La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Théâtre

"Grammaire des mammifères" Étude in vivo de mammifères humains très ordinaires…

Si la grammaire se définit comme l'étude systématique des éléments constitutifs d'une langue, l'étude systémique d'échantillons humains constitutifs de notre belle espèce dicte tout naturellement son titre de "Grammaire des mammifères" à la performance présente… Sur un plateau en pleine effervescence, les huit jeunes comédien(ne)s du T° - CDN de Tours, chaud bouillants, gonflés à bloc par l'énergie créative insufflée par leurs gourous - le metteur en scène Jacques Vincey et son complice, le dramaturge Vanasay Khamphommala - vont se donner corps et âme, dynamitant l'idée d'un théâtre soporifique.



© Christophe Raynaud De Lage.
© Christophe Raynaud De Lage.
D'emblée, les spectateurs sont extirpés de leur zone de confort, l'accueil se déroulant hors salle, dans les coursives surplombant le TnBA. Là, mégaphone ou cône de chantier en bouche, les artistes, déjà en "dé-lire", vont tour à tour décliner leur pedigree dans un brouhaha enflant jusqu'à son paroxysme, avant de se conclure par leur profession de foi solennellement proclamée d'une seule voix : servir le texte qui leur survivra… Ce qu'ils feront, avec panache.

Sur un plateau accueillant en miroir les mêmes fauteuils en velours rouge que ceux de la salle, un aquarium et une jungle luxuriante vont planter le décor de ces ébats délurés - mais non insensés - de l'espèce à étudier s'exhibant à cor(ps) et à cri(s) dans son milieu naturel. Pas de véritable progression dramatique visant à relier les épisodes de cette observation éthologique, sinon un fil rouge, celui de l'extraordinaire inventivité des humains pour créer l'hilarité liée à leur stupidité ordinaire partagée en commun.

© Christophe Raynaud De Lage.
© Christophe Raynaud De Lage.
Qu'on en juge… Après une mise en bouche quasi hypnotique où, accompagné par des voix ensorceleuses énonçant des messages à contenu régressif, l'invité spectateur sera convié à un lâcher-prise susceptible de le déconditionner de ses "pré-jugés" sur l'espèce animale à laquelle pourtant il appartient (la race porcine), la batterie de tableaux - où le gentil grand-guignolesque le dispute à la charge corrosive - va déferler tel un tsunami imparable.

"Le protagoniste", sujet exposé aux yeux des autres protagonistes que nous sommes, acteurs de notre propre Comédie humaine, va être reniflé dans tous les sens afin de tenter de percer son mystère… Et l'étude débordera vite le plateau pour s'étendre à la salle entière, interpellée comme l'ensemble de créatures profitant de la cérémonie théâtrale pour échapper au désastre d'une existence terne, sans autre horizon que la mort qui l'attend.

Des saynètes surréalistes se bousculent, toutes exacerbant des aberrations comportementales grossies à l'envi, caricatures hilarantes ne faisant qu'épaissir le trait de caractéristiques très "humaines". Ainsi l'irrésistible pulsion libidinale explosant dans une copulation en vase clos décortiquée cliniquement en bord de scène. Ou encore les besoins d'un cadre agroalimentaire XXL, obsédé XXXL, s'échinant à traduire en acte sur le personnel féminin à portée de main sa propension à "niquer" filiales et autres organismes vivants (ou pas).

© Christophe Raynaud De Lage.
© Christophe Raynaud De Lage.
De même le tableau - réunissant l'auteur de la pièce, venu là pour aimer ses personnages, un docteur faisant irruption quasi nu sous son imposant manteau de fourrure, une éleveuse-industrielle de porcs, cul nu sous son tablier de travail (on se croirait pour un peu dans une scène du "Charme discret de la bourgeoisie" de Buñuel), une grand-maman au parler fleuri, une fille délurée - pointera sous un humour trash la liberté explosive d'un auteur et d'un metteur en scène faisant voler en éclats les codes de l'entre soi culturel bien élevé. Dire l'humain dans tous les recoins de sa splendeur dévoilée au grand jour des projecteurs.

