La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Théâtre

"Il Loggiato", l'être, l'acteur et le néant ; immersion dans les limbes du théâtre

Lorsque après "une si longue absence" - deux très longues années - une femme et un homme se retrouvent (hallucination ou réalité ?) pour questionner les rapports entre création et existence, il flotte autour d'eux une étrange atmosphère. Un peu comme si les limites entre les univers de la réalité et de la fiction s'estompaient magiquement pour devenir caduques, les acteurs et leur personnage échangeant leur "moi peau" pour se fondre dans une seule et même entité. Le trouble qui résulte de cette expérience in vivo gagne le spectateur, témoin de cette alchimie saisissante.



© Yves Chaudouet.
© Yves Chaudouet.
Yves Chaudouët, artiste polymorphe (re)connu pour ses productions plastiques et dramaturgiques - reliées entre elles par le goût de l'autre -, réunit dans la grande salle de la Villa 88 de Bordeaux Valérie Dréville et Yann Boudaud pour un face à face intimiste. L'itinéraire singulier de ces deux acteurs les a naguère conduits à travailler sous l'égide de Claude Régy, maître ès théâtre pour qui "le silence est une forme d'écriture".

Et de silence, il en sera question autour de cette table où ils prennent place au milieu de celles identiques dressées autour d'eux. Lorsqu'ils pénètrent l'un après l'autre dans la salle évoquant une brasserie de jardin, les spectateurs ont déjà pris place et sirotent distraitement le jus à la violette préparé à leur intention. On pourrait croire qu'il s'agit de deux autres pareils à eux si ce n'était un je-ne-sais-quoi qui les distingue des "invités" déjà attablés.

L'homme est visiblement harassé. Ses vêtements sont défaits, un pan de chemise s'échappe de son pantalon, ses chaussures délacées et maculées de boue séchée portent les traces des quelque huit cents kilomètres parcourus au gré des chemins de traverse. Il s'assoit lourdement n'ayant de cesse de s'asperger le visage de l'eau de la bouteille lui faisant face. La femme, elle, fait son entrée, sac à dos aux épaules, chien docile en laisse, et sourire aux lèvres.

© Yves Chaudouet.
© Yves Chaudouet.
Rires lourds du mystère de sous-entendus seulement déchiffrables par les deux protagonistes réunis par une histoire commune. Expérience particulière dont - seulement - des bribes seront délivrées comme des éclats de rire perçant les non-dits de deux connaissances complices. Et, si elle nous échappe dans sa narration factuelle, cette expérience "ordinaire" résonne au plus profond comme la présence en chacun de nous de l'inquiétante étrangeté attachée à l'humain.

Ils ne sont là pas tout à fait par hasard même si lui semble l'avoir oublié(e)… oublié autant le pourquoi de leur rencontre, ici et maintenant, que l'identité de son interlocutrice. Pourtant, il est au rendez-vous fixé et elle est venue à cet endroit pour lui faire une proposition. Lui faire part d'un projet qui aurait à voir avec son départ à lui, départ du théâtre et de tout.

Et c'est là, à cet endroit précis de la confusion ancienne, entre création et existence, que va se (re)nouer l'enjeu de leurs retrouvailles présentes… Quelque 24 ans auparavant, l'homme-acteur lui était apparu sous les traits d'un enfant alors qu'il endossait le travail d'un acteur, les défroques du comédien n'ayant pas pouvoir sur son identité, ne devant impérativement pas recouvrir la nature de son être. Et maintenant, il est là devant elle affirmant qu'il n'a plus envie de l'art, que la vie c'est différent, que c'est tout autre chose, comme s'il avait été "gagné" de l'intérieur par ce qui était au départ un choix purement artistique.

© Yves Chaudouet.
© Yves Chaudouet.
Réflexions sur l'art, métaphore de la vie qui, pour être pleinement soi, se doit d'échapper à l'entre-soi, le cheminement - au propre comme au figuré - de celui qui va reprendre la route pour être lui et non des doublures de lui-même le phagocytant, le conduit à se mettre en retrait de toute "représentation". Le triptyque - l'être, l'acteur et le néant - en ne se refermant pas sur le volet central de l'art comme échappatoire, mais en choisissant la vie comme viatique, offre le "tableau vivant" d'une résurrection de l'être échappant au néant de la représentation.

Performance hautement troublante en milieu artistique - il y avait là réuni "sur invitation" le parterre théâtral de la région -, l'œuvre en gestation d'Yves Chaudouët convoquant les itinéraires croisés de deux "acteurs hors pair", Valérie Dréville et Yann Boudaud, se posant à eux-mêmes ces interrogations, ne pouvait manquer de faire mouche. En effet, l'intérêt suscité par cette forme hybride se situant délibérément aux confins de la (vraie) vie et du (vrai) théâtre, est la résultante de la problématique "mise en jeu" : laquelle, de l'existence et de sa représentation, précède l'autre ?

"Il Loggiato"

© Yves Chaudouet.
© Yves Chaudouet.
Théâtre performance.
Proposition d'Yves Chaudouët
Avec : Valérie Dréville et Yann Boudaud.

