La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
CédéDévédé

"Illuminations", le fascinant voyage offert par les artistes de Resonance

Sorti en mai 2019, le second opus de Resonance, "Illuminations", envoûte avec un rare bonheur. Grâce à la complicité d’instrumentistes venus d’horizon différents réunis par le contre-ténor Samuel Cattiau et le guitariste Quentin Dujardin, les compositions par ces derniers de belles mélodies rehaussent des textes très anciens de choix.



© DR.
© DR.
Superbe enregistrement qui ne devrait pas passer inaperçu en toute justice, ces "Illuminations" ou "enluminures" dans la langue de Shakespeare célèbrent une union harmonieuse, celle d’un lieu remarquable, de la voix et celle d’instruments inattendus (le violoncelle, la guitare, le cornet à bouquin et les percussions) et de nouvelles mélodies composées pour des textes rares.

Le résultat, c’est ce CD de haute volée constamment passionnant avec ses climats, ses chants et ses poèmes d’époques et de nations variées. Un voyage (terme non métaphorique ici) magnifique qui abstrait l’auditeur de l’agitation du monde le temps de treize pièces (dont deux instrumentales avec l’improvisation de "Aube") composées par des trouvères d’aujourd’hui, Samuel Cattiau (une voix sublime dotée d’une grande agilité entre le baryton et le contreténor) et le guitariste Quentin Dujardin.

Une heure de musique à vivre comme un temps de méditation, d’envoûtement et même d’envol planant. Et ces "Illuminations" (un mot étymologiquement venu du latin "illuminare") mettent également en lumière avec leurs mélodies écrites à quatre mains le grand talent de six artistes dotés d’une si grande intelligence musicale au sein de cette formation qu’on les croirait tous réunis depuis très longtemps.

© DR.
© DR.
Chaque pièce met à l’honneur instruments et voix en une géométrie variable : tous réunis pour "Danza" ou "Pane del ciel", évoluant à deux ("Illuminations"), trois ("Tanta luce"), quatre ("Stay awhile") ou cinq ("Angel") dans un enregistrement superbement réalisé dans l’Abbaye de Noirlac (à quelques dizaines de kilomètres de Bourges) par les soins de Thierry Van Roy.

Il faut noter qu’il ne s’agit pas seulement de jouer avec l’impressionnante acoustique du lieu. Lier musique et patrimoine est un enjeu central dans le travail de Samuel Cattiau et Quentin Dujardin et ce, dès leur premier opus, "Resonance" sorti en 2016. Leurs tournées en France, en Europe et ailleurs ne se fait d’ailleurs que dans des lieux sacrés ou profanes habités par l’Histoire, temples, palais de maharadjah (en Inde) ou églises.

Ces "Illuminations" éclairent ainsi de beaux textes que Quentin Dujardin et Samuel Cattiau rhabillent de partitions subtiles aux lignes déliées. Ont été choisis des chants séfarades écrits par les Sephardim, ces descendants des Juifs chassés d’Espagne en 1492 ("Madre" ou "La Roza"), réfugiés pour beaucoup dans l’Empire Ottoman ou ailleurs dans le Bassin Méditerranéen, des laudes et chants romains du XVIIe siècle dus aux confréries chrétiennes, des airs de cour (comme celui de John Dowland "Stay awhile") ou encore des chansons et poèmes médiévaux sacrés ou profanes avec Johannes Ciconia ("Tanta luce") et Jehan de Lescurel ("Dame de valour") - entre autres.

Chaque pièce se révèle une belle réussite faisant la part belle à une vraie dramaturgie des instruments (sans oublier leurs phrasés artistes) comme à des modes de jeux, de chant, tessitures et de rythmes variés (jusqu’au sifflement dans "Stay awhile"). Citons le moment suspendu que représente "Illuminations" (piste 6) où s’entrelacent la voix aérienne à la diction pure de Samuel Cattiau et le cornet à bouquin magique de Doron David Sherwin - un cornettiste américain.

Le "Nocturne" improvisé à trois liant la guitare, les percussions et la voix est un autre de ces moments d’exception. Mais se remarquent aussi le violon parfois quasi tsigane de Léo Ullmann ("Se fiamma"), le violoncelle de caractère de Matthieu Saglio dans "Madre" et "Angel" (les deux artistes si beaux dans "Pane del ciel"). Matthieu Saglio n’est-il pas résident espagnol nous donnant sa version des Rasguedos flamencos ?

Indispensables aussi les percussions de l’artiste d’origine iranienne Bijan Chemirani dans ces hypnotiques "Matines" improvisées avec la guitare comme compagnon ou ce "Nocturne" déjà mentionné. La guitare de Quentin Dujardin fait décidément merveille à chaque fois dans ces alliances de timbres inouïes ; elle se fait inoubliable même dans "Pane del ciel" par exemple. Voici un CD vraiment indispensable (et un bel objet de surcroît) conçu par de vrais poètes.

