La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Danse

Gatomaquia… tout un cirque… pour une bataille de chats !

Galván bouscule à nouveau le flamenco dans l'univers circassien. Autour de danses tziganes, le spectacle s'immisce dans l'arrière-cour du cirque Romanès pour nous dévoiler la compagnie de ses chats. Le chorégraphe renverse une nouvelle fois les codes des traditions flamencas dans l'essence de sa représentation.



© DR.
© DR.
Israel Galván surprenant ? Ce n'est presque plus une surprise. Surprenant dans son approche et sa manière d'appréhender le flamenco, noble et viril dans sa posture et ses attitudes, par un abord où les sexes sont inversés, où la virilité n'est jamais présente au plateau sans qu'une once d'anima assumée, de féminisme avérée n'accompagne la gestuelle, le mouvement.

Il s'était déjà habillé en robe dans un précédent spectacle. Là, il récidive en portant des talons aiguilles. D'abord aux mains en les faisant sonner sur la scène, puis aux pieds.

Certaines autres performances scéniques ont beaucoup plus de cachet. Mais peu importe, le clou n'est pas forcément dans sa technique, qu'il montre depuis des années, mais dans son rapport à son art, à la place qu'il lui donne en bousculant ses rites scéniques et ses codes. Il les renverse, porte l'ambivalence sexuelle en conviant les deux sexes dans un seul corps.

Le flamenco évolue en devenant de plus en plus unisexe dans sa gestuelle. Galván prend le contrepied de cette approche en affirmant la transsexualité de cet art avec ses talons aiguilles.

© M. Jacob.
© M. Jacob.
L'approche est complètement décalée avec Israel Galván arrivant sur une planche de bois, à chaque pied. Il montre ainsi que l'habit ne fait pas le moine, la chaussure, les taconeos*, et que seuls le corps et l'attitude sont essentiels. Son entrée dans ce spectacle est ainsi aux antipodes d'un artiste de renom. Il utilise aussi des éléments d'une présence singulière sur un plateau, celui d'un rocking-chair où il joue de bascules, d'équilibres, de taconeos.

C'est aussi une affaire de son, de sonorité. Chez Galván, le "bruit" musical, la tape sur le sol ou sur un tambourin est toujours forte et rapide comme pour marquer son territoire, sonore et géométrique. Il fait du taconeo l'élément moteur de son jeu même si le geste reste un élément essentiel. Le rythme est rapide, vif, s'accélère puis la jambe se lève, bat les airs pour apporter un souffle, un repos dans ces mouvements rapides, cassant un peu le rythme.

Puis cela repart, le corps bascule vers le sol, le caresse en s'allongeant sur la jambe gauche, le tronc basculant vers la scène. C'est ainsi deux approches d'un même corps à deux instants différents qui cohabitent, le premier du talon avec les taconeos qui donnent un rythme, un souffle, une force à la scène et le second avec le corps qui la caresse de son tronc et de ses jambes.

© DR.
© DR.
C'est ce qui fait la force de Galván, son originalité, un talent qui l'amène à prendre pour décor tout élément du monde. Un ensemble hétéroclite dans un lieu tout aussi hétéroclite, celui du cirque Romanès avec derrière son rideau une arrière-cour de chats, de casseroles et d'ustensiles de cuisine. C'est le flamenco au plus proche de ses rapports au réel, à ce qui peut lui faire aussi obstacle qui se trouve transformé en appui.

Puis deux danses tziganes accompagnent le spectacle avec également un exercice d'équilibre dans les airs. La première fait tourbillonner sur son axe une danseuse aux cheveux blonds et longs. La seconde ressemble étrangement à du flamenco avec des pieds qui tapent le sol des plantes et des talons, accompagnés de claquement de mains sur les jambes.

Enfin, il y a Caracafé, guitare à la main, qui fait des solos donnant le tournis. L'attaque et la rapidité des accords avec leur belle sonorité donnent un cachet musical indéniable au jeu de Galván. Tout y est. Le décor, le son, la musique, la danse sanctifiés par le talent.

* Les taconeos sont les mouvements de pied rapides, des talons sur le sol. Ils sont faits sur les deux pieds et sont caractéristiques du Flamenco. Ils peuvent avoir différentes modulations selon le tempo musical.

"Gatomaquia"

© M. Jacob.
© M. Jacob.
O Israel Galván bailando para cuatro gatos.
Conception, chorégraphie : Israel Galván.
Son : Pedro León.
Lumières cirque : Romanès Dorin.
Régie plateau : Balbina Parra.
Directeur technique : Pablo Pujol.
Danse : Israel Galvan.
Guitare : Caracafé.
Chant : Delia Romanès.
Poète, récitant : Alexandre Romanès.
Tissus aérien, trapèze : Alexandre Romanès.
Danse : Rose-Reine Romanès.
Hola-Hoop : Irina Romanès.
Et les chats du cirque Romanès.
Durée : 1 h 10.

Du 12 au 22 septembre 2018.
Du lundi au samedi à 20 h.
Cirque Romanès (Théâtre de la Ville Hors les murs), Paris 16e, 01 42 74 22 77.
>> theatredelaville-paris.com

Safidin Alouache
Mercredi 19 Septembre 2018

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives





    Aucun événement à cette date.



