La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Avignon 2022

•In 2022• "Iphigénie" Et tout ça pour une histoire de vent, de dieux, de fables… Le "non" d'Iphigénie portée par la colère des femmes

Qui sait la propension quasi addictive de Tiago Rodrigues à "réinventer" les mythes (cf. son fabuleux "Antoine et Cléopâtre" ou "By Heart" à partir d'un sonnet de Shakespeare décliné à l'envi, ou encore "Bovary" ressuscitée) ne peut être vraiment étonné que ce passionné de récits revienne en Avignon avec une "Iphigénie" revisitée, transcendée. Dans une subtile mise en scène d'Anne Théron allant comme un gant au texte du dramaturge, Iphigénie (la jeune fille derrière le rôle) reprend des couleurs… L'écriture théâtrale et sa traduction au plateau ne faisant qu'une, la création n'a de cesse de questionner nos libertés d'action et les places attribuées au féminin.



© Christophe Raynaud de Lage.
© Christophe Raynaud de Lage.
Rester fidèle au mythe antique "encré" dans les mémoires (ainsi en va-t-il de la Tragédie, Iphigénie sait avec nous qu'elle va devoir mourir ce soir, elle n'échappera pas au fatum quelles que soient les énergies déployées), tout en "travaillant" le mythe de l'intérieur afin de le faire accoucher de nouveaux horizons d'attente dissimulés jusque-là dans les plis des tuniques antiques… Telle apparaît la gageure. Et si, au terme de cette heure et demie ou un peu plus, Iphigénie finira comme il est écrit, c'est en femme libre, débarrassée des injonctions patriarcales et de gardienne de la mémoire. Morte certes, mais en ayant recouvré sa liberté.

En fond de plateau, une vidéo défile en continu, on imagine la baie d'Aulis. On ne voit que la mer qui s'embrase des rougeurs du couchant et le ciel traversé parfois par des nuages sombres. On devine au loin les trières attendant impatiemment que le vent souffle pour prendre la mer… C'est qu'ils ont une mission d'importance les guerriers, partir faire la guerre à l'ennemi troyen coupable d'avoir enlevé la femme de l'un de leurs rois, Ménélas, frère d'Agamemnon, le roi des rois… et père d'Iphigénie.

© Christophe Raynaud de Lage.
© Christophe Raynaud de Lage.
Mais on ne va pas vous raconter l'histoire, vous la connaissez cette fable de la belle Hélène "ravie" (… oui, c'est peut-être elle qui a séduit le beau guerrier grec, elle en avait le pouvoir) par Pâris, fils de Priam, roi de Troie. L'histoire insensée d'un carnage annoncé à cause d'une femme, elle toujours bien vivante… Non, même si vous savez que tout cela n'est que récit inventé pour trouver une raison à ce qui est fondamentalement irraisonnable - comment la guerre le serait-elle ? -, vous vous fiez au souvenir ancré en vous, aux attendus de cette tragédie ayant traversé le temps. Ce soir, c'est à une mise en abyme de cette histoire mythique que nous allons assister. Une tentative de déconstruction systémique afin de mieux faire entendre les problématiques en jeu.

Sur le plateau nu au sol constitué de praticables disjoints pouvant glisser les uns sur les autres afin de ménager des niveaux différents, les neuf comédiennes et comédiens bien vivants, tout de noir vêtus, vont enclencher un récit dans le récit, commentant tour à tour les postures des personnages, les contredisant tant leurs décisions apparaissent inacceptables aux humains qu'ils incarnent. Ainsi d'Agamemnon en prise avec une folle promesse impossible à tenir mais qui, la mort dans l'âme et s'apprêtant à la donner de ses mains, fera périr ce qu'il a de plus cher, sa fille. Ainsi de Ménélas qui sera amené progressivement à admettre que la raison alléguée pour justifier le sacrifice de sa nièce se résume… à du vent.

© Christophe Raynaud de Lage.
© Christophe Raynaud de Lage.
Quant au chœur des femmes, allié au hiératique Vieillard dépositaire de la Mémoire, clamant leur colère contre l'histoire dont elles ont la charge et dont elles se font l'écho vibrant d'indignation, il joue son rôle infatigable de questionneur d'un passé impossible à passer en elles. Ces femmes qui se souviennent sont des guerrières déterminées de la paix.

Et puis il y a cette figure tutélaire, icône laïque d'une humanité à vif, incarnée superbement par la comédienne jouant le personnage de la reine Clytemnestre, mère d'Iphigénie. Avec infiniment de tendresse, mais aussi de détermination incorruptible, elle est là pour tenter de libérer Agamemnon de la promesse batailleuse qu'il a pu faire naguère aux Grecs, promesse qui le conduit désormais "par pure honnêteté" vers un destin impur d'infanticide. Elle lui indique la porte de sortie qui les sauverait, lui, elle, leur fille, les Grecs qui vont, si la guerre éclate à cause de ce serment aventureux, verser inexorablement leur sang. S'il consentait seulement à abdiquer, ils pourraient vivre ensemble un destin… humain.