● "Resonance - Illuminations"
Distribution : AVM Diffusion (Libraires), L'Autre distribution (Disquaires et Espaces culturels).
Production exécutive : Estrella et Agua music.
Coproduction : Abbaye de Noirlac, Centre Culturel de Rencontre.
Sortie : mai 2019.

Tournée :
20 septembre 2019 : Ancien Hospice d’Avrée, Tourcoing (59).
19 octobre 2019 : Église d’Étalle, Belgique.
26 et 27 octobre 2019 : Cathédrale de la Ville-Haute, Vaison-la-Romaine (84).


Christine Ducq
Mercredi 4 Septembre 2019

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives


Brèves & Com


Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.






    Aucun événement à cette date.



À découvrir

Bernard Adamus "C'qui nous reste du Texas"… Blues et beau

Pour son quatrième album, Bernard Adamus, avec son style blues très marqué, fricote avec le rock pour nous mener vers le grand nord sur des chansons qui se nourrissent de différents tempos aux paroles truculentes.

Bernard Adamus
Bernard Adamus, d'origine polonaise, a débarqué à ses trois ans au Québec. Depuis maintenant plus de dix ans, il trace une ligne artistique saluée par la critique avec ses albums "Brun" (2009), "No2" (2012) et "Sorel soviet so what" (2015). Du premier jusqu'au dernier LP, "C'qui nous reste du Texas", la qualité est toujours chevillée aux accords.

Avec ses dix titres, cet opus a une allure toujours foncièrement blues aux relents parfois rock. L'artiste a laissé très majoritairement son harmonica dans son étui. Sa voix, caractéristique, traînante, presque criarde, est utilisée comme effet multiplicateur de ses émotions.

Les chœurs sont discrets bien que parfois appuyés comme pour "Chipotle". Certaines compositions telle que "L'erreur" excelle dans un blues avec la contrebasse de Simon Pagé très présente, accompagnée de quelques notes de piano pour rendre un son plus clair quand celui-ci est, à dessein, légèrement étouffé par des percussions. La voix monte haut perchée au refrain où claironne un saxophone donnant un tournis musical, tel le reflet d'un état d'âme où la tristesse se berce d'incompréhension. C'est dans ces cassures de rythme que se mêlent d'autres éléments musicaux et vocaux donnant une tessiture aboutie. Le début d'une chanson peut ainsi être décharné à dessein comme celui d'un désert, d'un seul à seul avec l'artiste.

Safidin Alouache
05/05/2020
Spectacle à la Une

"I Fratelli Lehman" par la Cie Tom Corradini Teatro de Turin

Captation intégrale Ce spectacle sans paroles (ou très peu) - mais pas sans bruitages ! - devait être présenté au Théâtre Ambigu durant le festival Off d'Avignon cet été. Du fait de l'annulation, la compagnie italienne Tom Corradini Teatro de Turin vous invite à visionner cette pièce burlesque sur l'argent, la cupidité et l'amour raconté avec le langage du clown, sans interaction verbale, adapté à un public de tous âges et de toutes nationalités.

Comédie visuelle et physique interprété par deux talentueux clowns turinois (Tom Corradini et Michele Di Dedda), "I Fratelli Lehman" (The Lehman Brothers) raconte l'histoire d'un couple de banquiers et de financiers dont les capacités et les compétences les ont rendus célèbres et respectés dans tout le monde.

Apparemment, ils ont tout, des voitures rapides, de beaux secrétaires, des bureaux luxueux, un style de vie somptueux. Cependant, un jour leur fortune est anéantie en quelques minutes après un plongeon désastreux du marché boursier. Des richesses à la misère, ils doivent maintenant transformer leur échec en opportunité et gravir de nouveau la montagne du succès.

Gil Chauveau
21/04/2020
Sortie à la Une

Soigne le monde "Heal The World" de Michael Jackson par les Franglaises

Les Franglaises vous souhaitent encore et toujours un joyeux confinement en vous offrant une reprise franglisée de "Heal The World" de Michael Jackson ou "Soigne Le Monde" de Michel Fils de Jacques. Bonne écoute !

Soigne le monde
"Même confinés, les Franglaises récidivent en traduisant littéralement le très à-propos "Heal the World" de Michael Jackson : "Soigne le Monde". Enregistré et réalisé 100 % en confinement, les trente-cinq membres de la troupe donnent de la voix pour "faire de ce monde une meilleure place". "Enjoy… Euh, appréciez !"

Les Franglaises… le spectacle
Comédie musicale à la façon d'un "opéra pop" à l'américaine, le spectacle propose de traduire les plus grands succès du répertoire anglophone… histoire de vérifier, à travers un "test-aveugle", la pertinence de ces grands tubes mondiaux, des Scarabées à Reine, en passant par Michel Fils-de-Jacques et les Filles Épices… et bien plus encore…
Se prenant les pieds dans les incohérences des traductions littérales au premier degré à la manière de "google-trad", et emportés par la fiction de ces pièces musicales, les interprètes offrent une tournure explosive au spectacle qui vire au cabaret fou version Monty Python !
Durée : 1 h 45

Gil Chauveau
31/03/2020