La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Théâtre

Hommage jubilatoire et débridé au théâtre, aux metteurs en scène, aux comédiens et à tous les métiers de la scène

"Zigzag", Petit Montparnasse, Paris

Cela se présente comme une conférence sur l'Art de la mise en scène, une conférence illustrée par l'exemple : on y annonce ainsi trois mises en scène différentes de la première scène du "Médecin malgré lui" de Molière. Mais sous cette apparence extrêmement sérieuse, aux allures universitaires, se cache une formidable démonstration de ce que le théâtre peut réaliser dans sa double exigence qui est de distraire tout en enseignant.



© J. B. Vincens.
© J. B. Vincens.
Alors oui, il y a bien là, accessoirisé de son petit "bureau chaise lampe", le conférencier, en costume et cravate noirs sur chemise blanche. (C'est ce soir-là Xavier Lemaire - père du spectacle - qui officie). Le verbe clair, haut, le sourire bienveillant et le discours émaillé d'humour éclairent l'attention des spectateurs à la thématique de la conférence : le théâtre et plus spécifiquement la mise en scène au théâtre.

Pendant ce temps, et même dès l'ouverture du spectacle, deux régisseurs de plateau aux nez de clowns installent un décor. Et cela commence par un jeu totalement convenu, formel et sans surprise : les deux "petites mains" du théâtre vont perturber la conférence. Mais il ne faut pas s'y tromper… minute après minute, le spectacle va s'éloigner un peu plus du convenu et du stéréotypé pour s'envoler, et le spectateur avec lui, vers une frénésie capable de susciter volées de rires et vagues d'émotions.

Alors oui, le fil conducteur consiste bien dans le triple montage de la scène écrite par Molière (jouée une fois de manière classique stylisée, une fois dans le style symbolique et une troisième fois en contemporain - très réaliste) mais il ne s'agit ici que du fil rouge, extrêmement intéressant au demeurant car il permet de mettre en évidence l'écart monumental qui peut exister d'une mise en scène à une autre pour un texte identique.

© J. B. Vincens.
© J. B. Vincens.
Et c'est là que ce spectacle devient autre chose que ce qu'il promet : non pas une simple conférence recréée mais un acte théâtral en soi, une histoire particulière, pleine de rebondissements, de situations variées, de personnages inattendus.

Quelque chose de vrai se dégage ainsi de la scène grâce au jeu des trois interprètes, Xavier Lemaire dans le rôle du conférencier extrêmement charismatique mais pas seulement (lorsqu'il devient lui-même metteur en scène visionnaire emportant ses comédiens dans un tragique désopilant), Isabelle Andréani dans le rôle de Martine (souple comme un feu follet) et aussi d'une régisseuse (rugueuse comme de la toile émeri), d'une comédienne amatrice en audition (sublime de drôlerie, d'espièglerie et de bêtise sublimée) et Franck Jouglas dans le rôle de Sganarelle (félon, roué, malin allant jusqu'à la plus crasse imbécillité, ou la plus redoutable violence du rôle), également régisseur (terrien, mégot à la lippe et pantalon lâche) ou encore dans la caricature à se tordre du comédien trop imbu de lui-même…

C'est ainsi que toute une galerie de personnages viennent donner vie à cette pseudo-conférence. Et toute l'intelligence de ce spectacle consiste bien à se permettre de ne pas rester cliver dans le formel du départ tout en apportant au fil du discours des témoignages lumineux de grands metteurs en scène (Ariane Mnouchkine, Peter Brook…) et de faire ainsi ce que seul le grand art peut faire : être sérieux sans se prendre au sérieux.

"Zigzag"

© J. B. Vincens.
© J. B. Vincens.
Texte : Xavier Lemaire.
Mise en scène : Xavier Lemaire.
Avec : Isabelle Andréani, Franck Jouglas et Xavier Lemaire en alternance avec Alain Sachs (du 28 février au 4 mars).
Décor : Caroline Mexme.
Lumières : Stéphane Baquet.
Costumes : Marie Thérèse Roy.
Durée : 1 h 20.

Du 18 janvier au 4 mars 2018.
Du mardi au samedi à 19 h et le dimanche à 17 h 15. Relâche le 9 février.
Petit Montparnasse, Paris 14e, 01 43 22 77 74.
>> theatremontparnasse.com

Bruno Fougniès
Jeudi 25 Janvier 2018

Nouveau commentaire :

Théâtre | Avignon 2018 | Avignon 2017 | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives



Brèves & Com


Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.


