La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
CédéDévédé

"Illuminations", le fascinant voyage offert par les artistes de Resonance

Sorti en mai 2019, le second opus de Resonance, "Illuminations", envoûte avec un rare bonheur. Grâce à la complicité d’instrumentistes venus d’horizon différents réunis par le contre-ténor Samuel Cattiau et le guitariste Quentin Dujardin, les compositions par ces derniers de belles mélodies rehaussent des textes très anciens de choix.



© DR.
© DR.
Superbe enregistrement qui ne devrait pas passer inaperçu en toute justice, ces "Illuminations" ou "enluminures" dans la langue de Shakespeare célèbrent une union harmonieuse, celle d’un lieu remarquable, de la voix et celle d’instruments inattendus (le violoncelle, la guitare, le cornet à bouquin et les percussions) et de nouvelles mélodies composées pour des textes rares.

Le résultat, c’est ce CD de haute volée constamment passionnant avec ses climats, ses chants et ses poèmes d’époques et de nations variées. Un voyage (terme non métaphorique ici) magnifique qui abstrait l’auditeur de l’agitation du monde le temps de treize pièces (dont deux instrumentales avec l’improvisation de "Aube") composées par des trouvères d’aujourd’hui, Samuel Cattiau (une voix sublime dotée d’une grande agilité entre le baryton et le contreténor) et le guitariste Quentin Dujardin.

Une heure de musique à vivre comme un temps de méditation, d’envoûtement et même d’envol planant. Et ces "Illuminations" (un mot étymologiquement venu du latin "illuminare") mettent également en lumière avec leurs mélodies écrites à quatre mains le grand talent de six artistes dotés d’une si grande intelligence musicale au sein de cette formation qu’on les croirait tous réunis depuis très longtemps.

© DR.
© DR.
Chaque pièce met à l’honneur instruments et voix en une géométrie variable : tous réunis pour "Danza" ou "Pane del ciel", évoluant à deux ("Illuminations"), trois ("Tanta luce"), quatre ("Stay awhile") ou cinq ("Angel") dans un enregistrement superbement réalisé dans l’Abbaye de Noirlac (à quelques dizaines de kilomètres de Bourges) par les soins de Thierry Van Roy.

Il faut noter qu’il ne s’agit pas seulement de jouer avec l’impressionnante acoustique du lieu. Lier musique et patrimoine est un enjeu central dans le travail de Samuel Cattiau et Quentin Dujardin et ce, dès leur premier opus, "Resonance" sorti en 2016. Leurs tournées en France, en Europe et ailleurs ne se fait d’ailleurs que dans des lieux sacrés ou profanes habités par l’Histoire, temples, palais de maharadjah (en Inde) ou églises.

Ces "Illuminations" éclairent ainsi de beaux textes que Quentin Dujardin et Samuel Cattiau rhabillent de partitions subtiles aux lignes déliées. Ont été choisis des chants séfarades écrits par les Sephardim, ces descendants des Juifs chassés d’Espagne en 1492 ("Madre" ou "La Roza"), réfugiés pour beaucoup dans l’Empire Ottoman ou ailleurs dans le Bassin Méditerranéen, des laudes et chants romains du XVIIe siècle dus aux confréries chrétiennes, des airs de cour (comme celui de John Dowland "Stay awhile") ou encore des chansons et poèmes médiévaux sacrés ou profanes avec Johannes Ciconia ("Tanta luce") et Jehan de Lescurel ("Dame de valour") - entre autres.

Chaque pièce se révèle une belle réussite faisant la part belle à une vraie dramaturgie des instruments (sans oublier leurs phrasés artistes) comme à des modes de jeux, de chant, tessitures et de rythmes variés (jusqu’au sifflement dans "Stay awhile"). Citons le moment suspendu que représente "Illuminations" (piste 6) où s’entrelacent la voix aérienne à la diction pure de Samuel Cattiau et le cornet à bouquin magique de Doron David Sherwin - un cornettiste américain.

Le "Nocturne" improvisé à trois liant la guitare, les percussions et la voix est un autre de ces moments d’exception. Mais se remarquent aussi le violon parfois quasi tsigane de Léo Ullmann ("Se fiamma"), le violoncelle de caractère de Matthieu Saglio dans "Madre" et "Angel" (les deux artistes si beaux dans "Pane del ciel"). Matthieu Saglio n’est-il pas résident espagnol nous donnant sa version des Rasguedos flamencos ?

Indispensables aussi les percussions de l’artiste d’origine iranienne Bijan Chemirani dans ces hypnotiques "Matines" improvisées avec la guitare comme compagnon ou ce "Nocturne" déjà mentionné. La guitare de Quentin Dujardin fait décidément merveille à chaque fois dans ces alliances de timbres inouïes ; elle se fait inoubliable même dans "Pane del ciel" par exemple. Voici un CD vraiment indispensable (et un bel objet de surcroît) conçu par de vrais poètes.

● "Resonance - Illuminations"
Distribution : AVM Diffusion (Libraires), L'Autre distribution (Disquaires et Espaces culturels).
Production exécutive : Estrella et Agua music.
Coproduction : Abbaye de Noirlac, Centre Culturel de Rencontre.
Sortie : mai 2019.

