La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Théâtre

"Il Loggiato", l'être, l'acteur et le néant ; immersion dans les limbes du théâtre

Lorsque après "une si longue absence" - deux très longues années - une femme et un homme se retrouvent (hallucination ou réalité ?) pour questionner les rapports entre création et existence, il flotte autour d'eux une étrange atmosphère. Un peu comme si les limites entre les univers de la réalité et de la fiction s'estompaient magiquement pour devenir caduques, les acteurs et leur personnage échangeant leur "moi peau" pour se fondre dans une seule et même entité. Le trouble qui résulte de cette expérience in vivo gagne le spectateur, témoin de cette alchimie saisissante.



© Yves Chaudouet.
© Yves Chaudouet.
Yves Chaudouët, artiste polymorphe (re)connu pour ses productions plastiques et dramaturgiques - reliées entre elles par le goût de l'autre -, réunit dans la grande salle de la Villa 88 de Bordeaux Valérie Dréville et Yann Boudaud pour un face à face intimiste. L'itinéraire singulier de ces deux acteurs les a naguère conduits à travailler sous l'égide de Claude Régy, maître ès théâtre pour qui "le silence est une forme d'écriture".

Et de silence, il en sera question autour de cette table où ils prennent place au milieu de celles identiques dressées autour d'eux. Lorsqu'ils pénètrent l'un après l'autre dans la salle évoquant une brasserie de jardin, les spectateurs ont déjà pris place et sirotent distraitement le jus à la violette préparé à leur intention. On pourrait croire qu'il s'agit de deux autres pareils à eux si ce n'était un je-ne-sais-quoi qui les distingue des "invités" déjà attablés.

L'homme est visiblement harassé. Ses vêtements sont défaits, un pan de chemise s'échappe de son pantalon, ses chaussures délacées et maculées de boue séchée portent les traces des quelque huit cents kilomètres parcourus au gré des chemins de traverse. Il s'assoit lourdement n'ayant de cesse de s'asperger le visage de l'eau de la bouteille lui faisant face. La femme, elle, fait son entrée, sac à dos aux épaules, chien docile en laisse, et sourire aux lèvres.

© Yves Chaudouet.
© Yves Chaudouet.
Rires lourds du mystère de sous-entendus seulement déchiffrables par les deux protagonistes réunis par une histoire commune. Expérience particulière dont - seulement - des bribes seront délivrées comme des éclats de rire perçant les non-dits de deux connaissances complices. Et, si elle nous échappe dans sa narration factuelle, cette expérience "ordinaire" résonne au plus profond comme la présence en chacun de nous de l'inquiétante étrangeté attachée à l'humain.

Ils ne sont là pas tout à fait par hasard même si lui semble l'avoir oublié(e)… oublié autant le pourquoi de leur rencontre, ici et maintenant, que l'identité de son interlocutrice. Pourtant, il est au rendez-vous fixé et elle est venue à cet endroit pour lui faire une proposition. Lui faire part d'un projet qui aurait à voir avec son départ à lui, départ du théâtre et de tout.

Et c'est là, à cet endroit précis de la confusion ancienne, entre création et existence, que va se (re)nouer l'enjeu de leurs retrouvailles présentes… Quelque 24 ans auparavant, l'homme-acteur lui était apparu sous les traits d'un enfant alors qu'il endossait le travail d'un acteur, les défroques du comédien n'ayant pas pouvoir sur son identité, ne devant impérativement pas recouvrir la nature de son être. Et maintenant, il est là devant elle affirmant qu'il n'a plus envie de l'art, que la vie c'est différent, que c'est tout autre chose, comme s'il avait été "gagné" de l'intérieur par ce qui était au départ un choix purement artistique.

© Yves Chaudouet.
© Yves Chaudouet.
Réflexions sur l'art, métaphore de la vie qui, pour être pleinement soi, se doit d'échapper à l'entre-soi, le cheminement - au propre comme au figuré - de celui qui va reprendre la route pour être lui et non des doublures de lui-même le phagocytant, le conduit à se mettre en retrait de toute "représentation". Le triptyque - l'être, l'acteur et le néant - en ne se refermant pas sur le volet central de l'art comme échappatoire, mais en choisissant la vie comme viatique, offre le "tableau vivant" d'une résurrection de l'être échappant au néant de la représentation.

Performance hautement troublante en milieu artistique - il y avait là réuni "sur invitation" le parterre théâtral de la région -, l'œuvre en gestation d'Yves Chaudouët convoquant les itinéraires croisés de deux "acteurs hors pair", Valérie Dréville et Yann Boudaud, se posant à eux-mêmes ces interrogations, ne pouvait manquer de faire mouche. En effet, l'intérêt suscité par cette forme hybride se situant délibérément aux confins de la (vraie) vie et du (vrai) théâtre, est la résultante de la problématique "mise en jeu" : laquelle, de l'existence et de sa représentation, précède l'autre ?

"Il Loggiato"

© Yves Chaudouet.
© Yves Chaudouet.
Théâtre performance.
Proposition d'Yves Chaudouët
Avec : Valérie Dréville et Yann Boudaud.

A été représenté le dimanche 8 septembre, 15 h 30,
à la Villa 88, 88, rue Saint-Genès à Bordeaux (33).
7 et 11 avril 2020.
À 20 h 30,
à la Ménagerie de Verre, Paris 11e, 01 43 38 33 44.
>> menagerie-de-verre.org

Yves Kafka
Vendredi 20 Septembre 2019

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives | Avignon 2021


Brèves & Com


Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.