PUB

PUB

PUB

PUB


    Aucun événement à cette date.
Publicité



À découvrir

Festival au village : "Des coulisses à la scène"

C'est un village sur la route entre Niort et la Rochelle. Objet d'une halte pour le délassement des jambes, le temps d'un égaiement des enfants, d'une course à la supérette. Brioux est un village ordinaire de ceux que l'on traverse sous le soleil sur la route des vacances. Que l'on mésestime…

Festival au village :
Et c'est bien dommage car les habitants qui savent qu'il n'est de richesses que d'hommes,(comme disait Jean Bodin à la Renaissance) vivent comme un Bonheur à préparer, à organiser d'une année sur l'autre un festival bref mais constant dans la durée. Derrière les murs, sous les toits. Sous un chapiteau, sur la place, dans les granges. C'est la 30e édition du festival au village et Jean Pierre Bodin (autre Bodin), de la Compagnie La Mouline en est le directeur artistique.

Né en 1988... tout , tout petit avec sa poignée de bénévoles, le festival a fêté ses 10 ans au son des violons de Bratsch. ses 20 ans avec un livre témoin, ses 25 ans avec 25 artistes et 150 bénévoles qui se sont applaudis mutuellement.

Pour ses 30 ans il sera précédé d'un prologue démesuré. Trente artistes et les bénévoles passeront 30 heures ensemble du samedi 7 juillet à 17 h au dimanche 8 juillet 23 h avec, en vrac, spectacle de cirque, théâtre, chanson, apéro-concert, illuminations de Carabosse, grand bal... Pour l'amateur de marathon est prévu un dortoir à la belle étoile, avec lits et couvertures.

Jean Grapin
28/06/2018
Spectacle à la Une

•Avignon Off 2018• "Barbara amoureuse"… Ah qu'il est doux le temps des amours

Caroline Montier chante "Barbara amoureuse", L'Atypik Théâtre, Avignon

Chanter l'amour comme une femme, chanter l'amour de toutes les femmes, et interpréter celle qui sut tant aimer les hommes ainsi que son public. Dans une belle et élégante simplicité, Caroline Montier nous offre quelques joyaux mélodiques et poétiques de la grande Barbara, éternelle amoureuse.

•Avignon Off 2018•
Parti-pris judicieux, Caroline Montier a puisé dans le répertoire de jeunesse de la dame en noir, époque L’Écluse, Bobino (en première partie de Félix Marten en 61 et de Brassens en 64, puis en vedette en 65), et des premiers Olympia… Période Barbara jeune, tendre, passionnée ou orageuse amante. Une femme qui, à ses débuts, fut tout aussi timide et réservée que mutine et fougueuse, aimant tant l'amour que les hommes qui souvent l'ont comblée.

De titres connus ("Dis, quand reviendras-tu", 1ère version 1962 ou "La Solitude", 1965) à ceux qui le sont moins ("Pierre", 1964 ou "Gare de Lyon", 1964), Caroline Montier a construit un récital sur ces aventures qui ont jalonné sa vie, mais ici avec un choix de chansons enregistrées par Barbara entre 1962 et 1968, avec une prédilection pour des compositions de 64 ("Toi l'homme", "Je ne sais pas dire", "Septembre"…) ou de 68 ("Du bout des lèvres", "Amoureuse", "Le Testament", "Tu sais"…).

Dans cette exploration originale, Caroline Montier fait le choix d'aller croquer un rayon de soleil dans les amours de Barbara, apportant, avec subtilité et talent, une touche de grâce à l'ensemble.

Gil Chauveau
22/06/2018
Sortie à la Une

"Dévaste-moi"… Persuasion et précision artistique… Pour une nouvelle façon de percevoir un spectacle

"Dévaste-moi", International Visual Theatre, Paris

Airs célèbres d'opéra, chansons rock, romances populaires. Dans son dernier spectacle "Dévaste moi"*, Emmanuelle Laborit chante et danse, livre des confidences à son public, elle fait le show. Avec ses musicos, (ses boys), tout le tralala et ses effets, les surtitrages qui ponctuent avec humour le tour de chant.

Elle met en place avec le soutien de Johanny Bert (qui met en scène) une forme éclectique de théâtre-danse et de music-hall mêlés. Le spectacle est à bien des égards vertigineux.

C'est que, au cas présent, l'artiste ne peut parler ni entendre les sons. Les mots et le sens ne peuvent pas sortir de la bouche. Tout le spectacle est en langage des signes. Interprété, pas traduit. En chantsigne.

Ce qui donne quelque chose de déroutant d'étonnamment maîtrisé qui dépasse très largement la notion de mimodrame et oblige le spectateur qui fait parti des "entendants" à reconsidérer sa manière de percevoir un spectacle.

Car à l'inverse des repères traditionnels qui élaborent un espace scénique dans lequel le sens circule entre les deux bornes de l'indicible : celles de l'obscène et du sublime, la prestation d'Emmanuelle Laborit passe par le bout des doigts et se transmet à tout le corps sans tabous avec la seule force de la persuasion et de la précision artistique. C'est toute la personne qui exprime le poids des sensations, la raison des sentiments ainsi que les effets de style.

Jean Grapin
15/11/2017