La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Théâtre

Howl, sur les voies de l’exaltation et de la déchéance, comme un lamento moderne scandé

"66 Gallery, Howl", Maison de la Poésie, Paris

C’était le 7 octobre 1955 à la Six Gallery de San Francisco la rencontre de poètes américains qui traversent l’Amérique d’Est en Ouest. En empruntant la voie rapide (high way 66), les réalités se choquent et s’accélèrent. Le rêve américain fait alors l’objet de violents ajustements et le "melting pot" se révèle être un mélange réactif et brutal.



"66 Gallery, Howl" © Béatrice Logeais/Maison de la Poésie.
"66 Gallery, Howl" © Béatrice Logeais/Maison de la Poésie.
Le puritanisme des pères fondateurs de l’Union dérive en rigorisme ou s’enfouit dans le confort matériel et le consumérisme. Le miroir vitaminé de l'American way of life tendu à la société dénie la misère, est brouillé par la ségrégation raciale et le maccarthysme, se dissout dans la montée de la psychiatrie et des narcotiques.

Il y a là, à la Six Gallery, Jack Kerouac. Allen Ginsberg lui, venu de New York, rend hommage au poète dadaïste Carl Salomon interné à l’hôpital de Rockland. "Howl" est un hurlement très vite interdit.

La beat generation vient de naître. Son cœur bat très fort, a soif de liberté et d’amour, apporte sa vitalité à un malaise qu’elle entend rompre. Partager. Parfaire. Performer.

"66 Gallery, Howl" © Béatrice Logeais/Maison de la Poésie.
"66 Gallery, Howl" © Béatrice Logeais/Maison de la Poésie.
De Brooklyn à Bowery, de Chinatown à Rockland, le poème d’Allen Ginsberg accompagne dans le chaos urbain de New York les destins inverses de ceux de la réussite. Une génération vit en contre, hallucinée, en quête de mysticisme, au risque de sa propre perdition. Dans le mélange, Jean de la Croix et Edgar Poe, William Blake, François Villon, mais aussi les indiens et les anges, le peyotl et la térébenthine.

Si la société et le monde de l’Art et de la publicité ont bien digéré depuis le mouvement de la contre culture, il reste la poésie. À condition de l’entendre.

Howl emprunte les voies de l’exaltation et de la déchéance, scande la langue américaine comme un authentique morceau de jazz. Howl est un lamento moderne auquel Douglas Rand et Jean-Damien Ratel donnent voix et corps. Le spectateur en reçoit le halètement, le battage, la pulsion, la vitalité et la lucidité.

"I saw the best minds of my generation destroyed by madness".

Howl est un bateau ivre.

"66 Gallery, Howl"

"66 Gallery, Howl" © Béatrice Logeais/Maison de la Poésie.
"66 Gallery, Howl" © Béatrice Logeais/Maison de la Poésie.
D’Allen Ginsberg.
Mise en scène : Bérangère Jannelle.
Scénographie : Stéphane Pauvret.
Avec : Douglas Rand (comédien performeur) et Jean-Damien Ratel (créateur sonore et musical).
Création lumière : Marc Labourguigne.
Costumes & accessoires : Laurence Chalou.
Spectacle en français et en anglais.

Spectacle du 4 octobre au 4 novembre 2012.
Du mercredi au samedi à 20 h, dimanche à 16 h.
Maison de la Poésie, Petite salle, Paris 3e, 01 44 54 53 00.
>> maisondelapoesieparis.com

"66 Gallery, Howl" © Béatrice Logeais/Maison de la Poésie.
"66 Gallery, Howl" © Béatrice Logeais/Maison de la Poésie.

Jean Grapin
Mercredi 17 Octobre 2012

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives





Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.






    Aucun événement à cette date.



À découvrir

"Sabordage" Comme une synthèse de la modernité… une implosion écologique à venir, avenir sombre de notre monde…

Elle fut riche et belle, plaisante et paradisiaque, pays de cocagne… puis devint consommatrice et opulente, industrieuse, minière et calamité écologique, pour finir mendiante et désespérée, à l'avenir destructif d'une future terre qui coule à pic… C'est la "belle" histoire de l'île de Nauru*, miroir de notre prochain anéantissement - au délicat (!) mais définitif intitulé "6e extinction de masse" -, qui nous est contée par le talentueux Collectif Mensuel.