Vidéos les plus récentes



À découvrir

•Off 2021• Le Souffleur Dans l'ombre de la création du Cyrano d'Edmond Rostand

Le 28 décembre 1897, au Théâtre de la Porte Saint-Martin, a lieu la première représentation du "Cyrano de Bergerac" d'Edmond Rostand avec, dans le rôle-titre, le grand comédien de l'époque : Benoît Constant Coquelin. Depuis, cette pièce est l'une des plus célèbres du répertoire du théâtre français. Cyrano, Roxane sont devenus des personnages de légende, des héros, des joyeux fantômes de l'inconscient collectif. C'est l'apport qu'a eu ce texte dans la symbolique de la bravoure, de la passion, de l'abnégation. Un amour impossible de plus.

© Compagnia dell'Edulis.
Pourtant, il manque un héros à cette liste issue de cette première représentation. Il y manque un fantôme, un tout petit fantôme, mais un fantôme protecteur qui était, lui aussi, au plateau ce 28 décembre 1897. Oublié. C'est un peu normal puisque Edmond Rostand n'a pas écrit un vers pour lui. Et pourtant, lui seul dans toute la distribution avait lu, mis en bouche, voire appris, les répliques de tous les personnages de la pièce et, en particulier, celle de l'Auguste Coquelin. Il s'appelait Ildebrando Biribo'. Il était ce soir-là dans le trou en avant-scène, invisible des spectateurs, le manuscrit devant lui, le trou du souffleur.

Et c'était sa dernière performance. Coquelin, avant le début de la représentation, lui annonce qu'il n'aurait plus besoin de lui pour les suivantes. La représentation se déroule. Ildebrando Biribo' fait son office. La pièce se termine. Les acteurs quittent la scène sous les ovations. C'est un triomphe. Ils sortent de scène. Le public quitte la salle. Et l'on retrouve le souffleur mort dans son trou.

Bruno Fougniès
20/07/2021
Spectacle à la Une

•Off 2021• Sales Gosses Une approche vertigineuse et bouleversante de la maltraitance à l'école

Harcèlement, maltraitance ponctuelle ou récurrente… à l'école, à la maison, au travail, comment le traiter sur scène, comment prendre ou pas position ? Ici d'ailleurs, pas de prise de position, mais une exposition des faits, du déroulé des événements, en une manière de monologue où la comédienne Claire Cahen habite tous les personnages principaux, offrant l'accès au public à différentes appréciations du drame - victime, tyran, prof, mère - menant à une mise en perspective vertigineuse !

© Théâtre du Centaure.
Pour l'écriture de "Sales gosses", Mihaela Michailov s’est inspirée de faits réels. Une enseignante ligota une élève dans sa salle de classe, les mains derrière le dos, suite à son manque d'attention pour la leçon sur la démocratie qu'elle était en train de donner. Elle exposera ainsi l'enfant saucissonnée en exemple. Les "camarades" de cette petite-fille de onze ans, pendant la récréation, la torturons à leur tour. Elle sera retrouvée sauvagement mutilée… attachée dans les toilettes…

Dans une mise en scène que l'on perçoit nerveuse et précise, millimétrée, visant à l'efficacité, les choix de Fábio Godinho font être immédiatement lisible, mettant en quasi-training sportif la comédienne Claire Cahen et son partenaire musicien chanteur Jorge De Moura qui assure avec énergie (et talent) les multiples interventions instrumentales et/ou vocales. Metteur en scène, mais également performeur, Fábio Godinho joue clairement la carte de l'école "théâtre de la violence", de l'arène/stade où la victime est huée, vilipendée par la foule, cherchant à exprimer la performance telle que demandée sur un ring de boxe. Claire Cahen et Jorge De Moura sont à la hauteur jouant en contre ou en soutien avec le troisième acteur qu'est le décor !

Gil Chauveau
19/07/2021
Spectacle à la Une

● Avignon Off 2021 ● Acquittez-la ! par Pierrette Dupoyet

Alexandra L., femme battue depuis des années par son mari, finit par l'assassiner. Elle est passible de 20 ans de prison… Toutefois, le réquisitoire de l'Avocat Général va surprendre tout le monde…

Pierrette Dupoyet dans un précédent spectacle
Ce récit nous plonge dans la spirale que vivent des milliers de femmes violentées qui, bâillonnées par la peur, se murent dans le silence… Quand le drame éclate au grand jour, les questions pleuvent : "pourquoi n'as-tu pas quitté ton bourreau avant ? Pourquoi n'en as-tu parlé à personne ?". Questions faciles à poser, mais les réponses sont difficiles à trouver…
Et si tout commençait à la première gifle ?

Depuis 37 ans, Pierrette Dupoyet crée tous ses spectacles au Festival d'Avignon, avant d'aller les interpréter dans le monde entier (70 pays à son actif).
"Hallucinante" Nouvel Obs.
"Saisissante !" Télérama.
"Une présence" Le Monde.
"Exceptionnelle !" France-Soir.
"Une défricheuse qui ne sait vivre que dans le risque"

Création de Pierrette Dupoyet.
Auteur, interprète, metteur en scène : Pierrette Dupoyet.
Durée : 1 h 15.

● Avignon Off 2021 ●
Du 7 au 31 Juillet 2021.
Tous les jours à 11 h 50 .
Théâtre Buffon, 18, rue Buffon, Avignon.
Réservations: 04 90 27 36 89.

>> pierrette-dupoyet.com
>> theatre-buffon.fr

Annonce
31/05/2021