Tournée :
20 septembre 2019 : Ancien Hospice d’Avrée, Tourcoing (59).
19 octobre 2019 : Église d’Étalle, Belgique.
26 et 27 octobre 2019 : Cathédrale de la Ville-Haute, Vaison-la-Romaine (84).


Christine Ducq
Mercredi 4 Septembre 2019

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives





Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.






    Aucun événement à cette date.



À découvrir

"Sabordage" Comme une synthèse de la modernité… une implosion écologique à venir, avenir sombre de notre monde…

Elle fut riche et belle, plaisante et paradisiaque, pays de cocagne… puis devint consommatrice et opulente, industrieuse, minière et calamité écologique, pour finir mendiante et désespérée, à l'avenir destructif d'une future terre qui coule à pic… C'est la "belle" histoire de l'île de Nauru*, miroir de notre prochain anéantissement - au délicat (!) mais définitif intitulé "6e extinction de masse" -, qui nous est contée par le talentueux Collectif Mensuel.

Narration aux allures de débats, de commentaires, d'échanges réalistes… Scénographie en une forme d'actions documentaires, visible au lointain par report vidéo "en direct", en rappel de notre monde de l'image, expression ironique de nos chaînes d'infos en continu pour une structure créative d'un théâtre pédagogique, d'un reportage théâtralisé… Car ici tout est vrai, le drame, les horreurs économiques, le dézingage des ressources et de l'environnement… le sabordage de l'île a vraiment eu lieu, sans parler des perspectives radieuses d'une fin en version sous-marine !

Le récit - dans un préambule exposant un éden de rêve aux allures de paradis touristique, sis à quelques encablures de la Papouasie-Nouvelle-Guinée (près de 2 700 km quand même !) - se construit sur un montage cinématographique et télévisuel où le collectif puise dans les séries et films des années soixantes-dix quatre-vingt, tous célèbres et ancrées dans nos imaginaires collectifs…

Gil Chauveau
11/10/2019
Spectacle à la Une

FAB 2019 "Concours européen de la chanson philosophique" La philosophie mise en musique dans un dispositif à faire kiffer "l'euro-vision"

Massimo Furlan, performer suisse mâtiné d'Italien, était dans ses jeunes années fan de l'Eurovision, de ses paillettes éblouissantes et de ses bluettes sentimentales réunissant joyeusement sa famille autour du petit écran. Près d'un demi-siècle plus tard, c'est la grande avant-scène du Carré qui le projette sous les sunlights en splendide ordonnateur - flanqué d'une superbe créature en robe lamé - de deux soirées "enchantées" dédiées à une vision de notre Monde. Comme quoi divertissement populaire et réflexion de pointe peuvent rimer ensemble…

FAB 2019
Reconstituant somptueusement le décorum kitsch du concours de l'Eurovision ayant à jamais impressionné ses premières émotions artistiques, le performer semble jubiler en détournant "sérieusement" le répertoire d'origine pour proposer un récital de onze chansons dont l'écriture a été confiée par ses soins à des philosophes, sociologues et autres chercheurs sachant penser le monde. L'interprétation de ces textes métaphoriques revient à des artistes costumés de manière délirante, projetés en direct par un vidéaste décuplant leur truculente présence scénique sur les notes d'un orchestre en live.

Quant au Jury réuni sur une singulière estrade roulante dénotant avec sa "notabilité", il est composé d'éminents professeurs d'université et sommités intellectuelles se prêtant avec grâce et bonheur au jeu de leur interprétation avant d'attribuer leur note. Le public - le genre l'impose - est sollicité en permanence afin de faire entendre également "sa voix" captée par un "votaton" chargé d'enregistrer le volume d'applaudissements attribué à chaque candidat.

Yves Kafka
15/10/2019
Sortie à la Une

"Fake"… Un "Peer Gynt" pour explorer le monde de l'info et de l'intox

"Fake - Tout est faux, tout est fou", Gare de l'Est, Paris

L'homme vagabonde sous les toits ferroviaires, au carrefour des âmes voyageuses… il est conteur. Peer Gynt partit aussi à l'aventure, cheminant entre rêve et réalité. Le narrateur s'en inspire pour démêler le vrai du faux… de notre réalité… Extraire le fake à l'ère des news…

Spectacle déambulatoire, performance de rues (ici intérieure), Fake convoque un conteur, un concepteur compositeur, des musiciens, pour une exploration d'un nouveau type où le spectateur, équipé d'un casque audio, se laisse emmener, au sens littéral comme virtuel dans une promenade découverte entre vraies et fausses informations.

Dans ce périple artistique, ce dernier garde toute liberté d'action, plus précisément de mouvements, déambulant dans l'espace proposé au fil de ses envies, de ses inspirations ou guidé par l'histoire, narration sonore, vocale et musicale, composée en direct et diffusée dans le casque et/ou influencé par la vue, le cheminement de l'acteur, Abbi Patrix, interprétant à sa façon Peer Gynt, exprimant son ressenti du lieu, posant des questions sur la véracité du réel ou interrogeant le badaud passant.

Les éléments sonores audibles dans le casque sont superposés, sans apparente cohérence mais peuvent stimuler ou orienter la perception du spectateur qui fait le choix d'être actif ou passif, ponctuellement ou de manière permanente, redevenant alors un simple observateur.

Gil Chauveau
10/10/2019