© Christophe Raynaud de Lage.
© Christophe Raynaud de Lage.
Quant à la figure fragile de la jeune femme endossant celui de la victime sacrificielle, elle sortira du silence imposé par des siècles de loi patriarcale. Avec une force éclatante, elle naîtra à elle-même avant de subir le sort inique dicté par des dieux absents dont des hommes, castrés de leur humanité, se font les marionnettes serviles. Se souvenir non de la tragédie enseignée véhiculant de manière subliminale l'idée d'un sacrifice féminin à consentir, tribut ordinaire à payer, mais le "non" catégorique qu'elle lui oppose. Elle réclame l'oubli de cette mémoire pernicieuse chargée d'inscrire dans l'inconscient collectif le sacrifice des femmes comme allant de soi. Ce qu'elle lance au visage de ces hommes, bouffons de dieux qui n'existent pas, c'est un "non" fondateur, une promesse de vie humaine.

Immergée dans la scénographie envoûtante de ce plateau habité par des personnes artistes remettant en débat les motivations de leur personnage, sur fond d'une mer étale attendant que le vent ne se lève, la mémoire du spectateur se déconstruit. Happée par le mouvement impulsé, elle se lave des scories héritées pour advenir à un autre stade de conscience…

© Christophe Raynaud de Lage.
© Christophe Raynaud de Lage.
Si les dieux sont des fables pour éviter de se souvenir des crimes commis en leurs noms, la très humaine réécriture de Tiago Rodrigues de ce mythe antique, sublimée par la mise en jeu d'Anne Théron, aura la vertu de faire résonner longtemps en nous ce "non" de résistance féminine… Iphigénie.

Vu le vendredi 8 juillet à l'Opéra du Grand Avignon.

"Iphigénie"

© Christophe Raynaud de Lage.
© Christophe Raynaud de Lage.
Strasbourg - Paris – Porto/Création 2022.
Spectacle en français surtitré en anglais sauf les 11 et 12 juillet.
Texte : Tiago Rodrigues.
Traduction : Thomas Resendes.
Mise en scène : Anne Théron.
Dramaturgie et assistant à la mise en scène : Thomas Resendes.
Avec : Carolina Amaral, Fanny Avram, João Cravo Cardoso, Alex Descas, Vincent Dissez, Mireille Herbstmeyer, Julie Moreau, Philippe Morier-Genoud, Richard Sammut.
Collaboration chorégraphique : Thierry Thieû Niang.
Scénographie et costumes : Barbara Kraft.
Lumière, Benoît Théron.
Vidéo : Nicolas Comte avec à l'image Jules Dupont, Achille Genet, Baptiste Perais, Julien Toinard, Louis Valencia.
Son : Sophie Berger.
Durée : 1 h 35.

"Iphigénie" de Tiago Rodrigues, traduction de Thomas Resendes, est publié aux éditions Les Solitaires Intempestifs dans le recueil "Iphigénie, Agamemnon, Electre".

Spectacle diffusé le 15 juillet sur France 5, le 24 juillet sur Culturebox, puis disponible en replay pendant 9 mois.

•Avignon In 2022•
Du 7 au 13 juillet 2022.
À 18 h, relâche le 10 juillet.
Opéra Grand Avignon, place de l'Horloge, Avignon.
>> festival-avignon.com
Réservations : 04 90 14 14 14.

Tournée
Du 13 au 22 octobre 2022 : TNS - Théâtre National de Strasbourg, Strasbourg (67).
Du 18 au 22 janvier 2023 : Théâtre des Célestins, Lyon (69).

© Christophe Raynaud de Lage.
© Christophe Raynaud de Lage.

Yves Kafka
Lundi 11 Juillet 2022

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives | Avignon 2021 | Avignon 2022




Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.






À découvrir

Les modèles des artistes sont-elles vraiment des modèles de vie ? À en croire ces "Muses", non, et tant mieux !

La racine étymologique de musée est "temple des Muses", du nom de ces neuf déesses qui président aux arts. Ici, elles ne sont que quatre (mais neuf en alternance, tiens ? Hasard…) et l'histoire qu'elles incarnent se déroule effectivement dans un musée après la fermeture, dans la torpeur de la nuit. Dans ce spectacle très vivant, incarner est le verbe idéal pour définir ces créations de personnages, puisque ceux-ci ne sont faits, au tout début, que des figures faites de pigments, de colle, de toiles et de cire.

© Xavier Cantat.
Des figures suspendues dans leurs cadres et posées sur un socle qui sont des chefs-d'œuvre : la "Joconde" de Léonard de Vinci, la "Naissance de Vénus" de Botticelli, la "Petite danseuse" de Degas et le "Diptyque Marilyn" d'Andy Warhol… Magie du théâtre, lorsque le dernier visiteur sort, suivi par le dernier gardien, ces muses renaissent, reprennent vie, voix et chair. Alors commence une longue nuit qui va révéler les caractères surprenants, parfois volcaniques et débordants de ces personnages si sages le jour.