A été représenté le dimanche 8 septembre, 15 h 30,
à la Villa 88, 88, rue Saint-Genès à Bordeaux (33).
7 et 11 avril 2020.
À 20 h 30,
à la Ménagerie de Verre, Paris 11e, 01 43 38 33 44.
>> menagerie-de-verre.org

Yves Kafka
Vendredi 20 Septembre 2019

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives





Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.






    Aucun événement à cette date.



À découvrir

"Sabordage" Comme une synthèse de la modernité… une implosion écologique à venir, avenir sombre de notre monde…

Elle fut riche et belle, plaisante et paradisiaque, pays de cocagne… puis devint consommatrice et opulente, industrieuse, minière et calamité écologique, pour finir mendiante et désespérée, à l'avenir destructif d'une future terre qui coule à pic… C'est la "belle" histoire de l'île de Nauru*, miroir de notre prochain anéantissement - au délicat (!) mais définitif intitulé "6e extinction de masse" -, qui nous est contée par le talentueux Collectif Mensuel.

Narration aux allures de débats, de commentaires, d'échanges réalistes… Scénographie en une forme d'actions documentaires, visible au lointain par report vidéo "en direct", en rappel de notre monde de l'image, expression ironique de nos chaînes d'infos en continu pour une structure créative d'un théâtre pédagogique, d'un reportage théâtralisé… Car ici tout est vrai, le drame, les horreurs économiques, le dézingage des ressources et de l'environnement… le sabordage de l'île a vraiment eu lieu, sans parler des perspectives radieuses d'une fin en version sous-marine !

Le récit - dans un préambule exposant un éden de rêve aux allures de paradis touristique, sis à quelques encablures de la Papouasie-Nouvelle-Guinée (près de 2 700 km quand même !) - se construit sur un montage cinématographique et télévisuel où le collectif puise dans les séries et films des années soixantes-dix quatre-vingt, tous célèbres et ancrées dans nos imaginaires collectifs…

Gil Chauveau
11/10/2019
Spectacle à la Une

FAB 2019 "Concours européen de la chanson philosophique" La philosophie mise en musique dans un dispositif à faire kiffer "l'euro-vision"

Massimo Furlan, performer suisse mâtiné d'Italien, était dans ses jeunes années fan de l'Eurovision, de ses paillettes éblouissantes et de ses bluettes sentimentales réunissant joyeusement sa famille autour du petit écran. Près d'un demi-siècle plus tard, c'est la grande avant-scène du Carré qui le projette sous les sunlights en splendide ordonnateur - flanqué d'une superbe créature en robe lamé - de deux soirées "enchantées" dédiées à une vision de notre Monde. Comme quoi divertissement populaire et réflexion de pointe peuvent rimer ensemble…

FAB 2019
Reconstituant somptueusement le décorum kitsch du concours de l'Eurovision ayant à jamais impressionné ses premières émotions artistiques, le performer semble jubiler en détournant "sérieusement" le répertoire d'origine pour proposer un récital de onze chansons dont l'écriture a été confiée par ses soins à des philosophes, sociologues et autres chercheurs sachant penser le monde. L'interprétation de ces textes métaphoriques revient à des artistes costumés de manière délirante, projetés en direct par un vidéaste décuplant leur truculente présence scénique sur les notes d'un orchestre en live.

Quant au Jury réuni sur une singulière estrade roulante dénotant avec sa "notabilité", il est composé d'éminents professeurs d'université et sommités intellectuelles se prêtant avec grâce et bonheur au jeu de leur interprétation avant d'attribuer leur note. Le public - le genre l'impose - est sollicité en permanence afin de faire entendre également "sa voix" captée par un "votaton" chargé d'enregistrer le volume d'applaudissements attribué à chaque candidat.

Yves Kafka
15/10/2019
Sortie à la Une

"Fake"… Un "Peer Gynt" pour explorer le monde de l'info et de l'intox

"Fake - Tout est faux, tout est fou", Gare de l'Est, Paris

L'homme vagabonde sous les toits ferroviaires, au carrefour des âmes voyageuses… il est conteur. Peer Gynt partit aussi à l'aventure, cheminant entre rêve et réalité. Le narrateur s'en inspire pour démêler le vrai du faux… de notre réalité… Extraire le fake à l'ère des news…

Spectacle déambulatoire, performance de rues (ici intérieure), Fake convoque un conteur, un concepteur compositeur, des musiciens, pour une exploration d'un nouveau type où le spectateur, équipé d'un casque audio, se laisse emmener, au sens littéral comme virtuel dans une promenade découverte entre vraies et fausses informations.

Dans ce périple artistique, ce dernier garde toute liberté d'action, plus précisément de mouvements, déambulant dans l'espace proposé au fil de ses envies, de ses inspirations ou guidé par l'histoire, narration sonore, vocale et musicale, composée en direct et diffusée dans le casque et/ou influencé par la vue, le cheminement de l'acteur, Abbi Patrix, interprétant à sa façon Peer Gynt, exprimant son ressenti du lieu, posant des questions sur la véracité du réel ou interrogeant le badaud passant.

Les éléments sonores audibles dans le casque sont superposés, sans apparente cohérence mais peuvent stimuler ou orienter la perception du spectateur qui fait le choix d'être actif ou passif, ponctuellement ou de manière permanente, redevenant alors un simple observateur.

Gil Chauveau
10/10/2019