La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Danse

"Hip-hop 360 show" Plongée dans un univers aux dimensions riches et variées !

C'est une totale immersion dans le monde du Hip-hop de la fin des années soixante-dix jusqu'à nos jours auquel nous convie la metteuse en scène Leïla Sy. Les multiples aspects de cet univers artistique sont montrés autant dans sa trame dansée que sportive avec toutefois un manque de souffle dans les transitions entre les séquences.



© Thomas Amouroux.
© Thomas Amouroux.
Place à un grand plateau sur lequel les gradins du public sont montés directement dessus côtés cour et jardin, et en arrière-scène. Nous voilà plongés dans le contexte de ce qui a fait les battles, dès le début des années quatre-vingt où, accompagnés d'un jury de quatre-cinq personnes, deux artistes concouraient entre eux. Le contexte scénique est posé sans jury toutefois.

Le spectacle est construit autour de trois actes dans une rétrospective, en appui de musiques off, qui se déroule respectivement dans les années soixante-dix pour le premier acte chorégraphié par Xavier Plutus avec l'émergence du hip-hop. Le deuxième, chorégraphié par Saïdo Lehlouh, se situe dans le boom des années quatre-vingt-dix deux mille et le troisième acte, chorégraphié par Marion Morin, est une plongée jusqu'à nos jours avec la mondialisation des danses urbaines et l'utilisation des réseaux sociaux.

La vidéo est très utilisée et est projetée sur de longs et grands panneaux. Elle apporte de la profondeur scénique. Elle sait se faire aussi l'écho de ce qui se joue directement sur le plateau via Redha Medjellekh donnant lieu à une double focale où le public peut voir simultanément en chair et en os, et en images sous un autre angle, les artistes.

© Thomas Amouroux.
© Thomas Amouroux.
On y re-découvre des musiques et une séquence du film "La Haine" (1995) avec la célèbre séquence en voix off qui se répète "C'est l'histoire d'un homme qui tombe d'un immeuble de cinquante étages. À chaque étage, il se répète : "jusqu'ici, tout va bien" ; "jusqu'ici, tout va bien" ; "jusqu'ici, tout va bien"… Mais l'important, ce n'est pas la chute : c'est l'atterrissage".

Ce sont aussi d'autres champs artistiques qui viennent se greffer comme le BMX avec des vélos en freestyle pour quelques figures acrobatiques et aussi une parade de vélos construits de chaînes et de câbles torsadés ayant, avec leur socle, un style Harley Davidson. Le freestyle ball est aussi de la partie avec Andreas Cetkovic, Jesus-Blackeye et Storm faisant quelques figures acrobatiques, ballon au pied, les corps pliés en appui des bras.

Les rollers dance apparaissent par intermittence avec Laurence Sabas, Mohammed Ech-CHarquaouy "Shaga" et Salomon Asaro. Dans le domaine sportif, les traceurs de Parkour, Andy Mouigni-Abdou, Nabil Hadim, Yasmine Ouadi et Sando Eruot, font des déplacements et sauts en hauteur. C'est aussi la chanson qui prend le lead à trois reprises.

© Thomas Amouroux.
© Thomas Amouroux.
La disposition des éléments scéniques manque à un moment de mise en perspective, car trois scènes sont montées en hauteur, côtés cour et jardin, et en arrière-scène, cachant certaines chorégraphies pour les spectateurs se trouvant a minima sur le plateau côté cour.

Il y a de très beaux tableaux dont celui effectué avec des portés uniquement au niveau des bras de Haiper où, durant plusieurs minutes, il arrive à ne pas faire toucher au sol toute autre partie de son corps, exécutant des figures uniquement en appui de ses membres supérieurs. Ce qui est étonnant est qu'il soit handicapé des jambes. Il prouve ainsi de façon éclatante qu'être handicapé ne se marie pas forcément avec handicap.

De leur côté, à tour de rôle ou ensemble, Chris Fargeot, CJM's, Kévin Waël, Marlone Alvarez, Sarah NH, Sophie May et Zakaria Benyahya "Taz" enchaînent mouvements et gestes, parfois Breakdance, avec les corps tournoyant au sol ou à mi-hauteur, en équilibre des bras, des membres inférieurs, du tronc et de la tête. Les allures sont vives, toujours courbes et ondulées. Tension et grâce alternent systématiquement. Plus loin, le double dutch, sport de saut à la corde, fait son apparition avec Jennifer Desmosthenes, Jonathan Mahoto et Lamia Barka.