Besoin de se dérouiller un peu les jambes, de se plaindre de la cohue qu'elles subissent tous les jours, de se rappeler des souvenirs "d'enfance" ou de se réchauffer les nerfs aux rivalités les plus classiques, rivalités de notoriété, de séduction ou d'âge, car ces quatre figures font bien partie des représentations de l'idéal féminin en compétition, telle sera la course qu'elles mènent avec fougue et sensualité.

L'idée de départ aurait pu devenir banale et vaine sans l'inventivité que les autrices, les interprètes et le metteur en scène ont déployé. Le texte de Claire Couture et Mathilde Le Quellec ancre résolument son ton dans la fantaisie, le jeu de répliques et l'humour. Les deux autrices ont laissé libre cours à leur imaginaire en gardant un point de vue moderne. Elles dessinent des tempéraments rugueux, explosifs et inattendus, qui tranchent avec les idées convenues que l'on forme face à ces représentations idéalisées de la femme : ce que cache le visage, l'apparence, l'esthétique.

Bruno Fougniès
18/10/2022
Spectacle à la Une

"Huis clos" Sommes-nous acteurs de notre destin ou de simples marionnettes ?

Garcin, Inès et Estelle, un homme et deux femmes, se retrouvent enfermé(es) dans un salon où la lumière ne s'éteint pas et duquel il est impossible de sortir. Ils comprennent qu'ils se trouvent en Enfer et se racontent leurs histoires. Ainsi se noueront entre eux des relations complexes qui ne se révèleront pas toujours réciproques.

© Anthony Dausseur.
Est-ce bien raisonnable de retourner assister à une énième représentation de "Huis clos", ce texte incontournable du théâtre français écrit, fin 1943 - début 1944, par le célèbre philosophe Jean-Paul Sartre ? Une de ses plus belles œuvres et aussi une des plus jouées.
Quand on aime, on ne compte pas, semble-t-il.

Au Laurette Théâtre, une petite salle intimiste de quartier, se joue une nouvelle version de cette célèbre pièce, interprétée par deux comédiennes et un comédien attachant(es) et investi(es) : Sebastian Barrio, Karine Battaglia et Laurence Meini.

La proximité du public avec la scène et, de ce fait, le contact très proche avec les personnages renforcent très largement la thématique de la pièce. Rares ont été les fois où cette sensation d'enfermement a pu nous envahir autant, indépendamment des relations tendues qui se tissent progressivement entre les personnages et qui de ce fait sont décuplées.

Brigitte Corrigou
24/10/2022
Spectacle à la Une

"Deux mains, la liberté" Un huis clos intense qui nous plonge aux sources du mal

Le mal s'appelle Heinrich Himmler, chef des SS et de la Gestapo, organisateur des camps de concentration du Troisième Reich, très proche d'Hitler depuis le tout début de l'ascension de ce dernier, près de vingt ans avant la Deuxième Guerre mondiale. Himmler ressemble par son physique et sa pensée à un petit, banal, médiocre fonctionnaire.

© Christel Billault.
Ordonné, pratique, méthodique, il organise l'extermination des marginaux et des Juifs comme un gestionnaire. Point. Il aurait été, comme son sous-fifre Adolf Eichmann, le type même décrit par Hannah Arendt comme étant la "banalité du mal". Mais Himmler échappa à son procès en se donnant la mort. Parfois, rien n'est plus monstrueux que la banalité, l'ordre, la médiocrité.

Malgré la pâleur de leur personnalité, les noms de ces âmes de fonctionnaires sont gravés dans notre mémoire collective comme l'incarnation du Mal et de l'inimaginable, quand d'autres noms - dont les actes furent éblouissants d'humanité - restent dans l'ombre. Parmi eux, Oskar Schindler et sa liste ont été sauvés de l'oubli grâce au film de Steven Spielberg, mais également par la distinction qui lui a été faite d'être reconnu "Juste parmi les nations". D'autres n'ont eu aucune de ces deux chances. Ainsi, le héros de cette pièce, Félix Kersten, oublié.

Joseph Kessel lui consacra pourtant un livre, "Les Mains du miracle", et, aujourd'hui, Antoine Nouel, l'auteur de la pièce, l'incarne dans la pièce qu'il a également mise en scène. C'est un investissement total que ce comédien a mis dans ce projet pour sortir des nimbes le visage étonnant de ce personnage de l'Histoire qui, par son action, a fait libérer près de 100 000 victimes du régime nazi. Des chiffres qui font tourner la tête, mais il est le résultat d'une volonté patiente qui, durant des années, négocia la vie contre le don.

Bruno Fougniès
20/09/2022