"Le protagoniste" - car c'est bien lui le héros permanent de cette saga iconoclaste - prendra aussi la forme d'une femme standard courant les soldes pour s'approprier l'objet de son désir, objet qu'elle ne peut concevoir appartenir à une moche… sous peine de mort sociale immédiate. De précipité en précipité d'échantillons humains hauts en couleur, le soap opéra baroque nous catapulte vers une chute confrontant "une vraie humaine" aux personnages réifiant l'espèce pour mieux la donner à voir et à entendre, sans fard et sans retenue.

Une fête des sens, sens dessus dessous. Une parenthèse délirante offrant un espace jouissif. Débarrassé de la gangue du politico-artistico correct nous respirons, à "visage découvert", un air de liberté régénérant.

Vu au TnBA, Salle Vauthier, le mercredi 1er décembre 2021.

"Grammaire des mammifères"

© Christophe Raynaud De Lage.
© Christophe Raynaud De Lage.
Création 2021.
Texte : William Pellier (chez Éditions Espaces 34, 2005).
Mise en scène : Jacques Vincey.
Avec la complicité de : Vanasay Khamphommala, dramaturge et chanteuse artiste compagnon·ne TnBA ; Thomas Lebrun, chorégraphe.
Assistante à la mise en scène : Blanche Adilon-Lonardoni.
Avec huit comédien·ne·s de l'ensemble artistique du CDN de Tours : Alexandra Blajovici, Garance Degos, Marie Depoorter, Cécile Feuillet, Romain Gy, Hugo Kuchel, Tamara Lipszyc, Nans Mérieux.
Scénographie : Mathieu Lorry-Dupuy assisté de Léonard Adrien Bougault.
Lumière : Diane Guérin.
Son : Alexandre Meyer.
Vidéo : Blanche Adilon Lonardoni, Maël Fusillier.
Costumes : Céline Perrigon.
Durée : 2 h 30.
Production Centre dramatique national de Tours - Théâtre Olympia.
Avec la participation du dispositif "Jeune Théâtre en Région Centre-Val de Loire".

Créé du 3 au 13 novembre 2021 Au Théâtre Olympia CDN de Tours.
Représenté du mercredi 1er au samedi 4 décembre au TnBA, Bordeaux.

Disponible en tournée à partir de juillet 2022, saisons 22/23 et 23/24.

© Christophe Raynaud De Lage.
© Christophe Raynaud De Lage.

Yves Kafka
Vendredi 10 Décembre 2021

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives | Avignon 2021 | Avignon 2022




Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.






À découvrir

Les modèles des artistes sont-elles vraiment des modèles de vie ? À en croire ces "Muses", non, et tant mieux !

La racine étymologique de musée est "temple des Muses", du nom de ces neuf déesses qui président aux arts. Ici, elles ne sont que quatre (mais neuf en alternance, tiens ? Hasard…) et l'histoire qu'elles incarnent se déroule effectivement dans un musée après la fermeture, dans la torpeur de la nuit. Dans ce spectacle très vivant, incarner est le verbe idéal pour définir ces créations de personnages, puisque ceux-ci ne sont faits, au tout début, que des figures faites de pigments, de colle, de toiles et de cire.

© Xavier Cantat.
Des figures suspendues dans leurs cadres et posées sur un socle qui sont des chefs-d'œuvre : la "Joconde" de Léonard de Vinci, la "Naissance de Vénus" de Botticelli, la "Petite danseuse" de Degas et le "Diptyque Marilyn" d'Andy Warhol… Magie du théâtre, lorsque le dernier visiteur sort, suivi par le dernier gardien, ces muses renaissent, reprennent vie, voix et chair. Alors commence une longue nuit qui va révéler les caractères surprenants, parfois volcaniques et débordants de ces personnages si sages le jour.

Besoin de se dérouiller un peu les jambes, de se plaindre de la cohue qu'elles subissent tous les jours, de se rappeler des souvenirs "d'enfance" ou de se réchauffer les nerfs aux rivalités les plus classiques, rivalités de notoriété, de séduction ou d'âge, car ces quatre figures font bien partie des représentations de l'idéal féminin en compétition, telle sera la course qu'elles mènent avec fougue et sensualité.