La mise en scène de Leïla Sy pêche dans les moments de transition entre chaque séquence où des temps faibles cassent souvent la dynamique du spectacle. Le regard du public est aussi un peu trop guidé parfois, comme lorsqu'un focus est fait sur un danseur par le groupe qui l'accompagne sans effectuer de gestuelles particulières, alors que tous ensemble, la densité artistique aurait pu être de plus grande intensité.

Leyla Sy a toutefois le mérite de mélanger les arts entre eux, sans se cantonner aux danses urbaines, nous montrant ainsi les différentes palettes d'un univers riche de son histoire, de ses créations et de ses influences. Cela donne à la représentation des rythmes très variés la faisant basculer dans une kyrielle d'atmosphères. Le tout finit dans une très belle ambiance avec le public invité à rejoindre les artistes, gommant leur séparation inhérente au monde de l'Art.
◙ Safidin Alouache

"Hip-hop 360 show"

© Thomas Amouroux.
© Thomas Amouroux.
Auteur et direction artistique : François Gautret.
Mise en scène : Leïla Sy.
Chorégraphie : Xavier Plutus, Saïdo Lehlouh et Marion Motin.
Scénographie : Julien Mairesse.
Lumières : Victorien Cayzeele
Création musicale : Niko Noki, Gloria Colston, DJ Fly et 22Nesto.
Direction musicale : Niko Noki.
Arrangements : Benjamin Farley.
Guitare : Franck Hédin.
Mixage : Zak.
Création médias : Studio Cutback.
Stylisme : Rachèle Raoult et Julien Boudet.
Assistante stylisme : Léa Boublil.
Coordination artistique : Hayette Gautret et Pénélope Richard.
DJ : DJ Cut Killer, DJ Fly, DJ Glo, Arthur Baker.
Avec la participation de Lirose, Juste Shani, Ossem, Turtle White, Saturnz, Nanor et Reyd de "Rappeuses En Liberté".
Danse : Chris Fargeot, Cjm's, Haiper, Junior Bosila Banya, Kévin Waël, Marlone Alvarez, Sarah Nh, Sophie May, Zakaria Benyahya "Taz"
Roller : Laurence Sabas, Mohammed Ech-Charquaouy "Shaga", Salomon Asaro.

© Thomas Amouroux.
© Thomas Amouroux.
BMX : Alain Massabova, Anatole Rahain, Matthias Dandois.
Parkour : Andy Mouigni-Abdou, Nabil Hadim, Yasmine Ouadi, Sando Eruot.
Double Dutch : Jennifer Desmosthenes, Jonathan Mahoto, Lamia Barka.
Freestyle Ball : Andreas Cetkovic, Jesus-Blackeye, Storm.
Graffiti : Jayone, Noetwo, Carlos Mare.
Durée : 1 h 30.

Du 4 au 21 juillet 2024.
Du mardi au samedi à 20 h, dimanche à 15 h.
Théâtre du Châtelet, Grande Salle, Paris 1er, 01 40 28 28 40.
>> chatelet.com

Safidin Alouache
Lundi 8 Juillet 2024

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives | Avignon 2021 | Avignon 2022 | Avignon 2023 | Avignon 2024 | À l'affiche ter


Brèves & Com



















À Découvrir

•Off 2024• "Momentos" Créativité à l'honneur avec des chorégraphies où s'exprime parfois une poésie intime et universelle

Le Flamenco est une force brute et pure qui nous touche en plein cœur, car il est l'art dans lequel le chant, la musique et la danse se questionnent, se répondent et se mêlent dans une totale intimité. Pour l'essentiel, le répertoire du flamenco a été codifié au cours du dernier tiers du XIXe siècle et du premier tiers du XXe. De cette époque, la guitare est son instrument emblématique, à la fois pour l'accompagnement du chant, de la danse et pour le concert soliste. Depuis, son évolution a été marquée par quelques grandes tendances esthétiques.

© Sandrine Cellard.
La musique et la danse flamencas sont basées sur des "palos" (formes) prescrivant pour chacune un mode et un cycle métrique avec accents ou "compas" (accents obligés) spécifiques. Une mécanique de précision qui convoque malgré tout une dimension artistique forte et étourdissante.

Sur scène, une danseuse, deux danseurs, trois musiciens et un chanteur-musicien envoûtant le public dès les premiers instants du spectacle. Que vous soyez novice ou aficionado du flamenco, vous vous laisserez embarquer dès les premiers instants du spectacle et impossible de ressortir déçu de cette éblouissante prestation flamenca de Valérie Ortiz.