À découvrir

"Sabordage" Comme une synthèse de la modernité… une implosion écologique à venir, avenir sombre de notre monde…

Elle fut riche et belle, plaisante et paradisiaque, pays de cocagne… puis devint consommatrice et opulente, industrieuse, minière et calamité écologique, pour finir mendiante et désespérée, à l'avenir destructif d'une future terre qui coule à pic… C'est la "belle" histoire de l'île de Nauru*, miroir de notre prochain anéantissement - au délicat (!) mais définitif intitulé "6e extinction de masse" -, qui nous est contée par le talentueux Collectif Mensuel.

Narration aux allures de débats, de commentaires, d'échanges réalistes… Scénographie en une forme d'actions documentaires, visible au lointain par report vidéo "en direct", en rappel de notre monde de l'image, expression ironique de nos chaînes d'infos en continu pour une structure créative d'un théâtre pédagogique, d'un reportage théâtralisé… Car ici tout est vrai, le drame, les horreurs économiques, le dézingage des ressources et de l'environnement… le sabordage de l'île a vraiment eu lieu, sans parler des perspectives radieuses d'une fin en version sous-marine !

Le récit - dans un préambule exposant un éden de rêve aux allures de paradis touristique, sis à quelques encablures de la Papouasie-Nouvelle-Guinée (près de 2 700 km quand même !) - se construit sur un montage cinématographique et télévisuel où le collectif puise dans les séries et films des années soixantes-dix quatre-vingt, tous célèbres et ancrées dans nos imaginaires collectifs…

Gil Chauveau
11/10/2019
Spectacle à la Une

FAB 2019 "Concours européen de la chanson philosophique" La philosophie mise en musique dans un dispositif à faire kiffer "l'euro-vision"

Massimo Furlan, performer suisse mâtiné d'Italien, était dans ses jeunes années fan de l'Eurovision, de ses paillettes éblouissantes et de ses bluettes sentimentales réunissant joyeusement sa famille autour du petit écran. Près d'un demi-siècle plus tard, c'est la grande avant-scène du Carré qui le projette sous les sunlights en splendide ordonnateur - flanqué d'une superbe créature en robe lamé - de deux soirées "enchantées" dédiées à une vision de notre Monde. Comme quoi divertissement populaire et réflexion de pointe peuvent rimer ensemble…

FAB 2019
Reconstituant somptueusement le décorum kitsch du concours de l'Eurovision ayant à jamais impressionné ses premières émotions artistiques, le performer semble jubiler en détournant "sérieusement" le répertoire d'origine pour proposer un récital de onze chansons dont l'écriture a été confiée par ses soins à des philosophes, sociologues et autres chercheurs sachant penser le monde. L'interprétation de ces textes métaphoriques revient à des artistes costumés de manière délirante, projetés en direct par un vidéaste décuplant leur truculente présence scénique sur les notes d'un orchestre en live.

Quant au Jury réuni sur une singulière estrade roulante dénotant avec sa "notabilité", il est composé d'éminents professeurs d'université et sommités intellectuelles se prêtant avec grâce et bonheur au jeu de leur interprétation avant d'attribuer leur note. Le public - le genre l'impose - est sollicité en permanence afin de faire entendre également "sa voix" captée par un "votaton" chargé d'enregistrer le volume d'applaudissements attribué à chaque candidat.

Yves Kafka
15/10/2019
Sortie à la Une

"Fake"… Un "Peer Gynt" pour explorer le monde de l'info et de l'intox

"Fake - Tout est faux, tout est fou", Gare de l'Est, Paris

L'homme vagabonde sous les toits ferroviaires, au carrefour des âmes voyageuses… il est conteur. Peer Gynt partit aussi à l'aventure, cheminant entre rêve et réalité. Le narrateur s'en inspire pour démêler le vrai du faux… de notre réalité… Extraire le fake à l'ère des news…

Spectacle déambulatoire, performance de rues (ici intérieure), Fake convoque un conteur, un concepteur compositeur, des musiciens, pour une exploration d'un nouveau type où le spectateur, équipé d'un casque audio, se laisse emmener, au sens littéral comme virtuel dans une promenade découverte entre vraies et fausses informations.

Dans ce périple artistique, ce dernier garde toute liberté d'action, plus précisément de mouvements, déambulant dans l'espace proposé au fil de ses envies, de ses inspirations ou guidé par l'histoire, narration sonore, vocale et musicale, composée en direct et diffusée dans le casque et/ou influencé par la vue, le cheminement de l'acteur, Abbi Patrix, interprétant à sa façon Peer Gynt, exprimant son ressenti du lieu, posant des questions sur la véracité du réel ou interrogeant le badaud passant.

Les éléments sonores audibles dans le casque sont superposés, sans apparente cohérence mais peuvent stimuler ou orienter la perception du spectateur qui fait le choix d'être actif ou passif, ponctuellement ou de manière permanente, redevenant alors un simple observateur.

Gil Chauveau
10/10/2019