L'idée de départ aurait pu devenir banale et vaine sans l'inventivité que les autrices, les interprètes et le metteur en scène ont déployé. Le texte de Claire Couture et Mathilde Le Quellec ancre résolument son ton dans la fantaisie, le jeu de répliques et l'humour. Les deux autrices ont laissé libre cours à leur imaginaire en gardant un point de vue moderne. Elles dessinent des tempéraments rugueux, explosifs et inattendus, qui tranchent avec les idées convenues que l'on forme face à ces représentations idéalisées de la femme : ce que cache le visage, l'apparence, l'esthétique.

Bruno Fougniès
18/10/2022
Spectacle à la Une

"Huis clos" Sommes-nous acteurs de notre destin ou de simples marionnettes ?

Garcin, Inès et Estelle, un homme et deux femmes, se retrouvent enfermé(es) dans un salon où la lumière ne s'éteint pas et duquel il est impossible de sortir. Ils comprennent qu'ils se trouvent en Enfer et se racontent leurs histoires. Ainsi se noueront entre eux des relations complexes qui ne se révèleront pas toujours réciproques.

© Anthony Dausseur.
Est-ce bien raisonnable de retourner assister à une énième représentation de "Huis clos", ce texte incontournable du théâtre français écrit, fin 1943 - début 1944, par le célèbre philosophe Jean-Paul Sartre ? Une de ses plus belles œuvres et aussi une des plus jouées.
Quand on aime, on ne compte pas, semble-t-il.

Au Laurette Théâtre, une petite salle intimiste de quartier, se joue une nouvelle version de cette célèbre pièce, interprétée par deux comédiennes et un comédien attachant(es) et investi(es) : Sebastian Barrio, Karine Battaglia et Laurence Meini.

La proximité du public avec la scène et, de ce fait, le contact très proche avec les personnages renforcent très largement la thématique de la pièce. Rares ont été les fois où cette sensation d'enfermement a pu nous envahir autant, indépendamment des relations tendues qui se tissent progressivement entre les personnages et qui de ce fait sont décuplées.

Brigitte Corrigou
24/10/2022
Spectacle à la Une

"Deux mains, la liberté" Un huis clos intense qui nous plonge aux sources du mal

Le mal s'appelle Heinrich Himmler, chef des SS et de la Gestapo, organisateur des camps de concentration du Troisième Reich, très proche d'Hitler depuis le tout début de l'ascension de ce dernier, près de vingt ans avant la Deuxième Guerre mondiale. Himmler ressemble par son physique et sa pensée à un petit, banal, médiocre fonctionnaire.

© Christel Billault.
Ordonné, pratique, méthodique, il organise l'extermination des marginaux et des Juifs comme un gestionnaire. Point. Il aurait été, comme son sous-fifre Adolf Eichmann, le type même décrit par Hannah Arendt comme étant la "banalité du mal". Mais Himmler échappa à son procès en se donnant la mort. Parfois, rien n'est plus monstrueux que la banalité, l'ordre, la médiocrité.

Malgré la pâleur de leur personnalité, les noms de ces âmes de fonctionnaires sont gravés dans notre mémoire collective comme l'incarnation du Mal et de l'inimaginable, quand d'autres noms - dont les actes furent éblouissants d'humanité - restent dans l'ombre. Parmi eux, Oskar Schindler et sa liste ont été sauvés de l'oubli grâce au film de Steven Spielberg, mais également par la distinction qui lui a été faite d'être reconnu "Juste parmi les nations". D'autres n'ont eu aucune de ces deux chances. Ainsi, le héros de cette pièce, Félix Kersten, oublié.

Joseph Kessel lui consacra pourtant un livre, "Les Mains du miracle", et, aujourd'hui, Antoine Nouel, l'auteur de la pièce, l'incarne dans la pièce qu'il a également mise en scène. C'est un investissement total que ce comédien a mis dans ce projet pour sortir des nimbes le visage étonnant de ce personnage de l'Histoire qui, par son action, a fait libérer près de 100 000 victimes du régime nazi. Des chiffres qui font tourner la tête, mais il est le résultat d'une volonté patiente qui, durant des années, négocia la vie contre le don.

Bruno Fougniès
20/09/2022