Narration aux allures de débats, de commentaires, d'échanges réalistes… Scénographie en une forme d'actions documentaires, visible au lointain par report vidéo "en direct", en rappel de notre monde de l'image, expression ironique de nos chaînes d'infos en continu pour une structure créative d'un théâtre pédagogique, d'un reportage théâtralisé… Car ici tout est vrai, le drame, les horreurs économiques, le dézingage des ressources et de l'environnement… le sabordage de l'île a vraiment eu lieu, sans parler des perspectives radieuses d'une fin en version sous-marine !

Le récit - dans un préambule exposant un éden de rêve aux allures de paradis touristique, sis à quelques encablures de la Papouasie-Nouvelle-Guinée (près de 2 700 km quand même !) - se construit sur un montage cinématographique et télévisuel où le collectif puise dans les séries et films des années soixantes-dix quatre-vingt, tous célèbres et ancrées dans nos imaginaires collectifs…

Gil Chauveau
11/10/2019
Spectacle à la Une

•Off 2019• La dernière bande Enregistrements magnétiques… performance à donner la banane !

Quand du noir complet, le faisceau de lumière de l'ampoule tombant des cintres coiffe le crâne dégarni et blanchi de Denis Lavant, hiératique derrière un bureau métallique fatigué, les yeux aimantés par un magnétophone à bande posé devant lui et absorbant dans la nuit magnétique toute son énergie, on se dit que la magie du théâtre est un leurre qui nous ravit au double sens…

•Off 2019• La dernière bande Enregistrements magnétiques… performance à donner la banane !
Plus rien n'existe alors que ce fabuleux homme né pour le théâtre qui s'apprête devant nous à renouer avec l'univers insolite de Samuel Beckett, dont il a interprété sur cette même scène des Halles, "Cap au pire" (2017), mis en jeu par le même Jacques Osinski.

Et le (très) long silence qui s'ensuit instille, dans le droit fil du choc liminaire, une étrangeté en osmose avec l'univers du dramaturge irlandais. Puis, émergeant de sa torpeur contemplative, "il" rapproche à quelques millimètres de son œil, que l'on devine à moitié aveugle, une clé extraite du fouillis de son veston loqueteux. Si le premier tiroir ouvert contenant une bobine ne l'intéresse pas dans l'immédiat, l'autre dans lequel il plonge à nouveau sa tête lui offre… une banane ! Épluchée soigneusement, elle va être tenue en bouche avant d'être mangée. La peau jetée sur le sol, lui vaudra une glissade digne d'un Buster Keaton sorti d'un film muet.

Yves Kafka
07/07/2019
Sortie à la Une

"Fake"… Un "Peer Gynt" pour explorer le monde de l'info et de l'intox

"Fake - Tout est faux, tout est fou", Gare de l'Est, Paris

L'homme vagabonde sous les toits ferroviaires, au carrefour des âmes voyageuses… il est conteur. Peer Gynt partit aussi à l'aventure, cheminant entre rêve et réalité. Le narrateur s'en inspire pour démêler le vrai du faux… de notre réalité… Extraire le fake à l'ère des news…

Spectacle déambulatoire, performance de rues (ici intérieure), Fake convoque un conteur, un concepteur compositeur, des musiciens, pour une exploration d'un nouveau type où le spectateur, équipé d'un casque audio, se laisse emmener, au sens littéral comme virtuel dans une promenade découverte entre vraies et fausses informations.

Dans ce périple artistique, ce dernier garde toute liberté d'action, plus précisément de mouvements, déambulant dans l'espace proposé au fil de ses envies, de ses inspirations ou guidé par l'histoire, narration sonore, vocale et musicale, composée en direct et diffusée dans le casque et/ou influencé par la vue, le cheminement de l'acteur, Abbi Patrix, interprétant à sa façon Peer Gynt, exprimant son ressenti du lieu, posant des questions sur la véracité du réel ou interrogeant le badaud passant.

Les éléments sonores audibles dans le casque sont superposés, sans apparente cohérence mais peuvent stimuler ou orienter la perception du spectateur qui fait le choix d'être actif ou passif, ponctuellement ou de manière permanente, redevenant alors un simple observateur.

Gil Chauveau
10/10/2019