Certes, le flamenco est sensiblement ancré dans la culture espagnole et d'aucuns diront que ce dernier ne les interpelle pas, qu'ils n'en perçoivent pas les codes, n'en mesurent aucunement les mouvements dansés à leur juste valeur. Ça peut être exigeant, en effet, de suivre "à la lettre" une prestation flamenca, comme le jazz aussi, par exemple, et ça demande une certaine phase d'initiation. Ceci n'est pas faux. Difficile d'entendre cette possible réticence, néanmoins… le flamenco revêt une portée universelle réunissant à lui seul un large éventail de situations allant de la tristesse à la joie, en passant par l'amour ou la souffrance. Alors, comment y rester indifférent ?

Brigitte Corrigou
27/05/2024
Spectacle à la Une

•Off 2024• Lou Casa "Barbara & Brel" À nouveau un souffle singulier et virtuose passe sur l'œuvre de Barbara et de Brel

Ils sont peu nombreux ceux qui ont une réelle vision d'interprétation d'œuvres d'artistes "monuments" tels Brel, Barbara, Brassens, Piaf et bien d'autres. Lou Casa fait partie de ces rares virtuoses qui arrivent à imprimer leur signature sans effacer le filigrane du monstre sacré interprété. Après une relecture lumineuse en 2016 de quelques chansons de Barbara, voici le profond et solaire "Barbara & Brel".

© Betül Balkan.
Comme dans son précédent opus "À ce jour" (consacré à Barbara), Marc Casa est habité par ses choix, donnant un souffle original et unique à chaque titre choisi. Évitant musicalement l'écueil des orchestrations "datées" en optant systématiquement pour des sonorités contemporaines, chaque chanson est synonyme d'une grande richesse et variété instrumentales. Le timbre de la voix est prenant et fait montre à chaque fois d'une émouvante et artistique sincérité.

On retrouve dans cet album une réelle intensité pour chaque interprétation, une profondeur dans la tessiture, dans les tonalités exprimées dont on sent qu'elles puisent tant dans l'âme créatrice des illustres auteurs que dans les recoins intimes, les chemins de vie personnelle de Marc Casa, pour y mettre, dans une manière discrète et maîtrisée, emplie de sincérité, un peu de sa propre histoire.

"Nous mettons en écho des chansons de Barbara et Brel qui ont abordé les mêmes thèmes mais de manières différentes. L'idée est juste d'utiliser leur matière, leur art, tout en gardant une distance, en s'affranchissant de ce qu'ils sont, de ce qu'ils représentent aujourd'hui dans la culture populaire, dans la culture en général… qui est énorme !"

Gil Chauveau
19/06/2024
Spectacle à la Une

•Off 2024• "Un Chapeau de paille d'Italie" Une version singulière et explosive interrogeant nos libertés individuelles…

… face aux normalisations sociétales et idéologiques

Si l'art de générer des productions enthousiastes et inventives est incontestablement dans l'ADN de la compagnie L'Éternel Été, l'engagement citoyen fait aussi partie de la démarche créative de ses membres. La présente proposition ne déroge pas à la règle. Ainsi, Emmanuel Besnault et Benoît Gruel nous offrent une version décoiffante, vive, presque juvénile, mais diablement ancrée dans les problématiques actuelles, du "Chapeau de paille d'Italie"… pièce d'Eugène Labiche, véritable référence du vaudeville.

© Philippe Hanula.
L'argument, simple, n'en reste pas moins source de quiproquos, de riantes ficelles propres à la comédie et d'une bonne dose de situations grotesques, burlesques, voire absurdes. À l'aube d'un mariage des plus prometteurs avec la très florale Hélène – née sans doute dans les roses… ornant les pépinières parentales –, le fringant Fadinard se lance dans une quête effrénée pour récupérer un chapeau de paille d'Italie… Pour remplacer celui croqué – en guise de petit-déj ! – par un membre de la gent équestre, moteur exclusif de son hippomobile, ci-devant fiacre. À noter que le chapeau alimentaire appartenait à une belle – porteuse d'une alliance – en rendez-vous coupable avec un soldat, sans doute Apollon à ses heures perdues.

N'ayant pas vocation à pérenniser toute forme d'adaptation académique, nos deux metteurs en scène vont imaginer que cette histoire absurde est un songe, le songe d'une nuit… niché au creux du voyage ensommeillé de l'aimable Fadinard. Accrochez-vous à votre oreiller ! La pièce la plus célèbre de Labiche se transforme en une nouvelle comédie explosive, électro-onirique ! Comme un rêve habité de nounours dans un sommeil moelleux peuplé d'êtres extravagants en doudounes orange.

Gil Chauveau
26/03/2024