso. Le premier prix du concours Plàcido Domingo donnera des airs de Verdi, de Puccini mais aussi des mélodies de Liszt, accompagné du pianiste Jonathan Papp.

Le Duo Jatekok pour "Un Carnaval de Animaux pas comme les autres" (le 7 août) et les sœurs Camille et Julie Berthollet (le 13 août) se produiront ensuite sur la scène du très beau théâtre de verdure pour les premières et celle du cloître Saint-Dominique pour les autres. Des rendez-vous musicaux qui ne manqueront donc pas de charme.

Christine Ducq
18/07/2022